Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Aurelie2a : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Wicca, Tome 1 : L'Éveil Wicca, Tome 1 : L'Éveil
Cate Tiernan   
Wow!!! J'ai vraiment adoré ce livre je l'ai lu en quelques heures je l'ai dévoré du début à la fin et je n'étais plus capable de décrocher tellement j'étais envouté. L'écriture est fluide et l'histoire envoutante, évidemment à condition d'aimer les histoire de sorcière et de Wicca.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
La Communauté du Sud, Tome 1 : Quand le danger rôde La Communauté du Sud, Tome 1 : Quand le danger rôde
Charlaine Harris   
Je suis tombé sur la série TV totalement par hasard, à laquelle j'ai tout de suite accrochée (malgré les quelques scènes "hot", mais je pense qu'aujourd'hui il en faut plus pour choquer ^^). Juste en passant l'acteur qui joue Eric trop sexy =p.
Sinon pour parler de ce premier tome, l'histoire est un peu différente de la série, mais je ne suis pas déçue, au contraire! Impatiente de connaitre la suite !
Kaleb, Tome 1 : Kaleb Kaleb, Tome 1 : Kaleb
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3096284313-Kaleb-Tome-1-Kaleb.html

Sexy. Excitant. Ardent. Intense. Kaleb, c'est une bombe. Si je devais publier un livre, ce serait un roman comme Kaleb que j'aimerai écrire. Ce thème de l'empathie me touche énormément, ainsi que tous les sentiments forts qui y sont traités. Mais, mon dieu, que ce livre est exceptionnel. En achevant la dernière page hier, j'étais juste dans la brume. Une brume qui sonnait comme une claque. J'étais lessivé. Abasourdi. Fasciné. Choqué. Autant de sensations contradictoires provenant directement de ce petit chef-d'œuvre. Je pense que vous le savez, mes attentes pour Kaleb étaient très élevées. Hé bien il n'a pas fait que brillamment les remplir, il les a surpassé comme rarement un livre l'a fait.
La présentation nous informe que nous allons, avec cet ouvrage, passer du côté obscur de la force et être bercés par le Mal. Je ne me doutais pas une seconde à quel point cela allait être vrai, et c'est essentiellement grâce au héros de l'histoire, le fameux Kaleb Helgusson. Il a la beauté des anges et le caractère du diable. Toutes les filles craquent pour lui. Il aime ça. Et il en redemande. Lorsque son don d'empathe va se révéler à lui, il va avoir du mal à comprendre ce qui lui arrive. J'ai adoré découvrir comment ce pouvoir s'est manifesté, ainsi que la façon qu'à Kaleb de l'apprivoiser.
Ce qui est saisissant avec ce roman, c'est la façon qu'à Myra Eljundir de retranscrire les sentiments de ses personnages. On erre entre exaltation, douleur et effroi. Les descriptions sont ultra visuelles et sensorielles. Tout est hyper haletant, comme si on regardait un film dans lequel un tas d'images s'entrechoqueraient, et où la tension irait crescendo. Il y a énormément de scènes où l'auteur maîtrise tellement bien son sujet qu'elle parvient à nous rendre nous-mêmes empathes. Si si, je vous assure. Et je peux également vous certifier que c'est bien la première fois de ma vie que j'ai mal aux dents en lisant un roman. Non non, ne prenez pas ce regard surpris. Vous avez bien lu. Certaines scènes de torture sont juste hyper dures psychologiquement, tellement stressantes et poignantes qu'on ressent le mal physiquement. Et, en grand masochiste reconnu que je suis, j'ai complètement adoré ça. Le plaisir dans la douleur. Une phrase qui résume à la perfection tout le livre.
Comme dit précédemment, tout est vraiment intense dans ce roman. Et en plus de vivre une foultitude de sensations destructrices, Kaleb va devoir apprendre à contrôler son don et à canaliser ses désirs bestiaux. Étrangement, même si ce personnage est le diable en personne, c'est un protagoniste que j'ai appris à aimer. Même si c'est un véritablement monstre, il ressent énormément d'émotions paradoxales en lui durant une bonne partie du livre. Regrets, désolation, amour, joie... On traverse réellement toute une palette forte de sentiments brutaux et tous plus humains les uns que les autres.
Le gros plus de Kaleb dépend aussi des faits réels qui y sont rapportés. Et là... Ô God quoi. J'en suis encore tout retourné ! Myra Eljundir a su détourner avec brio la Peste du XVIIème siècle, ou encore l'explosion du volcan islandais Eyjafjöll. Rien qu'avec ça, j'étais déjà sous le charme. Mais avec tous les autres éléments qui sont entrés en jeu, je n'ai pas seulement été captivé par ce livre. Non, c'était bien plus que ça... Kaleb était devenu une véritable obsession. Un pur bonheur malsain. C'est terriblement excitant de découvrir les émotions des "mauvais" protagonistes. Personnellement, j'ai plus que craqué pour cette idée et pour toutes les sensations addictives qui en découlent.
Pour celles et ceux qui se posent la question, oui, il y a bien une histoire d'amour. Ok, elle est complètement déroutante et diamétralement opposée de toutes celles auxquelles nous sommes habitués, mais elle est bien là. D'ailleurs, c'est cette différence avec les autres qui m'a perturbé et irrémédiablement attiré. L'amour qui rend fou. Qui consume. Qui blesse. Qui tue. Je pense que vous avez commencé à le comprendre : j'adore tout ce qui lie des choses impossibles à unir en apparence. L'amour et la mort. La plaisir et la douleur. Et Kaleb regorge d'oppositions comme celles-ci. De quoi me rendre complètement dingue.
L'intrigue du roman est juste... Indescriptible. Myra Eljundir nous a brodé une histoire extraordinaire. Je n'ai vu AUCUN rebondissement venir. A chaque fois que j'ai essayé de trouver une réponse avant Kaleb, je me trompais, et pas qu'un peu. J'ai souvent dû poser mon livre quelques minutes pour reprendre mes esprits, souffler et me dire "oh chiasse !". Oui oui, j'étais obligé de jurer tant les surprises sont immenses et les révélations imprévisibles et inouïes. Tout dans cet ouvrage est renversant. Incroyable. Inhabituel. Frappant. Unique.
On pénètre véritablement au coeur d'un tourbillon de sensations. Jusqu'à la fin du livre, nous sommes bousculés, poussés en dehors de notre zone de confort, ce qui est juste ensorcelant. Dans les dernières pages, tout s'accélère. Tout devient encore plus saisissant, plus haletant. Chaque ligne nous coupe le souffle et nous déchire le coeur. J'ai refermé le roman avec tout un tas d'émotions encore brûlantes en moi : horreur, passion, choc, surprise, torpeur... Un cocktail mystérieux qui m'a laissé un étrange goût dans la bouche. Mais je sais une chose : j'en veux encore.
En résumé, je ne peux pas vous conseiller ce livre. Ô ça non. Je vais vous forcer à vous le procurer. Kaleb est un ouvrage rare et puissant. Les personnages sont juste extraordinaires, l'intrigue est diaboliquement séduisante, et tout n'est qu'euphories violentes. J'ai adoré ce livre. Attendre la suite s'avère déjà atroce. Je suis comme en manque. A travers ses mots, Myra Eljundir a su toucher mon âme et mes émotions. A me rendre accro. Kaleb est une vraie drogue. C'est tellement mal d'éprouver tant de plaisir. C'est si bon d'être mauvais.

par Jordan
Les Highlanders, Tome 1 : La Malédiction de l'Elfe Noir Les Highlanders, Tome 1 : La Malédiction de l'Elfe Noir
Karen Marie Moning   
Que c'était pathétique...

Déjà, dès la première page, ça commence fort avec la description du héros par la reine des Faës : "il se dit que sa virilité à peine érigée ferait pâlir d'envie un étalon"... Bon, on sait déjà tout de suite que le héros en a une grosse, une TRES grosse (c'est hyper important) !

Commence donc l'histoire, soit que la reine des Faës adore le gros engin de Hawk, ce qui met en rogne le roi des Faës et son fou... Ceux-ci décident donc de se venger du héros en exauçant le voeu de son meilleur ami (du héros donc), à savoir de trouver une femme qui saura lui résister lui qui est tellement bon au lit et sait tellement bien utiliser son gros engin que toutes les femmes du pays (et même du pays voisin) sont passées par sa couche (environ 5000 d'après les estimations du héros lui-même)...

Alors bien sûr, comme en l'an 1500 et quelques, sa réputation de lover est trop bien installée, pour trouver une femme qui lui résistera, ils vont en... 1997 (époque Titanic, portables, télévisions, voitures, WC, douches, chocolat, etc...). Et ils tombent sur Adrienne, jeune femme désabusée qui s'est jurée de ne plus jamais craquer pour des beaux mecs, car tous des ordures !
Ah ! Et elle est de la Nouvelle Orléans aussi, parce que là-bas, berçant dans la magie et le vaudou (WTF ?!?), toute la populace est hyper ouverte d'esprit et donc Adrienne ne s'étonnera pas du tout de faire un bond de 500 ans en arrière dans le temps... Elle s'adaptera d'ailleurs parfaitement et immédiatement, et préfèrera même cette époque-là parce que dans les années 90, il y a des adultes qui tuent leurs enfants et des enfants qui tuent leurs parents (sic !)... oui parce qu'en l'an 1500, personne ne tuait personne et l'infanticide ou le paricide, ça n'existait ABSOLUMENT pas !
L'autrice pourrait d'ailleurs ajouter quelques cours d'histoire à son emploi du temps... non parce qu'elle fait quand même déclamer du Shakespeare à Hawk alors que Shakespeare n'est... pas encore né !!! (entre autres aberrations)

Adrienne se retrouve donc sur les genoux d'un gros laird dégueulasse qui vient d'assassiner sa fille qui devait épouser le héros (mais ça alors, serions-nous face à un cas d'infanticide flagrant ?!?). Ni vu ni connu, il fera passer la splendide héroïne pour sa fille et elle épousera donc le gars...
Mais Hawk est trèèèèès beau... et Adrienne déteste les hommes trèèèèèès beau (enfin, ça elle le dit mais ça ne l'empêche pas de baver sur n'importe quel beau spécimen qui passe). Elle va donc repousser encore et encore Hawk qui lui est tombé amoureux au premier coup d'oeil et fait tout pour la "conquérir"...

Et nous assistons donc à la méthode de séduction version Néanderthal, où je te dis que je te laisse le choix, mais je te dis aussi que si tu ne me cèdes pas de ton plein gré, alors je te prendrais de force parce que c'est mon droit et que tu es ma femme... Oui... donc Adrienne a le choix entre se faire violer en douceur ou brutalement en fait... Nous avons donc droit à une pétée d'actes charnels forcés qui sont appelés "séduction" par l'autrice... moui... Madame Karen Marie Moning, je vous suggère très fortement de revoir vos définitions de "séduction" et "consentement"...

Bien sûr, Adrienne est trop la méchante parce qu'elle refuse de se faire culbuter alors que Hawk est teeeeelllement gentil avec elle... Oui parce si un mec se comporte correctement et gentiment avec vous, alors il a le droit de vous sauter, c'est une sorte de passe-droit voyez... *ironie ironie*
D'ailleurs, d'après certains commentaires ici-même, il semblerait que cette idée soit répandue... Alors je vais faire bref : à quel moment une personne doit-elle du sexe ? => JAMAIS !

Et quand Adrienne menace de lui échapper, alors il l'enferme, il détruit la reine du jeu d'échec qui lui permettrait de rentrer chez elle et il lui fout une cagoule sur la tête, lui lie les mains et l'emmène dans un endroit tranquille pour pouvoir "l'apprivoiser" à sa manière...

Ne parlons même pas du fait qu'il la baise comme un bourrin dès la première fois alors qu'elle est vierge (je vous rappelle que le gars est supposé être monté comme un cheval hein) !

Je me suis arrêtée après ça, j'en avais eu assez...

Cette histoire était vraiment pitoyable et écoeurante, je n'ai pas d'autres mots.

par Vitany
Alpha & Omega, Tome 1 : Le Cri du Loup Alpha & Omega, Tome 1 : Le Cri du Loup
Patricia Briggs   
Pour tous les inconditionnels de Mercy Thompson, allez-y, faites vous plaisir.
Premier tome sur la meute du Marrok et plus précisément sur son fils Charles et sa nouvelle compagne Anna. J'ai dévoré ce livre en une journée. L'écriture est aussi limpide que Mercy Thompson, la plupart des personnages sont déjà connus de nous et Bram nous paraît plus humain. Quant à Charles c'est une véritable découverte.
Anna de son côté, eh bien on s'y attache presque aussi vite que Mercy. A DECOUVRIR

par ccmars
Requiem pour Sascha, Tome 1 : Lacrimosa Requiem pour Sascha, Tome 1 : Lacrimosa
Alice Scarling   
Quelques faiblesses qui n'entachent en rien l'addiction totale à ce roman

Sascha, orpheline, chanteuse dans un groupe de métal, partage provisoirement son appartement avec Nicolas, guitariste du groupe, et accessoirement son sex-friend. Pour gagner sa vie, elle utilise son don, celui de posséder le corps de ses victimes afin de les dépouiller plus facilement. Elle nourrit une vengeance secrète, retrouver les vampires qui ont assassiné sa "mère" adoptive. Un jour elle croise un être irréel, aux longs cheveux d'argent et au regard létal, elle le prend pour un vampire et tente de l'assassiner. A compter de ce jour, sa vie va basculer...
Je ne cesse de râler après les romans bit-lit dont certains se ressemblent trop, ou prennent des tournures gnangnans façon Harlequin mais j'avoue que celui-là a retenu mon attention. Pourtant il est bourré de maladresses (comme les prénoms masculins, Nicolas, Damien, Julien... qui à mes yeux passent difficilement dans un roman bit-lit, ok l'auteur est française, l'histoire se passe en France, mais doit-on pour autant supporter des prénoms aussi "franchouillards" ? Bref, passons...). D'un autre côté, on découvre que le héros s'appelle Raphaël (et oui, encore un !) et bien évidemment toute fan de bit-lit qui se respecte ne peut s'empêcher de faire la comparaison avec les 2 mastodontes de la bit-lit, l'Archange Raphaël (de Chasseuse de vampires) et LE Raphaël (de Rebecca Kean), et c'est là où le bât blesse... Ces 2 personnages titanesques à jamais imprégnés sur notre rétine, affadissent considérablement l'image de ce 3ème qui en possède le prénom mais certainement pas l'envergure. Du coup on a comme une petite impression de "déjà-vu mais en moins bien".
Il n'empêche que j'ai dévoré ce roman comme une "morte de faim", et que j'en attends la suite avec la plus grande impatience, surtout depuis l'arrivée de... hum... l'intriguant Zekiel, qui j'espère va bouleverser cet équilibre déjà bien précaire. Bref, pour moi, c'est à lire absolument.

Or : 8,5/10


Promise, Tome 1 : Promise Promise, Tome 1 : Promise
Ally Condie   
Magnifique livre, l'histoire est intrigante et on est tout de suite plongée dans l'univers de Cassia cette jeune fille si troublante par le fait qu'elle est au départ un parfait petit pion et qu'en fin de compte elle se révèle bien plus maligne que d'autre. Les description sont très bien faite et je n'ai eu aucun mal à m'imaginer la ville, plus particulièrement le quartier où elle et ses parents, ainsi que ses amis, vivent. Toutefois je trouve dommage qu'il n'y est pas plus de description de la maison et de l'école.

Une chose est sur : Ce livre ne sera pas gardé par les officiels plus tard...

par Elboise
Nightshade, Tome 1 : Lune de sang Nightshade, Tome 1 : Lune de sang
Andrea Cremer   
Calla Tor est une Protectrice, elle a le pouvoir de se transformer en louve. Cette dernière sert les Gardiens, d'étranges personnages aux pouvoirs mystiques, qui veillent depuis toujours sur les humains et la Terre. Il faut le dire, les Gardiens ne sont pas tous blancs comme neige et l'abus de pouvoir est un aspect de certains. Néanmoins, les Protecteurs n'ont pas leur mot à dire, après tout, leur maître leurs fournissent le nécessaire et même parfois plus, pas besoin de se plaindre. Étant l'alpha femelle de la meute Nightshade, elle est promise à Ren de la meute Bane. La question sur son avenir ne se pose même pas, Calla le sait depuis presque toujours et cela ne l'a jamais vraiment dérangée : c'est son devoir, elle en est certaine et elle l'accepte. Mais, oui, il y a un mais... En sauvant la vie de Shay, elle ne se doutait pas une seule seconde que tout son monde allait être remis en question. Tout cela est sûrement impossible, rien n'est à remettre en cause, elle sert les Gardiens un point c'est tout. Enfin, c'est ce que Calla pensait...

Nightshade est un petit bijou ! Ca commence fort, avec la fameuse scène où Calla sauve la vie de Shay. Dès ce moment, Calla fait sa première erreur, elle en est certaine. Mais, nous, petits lecteurs, aimons les erreurs, surtout quand elles n'en sont pas vraiment, n'est-ce pas ? Rassurez-vous, c'est la première et pas la dernière.

Parlons des personnages. Un grand éventail de personnages, d'ailleurs. Shay, l'humain qui est tout, sauf normal ; Ren, un alpha joueur et très porté sur la sensualité ; sont les deux jeunes hommes que Calla apprécient (plus qu'apprécie, on s'en doute). Malgré une certaine 'complexité' chez Shay, j'ai trouvé que Ren était trop... tout. Les brutes au grand cœur, je dois avouer que je n'aime pas ça. Il est plus muscles que cerveau (contraire de Shay). Bryn, Ansel, Fey, Dax... j'oublie certains noms, mais jamais on ne se mélange les pinceaux entre eux, tellement leurs personnalités sont différentes. Les personnages secondaires que j'ai le plus apprécié sont sûrement Neville et Logan (qui n'est pas si secondaire que ça... mais bon). Le meilleur pour la fin, la narratrice : Calla ! Même si parfois j'ai du mal à comprendre les réactions agressives de celle-ci (une vraie barbare) elle est l'un des fils conducteurs de l'histoire avec Shay. Je l'ai trouvé drôle et attachante.

Après les personnages, on trouve l'ambiance glauque de la ville de Vail, où rien n'est comme il doit être. Dans cette étrange atmosphère légèrement oppressante, Calla et les autres personnages réussissent néanmoins à faire rire. Pas jusque la fin, bien entendu. Vers une vingtaine de pages avant la fin, je lisais presque en diagonale, changeant de page à toute vitesse en pensant : « Mon Dieu, que c'est terrible ». Et puis la fin ne nous laisse pas le choix, j'achèterais très certainement la suite. Je ne peux que dire une chose : le 13 janvier 2011, annulez les rendez-vous et courrez chez votre libraire !

http://name-in-stone.skyrock.com/3045577619-NIGHTSHADE-1-LUNE-DE-SANG.html

par Happy
Sœurs sorcières, Livre 1 Sœurs sorcières, Livre 1
Jessica Spotswood   
Une livre à lire pour trois raisons : l'époque, le thème et les personnages !
L'auteur nous emmène certes dans une Angleterre imaginaire mais pleine des conventions d'atants, avec les longues robes et paroles appliquées. Une ambiance qui dépayse.
Le thème des prophéties et des sorcières est commun, pourtant la vigueur des personnages et le contexte histoire (Fille de Perséphone, les Frères) lui donne un nouveau souffle.
De plus, Cate est un personnage attachant, de part sa dévotion et son amour pour ses sœurs et sa volonté d'être une femme libre. On s'imagine aisément dans cette société où la femme n'est rien, et la révolte de Cate est à la fois subtile et radicale.
Un livre que j'ai adoré !
L'Exécutrice, Tome 1 : Le Baiser de l'Araignée L'Exécutrice, Tome 1 : Le Baiser de l'Araignée
Jennifer Estep   
Il trainait depuis un moment dans ma biliothèque, attirée que j'étais par le thème. Malheureusement de nombreuses (trop ?) autres lectures ont considérablement retardées la lecture.

J'ai fini par me lancer et je ne regrette pas.

Tout d'abord cette anti-héroïne est attachante : Ce qu'elle veut, elle fait tout pour l'obtenir, elle s'attache à peu de monde mais est vraiment fidèle, et enfin elle est douée dans son métier.

L'histoire commence par un contrat : elle se fait passer pour une patiente afin d'assassiner une des médecins qui aurait…disons abusée de sa position. De retour à son “QG”, elle se retrouve tout de suite avec un nouveau contrat…au montant astronomique : 5 millions de $US ! Comme l'affaire semble rapide et aisée (du moins pour ses talents), elle accepte. Mais Gin Blanco se retrouve bien vite en mauvaise posture. Son client l'a doublée et surtout en a profité pour assassiner son mentor.

Elle sauve in-extremis celui qu'elle considère comme son frère et est maintenant prête à tout pour venger celui qu'elle aime comme un père.

Le ton est courant, parfois un peu “creux” mais au final on est captivé par l'histoire et on veut en savoir plus. La partie émergée de l'iceberg est déjà moche, on n'ose imaginer ce qui est caché…

Et pour compliquer la tâche, Gin veut l'aide de l'inspecteur Caine, qui a la réputation d'être le seul flic honnête et intègre d'Ashland (ou tous, depuis les employés au maire sont corrompus). Malheureusement elle a assassiné son partenaire (une sorte de pédophile qui a parfaitement mérité son sort) et Caine veut l'attrapé. Alors quand elle lui propose une trève pour la durée de leur enquête, il hésite. Doit-il mettre sa vengeance de côté, ou l'attraper, la tuer, tout de suite ? Et le désir est bien présent entre eux, pour compliquer le dilemme de l'inspecteur. Va-t-il faire le bon choix, ou Gin va-t-elle devoir l'abattre et se débrouiller avec ses alliés ?

Mais Gin Blanco est l'Araignée, pétrie de patience et de savoir faire, elle sait attendre son heure.

L'enquête est plutôt bien menée, les méchants pas caricaturaux et l'héroïne est du côté des “bad guys”, une très bonne combinaison.

Bref une très bonne note pour moi, et maintenant reste plus qu'à acheter le tome 2 !

par Ceinwèn