Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
Kid_A Diamant
Note : 9/10
Après avoir lu 'La Horde du Contrevent' et 'La Zone du Dehors', la lecture de 'Aucun Souvenir Assez Solide' m'a permis de redécouvrir l'écriture si particulière et les thèmes chers à Alain Damasio.

Ce recueil regroupe dix nouvelles qui, à travers un style novateur et transgressif que je trouve tout à fait en accord avec ce qu'on peut attendre d'une oeuvre de science-fiction, nous amène à réfléchir sur les développements du monde qui nous entoure.

Le thème de la communication est très présent, ce qui est tout à fait logique au vu des avancées technologiques qui nous donnent accès à une multitude d'informations. Ces dernières parfois, nous submergent et nous coupent de la réalité, de ce qui est réellement important et intéressant.

Ces nouvelles sont donc là pour nous ouvrir les yeux sur les phénomènes sociaux qui nous entourent, en les développant vers l'extrême, pointant ainsi leurs dangers. A la fois dans cette lecture et dans la réalité, réussir à les englober du regard est une chose difficile, il faut donc se concentrer et s’accrocher. C'est ainsi que l'on peut finalement arriver à apprécier les messages qui se dissimulent derrière les figures de style et autres néologismes élaborés par Alain Damasio.
Par le Editer
Philippine Pas apprécié
Note : 6/10
Lourd, pompeux à la limite du condescendant et terriblement...soporifique! Pas pour moi
Par le Editer
Theon Pas apprécié
Note : 7/10
Aucune intrigue assez solide
...pour rattraper l'écriture insupportable. Autant la Horde du Contrevent m'avait marqué, même si l'histoire était bizarre, autant là, je me suis juste perdu. Le style d'écriture est vraiment dur à avaler.
On dirait juste, vous savez, quelqu'un qui cherche à dire ; voilà je sais bien écrire, regarder comme c'est beau toutes ces figures de styles, oh !! Ca pétille, c'est magnifique !
NON, pour moi c'est trop. C'est une overdose. On perd le goût des histoires pour se forcer à "lire". littéralement "lire" dans sa tête.
Je le déconseille.
Par le Editer
Laurien Or
Note : 9/10
Dix nouvelles très différentes, mais toutes autour de la question "qu'est-ce qu'être en vie ?". On retrouve le travail poétique ur les mots et le langage habituel d'Alain Damasio. Certaines histoires sont très prenantes, d'autres sont des pamphlets, certaines font pleurer. Contre le mou, la technologie, retrouvons l'art et l'amour (ne serait-ce pas grâce à eux que l'on est vivant ?).
Par le Editer
Coling Or
Note : 9/10
Je prends toujours autant de plaisir à lire les textes de Damasio.
Sa façon de tordre d'inventer et de jouer avec les mots est toujours aussi incroyable (par exemple dans "So phare away") et les histoires qu'il raconte sont pleine de poésie et de magie et offrent souvent plusieurs niveaux de lecture.
Par le Editer
Kane-san Diamant
Note : 10/10
Qu'en dire ? ... Ces nouvelles sont profondément "damasienne": une critique subtile de notre société sublimé par les images et la poésie. J'ai trouvé ces nouvelles magnifiques et souvent bouleversante, même si le style m'a quelque fois désappointée. El Levir et le livre ... Wouah. Je ne m'en suis toujours pas remise.
Par le Editer
mm22 Lu aussi
Note : 7/10
J'aime beaucoup cet auteur, et les livres précédents que j'avais lu de lui était très bon, mais là, comment dire.... je n'ai pas du tout accroché. Autant certaines idées étaient très bonnes, autant elles n'étaient pas assez développée, on ne comprenais pas vraiment où l'auteur voulait aller. Certaines donnaient même l'impression de creux...
Par le Editer
Roxane47 Argent
Note : 8/10
Il m'est très difficile de commenter correctement ce livre. Certaines nouvelles m'ont tout simplement transportée dans un autre monde, dans l'univers d'Alain Damasio; mais je me suis heurtée à l'impossibilité d'être inhibée par son monde au travers d'autres textes.
Cependant, j'ai lu ce recueil de nouvelles pour l'auteur avant tout, et là, j'ai été complètement servie ! Son style demeure unique, envoûtant, compliqué tout en restant accessible, bref, j'adore !
Ceux qui ont lu d'autres histoires de Damasio peuvent foncer les yeux fermés pour démarrer celles-ci.
Par le Editer
Ce livre m'ayant été offert et recommandé par quelqu'un qui compte vraiment pour moi, je l'ai abordé avec envie et beaucoup de plaisir anticipé.
De plus l'auteur est quelqu'un que Systar, en quatrième de couverture, qualifie d'auteur exigeant, écrivant dans une langue poétique et neuve.
Il est, paraît-il, encensé par la critique, par le public et couronné d'un succès mérité.
Pourtant longuement, obstinément, j'ai tenté de pénétrer au coeur de cette dizaine de nouvelles.
Je n'ai été happé par aucun des textes.
De guerre lasse, un à un, par manque d'intérêt, je les ai abandonnés.
Rebuté par un style pauvre qui se cache maladroitement derrière un vocabulaire hermétique et inventé, je me suis enlisé au seuil d'intrigues qui ne me paraissaient pas valoir la peine de l'effort demandé.
Je me suis alors reporté au postface de Systar intitulé "Portraits de Damasio en aéroplane" pour tenter d'y trouver une nouvelle motivation, un nouveau souffle pour une lecture recommencée.
Qu'en dire si ce n'est que grandiloquence n'est pas science et que bavardage n'est pas fiction.
Et que ce postface m'a fait sourire à plus d'un de ses détours ...
Dieu me savonne ! Que j'aime la bonne science-fiction, je n'en ai pas trouvé là !
Au final, "Aucun souvenir assez solide" ne m'en laissera aucun ...
Par le Editer
La_Marmotte Or
Note : 8/10
Alain Damasio. Que dire... Je pourrais sans doute écrire 20 pages remplie d'éloges sur cet auteur. Mais je vais faire plus court. J'ai adoré la Horde. J'ai adoré encore plus la Zone du Dehors. Grâce à Aucun souvenir assez solide, j'ai été émerveillée de retomber dans son univers, de retrouver son écriture, de me laisser entraîner à nouveau dans son imaginaire, de sourire, de pleurer, de vibrer et d'avoir peur pour et avec ses personnages. Le conseiller ? Oui ! Mais, avec un léger bémol tout de même :

Ceux qui connaissent déjà Damasio, ruez-vous dessus, vous ne pourrez pas être déçus.
Ceux qui voudraient découvrir cet auteur, je ne vous conseillerais pas forcément de débuter par ce recueil de nouvelles car, peut être, trop jusqu'au-boutiste, trop expérimental, déstabilisant de par l'écriture poussée dans ses retranchement qu'en use Damasio. Lisez un de ses deux autre livres avant.

Mais en détail, Aucun souvenir... contient quoi ? Il contient des nouvelles, 10 exactement. Chacune est un petit bijou ciselé avec précision par l'auteur, chacune détenant la vie, l'audace, l'amour, la musique, rire, pleurs, chants, vitesse, vol, vent... Tous ces thèmes, ses thèmes, on les retrouve dans la Horde et la Volte, ligne directrice, politique, éloge de la Vie, nous sommes en terrain connu et c'est un plaisir énorme qu'on lit, lentement, les 10 textes de l'ouvrage.

Impossible de parler précisément de ces histoires sans en dévoiler déjà trop; enfance volée par la technologie, monde vidé de sens par l'achat des mots, amoureux défiant la lourde logique d'un monde écrasant ou balloté par des contraintes absurdes, solitaire cherchant un sens à sa vie dans le mouvement, vie bridée, encore, par la techno-surveillance perpétuelle de la société... Terrain connu pour ceux qui ont lu ses romans !

Mes préférences à la première de toutes, "Les Hauts Parleurs" où l'auteur donne libre court à son art des jeux de mots à un rythme effréné, au très émouvant "Captcha" et ses enfants perdus, au très prenant "Une stupéfiante salve d’escarbille..." dont la lecture, pourtant, demande une grande attention (comme tous les textes présents, d'ailleurs, tant l'auteur donne l'impression d'avoir à chaque fois expérimenté, testé, essayé une nouvelle manière d'écrire pour notre plus grand plaisir !).
Les autres ne déméritent pas, chacun pourrait avoir son moment de gloire, même si tous ne sont pas au même niveau, chacun est, pris pour lui même, une petite réussite d'inventivité, de poésie, qui repousse à chaque fois plus loin les limites de l'écriture. Et toujours, encore, critique nos vies tenues en laisse dans nos sociétés bien pensantes et nous laissent pourtant à penser qu'il existe autre chose, espérance, vie, liberté... et que rien n'est encore fait (rien n'est écrit !). Tant que de tels textes existeront, certainement.

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
  • aller en page :
  • 1
  • 2
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.