Livres
505 232
Membres
512 858

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par AuSoGi 2020-05-09T22:18:16+02:00

La culpabilité naît dans nos entrailles, se répand dans notre esprit. Elle s’immisce en nous tel un feu de broussailles, elle grandit et s’embrase en peu de temps. Elle profite de toutes nos failles, nous rend coupable d’exister. Elle est mauvaise, odieuse et sombre, bien plus forte que nous, nous réduisant à une ombre. Elle se joue de nos faiblesses, se moque de nos ambitions, nous bouscule, nous brusque et nous blesse. Elle tue à coups de déraison.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lau37 2020-05-10T07:09:51+02:00

Je ne m'excuserai pas, Ashton, souffle Addison tandis que mes yeux s'écarquillent telles des soucoupes . Spoiler(cliquez pour révéler) M'excuser ne ramènera pas ta soeur . Lorsqu'une personne s'excuse, soit elle se sent coupable, soit elle a pitié . Je n'éprouve aucune pitié pour toi, juste de la compassion parce que je sais ce que c'est de perdre un frère, ou dans ton cas, une soeur . Je ne me sens pas coupable non plus, alors m'excuser ne changera rien . Par contre, si jamais tu souhaites en parler, je suis là .

Afficher en entier
Extrait ajouté par AuSoGi 2020-05-09T22:17:46+02:00

J’ai bien cru qu’il allait m’abandonnait sur le bas-côté avec une pancarte « je suis un énorme con, ne me récupérer pas » autour du cou.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AuSoGi 2020-05-09T22:17:24+02:00

« Le bonheur se trouve dans le sourire de cette femme, pas dans le cul d’une douzaine d’autres. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par AuSoGi 2020-05-09T22:16:23+02:00

L’amour, c’est de la connerie. Les gestes affectueux, de la merde en boîte pour prétendre qu’on est heureux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AuSoGi 2020-05-09T22:15:43+02:00

Je détourne machinalement le regard, ce qui lui provoque un léger rire.

Connard

- Gênée, Addison ? demande-t-il d’une voix rauque, pleine de malice.

Sans prendre la peine de lui répondre, j’étire sa peau avant de commencer à tatouer. Je le vois grimacer tandis qu’un fin sourire de victoire se dessine sur mes lèvres.

- N’oublie pas qui est en position de force, Ashton.

Afficher en entier
Extrait ajouté par WordsofLove 2020-05-05T20:27:35+02:00

Je crois que je suis tombée amoureuse de lui comme ça, d'un coup. Il n'y avait rien, je le supportais à peine, et puis il y a eu tout. Je ne suis pas tombée amoureuse de lui, je me suis cassé la gueule, violemment, et j'adore ça.

Afficher en entier
Extrait ajouté par WordsofLove 2020-05-05T20:25:20+02:00

...le tatouage était une sorte de libération. On grave sur notrr peau nos peines, nos amours, notre haine, nos envies, nos joies, afin de ne jamais les oublier.

Afficher en entier
Extrait ajouté par coco-coraliie 2020-05-13T18:40:36+02:00

- Mon père adoptif dit toujours à son fils biologique que le bonheur se trouve dans le sourire de sa femme, pas dans le cul d'une douzaine d'autres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2020-05-13T08:55:31+02:00

Chapitre 5 : Agreement

Dix-Mille

«…Cependant, je n’ai aucune solution. De plus, j’ai des affaires bien plus urgentes à régler qu’une pauvre nana qui craint pour ses études.

Sans vouloir te vexer, ce n’est pas vraiment notre problème. Si on devait aider toutes les nanas qu’on baise, on serait vraiment dans la merde, soupiré-je.

— Sauf que tu ne m’as pas baisée, connard, crache la tatouée.

— Écoute, poupée, tu m’as sauvé le cul et je t’en remercie, mais tu vois, je ne suis pas Mère Teresa non plus.

Ashton me fusille du regard tandis que je m’installe plus confortablement dans le canapé. Addison est mignonne, c’est un fait. Mais ce n’est pas pour autant que je vais me casser le cul pour son joli minois. C’est une grande fille et elle semble en avoir assez dans le pantalon pour tenir tête à deux-trois nanas.

Tant que l’affaire ne se tasse pas, nous ne pouvons rien faire. Même si je venais à lancer un message sur les réseaux sociaux, cela ne ferait qu’envenimer la situation. Seul le temps peut l’aider, je suppose.

— Putain, j’y crois pas, s’énerve Addison. Tu te mêles des affaires qui ne te regardent pas et après tu laisses les autres se démerder, tu es vraiment un cas, c’est pas possible !

Je souris en la regardant tourner en rond, elle est plutôt sexy lorsqu’elle s’énerve.

— Oh, pitié, grondé-je, tu étais bien contente que je l’empêche, ce coup, pas vrai ?

— Non, mais sérieux, hurle-t-elle, je ne t’ai rien demandé, connard. Je ne sais pas quel genre de nana tu as l’habitude de côtoyer, mais moi je ne suis pas une princesse qu’on doit secourir.

— Alors, que fais-tu là, princesse ?

Je pense que là, elle est vraiment en colère…»

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode