Livres
558 107
Membres
606 117

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de aurelie5346 : Mes envies

La Chronique des Bridgerton, Tomes 5 et 6 : Éloïse / Francesca La Chronique des Bridgerton, Tomes 5 et 6 : Éloïse / Francesca
Julia Quinn   
Autant j'ai été complètement happée par l'histoire d'Eloise que j'ai dévorée et qui m'a fait passer un très bon moment, autant je n'ai pas du tout été convaincue par celle de Francesca... Je l'ai trouvée trop longue et trop lente, avec une fin beaucoup trop rapide et des problématiques résolues sans que l'on ne sache trop pourquoi. Sans compter quelques incohérences chronologiques, qui m'ont un peu perturbées...

par LaurenaLJ
La Chronique des Bridgerton, Tomes 7 & 8 La Chronique des Bridgerton, Tomes 7 & 8
Julia Quinn   
Bon sang! Encore du mal à me dire que c'est... fini! C'est très dur de dire au revoir (dans des relectures, dans la série, nous nous reverrons!) aux Bridgerton, leur chronique se terminant avec les histoires des deux benjamins de la famille, et de quitter leur monde plein de belles aventures romanesques! J'ai essayé de faire durer un peu plus Gregory mais c'était finalement mission impossible... mais pour le meilleur! Julia Quinn conclut sa saga comme elle l'a débutée: dans un rythme purement addictif qui nous emporte avec plus que grand plaisir!
Mais que j'ai adoré cette saga! Et ces tomes-ci tout autant, je pense même qu'ils font tous deux partie de mes opus préférés! Je ne leur vois aucun défaut, tout se met vraiment en place comme il le devrait en suivant les deux fois une intrigue très bien ficelée. Autant dans Hyacinthe que dans Gregory, on ne manque pas d'action et de rebondissements: ces deux-là ne nous proposent aucunement une histoire plan-plan! Mais je me doutais en ayant pu jauger de leur caractère dans les précédents volumes, que nos deux protagonistes nous offriraient des histoires hautes en couleurs!
Pour commencer, hyacinthe, notre petit démon de la famille Bridgerton, qu'on ne pouvait faire taire... et bien, elle est on ne peut plus fidèle à l'image de la femme qu'on avait envie qu'elle devienne: entière, avec une force de caractère incroyable, qui va au bout de ses envies et de ses objectifs. Elle met en fait son cœur dans tout ce qu'elle entreprend! Peu étonnant qu'elle soit la protégée de Lady Danbury - au passage, l'un de mes personnages préférés en dehors des membres de la famille Bridgerton!
C'était génial de suivre Hyacinthe dans ses trépidantes aventures avec Gareth, aventures qui ne manquaient pas de sel! Ces deux-là se cherchent la petite bête avant de se trouver et on ne peut que vous dire que cela se révèle savoureusement explosif! La raison: Gareth Saint-Clair était parfait pour Hyacinthe, avec son impertinence qui est contrebalancée par sa totale dévotion envers les gens qu'il aime. Le type m'a tout de même fait grincer quelques fois des dents lorsque son côté difficile à cerner et/ou son aveuglement faisait souffrir notre héroïne! Cette prise de partie prouve bien à quel point l'auteure nous implique dans ses histoires!
C'est la même chose de l'autre côté! De Gregory au final nous n'en savions que très peu, mis à part son côté très taquin. Et bien, c'est un fier héros que nous avons là! Il nous séduit de suite par son attitude, son romantisme et sa foi en l'amour que l'on n'imaginait pas forcément auparavant - mais il est vrai que quand tu as assisté à 7 mariages d'amour... Et il est tellement loyal! Toutes ces qualités font qu'on ne peut que lui souhaiter tout le bonheur possible, mais Julia Quinn nous a tellement tenus en haleine avec les aventures de Gregory et de Lucy que c'était bien la première fois en huit tomes que je me suis demandé si nous allions avoir une fin heureuse!
Je pense aussi que cette histoire a été autant palpitante parce que notre auteure a réussi à nous ancrer cette fois encore très fortement émotionnellement parlant: on s'attache à notre héroïne qui brille dans tout sauf en chance, on ressent comme les nôtres les liens forts qu'elle entretient avec Hermione ou son frère (ce fieffé coquin!), on est scandalisé face aux propos abjects des vieux barbons de la "famille" de Lucy, on est touché par les belles paroles de sagesse de notre matriarche adorable, Violet Bridgerton... Bref, on ressent tout plus fort dans Gregory, c'est même le gros point fort de cette histoire et ce qui rend plus dure la séparation avec la plume de Julia Quinn.
En bref, cela ne fait que quelques jours que j'ai terminé Gregory, et pourtant, je sens déjà le vide laissé par les si addictives et romanesques histoires de Julia Quinn! Et je pense qu'elle n'aurait pas pu mieux clore sa superbe saga qu'avec les romances de Hyacinthe et de Gregory. Les deux derniers de la famille Bridgerton nous avaient déjà conquis dans leurs précédentes apparitions, ils sont purement géniaux quand ils deviennent les héros de leur propre aventure: Hyacinthe est une femme qui sait ce qu'elle veut, Gregory est prêt à se plier en quatre par amour. Notre auteure leur a trouvé en plus comme toujours les partenaires parfaits. Mais attention, personne n'est simple à conquérir et ces deux tomes pour une conclusion en apothéose sont très riches en rebondissements! Aaah qu'ils vont (livresquement) me manquer ces fantastiques Bridgerton!

par Chika
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Harry Potter et l'Enfant maudit Harry Potter et l'Enfant maudit
Joanne Kathleen Rowling    Jack Thorne    John Tiffany   
Pour une Potterhead impatiente de lire une nouvelle histoire dans ce merveilleux univers... c'est une énorme déception. Je ne sais même pas par quel point commencer.
Les personnages. J'ai aimé Albus et Scorpius. Le reste... c'est du grand n'importe quoi. J'ai eu l'impression de lire une mauvaise fanfiction écrite par un enfant n'ayant absolument pas compris l'essence des personnages.
Concernant l'histoire maintenant. On prend un semblant d'histoire, des éléments canon, et on fait un mélange absurde. L'histoire entière repose sur une énorme incohérence. Le plot twist final concernant un personnage est pire que ridicule, ça frise le deus ex machina de pacotille d'un écrivain en mal d'inspiration et cherchant désespérément à finir son scénario.
Une fois de plus, les Maisons sont sous-représentées, deux Serpentard ok, ça ça me plaît (bien que...), et le reste à Gryffondor. Euh, Poufsouffle et Serdaigle, ça existe aussi vous savez. Et en plus, le seul Poufsouffle qui était un minimum développé ? Pas de souci, on déforme totalement son caractère ! C'est juste stupide. Parlons de Serpentard. Nous sommes 19 ans après la Bataille de Poudlard. 19 ans après la guerre. Et surprise surprise, Serpentard est toujours la maison du Diable ! Waw, quelle évolution. Je vais faire une comparaison un peu risquée, mais après la Seconde Guerre Mondiale, les choses ont changé. Les points de vue ont changé. Il y a eu une évolution de la pensée. Là... rien.
Le Retourneur de Temps. Son utilisation est totalement ABSURDE. Ça va à l'encontre de TOUT ce qu'on a appris sur leur utilisation.
Je ne vais pas m'étendre plus, mais le tout forme une masse totalement absurde et dénature le canon de l'univers d'Harry Potter tel qu'on le connait. Des petits détails m'ont fait grincer des dents comme pas possible, comme l'histoire avec la dame au chariot.

Une immense déception. Je suis passé de l'incrédulité au désespoir, et je regrette ma lecture, ce que je pensais ne jamais dire au sujet d'un livre en rapport avec Harry Potter.

par Stormy
Calendar Girl, Tome 1 : Janvier Calendar Girl, Tome 1 : Janvier
Audrey Carlan   
Franchement ? J'ai perdu presque 10€ ! Je n'ai vraiment rien apprécié dans cette lecture bien que l'idée du départ aurait pu être séduisante.
Je trouve ça insipide et sans intérêt. Ça va trop vite et tout est prévisible. Les personnages ne sont pas assez creusés !
Je pensais que tout le battage autour de ce soit-disant meilleur ouvrage depuis 50 shades tiendrait ses promesses...
La seule originalité c'est pour l'auteur : faire beaucoup de fric en sortant 12 bouquins ! Belle réussite de ce côté... pour le reste... sans intérêt en ce qui me concerne. Heureusement, tous les goûts sont dans la nature.... Pas du tout envie de lire la suite.
Calendar Girl, Tome 2 : Février Calendar Girl, Tome 2 : Février
Audrey Carlan   
http://wp.me/p7NXJX-2Mz

Aussitôt acheté, aussitôt lu car j’avais très hâte de pouvoir lire cette suite. Comme je l’ai dit dans mon précédent avis, le concept est toujours aussi original : 12 villes, 12 missions à chaque fois, ce qui permet d’éviter une redondance tous les mois et de découvrir de nouvelles villes et protagonistes… De plus, le livre se lit toujours aussi bien et avec fluidité.

Pour autant, j’ai été très déçue par ce tome, si ce n’est agacé. Ce que je redoutais est finalement arrivé : Mia couche avec Janvier et maintenant Février trois jours à peine après avoir quitté son premier client.

J’ai trouvé le comportement de Mia assez aberrant. Dès son arrivée, elle succombe et désire follement Alec et ne rêve que de coucher avec. En précisant au fil de notre lecture, qu’elle a des sentiments pour Wes et pense souvent à lui durant ce mois passé avec Alec, bien sûr.

N’oublions pas que lorsque sa tante lui a proposé ce job, elle a été choquée par cette proposition et s’est mise à revendiquer qu’elle n’était pas une prostituée.. Assez paradoxal comme comportement, je trouve.. Quant à Alec, il ne m’a fait ni chaud ni froid. Je l’ai trouvé assez bizarre, un peu trop vite familier avec Mia alors qu’il ne la connait même pas.

Bref, la seule chose qui m’a réellement plu, ce sont les prises de conscience de Mia sur elle-même et son corps. Apprendre à se voir autrement et à s’aimer à travers le travail d’Alec est assez intéressant quoique pas assez approfondi dû au format du livre qui ne le permet pas.

Je me répète mais on ne peut vraiment enlever à l’auteur d’avoir su trouver le bon filon pour rendre accro les lectrices en créant un sentiment de frustration et d’impatience à chaque fin de tome. Qu’on n’aime ou pas, on vous voudra forcément savoir le fin mot de l’histoire et surtout savoir avec qui Mia finira.

Me concernant, je lirai le tome sur Mars car je l’ai pré-commandé et payé mais si l’histoire est à l’image de février, je passerais mon tour pour les autres mois et lirais peut-être décembre pour avoir le fin mot de tout ça ou je trouverais une chronique bien spoiliante !

par Cassije
Calendar Girl, Tome 3 : Mars Calendar Girl, Tome 3 : Mars
Audrey Carlan   
Après un avis plutôt mitigé du mois de Février, j’avais néanmoins hâte de découvrir ce nouveau mois. Suite à un Live Facebook avec l’auteur Mars faisait l’unanimité et malgré ma déception face à certain choix de Mia, je souhaitais laisser le temps à l’intrigue de poser ses bases. Et heureusement, car ce tome est sensiblement différent et bien meilleur que le précédent, tant par ses personnages, que son intrigue.

Mia montre encore une fois une nouvelle image et son retour à Las Vegas n’est pas étranger à mon appréciation. Ce tome nous dévoile la vraie facette de Mia, la voir dans son élément avec sa meilleure amie et sa sœur, m’a rappelé ce qui m’avait tellement séduite lorsque j’ai lu le premier opus de cette série, on ressent l’enjeu de ses sacrifices et on voit le poids que son père fait peser sur elle.

Étrangement le format court de m’a pas autant dérangé que les tomes précédents et j’ai trouvé qu’Audrey Carlan avait réussi à parfaitement doser la visite à Las Vegas pour nous en montrer suffisamment pour mieux connaître Mia et son séjour à Chicago n’est pas précipité pour autant. On prend le temps de découvrir Anthony son nouveau client et j’ai trouvé que l’auteur avait tiré son épingle du jeu en proposant un tome qui s’éloigne de ce qu’elle nous avait proposé jusqu’ici et sans pourtant être vide. On découvre un bel italien, qui a besoin de Mia et j’ai tout de suite été sous le charme de l’environnement et les personnages secondaires m’ont tout de suite donné envie de m’immerger dans leur quotidien.

Tout ce que j’avais pu entendre concernant ce tome, s’est révélé bien meilleur que tout ce dont j’aurais pu imaginer. Sans conteste mon préféré de la série et on peut dire que même si l’abandon m’avait effleuré à la fin du tome précédent, ce n’est plus prévu au programme. Un tome touchant, beaucoup plus abouti et qui se savoure. Personnellement je n’étais pas une grande fan de Mia, mais je trouve que ses rencontres au fil des tomes sont bénéfiques à son personnage et lui apporte beaucoup humainement.

http://wp.me/p4u7Dl-37G

par Luxnbooks
Calendar Girl, Tome 4 : Avril Calendar Girl, Tome 4 : Avril
Audrey Carlan   
Cette série joue un peu au yoyo avec mes nerfs et j’ai du mal à évaluer mon ressenti. C’est indéniable l’addictivité est bien présente et quelque chose me retient d’abandonner complètement. Certes mes sentiments sont mitigés, mais l’histoire associée à la plume suffit à me contenter pour le moment. Dans l’ensemble mon constat est sensiblement le même, à savoir que chaque histoire est trop indépendante et je reste trop accroché à l’intrigue de base pour ne pas y prendre goût.

Dans ce tome j’ai retrouvé une Mia un peu différente et ce changement montre une réelle évolution, ces aventures lui apportent un enseignement et on commence à voir le résultat. Sa mission d’avril va la conduire à Boston, où elle va faire la connaissance de Mason Murphy un joueur chez les Red-Sox et on peut dire que ce jeune homme n’a pas la langue dans sa poche et lui faudra quelques piques de notre jolie escort. Contrairement à ce que j’imaginais, ce tome s’est avéré beaucoup plus positif que l’avait été Février, mais la supportrice en moi qui a succombé au charme de Wes est terriblement frustrée de ne pas avoir sa dose quotidienne et je regrette que son personnage ne soit pas plus récurrent.

J’ai découvert une Mia altruiste, qui va tenter de se mêler des histoires de son client et on peut dire que cette petite histoire m’a beaucoup plu. Seulement deux éléments m’ont perturbé et ont apporté une part de déception, même si dans un sens il y a une part de prévisibilité c’est frustrant en tant que lectrice de n’avoir aucun recours. J’avais tellement adoré le mois de mars, que j’étais persuadé de repartir sur de bonnes bases et même si les personnages secondaires rencontrés au fil des tomes sont touchants, j’aimerais une constante et sentir que ces personnages qui ont compté le temps d’un tome, sont devenu importants pour la suite des évènements. Or pour le moment, aucun lien ne se fait et l’intrigue centrale stagne.

En bref, j’ai du mal à me faire un réel avis malgré quatre tomes et je n’envisage pourtant pas d’abandonner au cours de route. C’est un sentiment très étrange que de se sentir frustrée par sa lecture, mais en même temps de ne pas réussir à décrocher dans l’attente qu’un élément vienne tout changer. Encore une fois Mia nous a prouvé que malgré les doutes, elle va tout donner pour devenir une femme meilleure. Curieuse de découvrir Mai, mais en même temps je préfère baisser mes attentes d’un cran pour éviter la dégringolade, car ce sentiment de frustration s’accroche et j’espère voir le déclic se produire avant décembre.

http://wp.me/p4u7Dl-3cQ

par Luxnbooks
Calendar Girl, Tome 5 : Mai Calendar Girl, Tome 5 : Mai
Audrey Carlan   
Un bon tome ! J'ai beaucoup aimé les shooting photos et son partenaire de photo est juste à croquer ! J'ai beaucoup aimé découvrir une nouvelle culture grâce à Tai et la partie sur les tatouages m'a beaucoup touché !

par Albaluchi
Calendar Girl, Tome 6 : Juin Calendar Girl, Tome 6 : Juin
Audrey Carlan   
Nous sommes arrivés à une phase de transition pour Mia, ce tome marque une étape importante pour cette année décisive. Il devient également beaucoup plus difficile de vous exposer les faits sans risquer de trop vous en dire. Nous sommes arrivés à la moitié de cette année et le futur paraît plus incertain que jamais, difficile de se protéger alors qu’il reste encore six mois où il peut se passer n’importe quoi.

Ce mois de Juin va être un peu différent , notamment car elle a été embauché pour être au bras d’un homme âgé et qu’elle ne l’intéresse pas de la manière dont elle s’y attend. Cet homme puissant souhait simplement que Mia l’accompagne pour un projet important et cela la plonge dans un univers totalement inconnu, cette manière de parader au bras d’un homme n’est pas dans ses habitudes. Pourtant alors que le père ne l’intéresse pas, elle va pouvoir compter sur son charmant fils Aaron Shipley, qui est d’une beauté à couper le souffle. Je ne vous cache pas que lorsqu’ils se sont rencontrés, j’ai levé les yeux au ciel, Mia craque tellement facilement devant un bel homme que parfois j’ai du mal à la suivre.

J’ai beaucoup aimé la nostalgie qui transparaît de ce livre, Mia va repenser à tout ce qu’elle a vécue et faire le point sur sa vie. Être escort ce n’est pas un choix et pourtant elle est déterminée à payer sa dette toute seule, sans compter que sans ce métier elle n’aurait pas rencontré ces hommes exceptionnels qui vont s’avérer très présents dans ce tome et j’ai réalisé à quel point elle est entourée. Lorsqu’elle a débuté ce travail, la jeune femme était plus seule que jamais et aujourd’hui, elle a une armée de beaux mecs qui est prête à tout pour elle. La voir réaliser qu’ils sont sa famille fait chaud au cœur, pour elle qui a toujours manqué d’amour. Aujourd’hui elle peut compter sur ses amis pour être présents.

Un mois de juin qui m’a bien plu en plein cœur de Washington, pour le coup niveau tourisme ce n’est pas trop ça, mais Mia va vivre un mois très intense. Comme à son habitude la jeune femme ne va pas hésiter à jouer les entremetteuses et c’est toujours un plaisir de la voir agir pour les autres. Audrey Carlan réussi encore une fois a redonné du souffle à sa série, qui ne cesse de jouer le yoyo avec mon cœur. Ce tome se démarque de ses prédécesseurs et nous offre un aperçu de ce qui nous attend en juillet.

http://wp.me/p4u7Dl-3oj

par Luxnbooks

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode