Livres
504 943
Membres
512 382

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2016-05-30T11:02:57+02:00

- Toi et tes étoiles... Pourquoi les aimes-tu autant ?

- Je ne sais pas trop. Peut-être parce que je leur ressemble. Elles ont une vie éphémère, pourtant elles brillent longtemps, même après leur mort. Moi aussi, je voudrais guider longuement le chemin de ceux que j'aime.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2016-05-30T11:01:54+02:00

- Je te l'ai dit, j'ai eu une vie avant de te connaître, mais ces filles ne m'ont jamais rien apporté de bien. Tu sais, il y a des nuits où je me réveille en sursaut, bouffé par les angoisses. Je t'assure c'est parfois tellement flippant de se dire que ce putain de virus vit en moi que j'ai l'impression d'étouffer. Dans ces moments-là je n'ai plus envie de me battre, je me dis que je devrais me laisser partir puisque, de toute façon, c'est ce qui arrivera tôt ou tard...

- Jessy, murmuré-je, émue, en m'emparant de sa main.

- Mais ensuite je pense à toi, à notre histoire, à ton sourire, à ta manière de poser tes mains sur moi, à la façon dont tu me regardes, et alors je reprends espoir. Je crois que, sans toi, il y a longtemps que je me serais jeté du pont... La première fois que je t'ai vue, c'était dans le couloir du lycée, nos regards se sont croisés, et je me suis tout de suite dit que tu étais celle que je voulais.

[...]

- Megan, dit-il en caressant mes cheveux, c'est toi qui me donne la force de me battre contre cette saloperie de virus, c'est grâce à toi que j'ai relevé la tête, que je refais des projets. Je ne suis pas amoureux de toi parce que je suis malade, je t'aime parce que tu es toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Flo57 2016-10-17T00:15:10+02:00

"Vivre me fait bien plus peur que mourir. Mourir c'est facile, on a juste à se laisser aller à s'éteindre, mais vivre, comment fait-on pour avancer jour après jour avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête ?"

Afficher en entier
Extrait ajouté par LNdevise 2017-11-30T16:56:46+01:00

— Je suis une idiote ! murmuré-je.

Je me retourne pour lui faire face, il regarde le sol, visiblement mal à l’aise. Je l’accuse en m’énervant :

— Alors il faut que j’apprenne par mon frère que tu m’évites ! Tu comptes rompre avec moi en passant par lui aussi !

Il relève brusquement le visage, ses traits sont encore plus tirés qu’à son arrivée.

— Je n’ai jamais eu l’intention de rompre !

— Ah bon ? C’est pourtant l’étape suivante lorsqu’on évite quelqu’un !

— Ce n’est pas ce que tu crois… Ce n’est pas ta faute…

— Ah non, par pitié, ne me fais pas en plus le coup du « ce n’est pas toi, c’est moi », dis-je en le coupant.

Jessy se lève d’un bond du canapé en s’énervant à son tour.

— Tu vas me laisser parler, oui ! Si j’ai moins voulu te voir ces derniers jours, c’est parce que je suis un nouveau traitement responsable de mon anémie ! C’est pour ça que j’ai une sale gueule et que je suis crevé !

Je scrute ses yeux, incapable de comprendre son silence.

— Pourquoi ne me l’as-tu pas dit ?

— Parce que je ne veux pas t’impliquer dans mes problèmes de santé. Je te l’ai déjà dit, tu sors avec moi, pas avec le sida

Afficher en entier
Extrait ajouté par Roxy427 2018-01-07T00:01:06+01:00

-Si je n'ai pas parlé de ta maladie à Mady, c'est juste que je souhaitais oublier l'espace de ces deux mois, cette épée de Damoclès qui flotte au-dessus de nos têtes. Je voulais rêver à un avenir heureux, faire des projets de couple... Et puis que j'en parle ou pas, qu'est-ce que ça peut bien faire ? ça ne change rien.

-Si, ça change tout ! lance Jessy en se levant.

-Pourquoi ?

-Parce que je ne serai pas toujours là et que si tu n'arrives pas à parler librement de moi avec les gens que tu aimes, comment feras-tu quand je serai mort ? Je veux que tu puisses parler de moi. Je ne souhaite pas que tu m'oublies, que tu fasses comme si on ne s'était jamais rencontrés, jamais aimés. Tu ne comprends pas que si tu ne continues pas à me faire exister, je mourrai vraiment. Si tu ne penses plus à moi, si je ne vis plus dans ta mémoire, dans ton cœur alors ça sera comme si je n'avais jamais vécu. J'ai besoin d'être sûr que tu me garderas toujours en toi. Je ne veux pas que tu m'oublies !

Soudainement, il éclate en sanglots. Mon cœur se brise à le voir ainsi et mes larmes redoublent. Je franchis rapidement les deux pas qui nous séparent, le prends dans mes bras en le serrant le plus fort possible, et je lui promets le plus sincèrement du monde :

-Je t'aime et je t'aimerai toute ma vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par poupili 2017-08-09T22:41:16+02:00

Tu ne comprend pas que si tu ne continues pas à me faire exister, je mourrai vraiment.

Si tu ne penses plus à moi, si je ne vis plus dans ta mémoire , dans ton cœur, alors ce sera comme si je n'avais jamais vécu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2016-05-30T11:01:36+02:00

- Je te l'ai dit, j'ai eu une vie avant de te connaître, mais ces filles ne m'ont jamais rien apporté de bien. Tu sais, il y a des nuits où je me réveille en sursaut, bouffé par les angoisses. Je t'assure c'est parfois tellement flippant de se dire que ce putain de virus vit en moi que j'ai l'impression d'étouffer. Dans ces moments-là je n'ai plus envie de me battre, je me dis que je devrais me laisser partir puisque, de toute façon, c'est ce qui arrivera tôt ou tard...

- Jessy, murmuré-je, émue, en m'emparant de sa main.

- Mais ensuite je pense à toi, à notre histoire, à ton sourire, à ta manière de poser tes mains sur moi, à la façon dont tu me regardes, et alors je reprends espoir. Je crois que, sans toi, il y a longtemps que je me serais jeté du pont... La première fois que je t'ai vue, c'était dans le couloir du lycée, nos regards se sont croisés, et je me suis tout de suite dit que tu étais celle que je voulais.

[...]

- Megan, dit-il en caressant mes cheveux, c'est toi qui me donne la force de me battre contre cette saloperie de virus, c'est grâce à toi que j'ai relevé la tête, que je refais des projets. Je ne suis pas amoureux de toi parce que je suis malade, je t'aime parce que tu es toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chrichrilecture 2018-09-17T04:27:14+02:00

Je crois que, malheureusement, on ne peut jamais plaire à tout le monde, alors laisse une chance de te connaître à ceux qui le veulent et oublie les crétins.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ulouise 2018-02-28T22:20:00+01:00

« Je suis son regard, fixant le ciel illuminé par des centaines de points scintillants qu’aucun nuage ne vient cacher. Je me sens toute petite et fragile face à cette immensité. C’est étrange de se retrouver à côté de ce garçon dont je me sens proche et qui, en même temps, m’intimide tellement. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par coco-coraliie 2020-04-22T21:23:10+02:00

Je pose le globe en verre sur sa table de chevet et éteins la petite lampe qui était toujours allumée au-dessus de son lit, avant d'appuyer sur l'interrupteur de l'objet. Soudainement des centaines d'étoiles apparaissent dans toute la chambre., se projetant au plafond ainsi que sur les murs alors que s'élève de la sphère notre chanson I'm on Your Side. J'avais espéré que cela ferait réagir mon époux, mais non, il regarde les étoiles avec lassitude et me murmure:

- Je n'en peux plus Meg.

- Tu es presque au bout, chéri, accroche-toi encore un peu, s'il te plait. Tiens bon.

- Je suis si fatigué.

Mes larmes roulent sur mes joues alors que je serre sa main plus fort. Je me penche vers lui pour dire une chose que jamais je ne m'étais cru capable de prononcer:

- Jessy, si vraiment tu n'as plus de force, si tu souffres trop, alors tu peux aller rejoindre les étoiles, je ne t'en voudrai pas, mon amour.

Il me fixe intensément.

- Bébé, je suis épuisé.

Je passe une main sur son front.

- Tu peux dormir, je suis là, je ne te quitte pas.

J'ai déjà passé des nuits qui me donnent l'impression de ne jamais vouloir se terminer, mais celle-ci est la plus longue de toute ma vie. Je reste à son chevet, lui tiens la main et scrute ses traits, surveillant sa respiration pendant des heures. La peur de le perdre ne me quitte pas. Je me dis qu'il suffit d'un instant d'inattention pour qu'il s'en aille, aussi je garde les yeux grands ouverts à l'observer.

Mon Dieu, je ne veux pas le perdre!

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode