Livres
469 633
Membres
437 218

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MaMt 2014-01-12T15:58:19+01:00

- Je vais tous les tuer, murmura Bartolomeo, et je mangerai leurs reins frits au petit déjeuner. Au fait, j'ignorais que tu parlais français.

- Je l'ai appris à Florence, répliqua Ezio avec désinvolture. J'ai connu deux filles, là-bas...

Il était secrètement heureux que son accent ait fait illusion.

- Vaurien ! Mais il paraît que c'est effectivement là que l'on apprend le mieux les langues.

- Où, à Florence ?

- Mais non, imbécile, au lit !

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaMt 2014-01-12T15:57:48+01:00

Peut-être aurait-il l'occasion de revenir chez lui, à Florence, de retrouver ses livres, de trinquer avec ses amis en hiver, de chasser avec eux en automne, de courir après les filles au printemps et de superviser les récoltes sur ses terres en été.

Mais pas pour le moment.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaMt 2014-01-12T15:56:57+01:00

Comment pouvait-il avoir confiance en elle ? Comment un homme ordinaire pouvait-il parvenir à comprendre les subtils méandres de l'esprit d'une femme ?

Afficher en entier

Ezio Auditore, tu as bien agi, mais j'ai accompli plus que ma part dans ta carrière et il est temps pour toi de me rendre. Place moi là bas pour que d'autres futurs membres de la Confrérie m'y trouvent. Mais hâte-toi ! Tu dois chevaucher au triple galop jusqu'à Naples, où Micheletto embarque pour Valence. Cette information est mon dernier cadeau. Tu as suffisamment de pouvoir en toi pour ne plus jamais avoir besoin de moi. Je resterai sous terre jusqu'à ce que les générations futures aient besoin de mon aide. Tu dois laisser un signe pour indiquer le lieu où je reposerai. Adieu, mentor de la confrérie des Assassins ! Adieu ! Adieu !

Afficher en entier

Veritablement on ne peut pas dire qu'il y ait de la valeur à massacrer ses concitoyens, à trahir ses amis, à être sans foi, sans pitié, sans religion: on peut, par de tels moyens, acquérir du pouvoir mais non de la gloire.

Afficher en entier

— Maintenant, avancez, lui ordonna-t-il. Et pas un bruit. Si vous criez, je serai forcé de vous couper la langue.

Il l’entraîna vers la porte par laquelle était parti Pietro, puis la força à avancer dans les escaliers qui conduisaient aux cellules.

— On secourt les demoiselles en détresse à présent ? Comme c’est romantique ! cracha Lucrezia.

— Fermez-la.

— Je suppose que vous croyez accomplir de grandes choses, à foncer ainsi comme un taureau enragé, à semer le chaos et tuer qui bon vous semble ?

— J’ai dit : la ferme !

Afficher en entier

— J’espère que tu te montres aimable envers notre invitée.

Lucrezia fit la grimace.

— Cette grande bouche… Elle ne la ferme jamais. Comme j’aimerais la lui coudre !

— Personnellement, je l’aime autant ouverte, sourit Cesare.

Afficher en entier

Ezio les regarda disparaître dans le virage du couloir, puis il se précipita à la porte.

-Ezio, souffla Caterina. Que fais-tu ici ?

-Je rends visite à mon tailleur - qu'est-ce que tu crois ?

Afficher en entier

-[...]Il ne faut jamais abandonner le combat, dit-elle avec fermeté.

-Jusqu'à la mort, dit Ezio.

-Jusqu'à la mort.

Afficher en entier

-Insieme per la vittoria ! [Ensemble pour la victoire !]

Ezio saisit la main de son oncle et la serra avec ferveur.

-Insieme ! [Ensemble !]

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode