Livres
534 373
Membres
559 737

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2011-03-03T20:33:52+01:00

Comment pourrait-on décrire Artemis Fowl ? Les nombreux psychiatres qui s'y sont essayés ont dû confesser leur échec. La principale difficulté de l'entreprise réside dans l'intelligence d'Artemis. Celui-ci parvient en effet à déjouer tous les tests auxquels on le soumet. Face à lui, les plus grands esprits du monde médical se sont trouvés plongés dans une infinie perplexité et nombre d'entre eux, balbutiants et hagards, sont retournés dans leur propres hôpitaux, à titre de patients cette fois.

Artemis est sans nul doute un enfant prodige. Mais pourquoi un être aussi brillant a-t-il décidé de consacrer sa vie à des activités délictueuses ? Voilà une question à laquelle une seule personne serait en mesure de répondre. Or, il prend un malin plaisir à ne jamais parler de lui-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Zinthia 2011-03-18T21:11:45+01:00

Butler s'approcha du groupe, les yeux cachés sous un bonnet marin.

- Il fait froid, ce soir, dit-il aux hommes rassemblés.

Personne ne répondit. Les policiers pouvaient apparaître sous toutes les formes possibles.

L'inconnu à la carrure d'athlète insista :

- Il vaudrait encore mieux travailler que de rester dehors par une nuit aussi glaciale

L'un des dockers, un peu faible d'esprit, ne put s'empêcher d'approuver d'un signe de tête Un camarade lui donna un coup de coude dans les côtes

- Mais de toute façon, poursuivit le nouveau venu, je ne pense pas que vous ayez jamais travaillé un seul jour de votre vie, pas vrai, les filles ?

Il n'y eut pas davantage de réponse Mais, cette fois, c'était parce que les dockers bouche bée, restaient muets de stupéfaction

- Oui, vous faites vraiment pitié à voir, reprit Butler d'un ton léger Oh, bien sûr, vous auriez pu vous faire passer pour des hommes au temps de la grande famine, mais, aujourd'hui, vous avez l'air d'une bande d'avortons en corsage

- Arrrrrgh ! laissa échapper un des dockers

Il fut incapable d'en dire davantage

Butler haussa un sourcil

- Argh ? Pitoyable et même pas articulé Jolie combinaison Vos mères doivent être fière de vous

L'inconnu venait de franchir une frontière sacrée Il avait mentionné leurs mères A présent, plus rien ne pouvait le dispenser d'une raclée, même le fait qu'il s'agisse de toute évidence d'un idiot Mais d'un idiot qui disposait d'un riche vocabulaire

Les dockers éteignirent leurs cigarettes et se déployèrent lentement en demi-cercle Ils étaient à six contre un. Il y avait de quoi les plaindre. Butler n'en avait pas encore fini avec eux.

- Et maintenant, mesdames, avant de commencer quoi que ce soit, je précise qu'il est interdit de griffer, de cracher et de rapporter à maman.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mikaua 2011-10-09T12:31:47+02:00

- Butler ? Répondez.

C'était Artemis qui l'appelait que le talkie-walkie.Butler remonta sa soeur de quelques centimètres sur son épaule pour pouvoir atteindre l'appareil accroché à sa ceinture.

- Sucettes ! aboya son employeur.

- Pouvez-vous répéter, s'il vous plaît ? J'ai cru comprendre...

- Heu... Je veux dire, ne restez pas là. Mettez-vous à couvert ! A couvert !

A couvert ? Le terme militaire semblait déplacé dans la bouche de son maître. Comme une bague en diamant dans une pochette-surprise.

- Me mettre à couvert ?

- Oui, Butler. A couvert. J'ai pensé que l'emploi de termes primaires serait le plus court chemin pour atteindre vos fonctions cognitives. De toute évidence, je me suis trompé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2011-03-03T20:33:52+01:00

Je vais vous renseigner moi-même en ce qui concerne les armes, poursuivit Artemis. Personnellement, je n'en ai pas. Mais Butler [...] possède un pistoler Sig Sauer dans le holster qu'il porte sous l'aisselle, deux poignards à lame mince dans ses bottes, un minuscule derringer à deux coups dans sa manche, un fil de fer dans sa montre pour d'éventuels étranglements et trois grenades à main dans diverses poches. Je n'ai rien oublié, Butler ?

- La matraque, monsieur.

- Ah oui. Une bonne vieille matraque à billes d'acier qu'il cache dans sa chemise. [...] Ne vous inquiétez pas, Mr. Xuan, dit Artemis avec un sourire. Ces armes ne seront pas utilisées contre vous. [...] Non,continua Artemis, ce serait inutile. Butler est capable de vous tuer de cent manières différentes sans avoir besoin de recourir à cette artillerie. Mais inutile d'aller jusqu'à cent, une seule suffirait largement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Imagines 2014-07-16T21:18:24+02:00

-Quelqu'un vous a vue entrer ?

-Le FBI, la CIA, la NSA, la DEA, le MI6 et le TLMDI.

Faoly fronça les sourcils.

-Le TLMDI ?

-Tout Le Monde Dans l'Immeuble, répondit Holly avec un sourire goguenard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Dracnor 2013-09-02T12:24:52+02:00

-Vous êtes fou!

Artemis hocha la tête d'un air indulgent.

-Si je gagne, je suis un génie. Si je perds, je suis un fou. C'est comme ça que s'écrit l'histoire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MiiyanO_clO 2012-08-08T02:29:40+02:00

Il y a un sacré bout de temps, j'avais proposé de mettre en ligne la traduction du texte en Gnomique de chaque tome traduit par mes soins.

Voici celle du Tome 1:

Sur la 1ère de couverture ainsi qu'en bas de chaque page, on voit se répéter la même phrase:

"Un génie, un bandit d'exception, un millionnaire et il n'a que 12ans."

Afficher en entier
Extrait ajouté par lilionne 2011-09-03T11:54:46+02:00

-C'est mieux comme ça, petit être de boue. Le jeu est terminé, maintenant. Les professionnels vont prendre le relais et, si tu es bien sage, je t'achèterai une sucette à mon retour.

Holly était partie depuis longtemps, s'envolant sous les antiques poutres de chêne, lorsque Artemis répondit:

-Je n'aime pas les sucettes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2012-02-15T19:17:40+01:00

Artemis remis ses lunettes à vision nocturne et s'accroupit auprès d'elle pour être à son niveau.

-Je suis en parfaite santé, madame, à part une légère allergie à certains acariens dont je ne pense pas que quiconque puisse me guérir, même vous. Non, ce qui m'intéresse, c'est votre Livre.

La harpie se figea. Des yeux étincelants flamboyèrent sous le châle.

-Livre ? répéta-t-elle avec prudence. Je ne connais pas de livre. Je suis guérisseuse. Tu veux un livre, tu vas à la bibliothèque.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Arwenromans 2014-11-12T15:21:37+01:00

-Pas la peine de hurler, commandant. Ce micro pourrait capter le bruit d'une araignée en train de se gratter à Madagascar.

-Et est-ce qu'une araignée est en train de se gratter à Madagascar ?

-Heu...je ne sais pas. Ils ne peuvent pas vraiment...

-Bon, alors, ne détournez pas la conversation, Foaly, et répondez à ma question !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode