Livres
462 222
Membres
419 387

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Appelle-moi par ton nom



Description ajoutée par Northstar 2017-12-11T21:21:13+01:00

Résumé

Elio Perlman se souvient de l’été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d’Elio, éminent professeur de littérature. Cette année l’invité sera Oliver, dont le charme et l’intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l’on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L’adolescent et le jeune professeur de philosophie s’apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. Quand l’été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d’Elio lui fait savoir qu’il est loin de désapprouver cette relation singulière…

Quinze ans plus tard, Elio rend visite à Oliver en Nouvelle-Angleterre. Il est nerveux à l’idée de rencontrer la femme et les enfants de ce dernier, mais les deux hommes comprennent finalement que la mémoire transforme tout, même l’histoire d’un premier grand amour. Quelques années plus tard, ils se rendent ensemble à la maison en Italie où ils se sont aimés et évoquent la mémoire du père d’Elio, décédé depuis.

Appelle-moi par ton nom est un roman d’amour singulier tout autant qu’une réflexion sur la mémoire et l’oubli. La langue à la fois précise et sensuelle d’André Aciman parvient à évoquer la tyrannie des corps – mais aussi la part de brutalité qui se niche dans tout éveil au sentiment amoureux – avec une élégance rare.

Ce roman, devenu culte dans le monde anglo-saxon à l’instar de Brokeback Mountain, est adapté au cinéma par Luca Guadagnino (sortie française le 28 février 2018). Call me by your name est donné comme l'un des favoris pour les oscars.

(Source : Grasset)

Afficher en entier

Classement en biblio - 367 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par bazinga 2018-03-01T13:58:28+01:00

"Call me by your name and I'll call you by mine".

"Appelle-moi par ton nom et je t'appellerai par le mien".

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Un coup au cœur, à l’âme......deux êtres , deux entités tellement attirée l’une par l’autre qu’elles en ont peur. S’appartenir et en même temps maintenir une telle distance . Le style de l’auteur est une merveille , une revue , une palette des sentiments décortiqués, doutés, rêvés et pour certains vécus......un livre qui comptera dans ma vie de lecteur et d’homme

Afficher en entier
Diamant

Après avoir vu et adoré le film je me suis mise à lire le livre (en anglais) qui s'est trouvé être encore meilleur!

C'est une histoire simplement magnifique qui vous hante encore longtemps après l'avoir finie. Triste, drôle parfois, mais surtout bouleversant, tellement touchant, Call Me By Your Name rend vite accro (je l'ai fini en 2 jours, ce qui est très rare pour moi).

Le style de l'auteur m'a vite conquise et il retranscrit avec beaucoup de vérité, sans aucun filtre, les pensés que peut avoir un adolescent.

La discussion père-fils vers la fin du roman restera surement le plus beau dialogue que j'ai lu dans ma vie.

La fin du roman nous fait nous questionner sur notre vie et le temps qui passe, les différents choix que nous faisons et à quoi est-ce qu'ils nous amènent...

Pour résumer je dirais que l'on se sent simplement privilégié d'avoir eu la chance d'être le spectateur de cette histoire d'amour.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Izaac 2019-05-23T20:27:43+02:00
Pas apprécié

Ce fut une lecture... difficile. Je n'ai pas réussi à accrocher, à aucun moment, sauf deux pages à la toute fin. J'ai été plutôt déçu car je m'attendais vraiment à lire une histoire touchante et belle, et il n'en fut rien.

À la fin de ce livre, j'avais la conviction de n'avoir jamais rencontré Oliver, mais d'avoir rencontré uniquement le fantasme qu'Elio en avait.

On se perd continuellement dans les affres d'Elio fantasmant sur Oliver, sur ses réactions, ses hypothétiques pensées, ses gestes, ses prouesses sexuelles, sa personnalité... Il est presque entièrement impossible de délier le vrai, la réalité du faux, du fantasme.

Je pourrais résumer le livre ainsi : il s'agit d'un monologue des hormones d'un adolescent.

Le livre ne tourne pratiquement qu'autour de l'attraction sexuelle. Pour peu que l'Italie ne fasse pas franchement partie de vos intérêts, vous serez vite lassé entre les références sur les "classiques" qui ne se renouvellent jamais, les activités qui elles aussi ne se renouvellent jamais, tout comme les situations, les dialogues, et l'action totalement absente pendant une grosse partie de ce livre.

On n'y trouve aucune notion de romance, et ce fut une immense déception pour moi, juste du sexe, de l'attraction sexuelle, du fantasme.

Et je vais terminer sur ce qui a vraiment fini d'achever ce livre pour moi (et de m'achever également)) :

Spoiler(cliquez pour révéler)Est-ce qu'on va sérieusement faire comme si l'épisode de la pêche n'avait jamais eu lieu ? J'aurais pu me passer allègrement de la description détaillée d'Elio se masturbant avec une pêche bien mure, enlevant le noyau pour y créer une concavité [je n'ai toujours pas compris comment cela est possible sans menacer l'intégrité structurelle de la pêche, mais passons], dans le but d'éjaculer dedans pour y recueillir sa semence, et ensuite, on a le droit de lire comment Oliver, plus tard, mange cette pêche et le sperme d'Elio, le tout ayant été laissé plus d'une heure sur un bureau au beau milieu de l'été italien.

Spoiler(cliquez pour révéler)On va vraiment prétendre que ce n'est pas arrivé ? Ou cela aussi, c'est poétique ? [???]

Spoiler(cliquez pour révéler)Et plus tard, pour être sûr de terminer en beauté, c'est la défécation à deux qui y est abordée. Oui.

Spoiler(cliquez pour révéler)Elio est d'abord très intéressé de voir les excréments d'Oliver, de pouvoir les admirer, puis, Elio se vide à son tour pendant qu'Oliver l'embrasse et malaxe son estomac [???].

Spoiler(cliquez pour révéler)Je pense que ceci a été le summum pour moi. L'auteur n'a-t-il jamais entendu parlé des Norovirus ? J'en suis resté sans voix, mais je suppose qu'après tout, la diarrhée aiguë et les vomissements à répétition ce doit être très glamour, et je ne suis simplement pas sensible à ce genre de charme.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Agirlhasnoname 2019-05-17T10:04:49+02:00
Diamant

On m'a dit que c'est l'un des rares cas où c'est mieux de regarder le film avant de lire le livre. Je trouve que les deux donnent des impressoins différentes, mais j'avoue que le film aide à se faire une structure mentale de l'histoire.

Le livre aurait été difficile à comprendre.

Mais j'ai adoré le livre, sans aucun doute, c'est l'un des meilleur livres que j'aie lu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FleurDeMiel 2019-05-05T20:29:05+02:00
Diamant

Que dire d’une telle histoire, d’un tel livre...

L’écriture tout d’abord. À la fois, légère et lourde de sens, précise et poétique, elle nous emporte dans les pensées d’Elio. On ressent tout, ses sentiments, ses émotions, on voit ce qu’il voit, on vit ce qu’il vit. L’écriture est tout autant bouleversante que l’histoire, et je n’ai pas assez de vocabulaire pour être aussi précise qu’André Aciman pour vous faire comprendre ce qu’on peut ressentir en lisant ce livre et à quel point l’histoire est touchante, bouleversante et criante de vérité. La vérité d’un premier amour, à quel point cela peut-être extraordinaire et destructeur. La chance que c’est de vivre une histoire pareil car, bien que nous ayons tous un premier amour, rare sont ceux qui nous marque à ce point. C’est de loin la plus belle histoire d’amour/d’amitié que j’ai pu lire. Quel profond regret j’ai de ne pas avoir assez de mots pour vous décrire tout cela.

J’ai adoré le film et, à coup sur, maintenant que j’ai lu le livre je vais aller le revoir. J’avais peur d’être déçue car c’est mon film préféré et bien maintenant ce livre est mon livre préféré et je sais que le film sera encore plus bouleversant et saisissant maintenant que je sais exactement ce qui se passe dans la tête d’Elio.

Tous les personnages sont absolument merveilleux. On a par moments envie de tourner les pages plus vite pour savoir ce qui va se passer puis on freine sa lecture pour profiter de l’instant, de chaque mots, chaque actions, chaque pensées. On a le souffle coupé, puis on est ému, on sourit, on est tendu, une tension en bas du ventre se crée en nous, peut-être l’excitation de connaître le suite ou la peur de ce qui pourrait arriver, on attend de voir si ça va se passer, comment ça va se passer, qu’est ce qui va se passer, on tourne les pages et plus rien n’existe autour de nous hormis l’Italie, l’été, Oliver et Elio.

La partie sur Rome est absolument magique. On en veut encore et toujours plus mais pas trop vite pour savourer notre lecture jusque dans les moindres détails.

A chaque fois que je recommençais ma lecture, le temps était suspendu, j’étais en Italie en pleine été avec Oliver et Elio et plus rien avait d’importance, c’était juste Oliver et Elio. Elio et Oliver.

J’ai refermé le livre avec une grande joie d’avoir pu découvrir cette histoire mais aussi les larmes aux yeux car c’était prenant, émouvant mais également, et c’est la première fois en 20 ans que ça me fait ça, parce que le livre était terminé.

André Aciman a sans aucun doute un talent d’écrivain, c’est un maître des mots, il sait les utiliser à la perfection, chaque mot et là parce qu’il se doit d’être là. Le mot doit exprimer avec précision ce qu’il veut dire, dans son terme le plus noble et le plus stricte. Mot qui peut être merveilleux comme douloureux, élévateur comme destructeur. Mot qui peut nous réjouir ou nous briser.

Quelle lecture ! Quelle histoire ! Quelle claque ! Quelle bonheur d’avoir vécu ça avec Oliver et Elio. Elio et Oliver.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par gone-shiver 2019-04-30T16:45:53+02:00
Diamant

Le livre reste très spécial du à la relation, j'adore la plume de l'auteur, oliver et elio sont plus qu'attachant ! j'ai été conquise dès leur première rencontre. même dans le livre on peut quand même sentir l'alchimie des deux personnages à travers les pages qui se lisent toutes seules.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Gaef 2019-04-09T15:13:16+02:00
Lu aussi

Un livre qui démarre très (très) lentement, beaucoup dans la contemplation. Personnellement, j'ai dû m'accrocher pour le finir. L'histoire est néanmoins belle et touchante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Abyssos 2019-03-25T22:36:12+01:00
Or

Comme beaucoup, j'ai lu le roman après avoir été séduit, si ce n'est bouleversé, par le film et je n'ai pas été déçu. J'ai même compris d'où son réalisateur puisait cette espèce de lumière divine, parfaite symbiose entre l'étincelle juvénile de ces deux adonis et le soleil abrasif d'un petit village d'Italie en été.

Bien que l'histoire semble avancer doucement, c'est avant tout un premier roman d'ambiance que livre André Aciman. L'ayant lu en anglais, je peux avancer sans trop me tromper que le vocabulaire est d'une richesse éblouissante. Le style de l'auteur, assez mordu de phrases longues et peu avare en adjectifs, n'est pas forcément des plus faciles. Mais il à le mérite de desservir et retranscrire avec beauté et authenticité la passion foudroyante qui unit ce couple d'un été.

Sur fond de petit village Italien, d'un art de vivre fait de siestes, de baignades et d'interminables diners à table, l'auteur fait de nous des spectateurs privilégiés et nous convient également dans une parenthèse ensoleillée. Il n'est pas rare d'avoir l'impression d'être assis à côté des personnages.

Puis, on le comprend rapidement, plus qu'une parenthèse, André Aciman nous donne du grain à moudre sur l'Amour. L'histoire, le dénouement et les rebondissements retranscrivent bien la complexité et les inévitables tourments d'une pareille idylle.

Si quelques longueurs se font sentir (syndrome de San Clemente, entre autres) et malgré le fait que le roman soit globalement assez décousu, c'est un véritable bonheur que d'assister à la résistance puis à l'éclosion de cet amour, voué à l'incertitude. Une incertitude qui est la clé de voute de cette improbable relation qui nous émeut un peu plus à chaque page.

Et que dire du dernier dialogue entre Eliot et son père ainsi que les derniers mots adressés à Eliot, point d'orgue d'une Histoire qu'on se plaira à relire. Peut-être pas pour son contenu en lui-même, mais davantage pour son ambiance solaire, éthéré et vaporeux comme une jeunesse qu'on ne vit qu'une fois.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lou-du-76 2019-03-23T22:27:51+01:00
Diamant

Je ressors de cette lecture bouleversée. Je n'ai pas lu beaucoup de roman M/M, mais je commence à réaliser que ce genre d'histoire me touche au plus profond de moi-même, s'empare de mon coeur à chaque lecture. J'ai lu ce roman avec la boule au ventre tellement il m'a habitée.

On suit l'arrivée d'Oliver, jeune universitaire, chez la famille d'Elio dans un petit village d'Italie. A première vue le jeune américain venu seconder le père d'Elio est froid, et surtout exaspérant avec son infernal "A plus !" lancé à tout bout de champ. Mais certains regards ne trompent pas et Elio ne peut combattre l'attirance croissante qu'il ressent pour cet étranger. Deux juifs en Italie, quelques semaines pour comprendre ce qu'est l'amour et accepter des désirs enfouis... une bombe, ce livre.

André Aciman crée un récit lent mais plein d'émotion, qui certes ne peut pas plaire à tout le monde, mais qui m'a fait chavirer.

Sa plume est fluide et poétique, presque mélancolique. On ressent chaque sentiment et on découvre comment des liens aussi forts peuvent se créer en si peu de temps.

Honnêtement, je suis rentrée dans ce livre sans en attendre énormément, et j'ai été extrêmement surprise. Comment en l'espace de plusieurs centaines de pages l'auteur a-t-il réussi à me dérober mon cœur ? A me faire ressentir autant, à me laisser dans un état de trouble et d'appréhension face à la fin de ce roman ? Je ne saurais le dire mais en tout cas je ressors changée de cette lecture.

Les personnages sont uniques, on suit Elio, qui est plus jeune qu'Oliver, dont on sent encore la naïveté et l'innocence de son âge. Lui n'a pas peur des mots, il les affronte et les crie haut et fort au monde entier.

Oliver peut paraître froid, mais une fois que la glace fond il ne reste qu'amour et dévotion. J'ai adoré ce duo inédit !

La fin...... je ne vous dirais pas ce que j'ai ressenti car maintenant c'est à vous de lire ce livre, et de vous forger votre propre opinion.

Tout ce que je pourrais vous dire c'est que comme à mon habitude, j'ai beaucoup pleuré et j'ai été hantée par cette histoire pendant des semaines.

Si vous aimez ce genre d'histoire, je vous assure que vous adorerez vous plonger dans Appelle-moi par ton nom !

Bonne lecture !

Sacha

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Moutt-moutt 2019-03-10T20:13:54+01:00
Diamant

La première chose qui me vient après avoir lu ce livre, c’est qu’il s’agit d’une véritable ode au désir. Écriture sublime, une addictivité sans fin... Pendant le temps de quelques heures, j’ai voyagé en Italie, sous le soleil de blond, trempant mes pieds dans une rivière glacée. Ce livre est certes « chaud », dans le sens où le désir est décrit et perçu par le personnage de façon juste, belle, poétique, et énigmatique, mais s’accompagne aussi du « froid », car il regroupe tous les contraires — peine, incompréhension, chagrin. Ce n’est pas une histoire d’amour, c’est avant tout une attirance, un désir de l’autre, et de son corps.

Spoiler(cliquez pour révéler)Une découverte du désir entre deux êtres le temps d’un été, et qui pourtant les marquera à vie.

Cette lecture m’a énormément marquée. La beauté du texte, et les émotions qu’il dégage m’ont emportée dans un tourbillon de sentiments. Tout est une découverte de ce que peut être le désir — le vrai. J’avais peur que tout revienne à l’érotisme, et autre vulgarité comme il semble être la grande tendance du moment... Non, rien de tout cela. Et ça fait du bien.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2019-03-05T22:33:28+01:00
Diamant

https://leslecturesdelietcyrlight.blogspot.com/2019/03/call-me-by-your-name.html

Call me by your name, également publié sous le titre Appelle-moi par ton nom ou encore Plus tard ou jamais, est un roman d’André Aciman dans lequel le protagoniste, Elio, retrace l’été de ses dix-sept ans, marqué par son histoire avec Oliver, un étudiant américain hébergé par ses parents pendant six semaines.

Je ne vais pas mâcher mes mots : j’ai eu un énorme coup de cœur pour ce roman. Il n’est pas exempt de défauts, et certains passages m’ont même déplu, comme j’y reviendrai plus bas, mais dans l’ensemble, il m’a bouleversée. J’irais même jusqu’à affirmer que c’est la seule histoire dont Picsou n’est pas le héros qui a réussi à me tirer des larmes.

Le style de l’auteur est excellent, quoique parfois complexe. Il ne faut pas décrocher un seul instant, car la narration suit les pensées d’Elio et les retranscrit parfaitement grâce à un style décousu, où ses réflexions s’enchaînent les unes à la suite des autres avec un réalisme troublant.

Le scénario en lui-même est poignant. Dès le début, on se laisse happer par les regards glissants et les conversations détournées que s’échangent Elio et Oliver. Je crois que ce qui m’a le plus interpellée dans ce roman, c’est à quel point il est facile de s’identifier aux réactions du protagoniste. Ses questionnements, ses ressentis, ses désirs... À maintes reprises, je me suis reconnue à travers cela, alors que ce n’est pourtant pas un personnage qui m’est particulièrement proche.

J’ai eu en revanche plus de mal à accrocher aux personnages secondaires, que j’ai trouvé assez fades dans l’ensemble, à l’exception de l’adorable Vimini, ainsi qu’au milieu dans lequel ils évoluent. Cette maison où tout le monde est toujours le bienvenu, où les gens sont tous plus serviables les uns que les autres... Un cadre de vie si idyllique qu’il en paraît ennuyeux à mes yeux, mais peut-être est-ce précisément le sentiment que l’auteur cherchait à faire passer.

Si l’évolution progressive de la relation entre Elio et Oliver m’a absolument conquise, je n’en dirais pas autant de la troisième partie de l’œuvre, qui m’a assez déroutée. Un euphémisme pour ne pas dire que je l’ai détestée. Je conçois l’importance de ce passage qui expose le couple formé par Elio et Oliver à un autre contexte, plus public, mais cela ne change rien à mon opinion. Les longues explications sur le poème du syndrome de San Clemente, les histoires sur la Thaïlande, les conversations interminables... En fait, et je crois que c’est cela qui m’a déplu, j’ai trouvé Elio et Oliver bien trop écrasés par ce qui se déroule autour d’eux, alors qu’ils étaient jusque-là au cœur même de l’intrigue.

La quatrième partie, en revanche, est superbe. Pendant de nombreuses pages, je me suis questionnée sur la véritable nature des sentiments d’Oliver, qui s’éloigne progressivement d’Elio au point de ne même pas réagir lorsque celui-ci l’appelle par son nom. Finalement, l’auteur joue sur l’ambiguïté, puisqu’on finit par découvrir que cette indifférence n’est qu’une façade, et on ne peut avoir qu’un goût de gâchis en bouche à la pensée de cette « vie parallèle » que les deux protagonistes auraient pu vivre s’ils avaient fait d’autres choix (en particulier Oliver).

Je crois que le roman n’aurait pas pu se terminer de plus belle façon que par la phrase qui le conclut, et qui résume quasiment à elle seule toute l’histoire, celle d’un amour éphémère dont le souvenir a pourtant survécu, aussi fort et aussi intense, aux affres du temps.

Call me by your name, c’est un hymne au désir, une ode à la fois poétique et sensuelle, bien que certains passages soient parfois si crus qu’ils ont réussi à me mettre mal à l’aise. Il flotte aussi entre ces pages un parfum de mélancolie, celui du premier amour, qui nous frappe en plein cœur.

En conclusion, ce livre est un petit bijou qu’il faut lire impérativement. En dépit des points négatifs que j’ai relevés ci-dessus (et qui n’engagent que moi), j’en garderai un souvenir impérissable, car je n’ai lu que peu d’histoires qui m’ont autant touchée que celle-ci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rineska 2019-02-25T11:11:40+01:00
Diamant

Du film au livre:

J'ai adoré l'un comme l'autre mais pas pour les mêmes raisons.

Le film est d'une sensualité pure. Si je ne suis pas vraiment adepte des films contemplatifs, ici, le metteur en scène a su subjugué cette relation. Quand au livre, j'avoue avoir eu un peu de mal avec le style de l'auteur au départ, puis entraînée par le récit, j'ai pu avancer. Et le plus du livre sur le film? Sa fin... Autant la fin du film est émouvante, autant les 20-25 dernières pages du livre m'ont prise aux tripes.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Appelle-moi par ton nom" est sorti 2019-01-30T00:00:00+01:00 en version poche
background Layer 1 30 Janvier

Dates de sortie

Appelle-moi par ton nom

  • France : 2008-10-02 (Français)
  • France : 2019-01-30 - Poche (Français)

Activité récente

Laur-y l'ajoute dans sa biblio or
2019-06-13T05:35:22+02:00
PStein l'ajoute dans sa biblio or
2019-05-28T17:07:17+02:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 367
Commentaires 55
Extraits 29
Evaluations 132
Note globale 8.58 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Plus tard ou jamais - Français
  • Call me by your name - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode