Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de asankhyeya : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
13 à table ! 2016 13 à table ! 2016
Agnès Ledig    Romain Puértolas    Bernard Werber    Nadine Monfils    Alexandra Lapierre    Maxime Chattam    Françoise Bourdin    Michel Bussi    Stéphane De Groodt    François D'Épenoux    Karine Giebel    Douglas Kennedy   
Avec ce livre, on fait du bien aux autres et par la même occasion à soit ! J’ai passé un bon moment à découvrir ses douze nouvelles autour du thème de la fratrie. Toutes écrites par des auteurs talentueux au profit d’une grande cause (Les restaurants du cœur), elles sont très agréables et récréatives à lire, chacune dans leurs styles tantôt étonnantes, touchantes, déroutantes ou drôles. J’ai moi-même une sœur et deux frères et je crois qu’un bon écrivain pourrait facilement tirer une douzaine de nouvelles sur nos contradictions, ressemblances, sur nos « je t’aime, moi non plus », sur nos séparations et nos retrouvailles, sur notre amour et nos silences… L’on retrouverai un peu de tous les thèmes et sentiments décrites dans ses petites histoires imaginaires. Bref, un thème et des nouvelles qui provoquent forcement un certain remue-ménage dans mon fort intérieur.
[spoiler]
· Françoise Bourdin – Cent balles
« Dans une fratrie, la solidarité n’était-elle pas de rigueur ? »
C’est l’histoire de deux frères tellement différents mais inséparables. Ils sont proches, s’entraident prouvant que l’on a toujours besoin de l’autre et que quelques soit les actes, les chemins différents, il y a toujours à prendre et à donner entre frères à condition de ne pas juger. Une belle preuve d’amour !
· Michel Bussi – La seconde morte
Tout au long de cette intrigue, je me suis douté de la fin. Mais c’est tellement bien construit que j’ai fini pas me dire que je me trompais… Et puis quelle chute ! Mais chute…
· Maxime Chattam – Ceci est mon corps, ceci est mon péché
J’ai beaucoup aimé cette enquête policière, glauque et inquiétante. Par contre, moi qui imagine parfois au font de mon lit, un frère ou une sœur caché… je trouve ma folie moins inquiétant que de devoir m’interroger sur ce que je mange et surtout qui !
· Stéphane De Groodt – Frères Coen
J’avais déjà entendu ce texte sur canal + lu par Stéphane De Groodt dans une émission je ne sais plus laquelle. On aime ou on aime pas ! Il faut être très attentif, réactif et parfois s’y prendre à plusieurs reprises pour comprendre toutes les subtilités et drôleries de ce texte. Je vous conseil de le lire à voie haute… C’est un petit bijoux de jeux de mots et d’à peu prêt comme je les aime !
· François d’Epenoux – La main sur le cœur
Sans doute la nouvelle qui m’a le plus touché personnellement. Faut-il faire semblant entre frères et sœurs par amour d’une mère qui vous aiment autant les uns que les autres et qui ne cherche qu’à retrouver la magie d’une famille unie. Comment retrouver entre frères et sœurs l’instant futile et délicat de l’amour innocent de l’enfance. Pourquoi faut-il que se soit aux moments les plus durs de la vie comme la maladie, la mort que chacun oublie ses rancœurs, les non-dits, l’éloignement pour redevenir juste l’instant d’un clicher cette fratrie ? Pas avant ? Alors que c’est trop tard ! Mais tout ça ne compte peut-être pas entre frères et sœur. Peut-être est-ce normal puisque « J'étais leur petit frère et tout allait pour le mieux dans la meilleure fratrie du monde. »
· Karine Giebel – Aleyna
Ce n’est pas la nouvelle la plus joyeuse mais la plus authentique. Elle nous montre l’emprise des traditions archaïques, de la famille, de l’honneur dans certain milieu. C’est touchant, d’actualité et malheureusement criante de vérité. Le combat des femmes est loin d’être gagner…
· Douglas Kennedy – Tu peux tout me dire
Cette nouvelle semble presque autobiographique ! On devrais normalement se sentir en sécurité dans nos familles. On a confiance, on se confie, on demande conseil. Mais le plus souvent, cette famille nous trahie. Qui n’a pas éprouvé cette leçon au moins une foi dans sa vie ?
· Alexandra Lapierre – Fils unique
Ah les progrès de la génétiques… Un fils unique peut se découvrir une fratrie (ou pas)
· Agnès Ledig – Karen et moi
On peut être heureux d’arrêter de fumer surtout quand ça se passe dans les bras d’une autre…. Nos protagonistes en deviennent frère et sœur de cœur et finalement deviennent père de sang et mère d’adoption. Je vous laisse découvrir, c’est très beau !
· Nadine Montfils – La robe bleue
« Et qui te dis que les gens qui réalisent leurs rêves sont plus heureux que ceux qui se les imaginent? La réalité déçoit toujours. L'imagination, jamais. »
Deux sœurs, chacune dans leur monde ; un peu à côté de la plaque comme pour se protéger de la réalité tiennent un café. Rose rêve de quitter cet endroit où personne ne la remarque. Mais elle aime sa sœur, sa chienne Spéculos… Jusqu’au jour où un homme pas « comme les autres clients » entre et ravive ses espérances. … La fin est un peu « dérangeante » !
· Romain Puértolas – Le premier Rom sur la lune
Voici la nouvelle la plus farfelue de ce recueil mais aussi la plus poétique. Il y a un vrai fond et un message qui passe magnifiquement bien sous un doux voile d’humour. Une belle histoire pour tenir ses promesses… toujours !
· Bernard Weber – Jumeaux, trop jumeaux
Dans son style si particulier, Bernard Weber nous offre une vision (scientifique ? ) de la gémellité. Intéressant !:Même si la fin est un peu abrupt du fait du format imposé…
[/spoiler]


par RMarMat
13 à table ! 2018 13 à table ! 2018
Adélaïde De Clermont-Tonnerre    Karine Giebel    Françoise Bourdin    Alexandra Lapierre    Christian Jacq    Romain Puértolas    Eric Giacometti    Agnès Martin-Lugand    Marcus Malte    François D'Épenoux    Maxime Chattam    Michel Bussi    Jacques Ravenne    Leïla Slimani   
J'achète ce livre tous les ans malgré ma PAL assez conséquente, mais c'est pour la bonne cause ! Je viens de le finir et malgré des nouvelles innégales (qui sont loin d'être mauvaises tout de même) je le met toujours en ''or" pour l'engagement des auteurs.

par Melissa18
Le Dossier Artemis Fowl Le Dossier Artemis Fowl
Eoin Colfer   
J'ai beaucoup aimé la premiére des histoires contenue dans ce livre. La deuxiéme un peu moins. Les interviews des personnages sont géniales, ainsi que les shémas et dessins.

par x-Key
Artemis Fowl, Tome 7 : Le Complexe d'Atlantis Artemis Fowl, Tome 7 : Le Complexe d'Atlantis
Eoin Colfer   
Franchement il est super, j'avoue que moi aussi j'ai trouver que c'était court comme s'il y avait moins d'action que d'habitude. Mais c'est pas grave car globalement c'est toujours aussi bon!
Astérix, Tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise Astérix, Tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise
Albert Uderzo    René Goscinny   
J'ai lu tous les Astérix, je crois bien que c'était ma première BD et je les conseille à tout le monde. C'est rafraichissant, on rit beaucoup, et on s'attache aux personnages. C'est un classique à lire !
Astérix, Tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête Astérix, Tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête
Albert Uderzo   
Honnêtement, je n'ai pas été très convaincue par cet album. Bien que l'humour soit toujours présent (et ce fort heureusement), je n'ai pas approuvé l'idée de mélanger un monde ancien et les extraterrestres. Le scénario était trop farfelu pour coïncider avec l'esprit traditionnel des autres albums d'Astérix et Obélix.

par myra44
Astérix, Tome 34 : L'Anniversaire d'Astérix et Obélix - Le livre d'Or Astérix, Tome 34 : L'Anniversaire d'Astérix et Obélix - Le livre d'Or
Albert Uderzo    René Goscinny   
C'est^pas mal mais ce n'est pas une de mes préférées d'Astérix. Mais bon je reconnais qu'il y a de la recherche. J'ai beaucoup aimé le début où on les voit vieux.

par myra44
Autant en emporte le vent, tome 1 Autant en emporte le vent, tome 1
Margaret Mitchell   
merveilleuse découverte que ce livre ! il va me poursuivre toute ma vie... il est vraiment super. à tous niveaux, il est LE livre.. intéressant, passionnant, attachant... bref, bien qu'il soit gros à lire, ça vaut vraiment le coup.
il se passe au moment de la guerre de Séssession...et pour une fois, du côté des Sudistes. on est tellement bercés par les films, les westerns à la John Wayne avec les bons Yankees et les méchants Sudistes, esclavagistes.
là on ne les fait pas passer pour des Saints... non, mais on voit leur vie, leur point de vue.... en plus, on voit la naissance du Klu Klux Klan, cela n'excuse en rien l'horreur, mais cela explique... franchement intéressant.
et puis tous les personnages sont magnifiques !!!
j'ai pleuré aussi un peu quand même....
bref, j'ai adoré !!!
à lire absolument....

par Lilou
Autant en emporte le vent, tome 2 Autant en emporte le vent, tome 2
Margaret Mitchell   
Dans ce second tome, les drames s’accélèrent, la guerre est au plus près. C’est à ce moment que Scarlett révèle sa force : un sang froid implacable, un grand sens pratique, elle n’hésite pas à faire ce qui doit être fait, même si c’est contre son éducation, contre son envie, contre les traditions. Au début de ce tome, elle souffre terriblement, et c’est à elle de tout porter à bout de bras : sa famille malade, Mélanie et son nouveau-né… Et c’est à ce moment-là qu’elle devient une héroïne extraordinaire. J’ai ressenti tellement de compassion et d’admiration pour elle, que c’était impossible de continuer à ne pas l’aimer.
Elle devient ensuite une femme qui s'émancipe, en gérant ses affaires commerciales. Du haut de notre 21° siècle, c'est choquant de voir comme c'est choquant pour une femme de gérer un business d'une main de maître (certes, avec une certaines cruauté).

La relation avec Rhett continue comme elle avait commencé : Rhett n’ose pas dévoiler ses sentiments, tant il craint la cruauté de Scarlett, et Scarlett se croit toujours amoureuse d’Ashley et n’a aucune idée des sentiments de Rhett.

Le contexte est celui de la fin de la guerre de Sécession. Les Sudistes en déroute, les Yankees conquérants. Considéré du point de vue de Margaret Mitchell, c’est assez déstabilisant. Il est dit que Lincoln ne libère les esclaves que pour avoir des voix en plus, que les anciens esclaves sont encouragés à recourir à la violence… Finalement, pour ce début de libération, Margaret Mitchell affirme que « c’était bien mieux avant », même pour les esclaves. Simplement parce qu’ils étaient nourris, logés, un minimum éduqués. Alors qu’à présent, ils sont libres, certes, mais à la rue, livrés à l’alcoolisme et la débauche, manipulés par les politiciens pour broyer leurs anciens maîtres.
Bref, il s’agit de prendre du recul sur tout ça, tant les descriptions sont le contraire de ce que l’on nous a appris. C’est aussi cela, la force (cachée) de cette œuvre : nous obliger à faire la part des choses.

Cette seconde partie d’Autant en emporte le vent grimpe de plusieurs crans en terme d’intensité. La romance entre Scarlett et Rhett est un peu mise de côté pour privilégier le côté sociologique : la reconstruction d’un Sud détruit par une jeune femme d’une grande volonté, prête à tout pour ne plus jamais souffrir de la faim.
Autant en emporte le vent, tome 3 Autant en emporte le vent, tome 3
Margaret Mitchell   
3ème tome… Le début, ultra intéressant historiquement : la justification du Ku-Klux-Klan. C’est assez incroyable comment Margaret Mitchell justifie tout naturellement des atrocités en présentant ce… "groupement" comme une sorte de club dans lequel des hommes courageux et aimants s’investissent pour venger leur famille agressée par un homme dont les actions abominables sont dans le cadre de la loi. Franchement, par rapport à ce qu’on sait des personnages (Franck, Ashley…) cette action punitive semble exagérée : tuer un homme pour avoir bousculé Scarlett. C’est ainsi que s’arrête la justification de Margaret Mitchell, qui tout de même, campe un Rhett Butler contre un tel groupe (mais c’est une fripouille, et en plus, il en vient à les aider à se sortir d’affaire, alors…). Bref, la propagande pro-Sudiste continue.

Et par contre, la relation Scarlett/Butler… évolue sans bouger. Chacun étant campé sur ses positions, étant persuadé de savoir ce que l’autre ressent, Rhett espérant ardemment que le cœur de Scarlett lui appartienne enfin. Rhett, tellement touchant dans ce tome. Ils continuent à se tourner autour. [spoiler]Et quand enfin, cela aurait pu bien finir, quand enfin, Scarlett réalise qu’elle l’aime… Mon Dieu, c’est trop tard, comme par hasard Rhett s’est lassé d’attendre en vain. Quelle frustration, après des moments d’une rare intensité (la « vraie » nuit d’amour, la convalescence de Scarlett après sa chute...) ![/spoiler]

Finalement, Scarlett réalise deux choses trop tard. [spoiler]D’abord, elle réalise son amour pour Mélanie alors que celle-ci est mourante. Un trait détestable de Scarlett était son mépris, sa jalousie (qu’elle soit mariée à Ashley, que Rhett l’admire…), voire sa haine, pour Mélanie. Et finalement, elle se rend compte que sa belle-sœur était son pilier, que si elle, Scarlett, lui a sauvé la vie, c’était pour de mauvaises raisons tandis que Mélanie a tout fait pour elle par pure bonté d'âme.
De suite après, elle comprend que c’est de Rhett dont elle est amoureuse et que, comble de bonheur, il l’aime aussi ! Mais elle ne réalise pas immédiatement qu’il est trop tard. Et c’est là toute la tragédie : alors qu’on suit avec attention les changements dans la perception de Scarlett et qu’on se réjouit de chaque progrès, on est déçu dès que Rhett la rembarre et ont finit désespéré lorsqu’on réalise à notre tour qu’il a renoncé, qu’il a renoncé, affirme-t-il, définitivement. Tout ça pour ça ! Suivre l’éclosion et la prise de conscience d’un amour pour finir sur un échec !
J’espère de tout cœur que dans sa réalité parallèle, Scarlett a réussi à reconquérir Rhett. Je pense que si elle s’y prend de la bonne manière, elle peut. C’est notre seul espoir pour ne pas détester cette magnifique œuvre ![/spoiler]

Mais quoi qu'il en soit, peut-être avant d'être une grande histoire d'amour, cette œuvre est une gigantesque fresque historique. On comprend la mélancolie de Margaret Mitchell face à des traditions perdues, à ce Sud bafoué. Magnifique.