Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Artemyss : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Les initiés Les initiés
Frédéric Livyns   
Dès que j'ai appris que deux de mes auteurs chouchous écrivaient un roman à quatre mains, j'étais au taquet, impatiente de savoir de quoi ça allait parler. J'ai été sage, je ne leur ai jamais demandé de me parler du roman avant, tant je voulais partir de rien en le découvrant...

Je l'ai précommandé dès que c'était possible et je me suis jetée dessus dès que je l'ai reçu^^
Les Initiés est un roman horrifique où des événements affreux se passent dans un lieu-dit isolé de façon cyclique, tous les 25 ans.
En effet, à chaque fois, un groupe de cinq jeunes louent une maison où ils sont retrouvés assassinés atrocement et où un jeune homme disparaît mystérieusement.

Assez gore dans son propos même si l'essentiel est suggéré, Les Initiés vous fera passer un très bon moment de lecture frissonnante et glaçante.
Pour un public qui aime les films d'horreur, surtout ceux des années 80 où quelques clins d’œil à des films cultes pourraient vous revenir en mémoire : Evil Dead en tête :)

Les Initiés est un roman court, condensé ce qui fait qu'on ne s'ennuie pas une seconde mais qui ne laisse du coup pas le temps de s'attacher à tous les personnages (en même temps dans les films d'horreur des années 80, c'était le cas aussi^^).
J'aurai aimé en savoir plus sur certains personnages comme Sarah... et j'ai trouvé la fin un peu précipitée.
Là sera mon seul bémol car Les Initiés est un très bon roman d'horreur, bien écrit, avec une ambiance bien malsaine et savamment dosée.

Avec ce roman, Frédéric Livyns et Sébastien Prudhomme nous plongent dans un univers anxiogène et terrifiant en nous faisant faire connaissance des Initiés, personnages impressionnants et terriblement glauques...

Un roman qui vous fera frémir et que je vous conseille bien sûr ;)
Les Contes de Branhir le barde, Tome 1 : Le Grand Doré Les Contes de Branhir le barde, Tome 1 : Le Grand Doré
Pascal Boillet   
Dans l'ancienne Irlande, nommée ici Érik, Branhir le barde, accueille le lecteur et raconte ce récit purement imaginaire où la magie et les personnages mythiques se mêlent à la réalité. À Clanna, petit village du sud de la province de Midhre, une chasse se prépare. Il s'agit de traquer Bàn, le Grand Doré, un sanglier géant, doté dit-on, de mystérieux pouvoirs. Les acteurs principaux se réunissent et se mettent en route. Mais bientôt, pendant qu'ils sont leurrés par la traque qui les captive, des convoitises et des plans se trament, avec pour but, le pouvoir suprême sur l'île verte et certains d'entre eux deviennent gibiers.

Pour Shad, un jeune garçon de vingt printemps, naïf mais néanmoins courageux, récemment formé au métier des armes, commence alors un genre de voyage initiatique où à chaque étape, ses rencontres l'amènent à découvrir les faces visibles et cachées de l'île magique sur laquelle il est né, ainsi que les ethnies qui la peuplent.

Un récit épique, porté par les ailes du vent, quand sous l’œil de Dana, la magie se mêlait au réel pour écrire la légende. Quand les druides parlaient avant le roi. Quand les guerriers ne servaient encore aucun code, ni ordre de chevalerie.
Un conte pour adulte qui caresse notre âme d'enfant.

par Kiriu
Les Grisommes T3 : Rédemption Les Grisommes T3 : Rédemption
Frédéric Livyns   
Je remercie Southeast Jones, ainsi que la maison d'édition Séma pour l'envoi de ce dernier tome de cette trilogie de Frédéric Livyns dans le cadre de notre partenariat.

La couverture change des deux autres, un peu plus foncé que les deux premières. Elle n'est pas notre préféré à mon fils et moi. Pourtant elle reflète bien le monde dans lequel Nathan va être obligé de passer pour sauver Orianne. Comme pour les deux précédents tomes, il y aura l'avis de mon fils, puis le mien.

Concernant mon fils : il a beaucoup aimé les épreuves de Nathan, surtout avec Nonosse, le squelette. Et pour les zombies, il a bien rigolé. Lui qui aime bien les histoires de zombies, il avait les mêmes préjugés que la plupart des gens. Surtout avec le mot "cerveau" répété par ces derniers. Il aime toujours autant Oriane, même si elle embrasse Nathan et pas lui. Et pour Sébastien il l'a traité de tous les noms. Il a beaucoup aimé les noms donnés aux robots, aux jeux entre les personnages qui lui ont rappelé des dessins animés, tel Alice au pays des merveilles. C'est un garçon qui aiment beaucoup quand il y a de l'action et ce dernier tome n'en a pas manqué. Il a même pensé à harry potter, pourtant il n'y a pas de "magiciens" mais le fameux trois têtes lui a fait pensé à cela. En plus il a vu un début de mythologie à son école, donc forcément il m'en a parlé en long en large et en travers !

Pour ma part, le livre suit le cours de l'histoire. Pas de saut dans le temps, juste une continuité. Nathan doit sauver son amie contre les griffes du/des méchants. En parallèle, nous avons également Sa grand-mère avec Thomas qui cherche comment faire pour le sauver de ce monde si différent, et enfin Oriane qui nous montre ce qu'elle vit d'heures en heures.

Nathan va devoir conjuguer son talent d'Elu, mais aussi celui d'adolescent intelligent pour s'en sortir. Entrer dans ce monde des enfers ne sera pas de tout repos. Il va faire beaucoup de rencontres. Avec le lapin blanc d'Alice, pardon, le lapin nommé Michabou, ils vont être obligé de suivre un chemin pavé d'embûches. Bon nombre de personnages vont faire leur apparition. Que ce soit pour les aider ou au contraire les obliger à faire des promesses, chacun va démontrer que les mots sont puissants et les liens tout autant. Frédéric, ainsi que sa fille, ont trouvé de bons plans pour ce cauchemar ambulant. Entre des zombies, des citrouilles, des moulins de Don Quichotte avec un diable en personne sans les épées, il y a de quoi faire. D'accord, j'ai pas mal imagé certaines scènes, mais c'est ce qu'elles m'ont fait penser. Et il y a d'autres surprises de cet acabit qui sont vraiment bonnes à découvrir.

Orianne est une jeune adolescente qui a des idées dans la tête. Elle trouve toujours un moyen de se faire des "amis" et tourner les choses à son avantage. Quant à Sébastien, je ne l'avais pas vu venir du tout. L'auteur arrive à en cacher des choses à ses lecteurs et franchement c'était vraiment bien trouvé. Nonosse est un personnage drôle, il est souvent dépressif. Quant à Michabou, il doit être une sacré boule de poil qui parle. Entre les deux, les trois personnages, il y a beaucoup d'humour piquant. Tout comme Hurlu et Berlu qui ont apparemment des soucis d'ordre psychologique, mais ce n'est pas leur faute. Comme les autres pantins du même acabit.

Il y a beaucoup de réflexions dans ce dernier tome. Les liens d'amour et d'amitié sont important et font déplacer des montagnes, ou des gens vers un château dont il faut sauver une hypothétique princesse. Ce qui est visible n'est pas forcément ce qui est réel. Je prends l'exemple des Zombies, mais il y a bien d'autres personnages qui auraient également le droit à cette référence. Les peurs enfantines n'ont qu'à bien se tenir face à un élu, car seule l'imagination est capable de venir à bout des cauchemars. L'écriture est toujours aussi prenante.

En conclusion, l'histoire nous emporte dans une barque qui pourrait faire peur, nous apporte des alliés qui ont une sale tête et des ennuis à n'en plus finir. Ce dernier tome clos cette histoire, mais elle laisse une porte ouverte sur une suite hypothétique.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-grisommes-tome-3-redemption-frederic-livyns-a137495062
Abandonné Abandonné
Christelle Colpaert-Soufflet   
Le seul mot qui me vient une fois que j'ai refermé ce livre, c'est : whoa !
C'est un livre comme je les aime. Effrayant, inquiétant, instructif et superbement écrit.
Déjà chapeau à l'auteure pour m'avoir fait passé une nuit blanche ! J'avais tellement de frissons en lisant ce roman, que je n'ai pas pu fermer l'oeil de la nuit.
L'histoire va au delà de mes espérances. Surtout que cette maison existe vraiment et qui plus est, elle n'est qu'à quelques kilomètres de chez moi ! je n'en reviens pas de n'avoir jamais entendu parler d'une aussi belle maison par ici. Merci à l'auteure pour cette découverte.
Quant à l'intrigue en elle-même, j'ai aimé le fait que l'auteure allie de réelles rumeurs concernant cette maison et la fiction. C'est tout simplement effrayant et passionnant.
Après j'avoue avoir moins aimé la romance. Je n'ai pas trop aimé le fait que Faustine soit la maîtresse d'un homme marié. Mais ce n'est qu'un petit détail comparé au reste.
En bref, c'est un roman excellent que je recommande chaudement.

par Avalon
Sleeping Beauties Sleeping Beauties
Stephen King    Owen King   
Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment avec Sleeping beauties : une histoire originale et vite addictive, des personnes vraiment bien développés, qui ont tous un background qui permet de comprendre leurs actions et de sympathiser même quand ce n'est pas gagné au premier abord. Le style de Stephen King est bien présent, je ne sais pas dans quel mesure celui d'Owen King l'est aussi, n'ayant lu aucun de ses écrits.

On se retrouve donc dans une petite ville, avec des tas d'habitants dont on va pouvoir entrer dans l'intimité, et dont les histoires vont entrer en collision les unes avec les autres. Un décor à la Stephen King, quoi. Où les personnages se croisent, s'allient ou s'antagonisent, où les petites histoires de chacun se recoupent.

J'ai eu un souci avec les nombreux personnages, parce qu'ils ne sont quasiment jamais décrits physiquement. Du coup, pas simple de les identifier clairement et de ne pas les mélanger, au début. Je ne me rappelle pas si c'est toujours le cas chez Stephen King, mais ici ça m'a un peu dérangée au début. (par exemple, on apprend seulement à plus de la moitié du roman que Jeanette est noire ou que je ne sais plus qui est rousse. Quand on se les est imaginés autrement, il faut se contorsionner le cerveau pour faire entrer les nouvelles données et c'est assez agaçant).

J'ai aimé la note de mysticisme aux accents bibliques, comme l'auteur nous en réserve souvent dans ses bouquins. J'aime bien ce genre de surnaturel un peu mythologique.

J'ai ressenti quelques longueurs quand même. Stephen King m'a habituée aux gros bouquins et quand l'histoire suit, ça ne pose aucun problème, mais là, j'ai trouvé certains passages un peu fastidieux à lire, notamment ceux avec les femmes de l'autre côté. Il ne s'y passe jamais grand chose et j'avais à chaque fois hâte de revenir à l'action dans le vrai monde.

Le roman est très accès sur les relations femme/hommes, sur les problèmes de société qui y sont liés, et il n'évite pas toujours les messages féministes un peu clichés (les hommes ne savent pas faire la vaisselle ou repasser, ils sont violents alors que les femmes ne sont que paix et amour, ou que sais-je). Même si le roman fait un effort pour conserver une certaine neutralité en donnant une voix à tous les points de vue, c'est justement comme ça que je l'ai parfois ressenti : un effort. Stephen King m'a plus habituée à des situations ambiguës qui renversent les préjugés et les attentes.

Pour ce qui est des personnages : celui d'Evie Black est parfait. Un mélange de Randall Flagg et du du méchant dans La tempête du siècle (me rappelle plus de son nom, désolée).
Le personnage qui m'a le moins convaincue est Don Peters, il est un peu une caricature du connard sexiste et n'a aucune nuance. On a parfois l'impression qu'il est méchant pour être méchant [spoiler](pourquoi il tue sa mère ??)[/spoiler]
J'ai beaucoup aimé Franck Geary, j'ai trouvé qu'il était le plus abouti parce qu'il porte en lui toutes ces contradictions qui le rendent assez fascinant. Il n'est pas un personnage mauvais, il essaie toujours de faire ce qu'il y a de mieux. Son objectif est louable : il veut sauver sa fille. Et s'il se laisse aller à être parfois trop violent, s'il a certaines pensées peu charitables envers son ex-femme ou s'il commet parfois des erreurs, c'est parce qu'il est humain, il n'est pas parfait, loin de là. Le face à face entre lui et Clint est intéressant parce que ce sont sensiblement les mêmes personnes, sauf que Clint a déjà vaincu les démons qui possèdent encore Franck. J'ai trouvé un peu dommage que leur bras de fer se résolve aussi rapidement, j'aurais bien aimé un peu plus d'interaction entre les deux pour vraiment voir une évolution dans les façons de penser.
Oh, et Angel Fitzroy est géniale aussi, cinglée à souhait.

La scène finale où les hommes se créent un champ de bataille était assez bien faite, et renvoie bien l'idée que, confrontés à un problème, les hommes finissent toujours par en venir aux mains ou par se faire la guerre, à plus ou moins grande échelle.
Le dénouement m'a satisfaite aussi : il nous laisse avec un message d'espoir et de réconciliation.

En bref : Sleeping Beauties est un bon Stephen King avec une intrigue originale et prenante et quelques personnages très marquants. Je regrette les thèmes féministes trop poussés qui occultent parfois l'histoire et les accents moralistes de certains passages. Heureusement, l'intrigue parvient à ne pas s'embourber là-dedans et reste à flot jusqu'à la fin.

par Anna19
Nous étions les hommes Nous étions les hommes
Gilles Legardinier   
Scott Kinross et Jenni Cooper, respectivement docteur et généticienne, travaillent ensemble plus déterminés que jamais, pour essayer d'éradiquer ce fléau qu'est la maladie d'Alzheimer, maladie qui touche de plus en plus de personnes. Ils font une découverte fondamentale et leurs efforts sont en passe d'être récompensés... mais la concurrence est rude et certains sont prêts à tout pour s'approprier cette découverte... Scott et Jenni rencontreront bien évidemment beaucoup d'embûches sur leur route...

C'est "L'Exil des Anges", que j'ai beaucoup apprécié, qui m'a fait connaître Gilles Legardinier. "Nous étions les hommes" est, selon moi, encore meilleur.
Ce thriller est avant tout une course contre la montre, une lutte acharnée des protagonistes, une enquête à cent à l'heure où l'on va de surprise en surprise et où le suspense est maintenu jusqu'à la fin. Je conseille vivement cette lecture qui mêle suspense, belle intrigue et rebondissements.

par SuperNova
Chants de paix et tambours de guerre Chants de paix et tambours de guerre
Patrick Bert   
Ce fut avec grand plaisir que j'ai replongé pour la quatrième fois dans l'univers de Caltaron.
Dès le premier chapitre, on est tout de suite mis dans le bain avec les déboires d'Olgir. Il n'y a pas de temps mort dans ce tome, les scènes d'actions et les péripéties s'enchaînent sans jamais se ressembler, les scènes de combat sont toujours aussi maîtrisées et l'humour toujours excellent et notamment les chansons parodiées. Et c'est d'autant plus délectables lorsqu'on connaît l'air et les paroles des chansons originelles.
Si la menace majeure de cette saga se précise dans ce tome, l'auteur nous fait part également de belles trouvailles, [spoiler]le pigeon-garou m'ayant particulièrement marqué.[/spoiler] J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le principe des joutes verbales.
Concernant le personnage principal, Olgir, on en apprend davantage sur son passé où une part de son héritage fait surface et prend même de plus en plus d'ampleur au point de constituer la principale source de complication dans la mission qui réunit Olgir et ses amis.
Cette mission est par ailleurs mon seul bémol à ce tome. Celle-ci passe en effet trop facilement aux oubliettes. Les personnages vivent tellement d'aventures qu'aux deux-tiers de l'histoire, je me suis demandée : "mais pourquoi ils voyagent déjà ?" En cela, j'aurais aimé de petits rappels à l'occasion.
En conclusion, Chants de paix et tambours de guerre est pour le moment mon tome préféré de la saga d'Olgir le barde.

par Panthera
Simiutopia, épisode 1 Simiutopia, épisode 1
Céline Reinert   
Je suis tombé par hasard sur ce livre et en lisant le résumé je suis me dis « tiens pourquoi pas, ça a l’air sympa ». Et en ouvrant le livre je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait si peu de pages ! Je me suis vite rendu compte pourquoi : on n’a que le début de l’histoire et encore ! Juste les bases.

J’ai trouvé ce format assez surprenant, mais d’un coté c’est n’est pas mal, ça permet de lire même si on n’a pas trop le temps, en dix ou quinze minutes !

Du coté de l’histoire, c’est pareil, c’est un peu une nouvelle expérience (pour moi en tout cas). Je lis peu de SF en général et la dernière fois que j’ai lu un livre du même type, c’est-à-dire où il y a de la création d’êtres vivants dans un laboratoire, c’était la trilogie Troisième Humanité de Bernard Werber.

Bref, tout ça pour dire que j’ai été surprise du contenu. Je ne m’attendais pas à ça même en ayant lu le résumé.

Et bien sur, le personnage de Jazella est juste rempli de mystère ! Alors c’est vrai que le format ne permet pas un attachement quelconque mais il y a tellement de questions qui arrivent en tête autour de ce personnage et du reste de l’univers que je n’attend qu’une chose : la suite !

Le rendez-vous est donc pris pour moi le 15 octobre !

Et si vous avez envie de découvrir ce premier épisode, n’hésitez surtout pas, il est gratuit et disponible sur tous les bons sites ;)

par 327e
Crossfire, Tome 1 : Dévoile-moi Crossfire, Tome 1 : Dévoile-moi
Sylvia Day   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/06/crossfire-tome-1-devoile-moi.html

J'ai été agréablement surprise par cette lecture. Je pense que cela vient en bonne partie du fait que ce livre a été comparé encore et encore à Fifty Shades of Grey, de ce fait je ne m'attendais pas à grand chose alors que j'ai passé un très bon moment à suivre les aventures de Gideon et Eva. Parce que je vais pas m'en cacher, j'ai trouver FSoG très (TRÈS) moyen et la série des Crossfire s'annonce largement plus intéressante (avec d'ailleurs un style d'écriture bien meilleur).
Les grosses similitudes qu'on peut trouver entre les deux séries sont principalement le héros qui se trouve être un jeune et riche entrepreneur avec un lourd passé qui le hante et aimant contrôler son monde. Cependant la ressemblance s'arrête là. Car dans Bared to you, on a le vrai plaisir de croiser une héroïne qui est capable de se prendre en main comme Eva (opposée à l'insipide Ana de FSoG) et qui donc rééquilibre la relation (contrairement à de plus en plus de romances, dont FSoG, où on a une opposition mâle dominant plein de problèmes contre jeune fille innocente et incapable). Ici les deux personnages principaux ont un lourd passé et pas mal de choses à surmonter, ce qui donne une vraie dimension à leur relation.
L'auteur nous embarque très rapidement et pleinement dans le début de cette relation teintée par les secrets des passés de ses protagonistes. A noter également le personnage très attachant et étonnant du meilleur ami d'Eva, Cary, qui semble avoir encore plus de problèmes que Gideon et Eva réunis (je lui donnerais bien son propre roman à celui-là !).
En résumé une vraie lecture à ne pas manquer, et surtout pas sous prétexte que c'est un autre FSoG (d'ailleurs n'attaquez pas ce livre en pensant que vous allez tomber sur une copie de FSoG, si vous êtes fans, car vous serez indubitablement déçus). J'ai vraiment hâte de découvrir le second tome et de connaître les secrets non révélés et l'évolution du couple Gideon/Eva.

par Althea
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3