Livres
461 613
Membres
418 185

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Au château d'Argol



Description ajoutée par Lilou 2009-11-15T21:57:55+01:00

Résumé

Au château d’Argol est le premier roman de Julien Gracq, le premier roman surréaliste tel qu’André Breton le rêvait. Les sens irrigués par les lieux et les espaces sont l’image la plus exacte des relations entre les êtres, Albert le maître d’Argol, Herminien son ami, son complice, son ange noir, et Heide, la femme, le corps. Tout autour, sombre, impénétrable, la forêt. Tout près, l’océan.

"La ligne du récit est extrêmement simple. Son sujet ne se résume ni par une intrigue, ni par une acion mais par une situation : deux hommes et une femme que le "drame de la fascination" réunit et retient dans un château isolé. Le roman commence par un voyage et donc par une rupture. Il s'établit dans une demeure perdue, coupée du monde : le manoir d'Argol, et dans un espace temporel en marge : les vacances.

Afficher en entier

Classement en biblio - 24 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par marce217 2016-07-06T15:20:26+02:00

À l’horizon du sud s’étendait le haut pays de Storrvan. Depuis le pied des murailles la forêt s’étendait en demi-cercle jusqu’aux limites extrêmes de la vue ; c’était une forêt triste et sauvage, un bois dormant, dont la tranquillité absolue étreignait l’âme avec violence. Elle enserrait le château comme les anneaux d’un serpent pesamment immobile, dont la peau marbrée eût été alors assez bien figurée par les taches sombres des nuages, qui couraient sur sa surface ridée. Ces nuages du ciel, blancs et plats, paraissaient planer au-dessus du gouffre vert à une énorme hauteur. À regarder cette mer verte on ressentait un obscur malaise. Il semblait bizarrement à Albert que cette forêt dût être animée et que, semblable à une forêt de conte ou de rêve, elle n’eût pas dit son premier mot. Vers l’ouest de hautes barres rocheuses, envahies jusqu’au sommet par les arbres, s’alignaient parallèlement ; une rivière coulait à pleins bords dans ces vallées profondes ; la risée qui courait alors hérissait sa surface comme celle d’une peau transie de froid et, tout à coup, des milliers de facettes brillantes réfléchirent le soleil aveuglant avec un éclat curieusement immobile. Mais les arbres restèrent muets et menaçants jusqu’aux hauteurs bleuâtres de l’horizon.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Kyrielle-Langlois 2016-06-17T22:42:46+02:00
Diamant

Ce premier roman de Julien Gracq est tout simplement magnifique. On sent toute l'influence d'un Edgar Allan Poe que cela soit dans la symbolique des paysages que dans la description des personnages-types !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par plumenchantee 2016-03-27T14:12:57+02:00
Argent

Ce livre est fascinant dans ses descriptions qui irriguent le mystère. L'écriture est fantastique et les descriptions sont sublimes.

En tant que tel il n'y a pas d'histoire mais des actions qui se suivent suivant les lieux visités, chacun plus sombres, plus remplis de mystère que les autres. Il est impossible de vraiment se passer dans ces chapitres sauf le dernier qui nous mène vers un chemin dont on se doutait depuis le début mais qui reste extrêmement plaisant à lire.

Ce n'est pas une jolie histoire de gare où l'on peut passer le temps mais une histoire où on cherche à comprendre sans y parvenir, où on peut réfléchir sans succès, une véritable histoire fantastique.

Afficher en entier

Date de sortie

Au château d'Argol

  • France : 1989-08-01 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 24
Commentaires 2
Extraits 4
Evaluations 5
Note globale 8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode