Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Aurore26 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les frères Walker, Tome 1 : Le bachelor Les frères Walker, Tome 1 : Le bachelor
Amanda Adams   
Un bon livre, l’histoire est plaisante et je lirai la suite des frères Walker avec grand plaisir.

par Vtas
Indompté Indompté
Ana K. Anderson   
Ce message est pour ceux qui prennent le temps de lire mon histoire et de laisser un commentaire. Je vous remercie toutes et tous. Quand je doute et que le moral baisse je relis vos commentaires et cela me rebooste et me redonne confiance. Vraiment MERCI. Je suis touchée par vos retours et j'espère que les prochaines histoires vous plairont autant <3
Kiss kiss
Ana.

par Ana-20
Dark Elite, Tome 1 : Magie de feu Dark Elite, Tome 1 : Magie de feu
Chloe Neill   
Chloe Neill n'est pas une inconnue chez nous puisqu'on lui doit la série des Vampires de Chicago chez Milady. Cette dernière, bien que ciblant un public adulte, reste assez soft dans son domaine et c'est donc sans trop de surprise que l'auteure nous revient dans Dark Elite avec une série qui cible les adolescents.
Sans trop (aucune?) surprise, le récit est à la première personne et nous met dans la peau de Lily Parker, une lycéenne qui arrive dans une école privée qui cible la haute société dont elle ne fait pas partie. Et comme de coutume, elle va s'attacher à la marginale de service et vite devenir l'ennemie des filles tendances du lycée. La suite ne détonne pas du tableau avec pouvoir magique, bataille souterraine et histoire de cœur tandis que l'héroïne va se voir révéler un potentiel hors norme.
Lily, bien que héroïne sympathique, ne ressort absolument pas du lot et si l'auteure a quelques bonnes trouvailles concernant la magie (l'âge limite par exemple), le tout demeure cousus de fils blancs avec des personnages qui ne sont pas assez approfondis. Le truc, c'est que le récit est assez court et avec à peine plus de 300 pages, l'auteure à tendance à aller un peu trop à l'essentiel. A vrai dire, ce qui a le plus ressorti de ce livre à mes yeux, c'est l'attachement de Chloe Neill pour la ville de Chicago (si son autre série qui s'intitule les Vampires de Chicago nous laissaient encore le moindre doute).
Je laisse toutefois le bénéfice du doute quand à la suite des aventures de Lili Parker. Après tout, l'auteure parvient à semer pas mal de petits cailloux pour l'intrigues des prochains tomes en espérant par la même que la romance, trop évidente, réserve quelques surprises (le personnage de Sébastien à par exemple beaucoup éveillé ma curiosité sur la fin malgré les maigres lignes qui lui sont allouées).
Ce n'est pas forcément un mauvais roman mais l'histoire reste un peu trop cliché à mon gout et le manque de profondeur de se dernier ne lui est pas favorable. Du coup, il finit dans la pile des "vite lu, vite oublié". Je pense toutefois prendre la suite puisqu'il me semble qu'il s'agit d'une simple trilogie, que je souhaite connaitre le fin mot de l'histoire et petite cerise sur le gâteau, la couverture de Castelmore me plait beaucoup.

par Caly
Pamphlet contre un vampire Pamphlet contre un vampire
Sophie Jomain   
Le livre est très agréable, il convient tant aux adolescents qu'à un public plus âgé, qui appréciera l'humour mordant ( le pamphlet est jubilatoire!) et les situations cocasses.
Satine, 17 ans, caractère bien trempé avec un sens aigu du sarcasme, décide de partir en croisade contre les romans à la mode, les twilight et autre littérature sentimentale sur les vampires. Ce qui n'était qu'un simple coup de gueule, pour changer les idées de son amie accro à "Ed", devient une vraie guerre de tranchée où les pro et anti vampires se déchaînent.
Au milieu de vampires très remontés et d'amoureux de longs crocs, l'héroine, avec son ironie décapante et son côté passionaria, va connaître dans le désordre une histoire d'amour compliquée, pas mal de doutes, des vampires sanguinaires et vengeurs...
Entre les rebondissements et l'humour caustique, c'est donc un roman très frais, qui se dévore d'une traite, avec une mention spéciale pour un genre largement à la mode qui sait se moquer de lui même et du fantasme du vampire.


par Celma95
Kara Gillian, Tome 1 : La Marque du Démon Kara Gillian, Tome 1 : La Marque du Démon
Diana Rowland   
Après Le Sang du rock sorti un peu plus tôt cette année, la série Kara Gillian est la seconde de l'éditeur Milady à me donner l'impression de vouloir un peu bousculer les bases établies de la Bit-Lit. Dixit donc les "Anita Blake bis" et cie et place au renouveau...
On ne peut pas vraiment dire que le roman en lui même est aussi original que Wicked Game mais La Marque du Démon emprunte beaucoup à des récits d'enquêtes policières et saupoudre le tout d'un brun de fantasy. Point de coming out de vampires ou d'univers alternative ici, on se retrouve dans un monde en tout point similaire au notre et ou le bestiaire fantastique est relégué dans le domaine de l'imaginaire par la population. Point non plus de vampires, loup-garous ou autre dans ce premier tome (j'espère que cela ne changera pas par la suite) mais seulement des Démons qui existent dans un autre plan d'existence. Le traitement de ces derniers est assez proche de la vision qui est faite dans la série Morgane Kingsley ou les démons ne sont pas perçus comme des êtres démoniaques mais comme une civilisation aux mœurs bien différents de la nôtres (chez eux, c'est avant tout l'honneur et le pouvoir qui compte).
Kara Gillian est donc une inspectrice qui travaille aux homicides d'une petite ville de Louisiane. Cette dernière n'est guère sociable et si elle habite seule et loin de tout, c'est avant tout à cause de son passe-temps assez singulier: elle est invocatrice de démons. Aussi, quand les meurtres du Tueur au symbole reprennent après 3 ans, Kara est la seule à pouvoir repérer des résidus arcaniques sur les victimes et à comprendre que la reprise des meurtres rituels est dû à une bonne convergence stellaire pour les invocations.

Comme je l'ai fait comprendre un peu plus haut, ce premier tome emprunte beaucoup aux romans policiers avec une héroïne qui n'est ni super forte et n'a ni de super pouvoir hormis d'invoquer des démons via un rituel exigeant. Il s'agit d'ailleurs d'une jeune inspectrice dont il s'agit de sa première enquête puisqu'elle vient d'être muter aux homicides depuis seulement 3 semaines. Cet aspect débutant est plutôt sympa et fait gagner pas mal de sympathie à l'héroïne même si cet aspect est un peu trop vite relégué au second plan à mon gout. J'apprécie aussi beaucoup l'aspect assez humain avec lequel elle est décrit avec des défaut tout ce qui a de plus ordinaires : peu sociable, le néant niveau sentimental et possède même quelques bourrelets. Il s'agit clairement d'une personne qui ne vit que pour son travail et son passe-temps.
Pour les autres personnages, on retiendra seulement le Démon supérieur Rhyzkahl et l'agent du FBI Ryan. Pour le premier, j'ai eu un peu de crainte de par son traitement au début du bouquin (beau comme un Apollon, gentil...) mais au final, l'auteure lui donnera bien plus de dimension par la suite en le faisant bien moins serviable qu'on aurait pu le croire (on évite donc le gentil "Lugh bis" de Morgane Kingsley).
Quand à Ryan, je suis un peu déçu, notamment par l'évolution de leurs relations ou ce dernier passe bien trop vite de austère à amicale à mon gout et ou ce dernier semble finir en simple "faire valoir" de l'héroïne en étant guère utile dans l'enquête (même si son comportement est assez sympathique).
Niveau histoire, le tout s'enchaine sans temps mort et demeure plutôt bien structuré. Je n'ai pas deviné l'identité du coupable avant le climax final ce qui est plutôt un soulagement d'autant qu'on ce cesse de se demander si il s'agit de quelqu'un que l'on a rencontré ou non. Diana Rowland a aussi très bien décrit le coté invocatrice de l'héroïne en détaillant admirablement bien les conditions et exigences d'une telle entreprise. On n'est vraiment pas dans le flou avec des codes pré établies pour la suite des aventure de Kara.
Niveau romance, ce n'est pas aussi décevant que j'aurais pu le croire en commençant le roman. La relation de Rhyzkahl est bien plus ambigu qu'il n'y parait en premier lieu et celle de Ryan ce fait sans brûler les étapes. D'ailleurs, les rares scènes de "jambes en l'air" aux nombres de 2 (ou plutôt 2,5) sont très succincts et ne souffrent pas d'une description trop détaillé (en faite, c'est tout juste survolé) et ne sont donc pas trop dérangeante pour qui (comme moi) cherche autre chose dans ce genre de bouquin.

Au final, ce premier tome n'est pas dénoué de qualité, bien au contraire. Se déroulant dans une Louisiane après-Katrina, Diana Rowland créée un univers des plus crédibles avec une intrigue menée tambours battants. Le coté roman policier peut toutefois rebuté une partie du lectorat d'autant que cela prend facilement les deux tiers de l'ouvrage. Pour ma part, cela m'a permis de changer un peu de style même si cela n'atteint pas à mes yeux l'excellence d'un Kate Daniels ou MacKayla Lane. Cela n'en reste pas moins un bon bouquin que je recommande pour peu que vous cherchiez un peu de renouveau.

par Caly
Anges d'apocalypse, Tome 1 : Le Tourment des aurores Anges d'apocalypse, Tome 1 : Le Tourment des aurores
Stéphane Soutoul   
Dès que j'ai vu la couverture et lu le résumé de ce livre, je me suis dit qu'il fallait que je le lise, et je ne le regrette pas !
Ce livre d'Urban Fantasy fait preuve d'originalité car l'héroïne n'est autre qu'un des quatre cavaliers de l'apocalypse, et bien entendu on y côtoie aussi des vampires et des sorciers !
Le rythme de ce premier tome est soutenu, avec un cocktail de suspense, d'humour, de révélation, d'action et un brin de tension sexuelle, et ce qui ne gâche rien, les personnages sont tout aussi touchants, qu'intéressant et énigmatiques.
Stéphane Soutoul ne laisse rien au hasard, ce qui rend le tout très crédible, et il ne lésine pas sur les détails, parfois c'est trop au risque de trouver ça redondant ... j'ai tendance à dire que trop de détail tue le détail !
Bref, encore un auteur français qui n'a rien à envier aux auteurs étrangers d'Urban Fantasy, car il nous offre une histoire bien travaillé, bien écrite, et adulte, alors attention pas adulte dans le sens "sexe" , mais adulte dans la façon qu'ont les personnages de s'exprimer.

par coco69
Vegas Vampires, Tome 1 : Sang pour Sang Vegas Vampires, Tome 1 : Sang pour Sang
Erin McCarthy   
Brittany et Alexia, deux soeurs à l'opposées l'une de l'autre, l'ange et le démon si je puis dire.
Alexia n'a vraiment pas sa langue dans sa poche et même limite agaçante parfois.
J'aime le jeu de séduction entre elle et Ethan: je te veux, moi non plus!
[spoiler]J'ai été tout de même surprise du retournement de personnalité des deux soeurs entre le début et la fin du livre. Alexia devient toute mièvre et Brittany une vrai dévergondée.
Et aussi je ne m'attendais pas à ce qu'ils se marient si vite. Je trouve çà un peu dommage, j'aime leur jeu du chat et de la souris.[/spoiler]
Brothers, Tome 1 : Brothers Brothers, Tome 1 : Brothers
K. A. Linde   
Une saga tournant autour des membres d’une famille millionnaire texan, les Wright. Cinq membres de la famille, une belle fratrie, Jensen trente-deux ans, Austin vingt-neuf ans, Morgan vingt-cinq ans, Landon vingt-sept ans, et la dernière Sutton vingt-et-un ans.

Après trois ans en couple avec Mitch, Emery le surprend avec une jeune étudiante dans son bureau. Abandonnant son doctorat et son appartement, elle rentre à Lubbock chez sa sœur pour trouver un nouveau but à sa vie.
Sa petite sœur Sutton se marie, Jensen est loin d’être enthousiasmé par ce mariage, jusqu’à l’apparition de cette femme au troisième rang. Elle ne cesse de refuser ses avances, pourtant son corps dit tout le contraire et la seule excuse qu’elle donne « j’ai rayé la famille Wright de ma vie il y a bien longtemps.».

Emery Robinson est une étudiante en doctorat d’histoire. Elle toujours était un garçon manqué, préférant être la reine du skate que la reine du bal. C’est une jeune femme adorable, tête de mule, intrépide, et pourtant la main sur le cœur.
Jensen Wright, trente-deux ans, a hérité à la mort de son père, de s’occuper de l’affaire familiale et de ses quatre frères et sœurs. Divorcé, une réputation de coureur, un spécialiste des aventures sans lendemain, il ne veut plus avoir de sentiments et surtout tomber amoureux. Il a très peu confiance en les gens, et il possède des blessures profondes.

La narration est du point de vue d’Emery et de Jensen . Le changement est introduit par leurs prénoms en début de chapitre.
La plume est fluide, légère et facile à lire. L’humour se glisse dans les pensées et répliques des personnages. Emery est un bonheur, elle est rafraîchissante. Au côté de son amie Heidi, elles font un sacré duo de chipies. Les scènes de notre couple sont érotiques, sensuelles et torrides. Elles sont très bien dosées et rythmées.
L’intrigue est bien menée, le rythme reste continu et linéaire. L’aversion d’Emery après la famille Wright est compréhensible, et pourtant Jenson va mettre à rude épreuve cette haine. Nos personnages doivent faire face à leurs relations passées comme avec Landon. Les épreuves vont être nombreuses sur leur chemin, la concurrence, les ex, les secrets, les trahisons...
Le début s’installe comme le conte de Cendrillon, qui s’enfuit pendant le bal sans donner son identité. Entre l’argent, la réputation, les préjugés et les jugements, les émotions font faire de sacré looping. La peur des relations et le manque de confiance jouent un rôle important dans leurs sentiments.
Nous apprenons à découvrir de nombreux autres personnages, la fratrie Wright et leurs histoires personnelles, enfin dans les grandes lignes, mais aussi Heidi la meilleure amie d’Emery, Kimber la sœur de celle-ci et sa famille, Julia, Miranda,...

Une belle romance, un beau duo traversant les épreuves, une idée attrayante et addictive. L’histoire n’est pas parfaite, mais le lecteur est happé par la vie de Jensen et d’Emery.
Prochain tome, l'histoire de Landon, j'ai hâte !

par Matoline
Love hurts Love hurts
Ellie Ach   
Ce premier roman est une belle histoire, simple et légère, malgré le sujet difficile. Le résumé délivre énormément de détails sur l’histoire, c’est bien dommage cela gâche la lecture. Pour ma part, je vais éviter d'en dévoiler de trop.

Après une nuit avec des rêves, une promenade matinale finissant avec une petite entorse et une rencontre baveuse avec un maître asocial mais attirant, Ally décide enfin d’avancer et de sortir de nouveau avec son amie Emy.
Au Seven, elle se retrouve face au barman, qui n’est autre que l’homme à la capuche peu sociable du cimetière, mais aussi son nouveau voisin. Éclipsé peu de temps après son arrivée, le beau barman n’était plus là pour distraire Ally de ses pensées sombres, elle s’est donc réfugiée dans l’alcool.
Son patron, monsieur Litman prenant sa retraire, est remplacé par un certain Ethan Nichols, froid, hautain et autoritaire. Il fait tout pour la rabaisser, limite insulter.

Ally Reynolds, vingt-cinq ans, assistante de direction dans une compagnie d’assurance, est loin de faire le métier qui l’a passionne. Elle a fait des études d’assistante vétérinaire, suite à sa perte et sa dépression, elle a été virée. C’est une jeune femme «miss catastrophe» ambulante, et n’a pas sa langue dans sa poche.
Samuel Brocks, Sam est barman au Seven, et copropriétaire avec son ami Dan. C’est un homme renfermé, se cachant de l’amour, et pourtant il possède un côté protecteur et tendre. Suite à des problèmes de violence extrême, il préfère rester loin des relations. Il possède un tempérament explosif avec des problèmes émotionnels dues à son passé et son enfance.

La narration est du point de vue d’Ally, vers la fin l’auteure nous offre un petit plaisir avec deux chapitres du point de vue de Sam.
La plume est fluide, très simple et légère. Le roman se lit très vite, peut-être trop. Le roman se déroule sans réelles péripéties, c’est continu et fluide, voire trop plat. Les émotions sont présentes, ainsi que les sentiments, mais cela reste très superficiel, il manque du piquant et de la profondeur.
L’intrigue est bien menée, l’histoire se déroule convenablement. La romance est belle et aboutie. Les révélations arrivent au bon moment, certaines étant déjà dévoilées dans le résumé passent inaperçues, c’est bien dommage cela retire du pep à l’histoire.
Les thèmes sont difficiles, la perte, le deuil, les choix difficiles à faire, la violence,… L’écriture allège le côté sombre de ces thèmes.
L’attirance d’Ally est immédiate et intense, la réciprocité paraît vraie et pourtant Sam la repousse. À son contact, la douleur est moindre, et les pensées négatives d’Ally se replient. Après avoir renoncer à l’amour trop douloureux, elle cherchait une vie paisible, et se retrouve attiré par un homme sans self-contrôle. Sam se protège de l’amour avec des femmes d’un soir, mais Ally va franchir ses barrières, et lui offrir l’espoir.
Les personnages secondaires sont peu présents, mais intéressants et importants, la meilleure amie depuis le collègue Emily, et son fiancé Luke, Ginger sa collègue et Dan l’ami de Sam.

Ce roman fût une lecture plaisante avec une belle histoire d’amour. La plume est fluide, et le rythme est continu. Pendant la lecture, un léger manque de piquant se laisse ressentir, néanmoins l’histoire reste magnifique. Un choix à faire avec des conséquences pour leur vie, leur avenir, à eux de garder l’espoir, une adorable histoire d’amour, avec deux personnages blessés par la vie.

par Matoline
Mis à l'essai, Tome 1 : Le sportif et l'introvertie Mis à l'essai, Tome 1 : Le sportif et l'introvertie
Penny Reid    L.H. Cosway   
Grâce à netgalleyfrance et collection.infinity j'ai pu lire "Le sportif et l'introvertie". Histoire d'une jeune femme brillante mais introvertie : Annie. Mais aussi de son Alter Ego à la langue bien pendue et aux methodes selfie de yakusa, j'ai nommé : Une cyber espionne.
Et il y a Ronan... Ahhh Ronan, ce rugbymen Irlandais au caractère bien trempé, légèrement dominant et cochon qui me fait penser au nutella... Mais si vous savez ! Non ? Je vous explique :

Avec le nutella, vous savez que ce sera bon, que vous allez vous régaler et prendre votre pied, mais vous savez aussi que vos hanches vont en prendre un coup, et que si vous abuser, vos cuisses aussi.

Bah avec Ronan, c'est pareil sauf pour les hanches et les cuisses, là il s'agit plutôt de votre coeur et de votre raison.
Alors quand ces deux là ce rencontre, on ne miserait pas une rondelle de carotte sur eux... Mais voilà un éclair (au chocolat ? Au café ? Peu importe) c'est glissé par là et BOUM !

Une histoire sublime, un peu rigolote et surtout toute en émotion qui vas vous faire plaire, j'en suis certaine.

Il sort demain (on sera le 23-05)
A vos commandes !

par flo27