Livres
472 876
Membres
446 085

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Moeuwy 2012-01-20T10:18:56+01:00

Elle n’avait jamais eu aucune amie et cela ne lui avait jamais manqué. Pour elle, toutes les femmes, y compris ses deux sœurs, étaient des ennemies naturelles lancées à la poursuite de la même proie, l’homme.

Afficher en entier

Scarlett pouvait l’entendre rire sous cape. Parfois il était odieux. En fait, il était odieux presque tout le temps. C’était horrible pour un homme de savoir ce que pensaient les femmes et ce qu’elles racontaient. On avait l’impression d’être nue devant lui. Et jamais les hommes ne tenaient ce savoir de femmes respectables. Scarlett était indignée que Rhett eût lu en elle. Elle aimait à se figurer qu’elle était un objet mystérieux pour les hommes, mais elle savait que, pour Rhett, elle était transparente comme du verre.

Afficher en entier

Oh ! qu’il était exécrable ! Scarlett tourna les talons et rentra dans la maison. Au passage, elle voulut claquer la porte sur elle, mais celle-ci était retenue par un lourd crochet. Haletante, elle s’y attaqua sans succès.

« Puis-je vous aider ? » demanda Rhett.

Sentant qu’elle aurait une crise de nerfs si elle restait une minute de plus, Scarlett s’engouffra dans l’escalier. En arrivant au premier, elle entendit Rhett claquer obligeamment la porte pour elle.

Afficher en entier

« Vous, allons donc, je parie qu’un de ces jours c’est vous qui donnerez du fil à retordre aux Yankees.

- Je ne crois pas que ce soit là un compliment, déclara Scarlett d’un ton évasif.

- Non, ce n’en est pas un. Dites-moi, quand aurez-vous fini de chercher un compliment dans tout ce que disent les hommes ?

- Quand je serai sur mon lit de mort » , répliqua Scarlett qui sourit en songeant qu’il y aurait toujours des hommes pour lui adresser des compliments à défaut de Rhett.

Afficher en entier

« Non, finit-il par murmurer dans un souffle sans pouvoir se douter que Scarlett trouvait qu’il ressemblait à un veau attendant le boucher. »

Afficher en entier

- […] Tâche de te souvenir, ma petite, que tu es à moitié irlandaise ! Et pour tous ceux qui ont une goutte de sang irlandais dans les veines, la terre sur laquelle ils vivent est comme leur mère. J‘ai honte de toi en ce moment. Je t‘offre la plus belle terre qui soit au monde… excepté celle du comté de Meath, là-bas au pays… et que fais-tu ? Tu fais la grimace. […] Allons, tu es jeune. Ça te viendra, cet amour de la terre. Tu n‘y échapperas pas puisque tu es irlandaise.

Afficher en entier
Extrait ajouté par cyann01 2019-10-18T17:57:18+02:00

J'en ai assez de ne jamais être moi-même et de ne jamais faire ce qu'il me plaît. J'en ai assez de faire celle qui mange comme un oiseau, de marcher quand je veux courir et de dire après une valse que j'ai la tête qui tourne alors que je pourrais danser deux jours sans me lasser. J'en ai assez de dire "que vous êtes merveilleux" à des imbéciles qui sont moitié moins intelligents que moi et j'en ai assez de prétendre que je ne sais rien pour permettre aux hommes de me raconter des tas de choses et de faire les malins...

Afficher en entier
Extrait ajouté par maev7 2018-05-24T22:48:50+02:00

Malgré ses larmes qu'elle avait peine à contenir, Scarlett tressaillit sous la caresse de sa mère qui ne manquait jamais de l'émouvoir et, les narines palpitantes, aspira le délicat parfum de citronnelle qui émanait du sachet cousu à sa robe de soie froufroutante. Il y avait en Ellen O'Hara quelque chose qui bouleversait Scarlett, la dépassait, une sorte de miracle qui l'effrayait, la charmait et la calmait tour à tour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par maev7 2018-05-24T22:41:28+02:00

Ellen O'Hara était différente et Scarlett la considérait comme un être sacré, étranger à tout le reste de l'humanité. Étant enfant, Scarlett avait confondu sa mère avec la Sainte Vierge, et maintenant qu'elle était plus âgée elle ne voyait pas pourquoi elle changerait d'opinion. Pour elle, Ellen représentait la sécurité totale que seuls le Paradis ou une mère peuvent donner. Elle savait que sa mère était l'incarnation de la justice, de la vérité, de la tendresse aimante, d'une profonde sagesse, bref, qu'elle était une grande dame.

Scarlett souhaitait beaucoup ressembler à sa mère. La seule difficulté était qu'à vouloir être juste, franc, tendre et dévoué on passait à côté de la plupart des plaisirs de l'existence et, à coup sûr, d'un grand nombre de soupirants, et la vie était bien trop courte pour qu'on se privât de ces plaisirs. Un jour, quand elle aurait épousé Ashley et qu'elle serait vieille, un jour qu'elle aurait le temps, elle se promettait de ressembler à Ellen. Mais, en attendant...

Afficher en entier

- Il doit y avoir de la place pour moi dans votre coeur. Cessez de vous tortiller comme un ver. Je vous fais une déclaration d'amour. Je vous ai désirée dès que je vous ai vue pour la première fois [...] lorsque vous étiez en train d'ensorceler le pauvre Charlie Hamilton. Je vous désire plus que je n'ai jamais désiré une autre femme... et, pour vous, j'ai attendu plus longtemps que je n'ai jamais attendu pour une autre femme.

La surprise lui coupa le souffle. Malgré toutes ses injures, il l'aimait, mais il était si mauvaise tète qu'il ne voulait pas le reconnaître franchement et qu'il n'osait pas parler de peur qu'elle n'éclatât de rire. Eh bien ! elle allait lui montrer de quel bois elle se chauffait, et ça n'allait pas tarder.

- Est-ce une demande en mariage?

Il lui lâcha la main et rit si fort que Scarlett se recroquevilla dans son fauteuil.

- Grands Dieux, non! Ne vous ai-je pas dit que je n'étais pas fait pour le mariage ?

- Mais... mais... que...

Il se leva et, la main sur le cœur, il fit une révérence comique.

- Chérie, déclara-t-il d'un ton placide, je m'en vais rendre hommage à votre intelligence en vous demandant d'être ma maîtresse sans vous avoir séduite au préalable.

Sa maîtresse! »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode