Livres
506 882
Membres
515 318

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Alexander Kent

52 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par anonyme 2010-04-04T22:11:00+02:00

Biographie

De son vrai nom Douglas Reeman, né en Angleterre en 1924.

Adoubé depuis plus de trente ans par la critique… et reconnu par des centaines de milliers de lecteurs des deux côtés de l'Atlantique comme l'héritier par excellence du regretté Forester, qualifié par le New York Times de « maître incontesté du roman d'aventures maritimes » – devant Dudley Pope et Patrick O'Brian, ses rivaux de toujours –, Kent continue bravement à tailler sa route à plus de 80 ans, et son héros Bolitho en est déjà à sa vingtième aventure. La raison de ce succès tient d'évidence au fait que l'auteur, qui s'engagea à 16 ans dans la Navy, au tout début de la dernière guerre, sait ce qu'il en est de la cruauté de la vie en mer, et ne badigeonne pas ses récits de couleur rose. Tout est ici raconté, vécu de l'intérieur, par un homme qui a appris à ne pas élever la voix et à serrer les dents, et qui sait que la vérité, rapportée sans tricher, disqualifie par force les inutiles exagérations de la fiction. Rigueur minutieuse dans l'évocation de la vie à bord, âpreté sans concession des scènes de violence, tension psychologique qui malmène délicieusement les nerfs du lecteur : tel est le cocktail aux vertus éprouvées qui a valu à Alexander Kent un public si fidèle.

A ceux qui n'ont jamais embarqué, on a envie de dire : faites vite, il y a encore quelques places à bord.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
45 lecteurs
Or
187 lecteurs
Argent
39 lecteurs
Bronze
38 lecteurs
Lu aussi
6 lecteurs
Envies
75 lecteurs
En train de lire
14 lecteurs
Pas apprécié
1 lecteurs
PAL
338 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.39/10
Nombre d'évaluations : 59

0 Citations 37 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Alexander Kent

Sortie Poche France/Français : 2018-11-15

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T18:55:56+01:00
Cap sur la Baltique

Onzième tome des aventures de Richard Bolitho (quatorzième dans l'ordre chronologique).

L'histoire se passe entre septembre 1800 et mi 1801.

Trois événements d'importance (pour cette partie de l'histoire) : Les britanniques conquièrent Malte au dépend des français, ce qui semble grandement irriter les russes. L'acte d'Union de l'Irlande au Royaume-Uni est voté, ce qui empêchera les Français d'éventuellement y fomenter des troubles pour affaiblir les anglais et enfin, Nelson défait la flotte danoise-norvégienne au cours de la bataille dite de Copenhague.

La guerre contre les Français dure depuis sept ans. Nelson les a défait à Aboukir grâce à l'action de Bolitho désormais contre-amiral.

Ce dernier se retrouve à la tête d'une escadre de quatre soixante-quatorze, deux frégates et une corvette pour un total de 3.000 hommes et hissera sa marque en haut du mât d'artimon du Benbow, un bâtiment de ligne commandé par son fidèle ami et ancien second Herrick.

Il part pour la Baltique où la Russie, courtisée par les français reconstitue la ligue de neutralité armée (ligue du nord) préjudiciable aux Britanniques avec le résultat que l'on sait.

Bolitho est à nouveau aux commandes. Intéressante cette sensation. Plus notre Dick est haut dans la hiérarchie, plus on a l'impression que le roman est mature, abouti et plus profond que lorsqu'il n'est que simple exécutant à bord d'un navire. En même temps, on a ainsi une vision plus globale, mêlant action et politique et cet opus est particulièrement riche en événements avec un bon équilibre entre action et réflexion.

Une nouvelle épreuve attend notre héros, à nouveau touché dans sa chair. Mais en contrepartie, son coeur va se remettre à battre...

Oui, vraiment, un excellent tome.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T18:57:04+01:00
Victoire oblige

Treizième tome dans l'ordre d'écriture et quinzième dans l'ordre chronologique (mais est-ce bien utile de le savoir à ce niveau là ? ).

Nous sommes en été 1801, une année riche en événement puisque trois mois seulement après la bataille de Copenhague (voir Cap sur la Baltique) et juste avant les préliminaires de paix entre la France et l'Angleterre le premier octobre (devant conduire à la paix d'Amiens en mars 1802). Huit ans de guerre déjà et pour négocier cette paix provisoire (elle ne durera pas puisque dès mai 1803 la guerre reprendra), il faut marquer des points.

Voilà donc notre Contre-Amiral envoyé commander les forces de blocus de Belle-Ile dans le golfe de Gascogne avec pour objectif la destruction de la flotte de débarquement de Napoléon.

Mais les événements et la politique font que Bolitho n'a pas le droit à l'erreur et s'il échoue, c'est en bouc émissaire qu'il reviendra au port.

Une nouvelle épreuve pour Dick Egalité (l'emprisonnement).

Une vision plus large des faits que dans le tome précédent ( voir le feu de l'action) grâce à la position de pouvoir de Bolitho, mais un tome plus calme, plus cérébral. le plaisir de la lecture reste intact avec quelques beaux morceaux de bravoure, mais un peu plus de sang de fureur, d'orages de mitraille et d'éclisses volantes arrachées par des boulets ravageurs n'aurait pas nui.

La suite : Honneur aux braves, en pleine paix ? Gageons que nous trouverons quelques moyens de mettre à contribution notre héros maritime préféré.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T18:57:53+01:00
Honneur aux braves

La paix ? Pas pour tout le monde dans ce quatorzième tome dans l'ordre d'écriture.

Nous sommes en 1802, la paix d'Amiens vient d'être signée après neuf ans de guerre contre la France et ses alliés. Mais à peine rentré, Bolitho reçoit ses nouveaux ordres : Embarquer pour les Antilles afin de restituer l'île de San felipe aux français tel que le prévoie le traité de paix. Avec en plus une promotion à la clé : Vice-Amiral.

Et voici notre héros embarqué à bord du HMS Achate, deux ponts de 64 canons.

Mais il y a un hic : Si c'était une mission de pure routine, l'amirauté aurait envoyé quelqu'un de plus haut gradé. Mais là, si cela tourne mal, les boucs émissaires seront tout trouvés.

Et en effet, d'autres joueurs s'invitent dans la partie entre Français et Anglais et la mission simple au départ se retrouve vite être un sac de noeud politique avec canonnade à la clé...

J'avais dans ma critique du tome précédent dit qu'un peu plus de sang de fureur, d'orages de mitraille et d'éclisses volantes arrachées par des boulets ravageurs n'auraient pas nui ? Mon voeu est exaucé. Ce tome est mené tambour battant et même quand on croit que c'est fini, il y en a encore.

Action et politique dans un savant mélange détonnant font de ce tome une réussite.

La suite : Flamme au vent.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T18:58:42+01:00
Flamme au vent

Du mou dans les voiles.

Le vice-amiral Richard Bolitho est désormais Sir Richard. Anobli par la reine suite à ses exploits dans le tome précédent.

Nous sommes mi septembre 1803. La paix d'Amiens a fait long feu et la flotte anglaise désormais sous-dimensionnée va avoir fort à faire.

Notre héros est envoyé, aux commandes d'une petite escadre de quatre soixante-quatorze (dont son vaisseau Amiral, l'argonaute, pris aux français), une frégate, un brick et un cotre à hunier, en méditerranée.

Il y retrouvera son nouvel ennemi : le contre-amiral Joubert, un officier général français compétent et désireux de prendre sa revanche.

Mais au passage, avec Val Keen, son capitaine de pavillon, ils vont devoir embarquer une passagère bien spéciale, qui va pimenter cette aventure.

