Livres
524 158
Membres
542 314

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de astrachaos : Ma PAL(pile à lire)

Fangirl Fangirl
Rainbow Rowell   
Waouh, jamais je ne me serais attendu à une tel merveille !
Même si ma sœur, l'ayant lu et ayant eu les même préjugé que moi au début, m'avais bien dit qu'il ne fallait pas s'attarder sur résumé et sur la couverture peut accrocheurs, je n'ai pu m'en empêcher, et c'est vrai que ce n'est pas du tout le vrai reflet du livre.
En vérité ce livre est vraiment extra, et par dessus tout, peu commun.
J'ai presque immédiatement accroché avec Cath que je comprenais parfaitement. Même si elle est sur ses gardes, et qu'elle est loin d'être sociable il faut la comprendre : elle se retrouve dans un monde qui ne la comprend pas et qu'elle ne comprend pas non plus !
Elle a ses idées bien à elle et reste plantée sur ses positions, elle n'est donc pas naïve pour deux sous, et elle est très intelligente, a la même passion que moi (lire)....et est drôle ! Que dire de plus, une héroïne comme on en voit peut ! Ce qui m'a totalement fait tomber sous la charme c'est que quand il est question de Laura, elle ne lui pardonne pas et ne croit pas à une soudaine réconciliation, ça aurait signifié que son armure contenait une énorme faille (faille que beaucoup de héros dans les livres ont, et que je n'affectionne pas du tout), et elle serait redescendu dans mon estime.
Lévi que je n'appréciais pas particulièrement au début et devenu de plus en plus génial à mes yeux, ses sourires et sa douceur envers Cath m'ont fait fondre à mon tour. Et puis dans leur histoire d'amour pas de niaiserie (qui me donne de soudaine envie de suicides ou d’homicides) pas de "il m'effleura et je faillis défaillir" (petit clin d’œil à mon précédent commentaire), non tout se fait simplement ils se rapprochent, ils se plaisent, ils s'aiment. Sans confettis ni paillettes. J'ai adoré.
Reagan est devenu mon idole tout au fil des pages. Sa dureté, sa froideur et sa parfois méchanceté, m'ont conquis. Pourtant on voit bien qu'elle n'est pas sans cœur et n'essaie pas de jouer un jeu pour en donner l'impression, c'est juste que c'est son caractère.
Et Wren, un coup je l'adorais, un coup je la haïssait. Elle changeait de visage comme de chemise. Mais on découvre son véritable et définitif visage à la fin et je puis affirmer que désormais Wren fait également partie des personnages géniaux de ce livre.
Aussi j'ai vraiment aimé que le livre jongle entre la fanfiction de Cath et sa vie à elle. Cela permet de s'en détacher quelques instants pour découvrir un autre univers incroyable et addictif. Et ça permet également de nous faire découvrir de nouveaux personnages tous très attachants et agréables.
Et la fin bien qu'un peu conte de fée (mais je n'en veux pas à l'auteur car elle a écrit le livre d'une manière tellement réelle qu'un peu de "magie", (ça n'en est pas vraiment) ne fait de mal à personne) est splendide et je n'aurais pu concevoir une autre fin.
Vraiment c'est un roman qui fait du bien, beaucoup.
A lire sans se poser de questions.
Terre des hommes Terre des hommes
Antoine De Saint-Exupéry   
Absolument sublime !
Ce livre contient tout ce qu'il faut pour que je puisse voyager !
J'adore le style de Saint-Exupery, la simplicité de ses phrases qui sont pourtant incroyablement riches !
Il est un de mes auteurs préférés !

par Alezia_
Une chambre à soi Une chambre à soi
Virginia Woolf   
Pas du tout aimé. Je n’ai pas vraiment compris où l’auteur voulait en venir. Okay, elle disserte sur la femme et le roman mais, à part ça, quelle perte de temps et que de divagations inutiles. C’est mon premier Virginia Woolf (que j’ai dû lire pour les cours) mais je suis vraiment déçue car j’avais prévu de lire un livre de cette auteure pour m’en faire une idée. Je pense que je lirai un de ses romans pour vraiment voir si ses livres sont bien car celui-ci (qui n’est pas un roman) n’est pas très représentatif.

par Debby
Correspondance 1923-1941 Correspondance 1923-1941
Virginia Woolf    Vita Sackville-West   
J'ai beaucoup aimé partager l'intimité de ces deux écrivaines par le biais de leurs lettres. Cela se lit assez facilement, presque comme une histoire et j'ai du me rappeler plusieurs fois que cela était réel.

par Malikame
Les Vagues Les Vagues
Virginia Woolf   
De roman, cet ouvrage n'en a que la dénomination — qu'on y accole généralement le terme « expérimental » prouve déjà qu'il s'agit d'un objet difficilement classable ; c'est en réalité une succession de soliloques, parfois interrompue par des interludes non pas musicaux mais idylliques : est brossé le tableau d'un rivage à différents moments de la journée (où les vagues travaillent le littoral et se retirent continuellement).
C'est un long poème en prose récité par six personnages qui se disent amis (Bernard, Neville, Louis, Jinny, Rhoda et Suzanne) et qu'ils dédient parfois à un septième, muet mais bien présent : Perceval. Ils sont du reste davantage une conscience que des personnages, une conscience qui réfléchit sur l'individualité et la communauté au travers d'idéaux et d'angoisses propres à chacun. L'action est très rare (puisqu'ils pérorent incessamment), à l'instar de la distinction d'une temporalité d'habitude si définie dans les textes : ici peuvent s'écouler quelques années entre deux prises de parole suivies.
Ainsi, les personnages vagues (ou éphémères — mot que l'auteur a un temps pensé donner comme titre à l'œuvre) traversent l'enfance et l'adolescence jusqu'à la vieillesse en l'espace de trois cents pages à peine. D'eux, nous ne savons et n'apprenons que ce qu'ils dévoilent chichement alors qu'ils épanchent leur cœur dans des considérations le plus souvent empreintes de mélancolie. Ces monologues intérieurs rendent tout en lyrisme le processus de pensée de chaque personnage ; les images poétiques sont partout — elles échappent quelquefois à la compréhension, et « [teignent] en rouge, en vert, en violet, de mille couleurs » les confidences des parleurs. La traduction par Marguerite Yourcenar de cet ouvrage singulier est sublime, c'est à mentionner.

par Hillja
Kafka sur le rivage Kafka sur le rivage
Haruki Murakami   
Cet ouvrage est original pour bien des aspects. C'est une œuvre poétique avec des oppositions très « brutales » (scènes érotiques et meurtrières). C'est une œuvre philosophique (voire initiatique) remplie de métaphores propagées dans ces deux parcours (géographique et intérieur).
L'auteur joue très bien avec les genres littéraires (historique, polar, conte, fantastique, tragique, mythologique, initiatique...) comme des vagues sur le rivage. Il parsème dans cette atmosphère apaisante et mystérieuse, des références philosophiques, historiques, littéraires et musicales qui donnent à ces deux histoires parallèles (Nakata et Kafka Tamura), un caractère quasi-mystique comme si une porte sur le surnaturel s'ouvrait au cours de notre lecture. Une porte où les deux mondes (le rêve et la réalité) s'entremêlent.
Cela paraît assez étrange, mais il semble que mon avis reste confus... J'ai dû passer de l'autre côté, moi aussi.
De toute façon, les mots sont trop réducteurs pour cet œuvre d'Art.
Une saison en enfer Une saison en enfer
Arthur Rimbaud   
Une oeuvre qui peut sembler difficile d’accès avec une sorte d'avidité de coucher sur le papier les idées, sensations, et émotions qui se succèdent dans une espèce de cohue de métaphores et d’ellipses. Ce recueil reposant sur un langage très imagé renvoie à une puissance des mots que seul cet état voguant entre exaltations de la jeunesse, animation de la folie et semblant de retour raisonné peut donner en une infime parcelle du ressenti de profondes émotions et interrogation d'une personne en plein cataclysme. "Une saison en enfer" offre pour ma part un chef-d'oeuvre d'un impact et d'une beauté sensible.

par bscmm
Illuminations Illuminations
Arthur Rimbaud   
Une lecture complexe où l'on ne retiendra que - lors de la première lecture du moins - la beauté des tournures employées par Rimbaud. Il est l'un des meilleurs poètes pour ce qui est jongler avec les mots et de trouver des tournures chaotiques et inspirées. Mais sa poésie reste, à mon sens, trop sujette à des études et des analyses scolaires ou académiques.

Or, ce n'est pas réellement ce que je recherche dans la poésie. Je peux sentir les tripes du poète, l'univers torturé dans lequel il évolue, mais les mots ne résonnent pas en moi comme ceux de Baudelaire peuvent le faire. Ce qui est certain, c'est que je ne le boude pas et que je le relirais dans quelques mois. Car je sens que "Les Illuminations" reste un recueil qui peut réserver bien des surprises aux érudits de la poésie.

par Abyssos
La Princesse de Clèves La Princesse de Clèves
Madame De la Fayette   
La langue peut être un freint à la lecture de ce livre, mais il serait dommage d'y renoncer pour cette raison. La plupart des éditions comportent des notes qui "traduisent" ce français classique en un français plus moderne.

Le style est très agréable, fluide, mélodieux. Bien sûr la langue classique, désuette, galante, apporte du cachet à la lecture. Mais le charme de cette histoire réside dans la subtilité de son scénario : la fille de Mme de Chartes, Mme de Clèves, l'objet du désir de M. de Nemours, devient au fil des pages un je*qui va jusqu'à s'émanciper (ou non) de/pour sa passion amoureuse.

Ce roman n'est pas une histoire d'amour, mais une histoire d'amours. Le prince, Nemours, l'historiette, les intrigues de la cour, et, évidemment, la princesse de Clèves, tous ont une façon d'aimer, une histoire amoureuse qui leur est propre, qui résonne de manière plus ou moins forte dans le roman en se faisant écho les unes aux autres.

Mme de Lafayette nous livre une oeuvre à la compostion intelligente, sensible et poétique et semble, depuis la fin du 17e, nous poser cette question fondamentale (je l'espère pour vous aussi) : qu'est ce donc qu'aimer ?

par MintThea
Phèdre Phèdre
Jean Racine   
Au début, j'ai protesté lorsque nous avons eu à lire cette pièce au lycée. Puis, a fore de l'étudier, de regarder au plus profond des vers produis par Racine, je me suis laissée emporté par cette si belle tragédie. Cet auteur est un génie. Si j'avais voulu relever quelques vers, j'aurais été obligée de recopier le livre ! Tout est merveilleux dans cette pièce, que ce soit la langue ou l'histoire en elle-même.
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode