Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de anrafati : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Dans les temps, Tome 1 : Mauvais timing Dans les temps, Tome 1 : Mauvais timing
Mary Calmes   
Mary Calmes est une auteure que j'apprécie beaucoup pour la grande sensibilité qui se dégage des relations qu'elle décrit dans ces romances MM. Elle possède aussi une imagination débordante teintée de poésie ainsi que d'un goût prononcé pour le paranormal cependant c'est au Texas qu'elle nous entraîne avec cette romance qui a pour héros un cowboy et un jeune agent immobilier plus à même de chevaucher une moto qu'un cheval..

Stefan Joss part au Texas pour assister au mariage de sa meilleure amie Charlotte et être son témoin, ses deux là ressentent plus qu'une amitié profonde entre eux, c'est quasiment un amour fraternel. Ils ont été colocataires durant dix années et se disent tout, Charlotte ne peut se passer de Joss c'est son point d'ancrage, quant au jeune homme pour lui Charlotte et ses proches représente une famille à laquelle il est profondément attaché à l'exception d'un seul de ses membres : Rand, le frère ainé de la jeune femme.

La première rencontre entre Rand et Joss a été brève et violente, une seule phrase destructrice a scellé définitivement toutes relations amicales entre eux. Ils s'évitent où s'échangent des répliques cinglantes. Rand est beau et viril mais d'un caractère plus fermé, le cowboy typique, chef de famille qui dirige le Ranch familial d'une main de fer mais humain avec ses employés. Quelques jours avant le mariage un événement va complètement changer le type de relation entre les deux hommes, Rand avoue ses vrais sentiments à Joss qui a beaucoup de mal à y croire au départ malgré les explications fournies. Certaines lectrices trouveront surement étrange le revirement total de Rand mais bizarrement moi je n'en ai pas été surprise, une telle haine dès le départ ne pouvait que cacher un sentiment bien différent, par contre le pourquoi de cette dissimulation m'a laissé plus que perplexe.

J'ai aimé la façon dont la relation entre Stefan et Rand a évolué, c'est assez crédible à partir du moment où ses deux là s'aiment depuis 10 ans. Les scènes intimes peuvent sembler brutales mais non c'est l'expression de la passion refoulée de Joss et de Rand qui s'exprime ainsi. L'auteure utilise toujours un langage cru mais jamais vulgaire c'est un peu sa marque de fabrique, c'est torride et chaud, elle prend beaucoup de plaisir à écrire ces scènes en y introduisant toujours des sentiments.

C'est une histoire agréable et moderne, bien construite dans l'ensemble alors quels sont les points négatifs pour moi. Le premier c'est le semblant d'intrigue qu'a introduite l'auteure, complètement inutile pour ma part qui tombe comme un cheveu sur la soupe à la fin du récit, alors si on la prend comme moyen pour exprimer les sentiments des deux hommes effectivement c'est logique mais sincèrement il aurait mieux valu développer un peu plus l'impact que la relation homosexuelle de Joss et Rand engendre au sein d'une communauté aussi conservatrice et homophobe que le Texas. Le second point c'est le caractère de Joss, pourquoi diable en faire un homme si parfait en tout, il arrive dans une pièce et tout le monde s'illumine, il règle tous les problèmes, il est beau comme un dieu, il est intelligent et même ses défauts sont portés aux nues ! J'aurais apprécié de voir ce personnage un peu moins parfait cela aurait été plus crédible.


par samba
L’Ours, la Loutre et le Moustique L’Ours, la Loutre et le Moustique
T. J. Klune   
Une petite perle d'émotion tout en douceur, une pure merveille

Lorsque la mère de Bear, 17 ans, quitte le domicile familial, abandonnant la garde de son plus jeune fils, Tyson, 6 ans (dit Le Moustique), à son ainé, le monde de Bear s'effondre. Entouré d'Anna sa petite amie et de Creed son meilleur ami depuis toujours, le jeune homme met de côté ses rêves et ses ambitions pour se consacrer corps et âme au Moustique, afin de préserver la seule famille qu'il lui reste. 3 années s'écoulent à travers le regard de Bear qui raconte sa vie comme dans un journal intime. Jusqu'au jour où lors d'une visite chez Creed, Bear retrouve Otter, le grand frère de Creed... Commence alors une longue, très longue et irrésistible leçon de vie bien plus profonde et bouleversante qu'une banale histoire d'amour. Tout d'abord j'ai flashé sur le titre, original et percutant comme le reste. Ensuite l'écriture est juste merveilleuse, d'une beauté et d'une pureté rare, les images, les mots nous touchent en plein coeur. Bear est un personnage si fascinant de force et de faiblesses, déchiré entre le coeur et la raison, et ses interrogations perpétuelles jusqu'en s'en oublier lui-même. Le Moustique nous fait fondre de plaisir par ses répliques hilarantes et son intelligence foudroyante. Otter... Et bien Otter se révèle juste être le compagnon que chaque personne rêverait d'avoir. Les autres personnages ne sont pas en reste. Impossible de rester insensible à cette histoire qui vous fera passer des éclats de rire (je dis bien "éclats", la scène de la mouette je ne m'en suis pas remise) aux larmes, re-éclats de rire, re-larmes, en un rien de temps, sans jamais sombrer dans le pathos, les clichés ou la vulgarité.
Une véritable pépite à ne pas manquer.

Diamant : 9,5/10

Les meutes tome 1 : La Prophétie du loup Les meutes tome 1 : La Prophétie du loup
Laël Even Soris   
Je ne suis pas douée pour écrire et j'aime pas trop ça.
Je préfère lire ;)
Alors voilà, je l'ai dévoré dans l'après-midi ( j'aurais pu aller
plus vite mais avec les enfants...)
Je l'ai plus que ADOREEE
Alors lisez le :)

par JenCB
Mon plus beau rêve Mon plus beau rêve
Lily Haime   
**Chronique coup de cœur**

Telle une droguée, j’attendais, j’avais besoin de mon shoot de Lily Haime …. Et je dois dire qu’il m’a une fois de plus transporté dans un univers, ou la magie des mots, prend possession de votre cœur, de vos émotions !

Lire un Lily Haime, c’est devenir tout simplement Accro ... Accro à une plume, un style, à des émotions inédites … C’est franchir les limites de la romance … Car si elle garde bien soigneusement une trame de fond dans chacun de ces livres, elle n’a de cesse de se renouveler, que ce soit sur le plan émotionnel ou sur le plan psychologique de ces personnages. C’est à chaque fois, une expérience inédite, telle une drogue, qui nous capture le cœur, nous chamboule l’âme …

Avec « Mon plus beau rêve », L’auteure nous délivre une fois de plus une histoire qui nous happe dès les premiers mots… De suite, nous nous attachons à Aliocha (dit Ali ou Sacha), ce pré-adulte, au passé douloureux, qui va sans le savoir, juste avec un dessin, donné un tournant à sa vie … Une rencontre qui va bouleverser sans demi-mesure, son monde ! Un monde qui jusque-là était sombre, douloureux, ou la souffrance à toujours régné en maître …Doucement, pas après pas, grâce à des nouveaux personnages qui vont entrer dans sa vie, Ali va apprendre, non sans mal, il va devoir faire confiance, et pour la première fois ouvrir son cœur à des sentiments violents, des sentiments puissants …

Et puis, il y aura Damien … Une rencontre tel un espoir. Un être qui deviendra pour Ali « son plus beau Rêve » …

Entre espoirs, don de soi, reconstruction, magie, guérison … Lily Haime nous transporte dans une nouvelle histoire, ou l’amour, la passion, la sagesse, le soutien seront les piliers incontestables, de la nouvelle vie qui s’ouvre devant Ali … Rien ne sera facile, le parcours sera semé d’embûches … Mais L’espoir tel un phare, guidera chacun de ses pas !

A la fin de ma lecture, je me suis sentie, comme abandonnée, tant j’ai été submergé d’émotions plus intenses les unes que les autres au fil de ma lecture, tant je me suis attaché aux personnages (principaux ou secondaires) … J’avais juste envie d’avoir un Sacha, un Damien, un Nick dans ma vie ! Juste pour que le rêve se poursuive encore un peu …

Je ne vous en dirai pas plus, si vous ne l’avez pas encore lu, je veux vous laisser le plaisir de ressentir et vivre avec intensité, toute l’histoire qui nous est proposée.

Maxime et Bruce : Il ou elle ? Maxime et Bruce : Il ou elle ?
V. D. Prin   
Maxime et Alice sont des amis inséparables depuis longtemps. Maxime doit trouver un boulot d’été pour financer ses études mais n’est pas emballé de faire encore le serveur. Quand Alice lui propose de passer 2 mois en Bretagne pour garder ses frères jumeaux logeant chez son oncle Bruce, il accepte après avoir hésité puisque Bruce est gay et ne souhaite pas de baby-sitter homme. Grâce à son côté androgyne, Alice transforme Maxime en Marine. Bruce, un homo pur et dur en couple, ne comprend pas pourquoi il est tant attiré par une femme et Maxime, homo également, doit faire attention et rester loin de Bruce qui l’attire comme un aimant... Une romance M/M sympa notamment la première partie quand Maxime se fait passer pour Marine. J’aurai aimé encore plus de scènes cocasses. Un bon moment.

par Folize
K-Love K-Love
Sky Muglach   
Je n'irai pas par quatre chemins : j'ai été vraiment déçue par ce roman.

L'histoire me semblait pourtant intéressante : Tokki, lycéen battu par son père, ignoré par son frère et déçu par sa mère, finit par fuir sa famille. Il atterrit alors dans les quartiers mal famés de la ville, où il rencontre Kat, une prostituée qui loge dans le même hôtel que lui, et Min, un dealer avec lequel il va nouer une relation ambiguë. Tokki, perdu dans cet univers et influencé par Min, se met à se droguer et à dealer. Un jour, une vente se déroule mal, et Tokki est aidé par Han, un homme respectable qui deviendra son meilleur ami et n'aura de cesse d'essayer de l'aider.
C'est mon résumé personnel, car je trouve que celui de la 4e de couverture contient quelques erreurs : l'amitié qui tourne à la passion... je reviendrai là-dessus plus tard, mais pour moi la passion est au niveau zéro dans ce roman ; et ce n'est pas Han qui resurgit, mais plutôt Tokki qui retourne dans les jupons de Min après s'être disputé avec Han.

Bref, passons à la critique...
Cette histoire est censée se dérouler à Séoul, en Corée du Sud, et faire hommage au yaoi (pour ceux qui ne savent pas ce dont il s'agit, voici la définition wikipedia : "désigne dans la culture populaire japonaise un genre d'œuvres de fiction centré sur les relations sentimentales et/ou sexuelles entre personnages de sexe masculin"), l'auteur étant apparemment fan de mangas. Je me suis dit que ça allait être sympa et changer un peu des romances américaines et françaises si nombreuses. Alors premièrement, l'histoire pourrait se dérouler en France ou aux Etats-Unis, cela ne changerait rien. Nous ne trouvons aucune information qui nous situe vraiment (à part le nom de la ville et les prénoms des personnages) : pas de références aux coutumes du pays (alors oui la famille de Tokki est très à cheval sur les apparences, mais cela ne s'attache pas uniquement à la société coréenne) ; pas de descriptions des lieux, qui auraient pourtant pu nous faire un minimum voyager... Rien. Donc quand la couverture vous présente le livre comme une "chronique sociale", vous avez le droit de rire.

Deuxièmement, l'hommage au yaoi, la romance, la passion, etc. : belle déception. Le yaoi n'est pas mon genre de manga préféré, mais j'ai bien aimé certaines histoires. Dans ce roman, nous retrouvons quelques codes du genre, notamment dans la relation Tokki/Min (le jeune soumis qui suit son aîné comme un toutou / l'homme ténébreux qui passe son temps à le rejeter ou à le considérer de haut, etc.). Et cette relation-là m'a plutôt intéressée, bien qu'elle ait été un peu survolée à mon goût (comme beaucoup de choses dans ce roman, d'ailleurs). Et c'est là où je veux en venir... J'aime les romances, qu'elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles, ce qui m'importe étant qu'elles me fassent m'attacher aux personnages et ressentir ce qu'ils ressentent.
[Deux auteurs qui y parviennent très bien : Colleen Hoover et Lily Haime, qui créent en général des personnages attachants, touchants, dont on partage les émotions, que l'on aime suivre à chaque page et que l'on déteste devoir quitter. Toutes deux ont réussi à me faire pleurer au moins une fois, pourtant ce n'est pas évident.]
Donc les personnages sont très importants pour moi, mais là j'ai vraiment eu du mal à m'y attacher, surtout en ce qui concerne Tokki. D'une part, parce que l'auteur les décrit très peu (je sais bien que dans les mangas on n'a pas besoin de décrire les personnages parce qu'ils sont dessinés, mais justement, lorsque l'on passe au roman, la description est l'une des étapes les plus importantes). J'ai eu beaucoup de mal à les visualiser, et ai donc dû inventer moi-même la majorité de leurs caractéristiques physiques. D'autre part, nous passons au final très peu de temps avec eux : Min et Han (surtout lui, en fait) sont survolés ; nous voyons surtout Tokki (heureusement étant donné qu'il est le personnage principal), et pourtant j'ai l'impression de ne pas avoir appris à le connaître. Il est sans arrêt dans la contradiction, sauf qu'il ne s'agit pas de contradictions intéressantes (par exemple : je pense que se suicider c'est lâche et je blâme les gens qui le font, mais je me sens perdu tout seul et Min ne veut pas me chouchouter alors tient je vais faire une tentative de suicide), ce qui est assez perturbant (mais peut-être est-ce là l'intérêt du personnage, même si pour ma part il ne m'a guère intéressée). La relation entre Han et Tokki est racontée en express : ils se rencontrent, quelques lignes sur le début de leur amitié, puis ils sont amis, et là d'un coup, sorti de nulle part : Han propose une nuit intime ensemble. On ne voit rien venir, tout simplement parce qu'il n'y a pas eu assez d'éléments concernant leur relation, ou tout simplement concernant les pensées des deux personnages.

Ainsi j'arrive à mon troisième point : l'alternance des points de vue. C'était une bonne idée d'alterner entre le point de vue interne de Tokki (on a ainsi accès à ses pensées) et le point de vue externe (on peut ainsi voir ce que les autres personnages ont fait quand Tokki n'est pas là, ou bien savoir ce qu'ils pensent). Pour ne pas s'embrouiller, le point de vue externe est écrit en gras, et les pensées de Tokki non. Malheureusement, même cette si bonne idée est mal exploitée. D'une, parce que parfois quand elle passe du point de vue externe à celui de Tokki, l'auteur raconte exactement la même chose, mais à la première personne et avec une ou deux lignes qui décrivent les sentiments du personnages. Donc ça devient vite redondant, pour au final avoir très peu d'informations sur les sentiments de Tokki. Ensuite parce qu'il y a des erreurs dans la mise en page, où parfois le point de vue de Tokki est en gras, et inversement (bravo à l'éditeur qui ne sait pas relire et corriger ses auteurs). Du coup cela n'aide pas pour la compréhension de l'histoire.

J'embraye sur le dernier point négatif, qui est celui qui m'a le plus attristée et le plus dérangée : le temps. Je n'ai jamais vu un roman utiliser tous les temps de la conjugaison française en si peu de lignes : présent, passé composé, passé simple, imparfait, plus-que-parfait, passé antérieur, futur... La majorité de l'histoire est racontée au plus-que-parfait, ce qui rend déjà la lecture assez lourde. Mais à cela viennent s'ajouter les autres temps cités précédemment, sans aucune logique. J'ai retrouvé dans une même phrase du passé antérieur avec du passé composé ("quand il eut fini son petit manège, je l'ai vu descendre sa main") : est-ce que ça a l'air français ? Tout ce mélange des temps (si au moins ils avaient été utilisés correctement, ça aurait été) a rendu ma lecture particulièrement laborieuse et désagréable.
[Encore bravo au merveilleux travail de relecture et de correction de l'éditeur, car oui, un auteur peut très bien avoir du mal avec les conjugaisons, et l'éditeur est justement censé être là pour l'aider à créer un travail au minimum correct, du moins sans fautes énormes de ce genre.]
Je crois que c'est ce point-là qui m'a décidée à placer ce roman dans la catégorie "Je n'ai pas apprécié" plutôt que de simplement le classer dans "J'ai lu aussi".

Comme j'ai horreur d'écrire des critiques négatives (désolée pour l'auteur, Sky Muglach), je note quelques petites choses positives, même si j'en ai cité au moins une ou deux (si si, j'en suis sûre) quelque part au-dessus. [Petit rappel pour les sceptiques, j'ai expliqué que les idées étaient bonnes : l'inspiration du yaoi, la base de l'histoire, l'alternance des points de vue, etc.]
J'ai tenu à aller au bout de l'histoire plutôt que de jouer ma lâche et d'abandonner au milieu de ma lecture. Et j'ai bien fait, car j'ai bien aimé la fin. Ce n'est pas la fin que j'espérais, mais c'est justement cela qui m'a plu : ça change de certaines romances où les bad boys, une fois tombés amoureux, deviennent guimauves et changent pour leur copine ; et des copines qui, elles, restent collées à leur mec et font tout pour qu'il devienne quelqu'un de bien. [Petit clin d’œil d'ailleurs à la série "Bad", de Jay Crownover, où les bad boys restent de vrais bad boys, et ça c'est bon.] Dans K-Love, les personnages sont plus réalistes quant à leur situation et les relations qu'ils peuvent avoir les uns avec les autres, selon la vie qu'ils veulent ou peuvent mener, etc. (certains le sont dès le début, d'autres ne le deviennent qu'à la toute fin).

Pour moi, K-Love n'est pas une romance (les relations entre les personnages étant beaucoup trop survolées pour le considérer comme tel), mais plutôt un roman réaliste et initiatique, même s'il manque cruellement de consistance. L'auteur a eu de bonnes idées, hélas j'ai l'impression que son éditeur ne l'a pas du tout aidée à améliorer son roman. Ou alors si, et du coup ça fait peur rien que d'essayer d'imaginer ce que devait être la première version... Dans tout les cas le travail de correction a été bâclé, ce qui est malheureusement de plus en plus le cas (et cela se voit davantage dans certains romans que dans d'autres).
Détestant finir sur une pointe négative, j'ajoute ceci : K-Love étant son premier roman, j'espère que les critiques (positives et négatives) reçues motiveront l'auteur à s'améliorer et écrire encore et encore pour nous offrir des histoires qui, cette fois-ci, parviendront à toucher ceux que ne l'ont pas été par celui-ci.

par Odlag
Alpha et Omega, Tome 1 : Le biker et son Omega Alpha et Omega, Tome 1 : Le biker et son Omega
Lisa Oliver   
je l'avais dans ma PAL depuis un sacré moment mais n'en avait pas lu que de bons resumés alors je l'ai laissé de coté
je le regrette maintenant parce que c'est une chouette histoire malgré tout les clichés "gaytitude" et sur les mc j'ai beacoup aimé ma preference va vers marly omega mais avec un coté alpha qui fait du bien il ne se laisse pas marcher dessus et j'aime ca il sait remettre a sa place l'alpha trent ca fait du bien et lisa oliver devient l'une des auteures de metamorphes preferée pour moi

par titegwen
Our unknown feelings 1 Our unknown feelings 1
Charlie Audern   
[http://ayane-passions.blogspot.fr/]

Oh là là je serai capable d'en parler pendant des heures ! Moi qui aime les faits de société, la psychologie, les belles histoires remplies de rebondissements et d'émotions, on peut dire que j'ai été servie ! Personnellement j'ai trouvé ce livre fabuleux ! Bien sûr il faut être très ouvert d'esprit car c'est du "Boy's Love", et oui, on parle bien là de relation entre hommes... Homophobes, passez votre tour ! Car il y a quelques scènes de sexe très croustillantes ! Mais ce que j'aime par dessus tout dans ce livre c'est la description des sentiments et des tourments du personnage, la honte d'être homosexuel, de se sentir "différent", les sentiments amoureux etc... Charlie Audern fait ça à merveille, tout est très bien décrit dans son livre, on passe par toutes les émotions ! C'est à la fois triste, beau, des fois sensuel et bouleversant ! Combien de fois je me suis surprise la larme à l'œil ou, en train de rougir, ou en train de m'énerver à cause d'un personnage ! Bref en lisant ce livre j'étais plongée dans un monde parallèle, qui me donnait l'impression d'assister à une réelle histoire, ou même à une autobiographie. Il est important aussi de préciser qu'on a droit à une fin digne de ce nom ! Que demander de mieux ! Ce livre mérite vraiment d'être lu et connu.

Le tome 2, tout aussi exceptionnel, tout aussi bouleversant et surprenant, c'est vraiment tout ce que j'aime, je l'ai littéralement dévoré, je ne pouvais plus le quitter. Je descendais manger avec mon livre tout en continuant de lire, imaginez l'énervement de ma mère ! Bref, un gros coup de cœur !
Tentations, Tome 1 : Coup d'essai Tentations, Tome 1 : Coup d'essai
Ella Frank   
Une déception ... je ne l'ai pas fini car pas embarquée du tout dans leur histoire .... C'est plat ... sans saveur, sans émotion !!! quand je vois tous les avis avec appréciations plus que positives je me dis que j'ai du passer à côté .... Ou cela viendrait-il encore d'une traduction mauvaise ??? si c'est le cas, le lecteur qui ne lit qu'en VF est toujours celui qui subit ces lectures atroces ... Injustice ! :p
Loic & Damien : Ma liberté dans tes bras Loic & Damien : Ma liberté dans tes bras
V. D. Prin   
Loïc a 10 ans quand il rencontre Théo 9 ans. Ils deviennent rapidement inséparables même s’ils ne viennent pas du même milieu. Les années passent, Loïc considère Théo comme son frère et éprouve des sentiments profonds pour le frère de ce dernier, Damien de 8 ans son ainé. Mais un jour tout va basculer quand Théo se fait tuer et que Loïc est accusé du meurtre. Malgré son innocence, il se fera emprisonner dans une prison pour adultes alors qu’il n’a pas encore 17 ans. Il ne devra sa survie qu’à la protection d’un chef puissant de la mafia qui l’a pris sous son aile et dans son lit. Au bout de 6 ans, il sort de prison grâce à Gary et Jerry. Quand il découvre que son nouveau patron n’est autre que Damien qui a juré de lui faire vivre un enfer s’il le retrouvait, persuadé de sa culpabilité, sa vie ne va plus être aussi calme d’autant plus que les sentiments qu’il avait pour Damien remontent à la surface mais Damien le déteste… Un très bon moment à passer avec des personnages attachants notamment Loïc. Seul bémol, le temps passé en prison qui semble être facile avec des conditions carcérales non réalistes.

par Folize
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4