Oui, du mou dans les voiles. Après un épisode tonitruant et haut en couleur, ce nouvel opus est plus intimiste et fait une grande part aux atermoiements amoureux de nos héros. Bon ce n'est pas la première fois que les femmes font irruption dans la vie de nos marins, et souvent à bord des vaisseaux du roi d'ailleurs, mais à part quelques batailles et coups d'éclats (indispensables et indissociables de cette série), on a l'impression que tout tourne autour des problèmes conjugaux de Bolitho et Belinda (et quand on connaît un peu la vie (fictive) de Sir Richard, on sait ce que cela donnera) et de la « romance » naissante entre Keen et Zénoria (notre passagère spéciale).

L'ensemble reste agréable à lire et le personnage principal est bien obligé d'évoluer tant dans sa carrière que sa vie personnelle, vu que ses aventures sont calquées sur des faits réels, mais on le préfère aux commandes de batailles flamboyantes, plutôt qu'aux commandes d'un épisode tout mollasson...

Tome suivant : A l'honneur ce jour là.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T18:59:38+01:00
À l’honneur ce jour-là

Une nouvelle histoire de Bolitho suivant son cours, dans un petit train-train habituel sans heurs mais sans trompette et se décomposant en deux parties :

Antigua 1804 : le vice-Amiral Sir Richard Bolitho est envoyé dans les Antilles à bord de son vieil Hypérion. Initialement devant finir sa vie comme ponton, mais ayant repris du service, vu les événements (un vieux avec un vieux bateau, un peu comme Nelson et son HSM Victory). Sa mission, s'emparer d'un trésor, de l'or des Espagnols. Il y retrouvera aussi Catherine "Kate" désormais vice-comtesse Somervell et vu l'état de son mariage avec Belinda...

Gibraltar 1805 : Tous les passionnés savent : octobre 1805 : La bataille de Trafalgar. Notre bon Bolitho n'y participera pas, mais fera malgré tout le coup de main avec son escadre pour empêcher un regroupement qui aurait pu être fatal à Nelson. (Disons qui aurait pu transformer une victoire en défaite vu que le vice-amiral préféré des Anglais n'y survivra pas).

Notre héros n'a désormais plus personne au-dessus de lui en mer. Et que la solitude pèse au sommet de la pyramide. Et malheureusement, elle nous emmène un peu également. Deux petits coups d'éclat, deux petites batailles tant attendues et assez vite expédiées. Encore quelques démêlés conjugaux... La routine quoi. J'ai trouvé que cela manquait un peu de complexité politique à défaut d'un peu d'action.

Malgré tout, un petit épisode qui reste agréable à lire. Bolitho évolue, lentement, mais il évolue. L'auteur continue à nous bercer de sa prose maritime. On va devenir de vrais professionnels de la marine à voile du dix-neuvième siècle.

La suite : un seul vainqueur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T19:00:28+01:00
Un seul vainqueur

Monotone.

On débute en février 1806. Quatre mois après Trafalgar, bataille à laquelle Bolitho a participé, rendant la victoire (funeste) de Nelson possible.

Nous aurons droit au siège du Cap de Bon espérance suivi d'un retour dans les eaux danoises.

Un épisode avec beaucoup de souvenirs et beaucoup de remplissage. Les amours de Bolitho prennent une place de plus en plus conséquente à mon grand désespoir, pour ne laisser qu'une trop petite part à l'action et au feu de l'ennemi.

Je me suis limite ennuyé en attendant des morceaux plus savoureux et en espérant des jours meilleurs pour notre héros.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T19:01:19+01:00
Par le fond

On ne change pas une équipe qui gagne la monotonie.

Nous sommes en 1808, rien de spécial sur les eaux. L'action se passe au Portugal et en Espagne, et on n'ira pas.

Après la débâcle de Copenhague, Herrick doit passer en cours martiale. Après ce petit intermède sympathique nous voguerons sous de meilleurs cieux avec Bolitho et sa maîtresse, la délicieuse Catherine, direction le cap, et puis finalement non, les péripéties maritimes feront que nous irons aux Antilles.

Adam Bolitho, désormais Capitaine de Vaisseau confirmé prend quelques chapitres. L'auteur introduit doucement son nouvel héros, nous préparant à la disparition du désormais trop haut gradé Richard Bolitho pour qu'il lui arrive moult aventures palpitantes. (Mais encore quatre livres avant la délivrance).

Allez, je suis taquin. Ce nouvel opus est une douce berceuse maritime. le clapotis de l'eau nous emmène langoureusement pour un charmant petit voyage romantique à travers les océans à peine ponctué de quelques cadavres bien sanglants de marins découpés par des boulets assassins.

Instructif ? Non, épique ? Non. Éblouissant, saisissant ? Non. Oui, c'est monotone, mais finalement j'aime bien la monotonie, c'est reposant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T19:02:10+01:00
Une mer d'encre

809-1810, l'histoire tourne autour des préparatifs de la conquête par les anglais de l'île Maurice occupée par les français(dont l'histoire nous dit qu'elle sera réussie).

Mêmes ressorts que le livre précédent. le Vice-Amiral Richard Bolitho et sa charmante Catherine, le capitaine de vaisseau Adam Bolitho et son Anémone (là c'est sa frégate, pour l'histoire d'amour, voir Zénoria, femme de Valentine Keen, donc amour interdit et contrarié. Zut). Un peu plus de bruit et de fureur que dans « Par le fond ». Les Américains s'en mêlent et quelques inimitiés à l'Amirauté rendent la tâche moins aisée. Mais bon, quand Bolitho était un subordonné, c'étaient ses supérieurs qui étaient incompétents, maintenant qu'il est le patron sur la mer, c'est le contraire. Faut bien qu'il continue à gagner malgré les embûches et la mort de plus en plus d'heureux élus (la dream team de Bolitho au fil des ans). Mais ça sent le sapin pour notre héros qui s'affaiblit de tome en tome… (Plus que trois pour les initiés).

Je reste sur ma phrase de conclusion du précédent opus : Instructif ? Non, épique ? Non. Éblouissant, saisissant ? Non. Oui, c'est monotone, mais finalement j'aime bien la monotonie, c'est reposant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T19:02:53+01:00
Au nom de la liberté

Bolitho va être promu Amiral plein et se voit envoyer au large des USA. Nous sommes fin 1811 et l'action se déroule tout au long de l'année 1812. La guerre entre les USA et l'Angleterre est déclarée.

Après une très longue mise en place de presque un tiers du roman, on embarque enfin sur l'Indomptable. Si Richard reste le personnage principal on parle de plus en plus d'Adam, commandant une frégate. La relève est proche.

Plus nerveux que l'épisode précédent. Un bon cru de fin de cycle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-14T19:03:53+01:00
La Croix de Saint Georges

On ouvre sur la cours martiale d'Adam Bolitho qui a perdu son Anemone contre l'USS Unity. Puis la fine équipe, Adam, Richard et Val Keen filent sur Halifax. La guerre se déroule désormais contre les USA et c'est là que se passe l'action.

Notre Dick la chance fait presque de la figuration dans ce tome. Une belle présence des personnages secondaires et un retour des fantômes du passé. Bolitho est désormais l'homme à abattre et les Yankees n'auront de cesse de l'avoir. Mais il n'est pas arrivé là par hasard.

Quant à Adam, il doit faire face à ses démons et se retrouve Capitaine de Pavillon de Keen. le spectre de Zenoria hante leur relation.

Comme tous les derniers tomes, je suis désormais en lecture automatique. Un début très lent, un milieu plus puissant, mais il n'y a plus la magie des débuts. Il faut un retour aux sources.

Afficher en entier

Dédicaces de Alexander Kent
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Libretto : 29 livres

Phébus : 17 livres

McBooks Press : 3 livres

William Heinemann Ltd : 1 livre

Arrow Books : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array