Livres
462 209
Membres
419 325

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par bellajessica 2014-07-29T01:58:12+02:00

L’ambassade avait été attaquée une première fois neuf mois plus tôt, le 14 février 1979, un mois après la fuite du chah d’Iran, Muhammad Reza Pahlavi. Ce jour-là, l’ambassade avait été prise d’assaut par un groupe armé de guérilleros marxistes qui avaient retenu le personnel en otage pendant quatre heures.

Le plus grand chaos régnait à l’époque en Iran. Le retour triomphal de l’ayatollah Khomeini de son exil en France avait provoqué l’effondrement du régime du chah. L’armée avait pris le relais, laissant un vide au milieu duquel s’affrontaient les diverses factions : un mélange de socialistes, de nationalistes, de communistes soutenus par Moscou, et d’islamistes radicaux dont l’alliance avait volé en éclats une fois chassé le chah. Des bandes armées sillonnaient les rues dans une atmosphère de règlements de comptes meurtriers. Les petits komiteh poussaient comme des champignons et marquaient leur territoire. Très peu fiables, sinon avec les mollahs auxquels elles avaient prêté allégeance, ces bandes armées, essentiellement composées de voyous, pratiquaient la justice révolutionnaire à coups de fusil. Profitant de toute cette confusion, Khomeini et sa garde rapprochée avaient instauré un gouvernement provisoire chargé de gérer les affaires courantes tandis qu’une assemblée d’experts œuvrait dans l’ombre à la rédaction d’une nouvelle Constitution.

Ce gouvernement provisoire n’avait guère attendu avant d’envoyer des sbires chasser les occupants marxistes de l’ambassade, mais l’attaque de la Saint-Valentin allait avoir d’importantes répercussions sur les événements à venir. À commencer par une forte réduction des effectifs de l’ambassade, qui comptait en temps ordinaire près de mille employés. Ensuite, et de façon plus significative, la réaction du gouvernement iranien à cette occasion avait donné l’impression que les autorités étaient disposées à honorer leur obligation de protéger l’ambassade et les diplomates qui y travaillaient.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode