Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de aribe06 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Les Chevaliers d'Antarès, Tome 1 : Descente aux enfers Les Chevaliers d'Antarès, Tome 1 : Descente aux enfers
Anne Robillard   
Un merveilleux livre! Cette série qui est la suite des héritiers d'enkidiev promet d'avoir beaucoup d'action et de nouveaux personnage tout aussi fascinant que ceux qui était dans les précédents livres. J'espère avoir la suite très bientôt et que nous n'auront pas a attendre très longtemps!!!:)

par Malocoqc
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Les Ailes d'Alexanne, Tome 1 : 4h44 Les Ailes d'Alexanne, Tome 1 : 4h44
Anne Robillard   
Je viens juste de le lire et j'ai que trop aimé!!! En fait j'ai plutôt ADORÉ!!! Les personnages sont pleins de mystères et si attachants! J'attends la suite avec impatience! :)(N'hésité surtout pas à le lire, c'est trop bon!)



par CInnCI
Les Ailes d'Alexanne, Tome 5 : Spirales Les Ailes d'Alexanne, Tome 5 : Spirales
Anne Robillard   
Et Alexanne dans tout ça ? J'ai presque dû me forcer à le lire jusqu'au bout car j'ai été terriblement déçus par cet aspect : ne l'oublions pas qu'il s'agit des ailes d'Alexanne, le tome 4 et 5 n'ont plus rien à voir avec le début de la saga, où nous pouvions voir la jeune fée apprendre à maîtriser ses pouvoirs et comprendre sa nouvelle condition. Anne Robillard a déjà fait une saga entière sur la fin du monde avec de la science-fiction avec A.N.G.E. pourquoi ne nous laisse-t-elle pas cette saga pour rêver d'anges et de fées ?

par Eneliah
Les Ailes d'Alexanne Tome 6 : Sirènes Les Ailes d'Alexanne Tome 6 : Sirènes
Anne Robillard   
Mon avis va sûrement reprendre un certain nombre de commentaire. Je trouve que l'histoire (et ce à partir du tome 4) manque de suspens. Elle n'est plus "addictive" mais presque lenteet ennuyante. Alexanne n'est plus le personnage principale (étant donné que la série porte son nom, c'est assez étrange) et l'histoire change totalement. On se retrouve dans un scénario de fin du monde alors que l'on partait de l'histoire d'alexanne qui après la mort de ses parents, découvre qu'elle est une fée. De plus, ces trois derniers tomes sont bien fidèles à leurs titres: dans dans Spirales, on ne parle tout au long du livre que des spirales qui surgissent dans les champs de blé (ce qui n'a qu'un interet limité au bout de 200 pages). De même pour Sirène. En bref, j'ai été déçue par ces trois derniers tomes et je pense comme les autres personnes ayant posté des commentaires: l'auteure aurait dû s'arrêter au tome 3 (les trois premiers livres étant géniaux!)
Métamorphose, tome 2 : Paradis Obscur Métamorphose, tome 2 : Paradis Obscur
Ericka Duflo   
Wow !!! On découvre un nouveau monde plein de surprises et spécificités ! Senna fait la connaissance de la fameuse Matriarche et se fait de nouveaux amis. Ian n'est pas le bienvenu dans la caste et plein de péripéties attendent le couple qui n'est pas au bout de ses surprises ! Les personnages sont originaux et la mythologie bien revisitée. Les décors sont magnifiques et l'histoire est intelligemment menée et très bien construite. J'ai hâte de me replonger dans cet univers de Métamorphose !!!
Les filles modèles,tome 10: réponses troublantes Les filles modèles,tome 10: réponses troublantes
Marie Potvin   

Pour Marie-Douce, l’apparition soudaine de Lucien est impossible. C’est un imposteur, un sosie! Il n’était pas censé revenir et en plus, il a beaucoup trop changé pour être celui qui lui a brisé le cœur avec une simple lettre. Mais elle doit se rendre à l’évidence : il est bien là et il l’invite à le suivre à l’autre bout du monde! Même si elle sait que son père n’acceptera jamais un tel projet, Marie-Douce tente le tout pour le tout! Lucien n’est cependant pas le seul garçon qui rend la vie difficile à la jeune danseuse : James et Maddox lui en font voir de toutes les couleurs, eux aussi! Le cœur à la dérive, Marie-Douce devra faire le point sur ses sentiments.

Du côté de Laura, ce n’est pas plus simple, surtout maintenant que Daniel St-Amour est de retour! Xavier et elle l’attendaient de pied ferme avec leur test d’ADN pour enfin connaître la vérité. Sont-ils, oui ou non, demi-frère et demi-sœur? La réponse à cette question est encore plus complexe que ce qu’ils auraient pu imaginer et bouleversera la vie de tout le clan!

par LIBRIO64
Les Héritiers d'Enkidiev, Tome 10 : Déchéance Les Héritiers d'Enkidiev, Tome 10 : Déchéance
Anne Robillard   
Cela me peine de dire ça, mais ce dixième tome confirme ce que je craignais déjà, à savoir que cette série devient de plus en plus décevante.

J’étais pourtant partie assez confiante au début, pensant que les crimes de Moérie auraient fait un peu de ménage dans tout ce fouillis céleste. Et en effet j’ai trouvé l’histoire un peu moins dispersée que dans les tomes précédents, bien que certains personnages importants passent encore totalement à la trappe et qu’il n’y ait pas vraiment d’intrigue motrice.

Pour ce qui est des dieux justement, il était amusant de suivre leurs premiers pas dans le monde réel et leurs aspirations futures, mais jusqu’à un certain point : [spoiler]Sérieusement, Theandras boulangère ? Hum…sans commentaire.[/spoiler]

Je n’ai aussi pas pu m’empêcher de m’arracher les cheveux devant un certain évènement :[spoiler] La fusion de Swan et Napashni. Alors là, ça devient du grand n’importe quoi ! Moi qui attendait tant des retrouvailles et une réconciliation pour Onyx et Swan, le mélange de la personnalité de cette dernière avec l’un des personnages que je déteste le plus ne m’a pas plu du tout ! Cette préférence mise à part,[/spoiler] le fait nous est balancé brutalement, sans aucune explication qui tienne la route. On avait l’impression que l’auteur découvrait en même temps que nous un fait qu’elle n’avait pas du tout prévu au départ.

Encore une fois on a affaire à des descriptions très superficielles, peu de sentiments, des dialogues parfois totalement inutiles, et le tout fait beaucoup trop résumé. La quantité démesurée de personnages y est surement pour quelque chose, mais m’est avis qu’Anne Robillard exploite mal le potentiel de son œuvre.

Je ne sais pas si c’est parce que je grandis tout simplement ou que l’auteur bâcle de plus en plus ses livres – ou peut être un peu des deux- mais j’ai de plus en plus de mal à retrouver et à me plonger dans cet univers qui me passionnait tant autrefois.

Je suis curieuse de savoir comment tout cela va se terminer, mais j’avoue aussi avoir hâte que ça finisse.

Les Héritiers d'Enkidiev, Tome 11 : Double allégeance Les Héritiers d'Enkidiev, Tome 11 : Double allégeance
Anne Robillard   
À peine commencé le livre que je n'avais déjà plus envie de le lire. Trop de personnages pas assez développés, une histoire qui tourne en rond, des dieux à l'infini,pas assez de descriptions d’événements. L'auteur peut survoler des moments où il devrait y avoir de l'action comme des combats, mais passe des lignes à énumérer les légumes qui poussent à tel endroit. En bref plein de petits détails qui m'ont détourné de cette lecture. Je suis pourtant fan des Chevaliers d'Émeraude et j'aimais bien le début des Héritiers d'Enkidiev surtout pour le fait de retrouver les personnages, mais d'en faire des dieux, j'ai parfois trouvé que ça ne concordait pas avec l'image que je m'étais faite d'eux au départ alors je préfère arrêter là et garder en mémoire uniquement la première série parce que celle-ci n'a fait que se dégrader et c'est dommage.

par Winky
Les Héritiers d'Enkidiev, Tome 12 : Kimaati Les Héritiers d'Enkidiev, Tome 12 : Kimaati
Anne Robillard   
Je commence sérieusement à mettre en doute la capacité d'Anne Robillard à faire une fin ;)

par Nerely
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3