Livres
523 475
Membres
541 128

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Aurore79 : Mes envies

Rebecca Kean, Tome 7 : Akhmaleone Rebecca Kean, Tome 7 : Akhmaleone
Cassandra O'Donnell   
Voici un message de l'auteur sur sa page Facebook
《《 Bon alors, on voit pour avancer la parution de Rebecca
( parce que je sais à quel point vous l'attendez) ... pour l'instant, n'écoutez pas ce qu'on dit ou les dates qu'on vous donne. On est dessus
Bises
Cass 》》
Et les raisons du retard
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2046586455477184&id=100003775478487

par yvisun
Adrien English, Tome 1 : Ombres Funestes Adrien English, Tome 1 : Ombres Funestes
Josh Lanyon   
C’est toujours un plaisir de découvrir un auteur et de tomber sous le charme de son travail. Surtout quand l’histoire est bien (et bien écrite) et les personnages attachants.
J’ai beaucoup aimé Adrien, mais aussi Riordan, l’agent de police chargé de l’affaire.
La relation entre les deux personnages est assez épique et les répliques cinglantes et les vannes détournées ne dissimule pas l’attrait qu’il y a entre ces deux-là.

L’histoire quant à elle est bien écrire et l’intrigue très bien menée. Si le fin mot de l’enquête n’est pas vraiment une surprise, le meurtrier étant assez facile à démasquer, j’en ai pas moins passer un excellent moment.

par Fantasyae
Holmes & Moriarity, Tome 1 : Qui a tué son éditeur ? Holmes & Moriarity, Tome 1 : Qui a tué son éditeur ?
Josh Lanyon   
C'est du grand Josh Lanyon. Un polar en huis-clos dans un domaine pluvieux. Christopher 'Kit" Holmes, écrivain qui doit se renouveler, retrouve un ancien amant d'un weekend datant d'il y a dix ans, ancien flic et écrivain à succès, Julian Xavier "J.X" Moriarity. Deux meurtres. Une tempête. Un pont écroulé. Les deux hommes sont coincés dans un hôtel rempli d'autrices de chick-lit et un meurtrier qui veut faire porter le chapeau à Holmes mais J.X ne va pas le laisser facilement faire.

Je ne sais vraiment pas quoi dire d'autre à part que tout dans ce premier tome était génial. TOUT. Christopher est mordant et chou. On le suit dans cette galère et on sait donc que ce n'est pas lui le tueur. Sa relation avec J.X n'est pas facile mais les deux hommes qui ont eu énormément de tendresse envers l'autre il y a de cela une décennie se retrouvent (et PLUS d'UNE FOIS MAMIA) dans les bras de l'autre. Les scènes de sexe ne sont pas nombreuses mais elles étaient si bien écrite que ça a le mérite d'être soulevé.

La relation est concrète après avoir mis le point sur quelques questions qu'ils avaient l'un sur l'autre mais il est clair que le prochain tome va se pencher sur tout l'aspect technique. Ils sont loin d'être sur le point de former un nid douillet. Il y a cinq tomes en tout (pour l'instant) donc on a encore le temps de profiter de ces deux-là.

Ce qui fait cependant la force de ce livre, c'est son enquête. Je n'ai pas réussi à trouver l'identité du tueur et pourtant, à la fin, on comprend qu'on avait TOUS les éléments sous le nez pour le trouver. Je vous avoue que j'étais légèrement frustrée de ne pas avoir deviné au moment où Christopher décide de mettre en place la réunion des suspects et de balancer son monologue comme le fait Miss Butterwith, l'héroïne quinquagénaire de ces romans.

Nos personnages étant des écrivains de polar, on joue avec les codes du genre et c'est loin de faire amateur. L'enquête n'est pas secondaire et est au même plan que la romance.

Il ya tout de même une critique sous-jacente du monde editorial américain. L'auteur ne semble pas porter dans son coeur les chick-lit et toutes la littérature bit-lit, fantasy, fantasy-urbaine qui a émergé ces dernières décennies. C'est l'avis de Josh Lanyon, soit. Pour ma part, je préfère tout autant un polar homoérotique qu'un chick-lit à talons à l'époque de la régence avec un démon.

Tous comme les Adrien English, la fin du tome est brutale. Dès que l'identité du tueur est révélée, le shérif et son équipe arrivent en hélicoptère et à peine a-t-on eu le temps de voir J.X embrasser Christopher pour sa performance, que le tome prend fin.

Une bonne fin un peu abrupte. Un nouveau duo tendre qui explorera à nos côtés l'amour pendant encore plusieurs tomes. Une enquête haletante et passionnante. Coup de <3

par Yasmoon
Snow & Winter, Tome 4 : Le Mystère des ossements Snow & Winter, Tome 4 : Le Mystère des ossements
C. S. Poe   
My mornings at the Emporium were dictated by a comfortable and quiet routine:

Nat King Cole on the speakers.

Tolerable coffee from the cheap maker in my office.

Coaxing the thermostat until the ancient radiators pinged and hissed with steam.

And when someone disrupted that sense of order, it had a tendency to irritate me.

A sudden bang on the front door caused me to lose track of the till I was counting. I leaned over the counter and squinted at the blurry shape on the other side of the glass.

Whoever it was knocked again and called in a muffled voice, “Courier!”

I grunted and handed my assistant, Max Ridley, the wad of small change. “Count that for me.” I walked down the steps, made my way through the twists and turns of my cavernous store, then unlocked and opened the front door. A whoosh of bitterly cold, snowy wind entered. “We’re not open yet.”

The bike courier shrugged in her bulky winter attire. “Hey, man, not my problem,” she countered, speaking through a face mask. She thrust a clipboard at me. “Sign the last line.”

I brought the paperwork closer, but the details of the package’s origin were beyond impossible to read in the chicken-scratch handwriting of the courier’s office employee. “Hope you’re getting paid extra to deliver before business hours,” I said, signing my name on the form and handing it back.

The courier shoved the clipboard into her oversized bag, removed a square box, and all but threw it into my arms. “And many happy returns.” She turned, stepped back into the cold morning, and unlocked her bike from the lamppost across from the shop.

“Yeah. Happy holidays,” I muttered, closing the door. “What time is it?”

“Um… five ’til,” Max said from the counter.

I left the door unlocked.

Max shut the brass register’s drawer as I joined him once more. He picked up his mug and took a sip of coffee. “That’s not the Depression glassware, is it?”

“I hope not,” I replied, setting the box down. “Unless they sent the decanter in pieces.”

Max visibly cringed at the notion.

Depression glass was too new to have any sort of permanent residency in my shop, but I’d agreed to taking on a rare seven-piece drinking set in what was promised to be a ruby red color, as a project for Max. He’d been more adamant of late about helping with research and amassing contacts of his own. And since the market was always alive and well for Depression glassware, I decided what the hell.

I used a pair of scissors to slice the tape down the middle of the box. I pulled the cardboard flaps back and removed a single sheet of folded paper from atop thick, opaque plastic. Scrawled in what appeared to be a modern rendition of Spencerian script was: Mr. Sebastian Snow, Proprietor.

“What’s it say?” Max asked before I’d gotten any further than unfolding the note.

“It’s not a winning lotto ticket,” I remarked, glancing sideways at him. “So I’m already losing interest.”

“Life isn’t all about money, Seb.”

“You can say that. You don’t have a hospital bill the length of a CVS receipt.”

I’d been shot in May. That batshit crazy Pete White had nearly taken me out with an antique revolver, and all I had to show for surviving was a nasty scar and enough debt to choke a horse. Unsurprisingly, upon learning the value of the Dickson drafts I’d saved, the surviving Robert family members wanted them back and had zero interest in letting me handle their affairs at auction.

As if my percentage would even make a dent in what I predicted their payment would be. Which—fine. Good luck to them trying to maneuver the world of high-end auctions without contacts. Meanwhile, I’d be over here dodging phone calls from the hospital’s collection department. No big deal.

I pulled my magnifying glass from my back pocket and held it over the cursive that mimicked the aesthetic of business communications circa mid-nineteenth century.

An Intriguing Proposition for a Most Curious Man.

Who I am is of no great importance. What I am proposing is.

I, hereby known afterward as Party A, am looking to hire Sebastian Andrew Snow, hereby known as Party B, to recover a most unusual article lost to time and neglect.

I paused, touched the flap on the cardboard box, and tilted it to read, but the only address details were my own. Who the hell was this, and how’d they learn my middle name? I played Andrew pretty close to the chest. No offense to Pop, but I wasn’t a fan.

“What’s that smell?” Max asked suddenly.

I made a vague sound of acknowledgment before continuing to read.

Upon said article’s salvage, Party A is prepared to reward Party B with a most substantial sum.

A Collector.

“Boss?”

“What?” I lowered the magnifying glass to the bottom of the page in order to inspect a disturbingly realistic hand-drawn eye. But that was it. No other details, no contact information, no nada.

“Did you shower this morning?”

At the second disruption to my thoughts, I set the paper down and turned to Max. “Yes.”

“Then what smells like sour milk?” He raised his own arm before shaking his head and saying, “It’s not me.”

“What’s it say about you that you needed to double-check first?” But then I got a whiff of the—death.

And as if Max and I came to the same conclusion at once, we both turned to stare at the steps on my left. Almost one year ago exactly, we’d found a rotting heart under the floorboards and my life forever changed when a redheaded detective came to the Emporium to investigate the mystery.

“‘Villains!’ I shrieked. ‘Dissemble no more!’” I quoted under my breath.

“Don’t.” Max moved around me and tiptoed down the stairs.

“Don’t what?”

He crouched and began to inspect the steps for loose boards that would allow one to successfully conceal a human body part. “Don’t pull out your quotes. It makes everything go topsy-turvy real fast.”

“It does not.”

“It makes you obsessive.”

“Curious,” I corrected. “And it’s human nature to be curious.”

“Not you. And when you get obsessive, people try to kill you.” He looked at me briefly with an expression that read sort of like fight me.

“You act like you’re going to find me dead in a gutter on Staten Island by tomorrow. It stinks in here—I have a right to be curious.”

Max shook his head and continued checking for a floorboard that’d give way to a macabre surprise. “Hello, 911? My boss thinks he’s Columbo….”

“Keep it up and I’m going to trash your holiday bonus.”

Max glanced up a second time, considered, but ultimately dropped the conversation. “The floor’s fine.” He stood, took a step, then frowned as his gaze lowered to the package on the counter.

I looked at it too. It was a very unassuming box. I leaned in and took a sniff. The rancid stench coming from within the plastic made me gag.

“Who’d you piss off now?” Max whispered, a wobble in his voice.

“No one.”

We both studied the box again.

From the corner of my eye, I saw him raise his fist in the classic gesture of rock-paper-scissors. I followed, and on the silent count of three, threw scissors. Max knocked my hand with rock. I let out a breath, squared my shoulders, then grabbed the heavy plastic bag stuffed into the package.

I hoisted out a decapitated human head.

par Antec
Lectio Letalis Lectio Letalis
Laurent Philipparie   
Mon ressenti : Un cauchemar pour nous, lecteur : un livre qui tue… Quel est cet étrange manuscrit qui a déjà poussé 3 personnes à se donner la mort dans une maison d’édition parisienne ?
Dans le même temps à Bordeaux, un enquête étouffée en haut lieu sur un meurtre d’un psychiatre qui suit l’unique survivante d’une secte. Il a été tué par un rapace…
Voilà de quoi troubler et poser de bonnes bases pour une enquête dont on attend de connaitre le dénouement.
L’auteur prend plaisir à y ajouter de nombreux rebondissements qui donnent du rythme mais qui m’ont laissés aussi perplexe que le lieutenant Gabriel Barrias : un flic atypique.
En bref, une enquête bien rythmée, avec des personnages hors norme, qui doutent et m’ont font douter, et une intrigue qui n’a pas une impression de déjà vu… Les ingrédients sont réunis et savamment dosés ! Je me suis régalée !!
Gros coup de cœur pour cette couverture et ce titre qui donnent envie de l’ouvrir pour découvrir un contenu haletant.
Bravo Laurent !


Au premier regard, Tome 1 : Dis-moi que c'est réel Au premier regard, Tome 1 : Dis-moi que c'est réel
T. J. Klune   
Vous ne trouverez nulle part ailleurs un personnage principal où :

[spoiler]il crache accidentellement sa boisson en pleine boite de nuit

il s'étouffe avec une pissenlit

se prend les jambes dans son chien et attérit face contre le mur

s'étouffe justement quand le curé jette de l'eau bénite

se prend les pied dans son pantalon au sol

qui a un perroquet homophobe qui s’appelle Johnny Depp

Oui,Paul est unique et ce livre mérite largement d'être dans la liste diamant ! l'un des meilleurs M/M que j'ai lu ,il est sublime ![/spoiler]

par Anirbas
Harper Jones, Tome 1 : Malédiction Harper Jones, Tome 1 : Malédiction
Blandine P. Martin   
Mon avis
Jones, Harper Jones ….Docteur en sciences occultes
Une couverture de folie qui donne le ton avec un titre qui ouvre les portes d’un monde qu’il faut vivre avec l’héroine !!
Elle arrive dans vos liseuses, qui ? La chasseuse de la nuit la plus badass de Londres !! Elle va devoir faire avec un inspecteur qui va devoir faire avec le caractère bien trempé d’Harper …..Sa langue la démange souvent pour dire ce qu’elle pense et c’est chaud patate !! Je l’adore !! Buffy en moins coincée ? Carrément !!
Son dada ? Elle veut se venger de quelque chose que l’on découvre au fur et à mesur de cette histoire qui nous emmène dans les affres du monde des « buveurs de Bloody mary frais » du producteur au consommateur ( Des Vampires quoi !!) . le tout dans un Londres que vous ne verrez plus pareil après votre lecture !!
Une autre personne sera de la partie , Lysandre , un vampire …..A vous faire mordre le cou sans broncher !! A tomber par terre !!
Mélangez le tout avec une bonne traque de tueur en série , vous aurez le tome 1 des aventures de ma copine Harper !! L’auteure m’a convaincue que le fantastique cachait bien des surprises, elle démontre aussi qu’elle sait passée d’un genre à l’autre « Fingers in the nose » avec une magie qui lui est propre.
Que dire de plus ?? Foncez !! J’ai adoré à fond la caisse !!
Blandine !! Tu déchires un max avec Harper !! Je veux la suite évidement !!
Allez à plus !! Et bonne lecture !!

par astonDB9
Le Retour de Leith Le Retour de Leith
Leta Blake   
J'ai aimé la sensibilité de l'écriture tout en subtilité.
J'ai aimé l' intelligence et la finesse d'analyse dans l'expression des sentiments des personnages et les "envolées" métaphoriques et métaphysiques du psy m'ont fait sourire
J'ai aimé le personnage de Leith fragilisé, perdu, apeuré, frustré...devant une vie tronquée de 3 années qu'il sait importante mais dont il ne trouve pas la clef !
J'ai aimé le thème de cette histoire douce amer, un peu un road movies à travers les souvenirs des autres pour retrouver un chemin perdu..
MAIS, parce qu'il en faut un ... je n'ai pas été touché par le personnage de Zach , aucune empathie.. je n'ai pas aimé sa personnalité un peu extraverti et exibi, un peu narcissique... la plupart du temps je n'ai pas adhéré à ses réactions et ses comportements ou ne les ai pas compris (sans doute trop éloigné de ma propre personnalité!!) , en gros ce personnage m'a "gonflé" !!
Il n'en reste pas moins que j'ai beaucoup aimé l'auteur et que j'attend impatiemment un prochain livre.

par smalad
Les Contes de Verania, Tome 1 : Le Coeur de foudre Les Contes de Verania, Tome 1 : Le Coeur de foudre
T. J. Klune   
Il faut que cette serie soit traduite en français ! En fait, tout ce que fait Tj Klune doit être traduit en français !! Je crois que je vais me mettre à vénérer ce type ... !

par juju1304
Le Secret des damnés, Tome 1 : Possession Le Secret des damnés, Tome 1 : Possession
Audrey Burggraf   
Quel bonheur, bon ok c’est un grand mot, mais j’ai bien aimé ce livre, ce n’est pas un coup cœur, mais l’histoire vaut le détour, sans être dans l’univers d’ange ou de démon ou autre, on se retrouve dans l’univers paranormal, Cristalle (et oui très orignal le prénom) âgée de 19 ans quand on fait sa rencontre voit sa vie basculé en une soirée, après avoir fait la fête et couché avec un mec dont elle n’a pris aucune plaisir se voit attaqué puis « enlevé » disant qu’elle devait aller rejoindre son père dont elle n’a jamais connu qui n’est d’autre le « Tout Puissant » (vilain jeu de mot) donc comme j’ai dit pas d’ange ni de démon pourtant on dirait bien qu’il est une histoire de force du bien et force du mal, mais j’y arrive.

Elle fait la rencontre de son père, belle retrouvaille, mais Cristalle ne peut accepter quelque chose dont elle ne croit pas n’est-ce pas ? Et bien nous voilà trois ans plus tard avec une Cristalle qui est devenue une Damnés, elle a maintenant 22 ans, elle prend petit à petit possession de ses pouvoirs dont elle n’a aucune envie sûr qu’elle ne veut pas être la prochaine Toute Puissante, on aurait pu la prendre pour égoïste, mais ce voir projeté dans un monde dont on ne connait rien et du jour au lendemain il y a de quoi se lamenté sur son propre sort.

Rentre en jeu le héros du livre le très très très vilain Prince des Enfers, Dimitri (et oui encore un *gros soupire*) il veut la tuer pour avoir le trône, mais je me demande bien à quoi cela change, il a son royaume bien que ça soit plutôt des rebelles qu’autre chose, il a déjà des sujets, mais bref passons, et bien il fera des apparitions très flagrant pour essaie de tuer Cristalle, dans tout cela la jeune fille est « amoureuse » d’un de « ses » chevaliers mais celui-ci la voit comme une amie ou une sœur, au début j’ai eu des doutes, mais en lisant plus loin on découvre pourquoi il semblait si indifférent passons, la pauvre, elle se sent délaissé quand elle essaie de parler de son mal être elle trouve une seule personne pour lui tendre son épaule et oui vous avez deviné Dimitri celui qui veut sa mort, mais si on s’y penche bien, il n’a pas l’air être si mauvais (bon ok a dépend dans quel point de vue).

Petit à petit, ils se voient sans chercher à ce tuer, ils jouent à la dominance celui qui a plus de pouvoir et pourtant aucun ne porte de coup fatale et bien quand le père de Cristalle tombe malade que celle-ci découvre que celui dont elle aime, aime une autre, elle va faire une petite crise chez le beau Dimitri dont elle prenait l’habitude d’aller chez lui quand cela la chantait, elle se retrouve cloué au sol et je vous passe cette partie, voilà comment débute leur amour interdit (encore) bien sûr, Clarisse essaie partout les moyens de sortir la tête de l’eau, mais rien n’à faire, elle l’a dans la peau et pour se sermonné, elle dit que ce n’est que physique, de son côté Dimitri dont le cœur était un vrai tombeau froid se voit submergé de sentiment, (oh il ne connaissait pas ce mot lol) se voit navigué en eau trouble et fini ou non par y cédé.

Cristalle et Dimitri sont découvert par une des chevalières, bien qu’irrationnel je dirais la réaction, mais bon cela fait levé le voile d’une autre que je soupçonnais d’être un serpent, je ne sais pas quelque chose m’avait toujours chiffonné chez elle, bref elle doit les quitté et elle se réfugie encore chez Dimitri, qui disait que le mal ne pouvait pas aimer ? Et bien dans tout cela, bien qu’il est un cœur ou non en pierre, il dit qu’elle est à lui et qu’il la protégerait la fin nous montre qu’il a tenu parole, mais ce n’est que le début bien entendu, ils sont en cavale que va-t-il arrivé dans la suite ?


par Sexy'Lo

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode