Livres
466 690
Membres
431 020

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:31:54+02:00

Ils dansèrent. La chanson s’acheva et une autre, plus sensuelle, emplit la pièce d’une ambiance envoûtante. Elle s’abandonna dans ses bras et le laissa la guider. Son ex-fiancé, Ted, lui avait toujours reproché de ne pas savoir suivre. Combien de fois l’avait-il plantée sur la piste de danse au beau milieu d’une chanson, la laissant seule et embarrassée ? Tout ça à cause de sa fâcheuse tendance à vouloir mener.

Ces humiliations à répétition n’étaient plus qu’un lointain souvenir, et Ted un fantôme sans substance. Suivre le guidage langoureux d’Adrian lui parut être un jeu d’enfant. C’était comme si elle se retrouvait propulsée dans une pièce de théâtre. Il lui faisait expérimenter les sensations d’une cliente, le temps de son interview. Mais jusqu’où serait-il prêt à jouer le jeu ? Et elle, jusqu’à quel point le laisserait-elle faire ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:31:39+02:00

Il paraissait pourtant si détaché. Elle n’arrivait pas à l’imaginer s’énerver ou être en proie à l’émotion, en dépit de son discours éloquent. Elle griffonna quelques mots sur son carnet, cliqua deux fois sur son stylo Bic et se cala en arrière dans son siège pour l’observer. Son attention s’aventura au-delà de son visage, sur le triangle de peau que révélait son col déboutonné, le long de ses avant-bras couverts d’une fine toison noire et sur ses doigts habiles qui avaient caressé tant de femmes. L’espace d’un instant, elle les imagina sur elle. Écartant les pans de sa veste en lin beige, retroussant sa jupe en soie et glissant au-dessous pour effleurer sa peau en feu. Un frisson la parcourut de part en part.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:31:25+02:00

Évitant son regard, Billie poursuivit.

— Êtes-vous bisexuel ?

Cela ne parut pas le surprendre.

— C’est un terme assez vague de nos jours, mademoiselle Cort.

— Mais couchez-vous avec des hommes ?

— Non.

— Ça vous est déjà arrivé ?

— Je pourrais être très riche si je faisais les choses différemment, mais la réponse est non.

— Apparemment, vous ne vous en tirez pas si mal, souligna-t-elle. Vos vêtements, votre style, tout chez vous indique que vous avez de l’argent.

— Je ne suis pas à plaindre. J’achète ce que je veux et je ne manque de rien, matériellement parlant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:31:07+02:00

— Il m’a fallu trois mois pour réussir à obtenir un rendez-vous avec vous, fit remarquer Billie.

Assise sur un fauteuil en tissu écossais, elle observait Adrian agenouillé face à un petit réfrigérateur.

— Azure m’a dit que vous étiez surbooké en permanence, ajouta-t-elle.

— Mais je suis libre à présent.

Il sortit du réfrigérateur une carafe de jus d’orange fraîchement pressé et se redressa. À vue de nez, il mesurait environ un mètre quatre-vingt-trois. Il se mariait à merveille avec le décor opulent de la chambre, l’édredon rayé hors de prix et les draperies assorties. On ne l’aurait pas imaginé dans un autre cadre.

— Vous avez pris votre petit déjeuner ? s’enquit-il en lui servant un verre. Vous prendrez peut-être un croissant ? À moins que vous ne préfériez un bagel ?

— Je ne mange jamais le matin.

— Vous devriez au moins boire quelque chose.

Il revint près de la cheminée, là où étaient disposés les canapés et les fauteuils, et lui tendit le verre en cristal.

Elle en observa le contenu orange et pulpeux.

— Ça m’a l’air trop sain pour quelqu’un comme moi. Je suis tellement accro à la caféine que c’est sans doute du café et non plus du sang qui coule dans mes veines.

— C’est pour cela que vos mains tremblent ?

Gênée, Billie haussa les épaules et aspira une gorgée de jus frais. Puis elle posa son verre sur un guéridon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:30:53+02:00

Billie serra sa sacoche contre son buste comme s’il s’agissait d’un bouclier. Elle en connaissait un rayon sur les femmes comme Azure. Son visage anguleux au teint de porcelaine était serti de deux yeux bleus perçants ; elle avait l’air de savoir ce qu’elle voulait. Aucun doute, cette femme cernait une personne en un regard. En ce moment, elle scrutait Billie, la soumettant à un examen approfondi. Ce qui ne plaisait pas beaucoup à la jeune femme. En tant que journaliste, elle avait l’habitude d’être l’observateur, de déceler chez l’autre la vulnérabilité, de deviner ses arrière-pensées grâce au langage corporel, à l’expression du visage, à l’intensité du regard. Mais Azure la scrutait de ses yeux froids, touchant des zones vulnérables que Billie croyait bien protégées.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:30:39+02:00

En trente-trois ans, elle ne s’était jamais retrouvée face à un homme aussi attirant que lui. Son teint mat et son regard noir trahissaient un héritage exotique. Sa tenue dépenaillée camouflait à peine sa beauté virile brute. Son tee-shirt en coton trempé lui moulait le torse. La transpiration perlait le long de ses cuisses puissantes et dans ses cheveux bruns courts, des gouttelettes de sueur soulignaient sa lèvre supérieure.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:30:27+02:00

Une porte s’ouvrit en grinçant non loin de là, résonnant dans le silence de la pièce. Curieuse, Billie traversa le hall dallé de marbre pour aventurer son regard dans le long couloir éclairé par un lustre. Un homme en tee-shirt blanc, short et baskets était entré discrètement par une porte de service arborant l’indication « Issue de secours », et marchait dans sa direction en s’épongeant le front avec une serviette enroulée autour du cou.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:30:16+02:00

À quelques mètres d’elle, derrière le bureau d’accueil, la directrice d’Avalon parlait au téléphone, le combiné calé entre son oreille et son épaule. Elle s’exprimait en français, son débit de paroles enflammé entrecoupé d’éclats de rire voilés. Durant le bref échange que Billie avait eu avec elle, juste avant que la sonnerie ne les interrompe, Azure Elan lui avait appris que son réseau de clientes se déployait sur les cinq continents. Azure savait exactement ce que ces femmes recherchaient et elle veillait à le leur procurer… moyennant la modique somme d’un millier de dollars par heure. En revanche, Azure ne voyait aucun inconvénient à faire poireauter une journaliste de l’acabit de Billie Cort, et toute la matinée si nécessaire. La conversation téléphonique s’éternisait et Billie regrettait de s’être donné tant de mal pour arriver si tôt à Avalon. « Surtout, sois pile à l’heure », avait insisté sa rédactrice en chef une semaine plus tôt, lorsqu’elle avait fixé ce rendez-vous pour elle. Avalon ne recevait pas une seconde fois les visiteurs qui se présentaient en retard à leur rendez-vous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-09-23T23:30:09+02:00

Billie imaginait déjà le titre de son article : « Entretien avec un Gigolo ». Non, trop presse à sensation. « Rencontre avec le Fantasme ». Oui, c’était déjà mieux. Beaucoup plus classe et surtout plus accrocheur.

C’était la première fois qu’on lui assignait un reportage de ce genre. Jamais elle n’avait rencontré un homme qui vendait son corps. Pas plus qu’elle n’avait mis les pieds dans un club privé dédié aux plaisirs charnels des femmes. Plus surprenant encore : cette mission n’était pas pour lui déplaire. Qu’une femme pénètre dans un endroit aussi chic, véritable temple du plaisir, et sélectionne un homme parmi un assortiment de premier ordre afin que ce dernier lui prodigue les faveurs de son choix… L’idée lui paraissait pour le moins alléchante.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode