Livres
505 050
Membres
512 617

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par ninon64 2019-06-01T19:26:09+02:00

e sais que j’ai dit que je voulais coopérer et faire confiance à la communauté médicale, mais je me suis peut-être avancée un peu vite.

Quand on m’a pris mes affaires, l’équipe m’a assuré qu’on me les rendrait dès que je serais « installée ». Maintenant que je suis toute nue sous une robe légère qui ne ferme pas ‒ pourquoi ils appellent ça une « robe » ? C’est de l’ironie ? ‒, et allongée sur une couchette ‒ comme une plaque en fer mais moins confortable ‒, avec des petites rambardes sur les côtés ‒ pour m’empêcher de sauter ? ‒, j’ai découvert qu’on m’avait menti.

Je suis dans une chambre individuelle au service des urgences et ma porte doit rester ouverte en permanence. J’ai le choix entre l’obscurité la plus totale, ou un éclairage fluorescent fort sympathique qui me donne la migraine. En fait non, oubliez ça, je n’ai pas le choix : j’ai demandé aux surveillants d’éteindre la lumière, ils m’ont répondu qu’ils avaient besoin de voir dans ma chambre.

Un d’eux passe devant ma porte à intervalle régulier pour s’assurer que je ne me suis pas pendue avec mes cheveux. Je lui demande quand je peux espérer retrouver mes affaires, et l’anxiété monte dans mon estomac ravagé par l’ulcère quand celui-ci me répond sur un ton neutre qu’on ne me les rendra pas.

— Mais sans mon téléphone portable, comment mes proches sauront que je suis ici ? Comment vont-ils savoir que je vais bien ?

— Vous n’avez pas le droit d’utiliser votre téléphone ici.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie59 2020-05-20T13:15:32+02:00

Mais n’ayez pas peur, mes sœurs ! De nombreuses méthodes existent pour traiter la « folie » des femmes. Une fille qui s’engage dans des relations intimes avant le mariage – et ce, même si ces relations sont entièrement contre sa volonté – est considérée comme une femme aux mœurs légères, et donc qualifiée de folle (la folie étant la cause directe de ses mœurs légères). Et pourtant, un des traitements habituels administrés aux filles victimes de spasmes, que nos chers docteurs appellent « hystérie », est justement la pratique d’un rapport sexuel forcé. L’ironie n’atteint-elle pas son paroxysme ? Ils pensent que cette supposée hystérie émane des organes reproductifs de la jeune fille qui manquent d’activité sexuelle. En faisant bon usage de ses organes génitaux, ils pensent pouvoir la ramener à la raison.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie59 2020-05-20T13:13:22+02:00

Dis-moi, cher journal, est-ce que tu sais comment une fille peut

être emprisonnée sans aucune raison et sans procès ? Eh bien c’est très simple, il suffit qu’un homme veuille s’en débarrasser.

N’importe quel homme dans la vie d’une femme possède le droit divin de la faire interner, la faisant passer pour folle pour le restant de ses jours, sans aucune autre forme de preuve que sa parole. Mais ce n’est pas fini, car la pauvre femme ne peut légalement être libérée qu’entre les mains de l’homme qui l’a fait interner en premier lieu. Cela veut tout simplement dire qu’aucune d’entre nous ne repassera un jour de l’autre côté des barreaux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie59 2020-05-20T13:12:19+02:00

Il est vrai que beaucoup de filles ici ont perdu la boule, certaines sont nées ainsi, mais la plupart le sont devenues après des années de souffrance à se démener pour survire dans une société dure et injuste qui ne leur confère pas les mêmes droits qu’aux hommes, et encore moins le respect qu’il leur est dû. Malgré nos différences en matière de classe sociale ou de degré de folie, nous sommes ici soudées car nous ne sommes pas à notre place.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mishakal-Yveldir 2020-03-12T08:44:07+01:00

– Toi, dit-il, tu es quelqu’un de terriblement vrai dans un monde terriblement faux, et je pense que c’est pourquoi tu souffres autant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mishakal-Yveldir 2020-03-12T08:43:52+01:00

La presse n’est pas tendre avec nous. En optant pour la seule option qui nous restait, nous sommes considérées comme faibles et malfaisantes. Nous avons commis une offense envers Dieu, et sommes donc condamnées à brûler pour nos péchés. Anne n’avait pas reçu de sépulture décente car elle avait péché devant Dieu ; impropre, elle était destinée à rejoindre les enfers. Elle avait défié la croyance religieuse selon laquelle la vie est sacrée. Mais la vie de qui ? Qui la protégeait ? Qui nous protège ?

Tu ne dois pas croire, cher journal, que je recommande le suicide dans n’importe quelle circonstance. Ce n’est pas vrai. Je questionne seulement le bon sens de ceux qui le criminalisent et considèrent comme folles ces pauvres filles opprimées, persécutées et abusées, qui ont préféré choisir leur propre mort plutôt que de vivre pour quelqu’un d’autre. J’étais l’une de ces filles.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mishakal-Yveldir 2020-03-12T08:43:22+01:00

Le truc marrant avec les hôpitaux psychiatriques, c’est qu’ils vous retirent toutes les raisons de vivre que vous pouvez encore avoir, mais vous refusent les moyens de les retrouver. Je suis encore subjuguée par le fait qu’une tentative de suicide vous envoie légalement dans un asile psychiatrique, un HP, une maison de fous, appelez ça comme vous voulez, c’est pareil. Je ne pense pas qu’une tentative de suicide puisse dévoiler quoi que ce soit sur l’état mental de quelqu’un. Je pense que cette personne a pesé le pour et le contre entre la vie et la mort et que la balance a penché d’un côté.

Je ne vois rien de fou là-dedans. Socialement inacceptable certainement, mais pas fou.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SenseiSuricate 2020-01-23T09:54:26+01:00

Ce qui m'intéresse, ce sont les raisons, pas les excuses, ça vaut pour moi et pour tous les autres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SenseiSuricate 2020-01-23T09:52:11+01:00

Rien dans ma vie ne m'a donné plus envie de me suicider que la réaction des gens en apprenant que j'avais essayé de me suicider.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode