Livres
565 018
Membres
617 870

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de anya_miyuki : Mes envies

Nés à minuit : Renaissance, Tome 1 : Métamorphose Nés à minuit : Renaissance, Tome 1 : Métamorphose
C.C. Hunter   
J'attendais ce livre depuis bien longtemps. Mes attentes étaient relativement élevée, après avoir lu Turn at Dark et Saved at Sunrised que j'avais adoré. Malheureusement, j'ai été un peu déçu.
On retrouve Shadow Falls exactement là ou on l'avait laisser, la seule différence est que le point de vue est désormais celui de Della. On n'entre pas tellement dans les détail du camp, ni des diverses espèces, ce qui peut être déstabilisant pour un non-initié. Tout commence très... Trop lentement, L'auteur lance l'intrigue, mais je n'embarque pas. Il manque quelque chose pour que j'accroche. Ensuite, il y a le tourment intérieur de Della face à son père, à Steve et la FRU, sincèrement sa ma taper sur les nerfs, on y revenait trop souvent. Tout comme Della et son attitude entêter. Vers la moitié du livre, HEUREUSEMENT sa s'améliore grâce à Chase qui prend de plus en plus de place dans l'histoire, un touche de fraîcheur, on avait tout de suite vue qu'il y avait quelque chose qui clochait, mon intérêt est revenu. À partir du moment où ils partent en mission pour la première fois, tout s'accélère et monte en crescendo jusqu'à la finale pour le moins intrigante.
J'ai aimer retrouver le style de l'auteur, et l'univers de Shadow Falls, mais je m'attendais à plus. Par contre, les révélations de la fin promette pour la suite, je compte bien la lire.
The Surface Breaks The Surface Breaks
Louise O'Neill   
Lecture abordable en anglais, mais comme écrit au dos du livre, elle n'est pas adaptée à tout public. Ici, on a affaire à une sombre réécriture de la petite sirène, mais une réécriture féministe, abordant des sujets terriblement importants comme la place sociale de la femme, le consentement, l'apparence physique standardisée etc. L'héroïne est naïve, et sa lenteur à comprendre les situations parfois presque comique tellement ça en devient exaspérant, mais Louise O'Neill a elle-même déclaré ne pas avoir créé un personnage parfait. Entre plaisir liée à la réécriture et horreur de la réalité dépeinte, ce roman se dévore !

par Florilege
Lux, Tome 1 : Obsidienne Lux, Tome 1 : Obsidienne
Jennifer L. Armentrout   
Ok. Hum alors comment dire? (Respire Alexiane, respiiiiiiire). Ce livre est volcanique!! je ne trouve pas d'autre mots. Entre l'humour ravageur, les scènes d'actions énormissimes et l'histoire d'amour sauvage je ne vois pas comment on ne pourrait pas aimer ce livre. Le personnage masculin est une vraie enflure (une enflure digne de magazines Hugo Boss) mais on l'adore pour son humour noir et sarcastique. L'héroïne est trop drôle, une vraie geek accro à ses bouquins et à son ordinateur. Ça fait plaisir enfin une héroïne qui nous ressemble!
En bref, je suis totalement sous le charme.
Une braise sous la cendre Une braise sous la cendre
Sabaa Tahir   
CE LIVRE EST ABSOLUMENT A LIRE. Trop souvent dans ce type de roman la violence est aseptiser et ne laisse aucune trace mais la c'est l'une des rare fois ou on a l'impression d'être dans un vraie monde.
Bon pour les personnages : J'ai tous simplement adoré Laia. [spoiler]Elle a beaucoup d’insécurité mais contrairement à ce qu'elle croit est très endurante. J'ai trouvé ses passages plus intéressants et j'ai préférée son personnage.[/spoiler]

Elias est un personnage que j'ai aussi appréciée mais [spoiler]des fois j'avais vraiment envie de lui mettre mon poing dans la figure. BIEN SUR QUE EL EST AMOUREUSE DE TOI IDIOT. Mais c'est rafraîchissant que pour une fois ce soit le garçons qui se torture sur l'amour. Même si des fois c'est agaçant. Mais ça rend la chose plus vraie. Par compte je le plaint sa mère est une vraie psychopathe et j'ai envie de savoir qui est son père. Je pense qu'il va finir avec Laia. Ils sont mignon ensemble même si je préfère Kennan. Après au delà des histoires de cœur j’apprécie vraiment ce personnage et son envie de rester intègre. Mais je le voie mal finir empereur. J'ai l'impression que ce qu'il veut c'est une vie simple au final. Et après tout ce qu'il a vécue c'est normal. Mais je dois avoué que la scène ou il se compare a Kennan est hilarante. Je l'ai beaucoup appréciée même si j'ai préférée Laia[/spoiler]

[spoiler]Je reste mitigée sur Hel, d'un coté elle subis aussi ce qui ce passe. Après j’espère qu'elle va briser sa promesse. J'ai un peu de mal avec les personnages qui mettent l'honneur devant tout. Et parfois je dirais même qu'il y a plus d'honneur a ne pas respecter sont serment justement.[/spoiler]

[spoiler]Kennan j'ai tellement envie de le voir plus. J’espère qu'il ne va pas mourir. Je sent que c'est le personnage qui a le plus de chance d'y rester. Quand a Cook c'est définitivement un personnage intriguant et j'ai hâte d'en savoir plus sur elle et son passé. [/spoiler]

Attendre le prochain tome va être une torture !

par Bellarke
La Sirène et la Licorne La Sirène et la Licorne
Erin Mosta   
J’ai eu envie de lire ce roman dès que j’ai vu sa couverture. Je ne savais même pas de quoi ça parlait ! Le temps que je le trouve, j’ai eu de plus en plus d’échos qui m’ont motivée à le lire.

Dès le début, le mystère plane sur l’intrigue. La narratrice, Lili, a un style très direct, voir brusque, elle nous dévide toutes les informations à son sujet en un paragraphe… mais elle garde sous silence la raison pour laquelle elle doit quitter sa maison.

Lorsqu’elle arrive chez sa tante, l’ambiance mystérieuse s’épaissit. Elle habite dans une vieille maison en ruines, et la nuit, Lili entend d’étranges bruits… A cela s’ajoute l’atmosphère mystique de la côte océanique, avec ses îles abandonnées et ses légendes de fantômes. Pour être allée dans cette région, je peux dire que les descriptions sont réussies !
Ma chronique complète : https://elainevker.com/blog/2019/11/30/pumpkin-autumn-challenge-2019-p1/
Le Trône des sept îles, Tome 1 : Le Trône des sept îles Le Trône des sept îles, Tome 1 : Le Trône des sept îles
Adalyn Grace   
Bonjour, est-ce qu’il va sortir en français? L’info sur Booknode est incorrecte
Losing It, Tome 1 : Ce si joli trouble Losing It, Tome 1 : Ce si joli trouble
Cora Carmack   
Alors je sens déjà qu'on va surement se moquer de moi...Mais j'ai vraiment adorée ce roman alors non ce n'est pas Victor Hugo (ou autres)mais je pense que des fois ce genre de lecture fraîche et pleine d'humour peut (largement) se placer au niveau de Victor Hugo.Enfin non pour être plus claire je pense qu'on ne peut pas comparer deux styles de romans aussi différents car après tout ce n'est pas forcément la "grandeur" de l'écriture mais ce qu'elle nous fait ressentir au fond de nous et ce livre m'a fait rire,désirer d'être à la place de Bliss...Enfin bon après cette petite parenthèse qui ne servait (surement)à rien :) Je vais parler du roman (enfin!),quand je l'ai lue je souriais et rigolais environ euh....Tout le temps?.Ha Ha je dois paraître complétement niaise mais c'est juste que le côté romance interdite c'est tellement séduisant et désoler est un système qui marchera encore pas mal de temps (pour ne pas dire toujours...). Beaucoup se plaigne que les auteurs ramènent toujours les mêmes sujets (ex:Romance interdite,triangle amoureux...) et je suis d'accord avec vous complètement !! Mais je pense le problème ce n'est pas les sujets mais comment c'est écrit je veux dire il y a des auteurs qui arrivent à bien les mettre en place et d'autres non...Bon je crois que je me suis un peut emballée dans ce commentaire^^mais en tout cas un roman parfait pour l'été ;)

par kiwiixx
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Daughter of the siren queen Daughter of the siren queen
Tricia Levenseller   
Bof,bof, bof... Je ne sais même pas quoi dire sur ce roman, je n'ai pas retrouvé les points forts du premier tome.
Les personnages ne m'ont pas intéressés du tout, l'histoire était sympa mais j'ai l'impression que je vais l'oublier très vite. L'intrigue était un peu facile, et pas très bien ficelée sur certains aspects.
De plus, certains points m'ont posé problème, notamment [spoiler]la rouée de coups assénée par Alosa à Riden... non juste non, si ça avait été l'inverse ça ne serait pas passé, alors ce n'est pas acceptable.[/spoiler]
J'avais beaucoup aimé le premier tome, et je ne comprends pas ce qui est arrivé avec celui-là. Il n'apporte vraiment pas grand chose.
Daughter of the Pirate King Daughter of the Pirate King
Tricia Levenseller   
«Pain goes away eventually. Death is permanent.»

J'aime les pirates. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai une passion pour les pirates! (Imaginez mon bonheur le jour où j'ai découvert la série Black Sails!)
Donc un roman entièrement consacré aux pirates, comment pouvais-je résister?

J'ai vraiment beaucoup aimé Daughter of the Pirate King.
On y découvre Alosa qui est la fille du roi des pirates et qui organise son propre kidnapping dans le but de monter à bord du Night Farer et de trouver l'une des trois parties d'une carte qui mène à une île où se trouve un immense trésor. Le rêve de tout pirate qui se respecte.

Honnêtement, l'intrigue n'est pas ce que j'ai le plus aimé lors de cette lecture. Avec les pirates il est toujours question d'une carte (ou quelque chose dans le genre) et d'un trésor. Rien de bien original.
Mais j'ai aimé la façon dont Tricia Levenseller a mené son histoire. Comment la situation s'est mise en place, etc. J'ai aimé le simple fait que Alosa se laisse capturer par ses ennemis pour pouvoir trouver la carte. Et le fait que l'auteure ne traîne pas, elle nous met directement dans le bain. (Je suis très nulle en expressions donc je parie que c'est pas comme ça qu'on dit. ^^)
En fait, je crois que j'ai tout bêtement aimé le fait que la majeure partie du livre se passe sur le Night Farer. Parce que bateau + mer + pirates = Louan n'a pas besoin de plus pour aimer.

OKAY, pause confession. Quand j'étais petite je voulais devenir un pirate sauf que quand j'étais petite j'étais terrorisé à l'idée de mettre un pied dans l'eau (ou sur un bateau pour ce que ça change). J'ai mal choisi mon rêve d'enfant, n'est-ce pas? ^^

J'avoue, qu'il ne se passe pas un tas de choses mais on a quand-même le droit à des démonstrations des différents talents d'Alosa et j'ai bien aimé ça.[spoiler]Alosa est à moitié sirène donc c'est la classe parce que qui dit pirates dit (en général) sirènes! Donc un pirate à moitié sirène, J'AIME!![/spoiler]

Ce roman n'est pas en or parce que justement au niveau de l'histoire, je n'ai pas eu l'impression qu'il se passait tant de choses que ça et que l'intrigue n'est pas dingue.

Et puis, dans la mesure où l'histoire se passe sur un bateau, le world building est quasi inexistant. Donc je ne peux pas vraiment dire ce que je pense là-dessus. J'espère simplement que l'auteure nous en révèlera d'avantage dans le second tome. (Maybe?)

Malgré ça, Tricia Levenseller a une plume agréable à lire qui nous pousse à continuer notre lecture sans mal. Et j'ai trouvé qu'elle arrivait plutôt bien à faire ressortir les émotions et les sentiments des personnages du papier. (Ça sonne très mal dit comme ça.) Bon point pour moi.

Ce qui m'a le plus plu dans Daughter of the Pirate King? Les personnages. Enfin, surtout Alsoa et Riden. Parce que ce sont les personnages principaux. Tous les deux sont intelligents et j'ai apprécié la façon dont ils se servent de leur intelligence (tout bêtement). En plus, 1. Alosa est badass! Et 2. Riden est à tomber. Genre ce mec est le pirate de mes rêves! (Si on oublie Billy Bones de Black Sails.)

J'ai aimé la dynamique entre ces deux personnages. Il y a une forte attirance entre eux et j'ai trouvé que l'auteure nous le fait parfaitement bien ressentir (comme j'ai pu le dire plus haut).
Mais du coup j'ai plus l'impression que dans ce tome-ci elle s'est surtout concentrée sur ce point plus que sur le reste de histoire...

Sinon pour rapidement en revenir aux personnages, j'ai beaucoup aimé Kearan, Draxen (si,si), et Enwen (mon préféré des trois). Tous les trois sont différents et dans le cas de Draxen pas spécialement aimable mais je ne sais pas, j'ai adoré leur personnalité et ce qu'ils apportent à l'histoire.

Les personnages sont donc selon moi le point fort de Daughter of the Pirate King.

En conclusion, selon mon humble avis, DOTPK est un bon roman qui vaut la découverte; c'est une lecture rapide et sans réelle prise de tête. Avec des pirates, une chasse au trésor à venir qui promet donc plus d'aventure!

Alors si vous vous êtes déjà demandé à quoi pourrait ressembler Jack Sparrow en fille, Daughter of the Pirate King pourrait vous donner une réponse! ;)

«I am what I want. Some people say you have to find yourself. Not I. I believe we create ourselves to be what we want.»

par Sheo

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode