Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Atai

Extraits de livres par Atai

Commentaires de livres appréciés par Atai

Extraits de livres appréciés par Atai

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
La monitrice et le colonel éclatèrent de rire. Seule Carole pouvait qualifier de "superbe" un individu vêtu d'un pantalon d'équitation et d'une veste pleins de poussière.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-08
El pez que fue árbol
Cuento filipino
[...]
El trabajo más pesado de todos, cortar leña y traerla a casa para mantener el fuego siempre encendido, le había tocado a Mariquita, la más pequeña. Era una tarea agotadora y la pobrecita apenas si lograba cumplirla. Al mediodía volvía a casa agobiada bajo su pesada carga, separaba en dos pilas los leños de las astillas y alimentaba el fuego. Después salía de la casa, se tumbaba a la sombra de un árbol y se quedaba profundamente dormida. Así era su vida, igual día tras día. Lo único que le daba alegría era su relación con los animales del bosque. Desde los pájaros hasta las mismas culebras, todos parecían alegrarse a su paso y comían sin temor de su mano.


Le poisson qui devint arbre
Conte philippin
[...]
Le travail le plus fatiguant de tous, couper du bois et le rapporter à la maison pour entretenir le feu, avait été attribué à Coccinelle, la plus jeune d'entre elles. C'était une tâche épuisante et c'est à peine si la pauvre petite arrivait à l'accomplir. Elle rentrait chez elle à midi, pantelante sous sa lourde charge, séparait en deux tas les bûches et le petit bois, puis alimentait le feu. Ensuite, elle sortait de la maison, s'allongeait à l'ombre d'un arbre et s'endormait profondément. Ainsi, vivait-elle, ses journées se répétant l'une après l'autre. La seule chose qui lui procurait de la joie était sa relation avec les animaux de la forêt. Des oiseaux jusqu'aux couleuvres, tous semblaient se réjouir de ses visites et mangeaient sans crainte dans sa main.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 14-01
-Par quel étrange mouvement de l'âme en arrive-t-on à tirer une balle dans la tête d'un être pareil ? dit Marie.
-"L'amour de la nature" est l'argument des chasseurs, dit Munier.
-Faut-il laisser les chasseurs entrer au musée, dis-je. Par amour de l'art ils lacéreraient un Vélasquez. Mais par amour d'eux-mêmes, étrangement, ils sont peu nombreux à se tirer une balle dans la bouche.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-01
-...et là, tu aurais découvert l'oeuf dans l'évidence de sa pleine et entière totalité.
Que dis-tu de ça ?
-Ben... que je plains la mère au moment de la ponte !


p.10
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-01
LE FILET, L'ARC ET LA FRONDE
À l'époque précolombienne, chasse et pêche sont des activités importantes en Méso-Amérique et dans les régions andines. La viande et le poisson font partie du menu, particulièrement dans les Andes. Les espèces consommées varient selon les animaux disponibles. La faune abonde dans les hautes montagnes du Nord, avec de grands mammifères tels que les vigognes (cousines sauvages du lama) et les cerfs. On les chasse à l'arc. Des animaux plus petits - lapins ou chiens sauvages - sont capturés au filet. Les Indiens pêchent alors tout ce qu'ils trouvent au filet, au harpon ou à la ligne : des coquillages, des poissons de toute taille, et même des mammifères aquatiques. Ils confectionnent hameçons et harpons avec les épines très dures du cactus, ou les sculptent dans l'os, ou encore dans un coquillage.
En Amérique du Sud, les hameçons sont également en cuivre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Deux garçons bouchers, qui voyaient accabler de coups un boeuf boiteux qu'un maquignon allait leur livrer, firent entendre à ce brutal que ce serait justice de les lui rendre. L'homme, s'il n'est pas raisonnable et bon en naissant, le devient avec l'âge. La raison et la bonté sont en germe, et le temps les développe, comme ces fruits longtemps verts qui, cédant enfin à l'action vivifiante du soleil, acquièrent, à leur maturité, la beauté, la saveur et le parfum.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
En plus d'être comestible pour le bétail, le genêt d'Espagne fournit des fibres. Avec le fil le plus grossier, on fabriquait des "bourras", toiles épaisses servant à transporter légumes, grains ou fumier. Avec le plus fin, on confectionnait du linge de maison.

p.41
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-09-2019
P 52-53
Il entra dans la forêt, s'engagea dans une sente si étroite, à travers les taillis, qu'il dut marcher à quatre pattes. Et ce qu'il découvrit lui arracha un cri de surprise. Cinq chiots de quelques semaines, couverts d'un pelage noir, épais et court, s'agitaient sur une litière. Ils étaient en train de manger un lapin, mais l'un d'eux se tordait sur le dos et semblait suffoquer. Pélot le prit, enfonça deux doigts dans sa gueule et retira l'os qui s'était planté dans sa gorge à l'instant même où la femelle, brusquement jaillie des fourrés, lui bondissait sur le dos. Le choc jeta l'enfant contre le tronc d'un arbre.
Alors Pélot se rendit compte de son erreur. Ce qu'il avait pris pour des chiots étaient en fait des louveteaux. La grande louve grise grondait en promenant son museau sur ses petits, ses yeux jaunes rivés sur le gamin. Son regard était une vrille, froid, perçant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Son coeur était à deux griffes d'exploser. Le Peau-lisse le fixait avec des yeux arrondis par l'espoir. Il promena ses griffes sur le museau de Toklo, puis sur sa tête. Sans à-coups, le grizzli voûta l'échine et se colla contre le rocher. Les yeux de l'enfant se posèrent sur son dos et s'éclairèrent.
"Oui, c'est ça ! Grimpe !"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-12-2018
Christine retint sa respiration jusqu'à ce qu'elle trouve une prise solide sous ses pieds. Ils étaient arrivés à une arche mais ce n'était pas ça qui captait leur attention. Une salle somptueuse s'ouvrait devant eux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-12-2018
Quand Philippe rentra à la maison, il trouva ses sœurs qui s'apprêtaient à aller faire une promenade à travers champs: "elles s'apprêtaient" signifiait seulement qu'elles avaient pris la clé du grand portail qui séparait le jardin des champs alentours. Geneviève la tenait dans ses mains. Elle avait douze ans et donc le droit de garder cette clé : d'ailleurs, elle n'oubliait jamais de le rappeler.
Côme, lui, voulait se fabriquer un fusil avec les bambous qu'il avait coupés la veille.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-12-2018
Horrifié par tant de violence,
le nuage bleu prit une grande décision.
Pour éteindre le brasier, il se laissa pleuvoir, à verse.
Ce fut un déluge bleu.

Il se vida jusqu'à
la dernière goutte.
Et disparut.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-12-2018
(Yahvé): - Acceptes-tu d'être la nuit, de l'homme, Lucifer ? Acceptes-tu de placer des obstacles sur sa route, pour qu'il apprenne à les franchir ? De le tenter pour qu'il s'entraîne à résister ? De le disperser pour qu'il reconstitue son unité ? Tu as toues les qualités pour cette mission et je ne te la proposerais pas si je ne t'aimais pas. Mais réfléchis, c'est une épreuve pour toi, car tu perdras ta lumière et tu devras, toi aussi, la retrouver. On te combattra et tu seras maudit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-12-2018
(le chien): À propos, sais-tu ce qu'est un oiseau migrateur ?
(le berger): Ouais !
(le berger): "Un oiseau migrateur est un oiseau dont les pattes trop courtes ne lui permettent que de se gratter la moitié du dos..."
(le berger): Tu ne devrais pas te vernir les ongles, c'est très efféminé, et les moutons ne t'obéiront plus !
(le chien): Ah bon, tu connaissais...
(le berger): Ben oui !
(le chien): Je suis déçu...
(le berger): Qui t'as raconté cette ânerie vieillotte ?
(le chien): Romuald, ton bélier noir...
(Romuald): Là, je proteste ! Car il y a diffamation manifeste !
...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-12-2018
Le paquebot s'écarta du quai, d'abord imperceptiblement, puis le régime des moteurs augmentant, il y eut à l'arrière du navire un bouillonnement d'écume furieux, et le quai et les hangars du port s'éloignèrent. On "doubla" un phare peint en rouge. Encore quelques jours et les CM2 sauraient que ça s'appelle une "balise".

Chap.3, p.29.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-10-2018
Polynésia se montra aussi bon professeur que le docteur Dolitle se montra bon élève. Le médecin apprit très vite à parler chien avec Jip et singe avec Chi-Chi.
Puis Polynésia lui apprit à parler hibou, canari, canard et cochon. Il lui enseigna en outre que, lorsqu'un cheval hennit en agitant la jambe gauche, cela signifie " Bonjour! ". Et quand une vache beugle en secouant la patte droite, cela signifie " Bonsoir ".
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le Clan du Chien Bleu compta dans l'intimité ce que lui avait rapporté le spectacle... Il manquait beaucoup pour régler la note du boucher, le lendemain. Tant pis ! L'argent de poche des vacances y passerait. Mais l'opération "sauvetage de la louve" allait vraiment commencer.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Mistouflet aime l'aventure. En se promenant tout seul, il a déjà trouvé une source dans la montagne et une mare à libellules.
Mais il n'est jamais pressé de partager ses découvertes.
-Eh bien vas-y, dans ton désert ! dit Agaric, en battant les cartes.
-Dis-nous au moins dans quel coin tu vas ? demande Pirouette.
Mais Mistouflet s'est éloigné sans répondre. Il s'en va d'un bon pas vers la vallée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-10-2018
Attention aussi au renard ! Méfiance, ce rusé a plus d'un tour dans son sac. Pour forcer les hérissons à se dérouler, il les pousse dans l'eau ou urine sur eux.
Prudemment, on attend que le renard s'éloigne dans les bois.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-10-2018
Perdues : c’était un petit mot tout simple mais terrifiant. J’eus l’impression qu’une pierre venait de me frapper à l’estomac. J’y avais pensé tout le temps mais j’avais eu peur d’en parler. Maintenant Jantu l’avait dit. Nous étions perdues. Comme la petite fille au milieu de la foule qui traînait sa poupée cassée. Pendant un moment, j’eus envie moi aussi de hurler pour appeler ma mère.
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
Quel festin ce soir-là ! Après le dîner, on s'assit en rond près du feu. Tante Zinia et Pirouette dévidèrent des écheveaux de laine. Mistouflet le gourmand demanda :
-Dis, Romarin, tu retourneras danser devant les étrangers ?
Romarin hésita : être admiré et applaudi, quel délice !
Pirouette, préoccupée, avait baissé la tête. Pirouette qui avait su se taire pour qu'il ne soit pas grondé...
Cela le décida : il secoua la tête .
-Une fois suffit. J'ai trop de livres à lire.
-Je crois que tu fais bien, jeune homme,
dit très sérieusement Onésime. Il y a du danger à danser par un froid pareil.
C'est ainsi que Romarin termina sa carrière d'idole le jour même où il l'avait commencée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-10-2018
-Voilà ce que nous allons faire. Nous allons labourer autant de sillons qu'on le pourra de six heures et demie du matin à trois heures et demie de l'après-midi. Une heure de pause pour le déjeuner. Le paysan Northley rendra son jugement à la fin de la journée. Les sillons seront bien faits et droits comme il se doit. Et autre chose M.Medlicott puisque vous êtes si sûr de gagner nous allons faire un petit pari n'est-ce pas ? Si je gagne je prends votre tracteur. Si vous gagnez je vous donne une centaine de balles de mon meilleur foin. Qu'est-ce que vous en dites.
-Mais mon Fordson vaut beaucoup plus que ça, a répondu Medlicott.
-Bien sûr, a dit Père. Mais comme de toute façon vous êtes sûr de ne pas perdre ça vous est égal.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Quelques jours plus tard, enfin...
(Millie): "Plume Grise ! hé ! Plume Grise !
Réveille toi !"
(Plume Grise): "Gnnné ?"
(Millie): "Allez, tu ne vas pas dormir toute la journée !
Suis-moi, j'ai quelque chose à te montrer !"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pour la première fois depuis ma captivité, je reprends espoir.
Je sais que je vais retrouver mon clan.
(Plume Grise): "Félicitations ! C'est ton premier campagnol, pas vrai ?"
(Millie): "Mmm!"
Je n'ai jamais voulu les quitter. Jamais me retrouver si loin d'eux. Mais avec Millie près de moi...
...Malgré quelques scènes embarrassantes...
(Millie): "Alors comme ça, tu sais pêcher ?!"
...Avec le temps, je commence à apprécier ce voyage.
(Millie): "Et quand les gentils chats meurent, ils rejoignent le Clan des Étoiles ?"
(Plume Grise): "Oui. Ils sont tous là-haut, maintenant... Ils nous observent et veillent sur nous."
(Plume Grise): "Là, c'est le Clan des Étoiles. Juste au-dessus de nous."
(Millie): "Tu sais, Plume Grise, je ne m'étais jamais doutée que la vie pouvait ressembler à ça. Tout cet espace, toute cette liberté..."
(Millie): "Je pourrais continuer à voyager avec toi pour toujours..."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
(Millie): "Là-bas !"
(Plume Grise): "Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?"
(Millie): "UNE CHATIÈRE !"
(Millie): "Et comme je le disais hier, qui dit chatière dit ...
(Millie): "...nourriture !"
(Plume Grise): "Ouais... de la nourriture de Bipèdes."
(Plume Grise): "Des boulettes répugnantes semblables à des crottes de lapin."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 27-10-2018
Après une franche partie de rigolade,
Lucas regarde Maurice, ému.
"J'aurais dû te manger tout de suite.
Maintenant ce n'est plus possible. Tu es devenu un ami."
Maurice pousse un soupir. "Eh oui."
"Mais, ajoute Lucas, toute ma famille vient déjeuner demain.
Et puisque je ne peux pas leur servir de cochon,
il va falloir que tu m'aides à préparer un autre repas."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2