Livres
464 172
Membres
424 549

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par cdv25 2017-02-09T23:59:58+01:00

Au sortir de la douche, je manque de lâcher ma serviette : à quelques mètres de moi, un type est en train de fouiller dans mes placards ! Il vient d’en sortir un T-shirt de metal orné d’un motard à tête de mort et le tourne dans tous les sens comme pour comprendre sous quel angle on apprécie le mieux le dessin. Il n’est pas gêné, cet électricien !

Je noue ma serviette comme je peux et me plante au milieu de la chambre.

– Tout va bien ? Vous cherchez quelque chose de précis ? Vous voulez peut-être que je vous montre où sont mes culottes ?

Le type se retourne lentement.

Waouh, canon, l’électricien !

Plus que ça, même ! Un des plus beaux spécimens masculins qu’il m’ait été donné de voir en chair et en muscles. La première chose que je remarque, ce sont ses yeux, d’un bleu limpide dans lesquels je manque immédiatement de sombrer. Je fais un pas en arrière, comme pour échapper à leur emprise, mais c’est son visage qui me coupe le souffle. Un nez fin, des lèvres pulpeuses, des traits magnifiquement dessinées à faire pâlir de jalousie toute une agence de mannequins. Et puis, il y a le reste. Une chevelure brune, très sombre, dans le genre tignasse bouclée ébouriffée qui lui donne un charme fou. Et ce jean brut, très près du corps associé à un T-shirt noir carrément moulant qui révèle une musculature d’athlète. J’ignorais que ce genre d’électricien existait. Est-ce qu’il vient d’une société spéciale ?

Il me reluque, là ou quoi ?

– Le ventilateur n’est pas ici, mais là-haut, c’est ce que vous êtes censé réparer, je crois !

La phrase claque plus sèchement qu’une gifle. Le ton méprisant que j’ai utilisé me surprend moi-même. Tout à fait l’adolescente capricieuse et prétentieuse habituée à donner des ordres à ceux qu’elle considère comme le petit personnel. D’ailleurs, l’électricien est fou de rage.

– Tu te prends pour qui ? lâche-t-il.

Sa voix grave, légèrement cassée, fait vibrer quelque chose au plus profond de moi.

– Sortez de ma chambre, monsieur ! ordonné-je.

À ce moment-là, Benjamin déboule en poussant des cris de joie exubérants, suivi de près par Wolf qui aboie joyeusement, lui aussi. Mon frère a mis son T-shirt de dinosaure préféré, celui qu’il ne porte que pour les grandes occasions, et il se jette dans les bras du malotru avec la rapidité d’un vélociraptor.

– Zach ! Tu es enfin arrivé ! crie-t-il tout en couvrant le jeune homme d’une tempête de bisous sonores.

Zach ? Comment ça Zach ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode