Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de AprilDevil : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Les Animaux fantastiques Les Animaux fantastiques
Norbert Dragonneau    Joanne Kathleen Rowling   
Etant une fan inconditionnelle de Harry Potter, ce petit livre m'a beaucoup fait rire. Il se rit rapidement et m'a permis de compléter mes connaissances sur l'univers de mon sorcier préféré. Après, ce n'est bien évidemment pas un livre complètement incontournable, il n'est même pas réellement utile si on ne s'intéresse pas de près à la saga Harry Potter.
Le Quidditch à travers les âges Le Quidditch à travers les âges
Kennilworthy Whisp    Joanne Kathleen Rowling   
J.K. Rowling nous livre une fois de plus un livre sympathique autour de l'univers de Harry Potter. ça se lit rapidement, et c'est assez drôle sans pour autant être tordant. Pour les fans d'Harry Potter !
Les Contes de Beedle le Barde Les Contes de Beedle le Barde
Joanne Kathleen Rowling   
J'ai adoré ces petits contes de sorciers. Après avoir lu le dernier tome de Harry Potter, j'avais très envie de les découvrir. Un livre agréable qui se lit très rapidement.
Divergente, Tome 2 : L'Insurrection Divergente, Tome 2 : L'Insurrection
Veronica Roth   
Je viens de finir "Insurgent", et je vous avoue que je suis encore sous le choc. J'avais réellement adoré "Divergente", c'est pourquoi je me suis lancée sans plus attendre dans la lecture de ce deuxième tome.
Je peux affirmer que je suis réellement conquise. L'auteure m'a de nouveau complètement emmenée dans son monde. J'ai notamment beaucoup apprécié le fait que l'on découvre le fonctionnement des factions des Fraternels et des Sincères, c'était justement à mes yeux une des seules choses qui manquait au tome un. C'est intéressant de voir que tout est bien pensé.
Les personnages, quant à eux, sont toujours aussi géniaux. J'ai adoré la "nouvelle" Tris : plus sûre d'elle, plus mûre, moins longue à la détente. Bien sûr, pendant les trois quarts du livre, elle vit dans la culpabilité à cause d'un événement qui a eu lieu à la fin du premier tome. ça peut paraître agaçant, mais au fond c'est assez compréhensible. Ce tome-ci brise aussi radicalement le masque que portait avant Tobias : le personnage qui se révèle à nous n'est pas un héros mystérieux, mais plutôt un garçon instable, torturé, impulsif, et bien plus sensible qu'il peut le laisser croire. Il m'a par moments assez énervée. Pourtant je pense que ce revirement de situation était nécessaire : les personnages "parfaits" n'ont à mes yeux aucun intérêt.
Malgré un avis général favorable, j'ai quand même quelques réserves à propos de "Insurgent". Notamment au niveau de l'intrigue, qui m'a paru par moments vraiment trop compliquée. Dans le sens où j'ai eu à de nombreuses reprises le sentiment que l'auteur ne savait pas où elle allait, ni même ce qu'elle comptait faire de ses personnages. J'ai trouvé ça un peu dérangeant. ça a d'ailleurs mené à quelques longueurs. Je ne peux pas dire que je me suis ennuyée, c'est simplement que je pense que "Insurgent" n'est pas aussi bon que "Divergente". Il y a à mes yeux pas mal d'alliances improbables et pas forcément bien expliquées (par exemple, j'attendais encore plus de tension à la fin du livre, j'ai trouvé que ça restait bien trop soft). Au contraire, certains passages sont vraiment excellents [spoiler](la torture de Tris au siège des Erudits, la trahison de Caleb...).[/spoiler] C'est donc assez inégal à ce niveau-là.
Je vous recommande "Insurgent", parce j'ai tout de même littéralement adoré (d'où ma classification en diamant, ce qui n'est quand même pas rien).
Divergente, Tome 1 Divergente, Tome 1
Veronica Roth   
Mon ressenti ? Un livre fantastique. Une grande réussite pour cette jeune auteure.
Je ne vous raconte pas ma joie quand j'ai trouvé "Divergente" au CDI de mon lycée. Il n'existe qu'en grand format, donc son prix est assez onéreux, et impossible de le trouver en bibliothèque. Ayant adoré le film, j'ai donc immédiatement sauté sur l'occasion.
Je l'ai fini très rapidement, malgré son nombre important de pages. Tout dans ce roman m'a séduite : les personnages, le suspense, l'histoire d'amour... J'ai retrouvé les aspects du film qui m'avaient le plus marquée tout en apprenant beaucoup plus de choses sur les personnages. Il y a eu quelques fois où, à la lecture d'une phrase, je devenais complètement hystérique (je vous laisse deviner de quels passages je parle), il y en a d'autres où j'avais le coeur aussi mal en point que celui de Tris.
D'ailleurs, celle-ci m'a paru beaucoup plus courageuse que dans le film (même si j'avais tout de même adoré l'interprétation de l'actrice). Tris paraît plus déterminée bien qu'elle soit tout le temps dans le doute. Sa relation avec Four (oui, je n'aime pas vraiment dire "Quatre"...) est aussi bien plus développée. Four m'est apparu, derrière ses grands airs, comme quelqu'un qui a connu la souffrance et qui pourtant a réussi à surmonter tout ça. Il va sans dire que j'ai littéralement adoré ce personnage.
J'ai retrouvé dans le pavé de Veronica Roth une dimension violente beaucoup plus accentuée que dans le film. Entre les tentatives de meurtres, les agressions, les suicides, les morts, tout est amplifié, et c'est ça que j'ai aimé. Le film a probablement souhaité alléger cette tension et la tendance dramatique de ces drames pour ne pas choquer, ce que je comprends parfaitement.
Je pense qu'il faut tout de même pouvoir supporter pas mal de choses pour lire ce livre. Disons que ce n'est pas vraiment dans la veine de "Harry Potter", ça se rapproche nettement plus de "Hunger Games". Notez au passage que même si "Divergente" a beaucoup de détracteurs, ce livre est sensiblement différent du chef d'oeuvre de Suzanne Collins.
En bref, un livre à ne pas rater !
Divergente, Tome 3 : Au-delà du mur Divergente, Tome 3 : Au-delà du mur
Veronica Roth   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/11/divergent-tome-3-allegiant.html

Je ne sais pas vraiment par où commencer pour parler de Allegiant. Tout simplement car ce tome m'a bouleversée comme Divergent et Insurgent ne l'ont jamais fait. J'ai été émue durant ces deux premiers tomes, plusieurs fois, mais ce n'est certainement rien à côté du torrent d'émotions qu'à provoqué en moi ce roman. Je pense sincèrement que longtemps encore j'y repenserais et serait encore tourmentée par ces événements.

Dans Allegiant nos héros découvrent finalement ce qui se trouve hors de Chicago. Depuis le tome 1 on nous a laissé quelques indices sur l'extérieur de cet univers dans lequel évoluent les personnages, des indices si intelligemment et délicatement distillés que certains lecteurs n'avaient pas forcément bien compris qu'il y avait autre chose que Chicago dans ce monde dystopique et que cet autre chose était appelé à jouer un rôle important dans l'histoire. C'est donc dans ce tome-ci que nos théories se retrouvent confirmées (pour ma part) ou infirmés. Ce changement de décor a un réel impact sur nos héros qui sortent encore un peu plus de la boîte dans laquelle ils ont été élevés, et avec ces découvertes viennent des révélations sur eux-même. Particulièrement chez Tris et Four. En tant que personnages individuels mais également en tant que couple.

Tris se révèle complètement dans cet ultime tome. Quel chemin parcouru depuis le début de la saga ! Elle atteint dans Allegiant un vrai point d'arrivé. Forte et déterminée, elle est beaucoup plus confiante sur ses capacités et ses choix. Elle est également plus réfléchie, bien que toujours un peu impulsive, et on a le réel sentiment qu'elle s'est enfin trouvée au fil de ses aventures. Sa relation avec Four est également touchée par ces changements sur son personnage, principalement car alors que Tris s'épanouit, Four vacille. C'est d'ailleurs déstabilisant pour le lecteur, voir même parfois gênant puisque la narration de son point de vue tâtonne, de voir Tobias perdre pied alors qu'il fut un roc infaillible et implacable tout au long de la trilogie. Four doute, il a du mal à trouver son identité face aux révélations qui lui sont faites alors même que le spectre de son éducation plane encore et toujours au dessus de sa tête. Nos deux héros s'opposent, se défient, se fuient, et finalement se trouvent entièrement et absolument. La dynamique entre Four et Tris n'échappe donc pas aux changements et révélations de cet ultime volet et s'en retrouvera totalement bouleversée.

Parmi toutes ces révélations, les plus importantes concernent bien sur la ville de Chicago en elle-même mais également ce que veux réellement dire être Divergent. Veronica Roth ne se défile par sur ce point qui a rythmé la trilogie par son importance cruciale. Personnellement les explications sur la Divergence et sa valeur ne m'ont pas surprise car elles furent proches des théories que je m'étais échafaudé. J'ai donc trouvé tout l'aspect dystopique et technique de ce dernier tome tangible et satisfaisant. Si l'auteure voulait répondre aux interrogations amenés tout au long de la trilogie, je vois mal quelles autres possibilités lui restaient. Je reste convaincue que beaucoup de lecteurs, si ce n'est la majorité, y retrouveront leur compte et seront satisfaits par les découvertes et développements proposés par Allegiant.

Et si c'est dur de parler de la fin d'Allegiant sans spoiler quoique ce soit, je tirerais tout de même mon chapeau à Veronica Roth. Elle a eu le culot et la force de caractère d'aller au bout de ses idées et de prendre des risques. Là où beaucoup d'auteurs sont tentés de choisir la voie de la facilité, Mrs Roth ne s'est pas défilée et a fait un des choix les plus badass et Dauntless que j'ai pu voir dans la littérature Young Adult. Au final c'est certainement cela qui a tant déplu et déchaînés les passions à la sortie du roman. Tout simplement le fait que Veronica Roth soit allée au bout de SES attentes et non pas de celles que pouvaient avoir les lecteurs. Les réactions négatives sur cette fin en deviennent presque pour la plupart des caprices... un comble après que Tris elle-même ait été tant de fois cataloguée de capricieuse dans les deux premiers tomes !

La trilogie Divergent se conclue dont de la manière la plus percutante qui soit et Veronica Roth fait une entrée fracassante dans la cour des auteurs qui comptent ! Une fois ce roman terminé, tout fait mal et on y laisse une petite part de nous (à se demander si c'est pas un horcruxe). Alors peut-être que ça fait de moi une masochiste mais, malgré toutes ces émotions fortes et ces larmes, Tris, Four, Uriah, Christina et les autres, je suis ravie d'avoir fait ce voyage avec vous. Merci Mrs Roth !

par Althea
Voyage au bout de la nuit Voyage au bout de la nuit
Louis-Ferdinand Céline   
Hommage à un prof d'éco qui m'disait: "J'aimerai renaître pour lire à nouveau ce livre comme si c'était la première fois!"
Un des ces bouquins qui marquent des vies.

par Joyce
Le Décameron Le Décameron
Boccace   
J’ai effectué cette lecture dans le cadre de mon cursus universitaire. Même si certaines nouvelles sont plaisantes et courtes, les ressorts comiques sont toujours les mêmes. C’est pourquoi la lecture de ces quelques 900 pages devient rapidement lassante. Toutefois, cette œuvre a joué un rôle clé dans l’expansion du genre de la nouvelle et a une importante visée satirique. Il est également assez drôle de se sentir en décalage complet face à certaines mœurs, en tant que lecteur du XXIème siècle.
Électre Électre
Hugo Von Hofmannsthal   
Electre, fille de Clytemnestre et d'Agamemnon, veut venger le meurtre de son père commis par sa propre épouse, aidée dans le crime par son amant Egisthe. Résolue dans ses intentions funestes, Electre entraîne avec elle sa jeune sœur Chrysothémis, tournée vers la vie, et oblige son frère Oreste, à peine revenu d'exil, à accomplir son devoir de vengeance.

par Kazenone
L'Attrape-cœurs L'Attrape-cœurs
J. D. Salinger   
« L’attrape-cœurs » est une œuvre culte que j’avais très envie de découvrir. Je ressors de cette lecture mi amusée mi sceptique. Je ne sais pas trop quoi en penser, même si je concède volontiers que cela ne m’a pas déplu.

Ce qui saisit d’abord, c’est le style. Brute et percutante, la langue est très proche de l’oral et parfois même emprunte d’argot. Cela n’a pas été pour me déplaire, bien au contraire : je pense que c’est la plume si particulière de l’auteur qui forge l’originalité et l’attractivité de l’œuvre.

En effet, il y a quelque chose de magnétique dans cette écriture atypique. On est comme hypnotisé par ce court roman qui ré-exploite bon nombre de topoï de la littérature adolescente : l’internat, la fugue, la quête identitaire. L’histoire relatée est des plus banales, mais le lecteur se laisse malgré tout porté par la voix du narrateur. On ne s’ennuie pas une seule seconde.

Parlons-en, de ce fameux narrateur. On ne sait pas si on peut se permettre de l’aimer ou si on doit le haïr tant il agit parfois de façon impulsive et irréfléchie. Et certains de ses propos sexistes ont manqué me faire hérisser le poil. On a peu d’empathie pour lui, mais ce qui parvient à nous le rendre un brin sympathique est son sacré cynisme. Son attitude face à la vie finit par déteindre sur nous : on ne prend plus rien au sérieux. Tel un électron libre, il a ce détachement vis-à-vis du monde. On pourrait le taxer d’irréaliste ou d’irresponsable, mais je pense qu’il est surtout à la recherche d’une certaine paix.

L’histoire s’achève comme elle a commencé : sur un rien. Au-delà de la réaction du « Tout ça pour ça », on ne peut considérer cette lecture comme une pure perte de temps : elle a le mérite de nous faire réfléchir sur notre propre rapport au monde. Comme une parenthèse bienvenue.