Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
713 152
Membres
1 004 497

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil



Description ajoutée par anonyme 2018-12-10T20:12:42+01:00

Résumé

Hajime est un homme accompli, père de famille et heureux propriétaire d’un club de jazz de Tokyo. Lorsqu'un beau jour, son amour d’enfance, Shimamoto-san, surgit dans son bar. Les retrouvailles avec cette femme insaisissable, qui n’apparaît que les jours de pluie, plongent Hajime dans l’abîme d’une quête obsédante, contre la course du temps et des sentiments…

Afficher en entier

Classement en biblio - 390 lecteurs

extrait

Notre monde est comme ça. Quand il pleut, les fleurs poussent, et quand il ne pleut pas, elles fanent. Les lézards mangent les insectes, et sont mangés par les rapaces. Mais tous finissent par mourir et se dessécher. Une génération disparaît, une autre prend sa place. C'est une règle absolue. Il y a différentes façons de vivre, et différentes façons de mourir. Mais c'est sans importance. La seule chose qui reste en fin de compte, c'est le désert.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

C'est l'histoire d'un amour fou, une dérive dans les profondeurs des sentiments, un adultère mystérieux qui terrasse la vie ordinaire, qui dévaste toute une vie construite autour du quotidien. Sans cet amour, Hajime devient « vide ».

C'est une histoire classique me direz-vous ? Et bien non, c'est une histoire conté par MURAKAMI. Elle ne peut être « classique » ; le charnel rejoint les sentiments puis s'évapore complètement pour ne devenir qu'illusoire et « file comme la cendre, le long de la rivière pour rejoindre la mer... »

L'écriture est « pure », limpide, pleine de simplicité, rythmée de références jazz, mélancolique. On pourrait dire qu'elle est d'une sensibilité masculine (doute, peur, envie). Hajime n'est ni lâche, ni héros, mais bien un être humain avec ses faiblesses et sa force. L'ouvrage est magnifique.

Afficher en entier
Argent

Je commence quand même a avoir lu pas mal de livre de Murakami dans ma vie (7 ou 8, je sais plus exactement). C'est sincèrement un auteur que j'apprécie beaucoup. Mais pour être honnête, "Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil" est l'un des ouvrages qui m'a le moins emballé d'une certaine façon, mais qui m'a quand même beaucoup plu... Je sais que ça semble contradictoire, je vais essayer de rendre m'ont avis plus compréhensible (je vous jure que tout est parfaitement clair dans ma tête ^^)

C'est un livre que j'ai apprécié tout simplement parce que je l'ai trouvé très agréable à lire. Il est tout d'abord très bien ecrit, Murakami reste ici dans son style réaliste qui personnellement me convient beaucoup plus que son style fantastique. L'histoire est, ensuite, tout de même assez mignonne. Les personnages ne sont pas forcément les meilleurs que cet auteur ait crées, mais ils m'ont quand même semblé pas mal attachants. Pour ces raisons, ce livre m'a beaucoup plu.

Quelqu'un qui découvre cet auteur avec ce livre devrait largement y trouver son compte. Malheureusement, quand on effectue des comparaisons avec ses autres ouvrages qu'on commence à avoir un sentiment de déjà vu qui m'a un peu bloqué quand même. Pour moi Murakami a ecrit ce livre en "mode pilotage automatique" et même si je l'ai lu avec énormément de plaisir, je ne peux pas m'empêcher de me dire aussi qu'il s'est pas foulé.

En fait, j'ai eu le sentiment de lire le "schéma de base" de tous ses livres : un personnage principal masculin, qui a une trentaine d'années et qui *rayez les mentions inutiles* pratique la course à pied ou la natation/écoute du jazz ou de la musique classique/boit des cocktails/a été traumatisé par un événement de son adolescence/vit une histoire d'amour à distance ou une histoire d'amour impossible/blablabla, ceux qui comme moi ont lu plusieurs de ses livres reconnaitront sans mal le style de l'auteur dans ce que je viens de dire.

Sauf que sur ce schéma de base vient en principe se greffer d'autres éléments qui font la subtilité et le charme de l'histoire, et qui la distingue des autres. Par exemple, "la ballade de l'impossible" racontait en détail l'élément traumatisant de l'adolescence du personnage plutôt que d'en faire seulement vaguement référence. Ou encore dans "1Q84" on suivait deux personnages narrateurs, dont un personnage féminin. Dans "L'incolore Tsukuru Tazaki", il n'y a pas l'aspect romantique, remplacé par une relation amicale très forte. Bref, malgré leurs points communs flagrants, je trouve que c'est des livres qui ont chacun leur identité propre, qui fait qu'on les confond en aucun cas avec les autres.

Mais dans ce livre, j'ai juste eu l'impression de lire le schéma de base, auquel on a rien ajouté de plus. Résultat, pour être honnête, j'ai deviné la quasi totalité de l'intrigue au bout de 2 ou 3 chapitres.

Et ce qui m'a dérangé plus que ça, c'est que l'auteur a amorcé une idée pour apporter cet "élément original" à son histoire. Mais il n'a malheureusement pas aboutis son idée, du coup cette bonne idée est sans effet. Spoiler(cliquez pour révéler)On fait plein de références indirectes à la mafia. Mais à aucun moment on ne traite clairement ce thème. Je trouve ça vraiment dommage. ça aurait vraiment pu donner à ce livre une ambiance jusqu'alors jamais vu dans un livre de Murakami.

De plus, je n'ai pas totalement adhéré à la narration. Qu'il y ait des choses qui restes inexpliquées, ça ne me gène pas du tout. Mais je trouve que certains éléments totalement inutiles occupent une place bien trop importante dans le livre Spoiler(cliquez pour révéler)(par exemple l'intrigue autour du beau-père de Hajime) quand à coté de ça, des éléments qui pourraient être intéressants ne sont pas du tout détaillés Spoiler(cliquez pour révéler)(déjà le thème de la mafia, comme je l'ai dis plus haut, mais aussi, par exemple, la vie familiale de Hajime est réduite au stricte minimum, je trouve ça dommage)

Bref, dans l'ensemble c'est un livre qui m'a semblé extrêmement agréable à lire et parfaitement bien écrit, mais qui ne m'a pas bluffé autant que d'autres de ses romans ont pu le faire.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Il faut savoir apprécier ce genre d'écriture qui peut en rebuter plus d'un, et si je devais classer cet auteur venu du soleil levant, je le comparerais à Graham Greene.

Afficher en entier
Diamant

Nous parcourons l'enfance de Hajime, mettant en lumière sa solitude en tant qu'enfant unique. Il se lie d'amitié avec Shimamoto, une jeune fille qui boite à la suite d'une polio. Leur amitié se transforme en un lien profond, mais est brusquement interrompue lorsque Shimamoto déménage. Des années plus tard, Hajime mène une vie confortable avec sa femme et ses enfants, mais il est hanté par le souvenir de Shimamoto. Lorsqu'elle réapparaît dans sa vie, il est confronté à des choix qui remettent en question son identité et ses désirs les plus profonds. Leur reconnexion éveille en lui des souvenirs enfouis, bouleversant son existence paisible.

Le roman explore les thèmes de la perte, du désir, de la nostalgie et de la recherche de bonheur. Murakami utilise une prose poétique et introspective pour plonger les lecteurs dans les pensées et les émotions complexes de ses personnages. L'histoire est également ancrée dans la réalité sociale du Japon contemporain, offrant un aperçu de la société japonaise et de ses normes culturelles.

Murakami crée une atmosphère envoûtante, utilisant la simplicité de la prose pour capturer les émotions complexes de ses personnages. Les descriptions minutieuses des lieux et des sentiments immergent le lecteur dans un tourbillon de nostalgie et de questionnements existentiels.

La relation entre Hajime et Shimamoto est teintée de mystère et de fascination, chaque rencontre ravivant les flammes d'une passion inachevée. Leur lien symbolise l'attraction irrésistible du passé et la tentation de revisiter ce qui aurait pu être.

Pourtant, Murakami laisse beaucoup de mystères non résolus, offrant au lecteur la liberté d'interpréter les nuances et les silences du récit. Cette subtilité ajoute une profondeur supplémentaire à l'œuvre, incitant chacun à réfléchir sur ses propres choix et regrets. Murakami tisse une histoire captivante, empreinte de mélancolie et de beauté, qui résonne longtemps après avoir refermé le livre. Bonne lecture.

http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2023/11/16/40087476.html

Afficher en entier
Or

Roman très poétique sur l'amitié, l'Amour et le temps qui passe.

Par contre l'auteur se lâche dans les scènes intimes.

Vécu ou fantasme de l'auteur?

J'ai beaucoup aimé, l'écriture est fluide, mais il me reste quelques interrogations, dommage!

Je conseille ce roman qui nous fait voyager.

Afficher en entier
Or

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil concentre ce que Murakami sait si bien écrire: l'histoire d'un homme confronté à son passé, alors que sa vie semblait déjà toute tracée, un mystère qui devient une obsession. Cette histoire d'amour pleine de poésie m'a emporté. J'ai rarement pris autant de plaisir à lire un roman de Murakami.

Afficher en entier
Argent

Comme toujours avec Murakami, et les auteurs japonais en général, le récit est empreint de poésie.

J’ai beaucoup aimé l’histoire ; étrangement, en général ce type de récit ne m’intéresse pas beaucoup, et là je parle du format : une personne qui raconte sa vie, tout simplement. Mais là, Alors qu’Hajime déroule le fil de son existence, se penche dessus, et explique tout ce qui le mène son amour incessant et à la personne qu‘il est aujourd’hui est à la fois bouleversant et captivant.

Même si on ne s’attache pas forcément à lui, parce que ça vie est différente de la nôtre et qu’on est plus dans les détails que dans les émotions, on peut tout de même s’identifier à lui dans le ressenti. J’ai du mal à me l’expliquer, mais j’ai beaucoup aimé cette lecture sans que le personnage principal en soit la raison.

Pour ce qui est des thèmes abordés, le principal selon moi est la représentation de la passion à l’état pur : pas d’amour, mais un désir intense, qui consume et tourne à l’obsession, et ça donne une tournure très intéressante à l’histoire parce que cette passion n’est pas hors de proportions : ce n’est pas une princesse, un vampire, ou un gangster, elle n’est pas poussée par une guerre ou un sort, c’est une passion à l’échelle humaine.

Au final, le livre se lit très vite, l’histoire est fluide, simple et intime, je ne saurai pas mieux la décrire. J’ai passé un très bon moment avec cette lecture qui m’a fait voyager, même s’il manque le petit truc en plus pour en faire un roman mémorable.

Afficher en entier
Bronze

Je lis toujours cet auteur avec plaisir même si les histoires sont tristes, mélancoliques, parfois cruelles car c’est touchant. On ne peut pas rester insensible à cette lecture. La poésie de l’écriture nippone est géniale.

Afficher en entier
Or

Il faut s'accrocher pour continuer cette lecture mais à la fin, cela en vaut la peine.

Afficher en entier
Lu aussi

Bon, j'ai dû passer à côté de ce que tout le monde trouve génial avec ce livre.

Je n'ai pas trouvé l'histoire intéressante, tout simplement parce que je ne me suis pas attachée au personnages. Beaucoup sont froids ou trop mystérieux (ou réservés) pour que j'aie eu envie de m'y intéresser, et Hajime est assez antipathique.

Je n'ai pas vu la beauté dans ce livre. Si je devais le résumer, je dirais "Un homme aime une femme. Il utilise ça pour se justifier à lui-même tout ce qu'il ressent ou ce qu'il fait dans sa vie."

Afficher en entier
Argent

C’est le premier livre de Murakami que je lis, un auteur entrevu lors d’une séance de dédicace à Londres et dont j’avais entendu le plus grand bien.

Parlons d’abord du roman. Nous verrons ensuite ce que l’on peut dire de l’auteur.

Déjà, c’est un bon, un très bon roman. Il nous raconte l’histoire d’Hajime, de sa naissance en 1951 jusqu’à la quarantaine. Vers l’âge de douze ans, Hajime s’éprend d’une de ses camarade de classe, Shimamoto-san, qui a la particularité d’être boiteuse. Enfin, s’en éprend il vraiment ? Lui même ne sait pas bien décrire l’attirance qu’il ressent pour la toute jeune fille, ou plutôt, ce qui le ravit, c’est la joie, le plaisir qu’il ressent en sa compagnie, même si leur activité principale est d’écouter de la musique et de partager la condition, alors exceptionnelle, d’enfant unique. Plaisir partagé, car la toute jeune fille est elle aussi extrêmement complice.

Puis Hajime doit déménager, et il perd de vue celle qui l’a initié aux joies d’une simple présence féminine.

Nous suivons ensuite le parcours d’Hajime, qui devient un beau garçon, puis un bel homme, nous le voyons connaitre sa première vrai histoire d’amour, et découvrons comment son attirance sexuelle envers une cousine de sa petite amie y met un terme. Hajime, étudiant passable, exerce un travail sans grand intérêt puis, après son mariage, obtient grâce à l’aide de son beau père une situation enviée. Il est désormais beau, riche, mariée à une femme, Yukiko, tendre et aimante, qui lui a donné deux adorables petites filles. Un modèle de réussite.

C’est alors que Shimamoto-san revient dans sa vie, par épisodes, et qu’il (re)découvre ses sentiments pour la femme mystérieuse qu’elle est devenue. Il s’interroge alors, se demande s’il n’est pas passé à coté de sa vie, de ses rêves, malgré sa réussite apparente. Et Shimamoto-san l’entraine dans une passion croissante, qui ne saurait les laisser indemne…

C’est, je l’ai dit, un beau roman, bien écrit, cela ne fait aucun doute. Il y règne une part de mystère, de fantastique même. On y ressent la fragilité des situations que l’on pensait acquise. On se prend à invectiver son héros, à l’encourager ou à déplorer son attitude. L’écriture est fluide, les phrases sont justes, tout est réaliste et sonne vrai, les personnage sont bien écrits. De la belle ouvrage.

Mais, parfois, on peut avoir l’impression que l’auteur avait préparé une fin différente de celle qu’il nous propose. Plusieurs éléments, mis en place dans le roman, restent en plan, ou sont visiblement sous-employés, comme si H. Murakami avait commencé à écrire en ayant une idée précise de la fin, et en avait changé en cours de route. Une impression difficile à décrire, qui peut être ne sera pas ressentie par un lecteur qui ne serait pas, lui aussi, auteur (bien que je sois loin de l’écriture de Murakami-san).

En refermant l’ouvrage, je ne suis pas déçu par celui ci, par le roman, par l’histoire. Je suis plus dubitatif sur l’auteur. Peut être parce que je sais qu’il a été pressenti pour le Nobel. Peut être aussi parce que j’ai beaucoup lu d’autres auteurs japonais classiques, les Mishima et Kawabata, entre autres. Chez eux, je trouve toujours une phrase si belle, une expression si nette ou esthétique que je la relève pour la citer dans un de mes romans ou une de mes nouvelles, pour m’en inspirer ou rêver en la relisant. Ici, rien de tout cela. Murakami est il un bon écrivains ? Assurément oui, mais est il un « grand » écrivain ? Je n’en sais rien. Je devrais lire d’autres de ses livres, ce qui sera un plaisir.

C’est un roman que je recommande, bien que je pense qu’il n'ai pas été mené et terminé comme l’auteur l’envisageait. C’est une belle histoire que celle d’Hajime, qui montre qu’un homme infidèle n’est pas nécessairement un salaud, mais quelqu’un qui ne voit pas le mal qu’il peut causer, au sens premier du terme, qui se laisse prendre par les élans du coeur (ou, parfois, un peu plus bas…) ; et qui montre aussi que l’on peut être, sans s’en rendre compte, infidèle à la propre image idéalisée que l’on se faisait de soi même.

Même si le « point de vue » de l’ouvrage est éminemment masculin, la quête de Hajime, c’est peut être finalement celle de la fidélité à la limpidité de sa jeunesse, vécue avec Shimamoto-san, c’est la poursuite d’une illusion.

Un très bon roman, des personnages attachant, un thème intéressant… Lisez le, vous l’apprécierez et vous aussi, comme Hajime, repenserez peut être à la distance entre l’adulte que vous deviez d’être et celui que vous êtes devenu.

Un dernier mot pour la traductrice, Corinne Atlan, qui a réalisé un excellent travail, dont il faut souligner la difficulté, une traduction du japonais en français étant largement une interprétation dont on doit saluer ici la virtuosité.

Afficher en entier
Diamant

La vie est ainsi faite. On ne peut y échapper.

Hajime non plus.

Happé par les mouvements du temps qui l'emportent dans une tempête, celle du destin, il lutte et tente de rattraper ses rêves perdus.

Son histoire est celle de nous tous, dans notre propre tempête.

Ce livre est une description parfaite des courant qui influencent inévitablement notre vie.

Afficher en entier

Date de sortie

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

  • France : 2003-02-06 - Poche (Français)

Activité récente

Fabior l'ajoute dans sa biblio or
2024-01-29T12:02:49+01:00
Mealin le place en liste or
2024-01-14T15:41:55+01:00
max2077 l'ajoute dans sa biblio or
2024-01-08T18:07:43+01:00
Pintxos l'ajoute dans sa biblio or
2023-05-23T08:54:59+02:00

Titres alternatifs

  • 国境の南、太陽の西 - Japonais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 390
Commentaires 39
extraits 74
Evaluations 85
Note globale 7.72 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode