Livres
477 750
Membres
458 714

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Anna Hope

125 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Nausicaa_Npa 2019-05-13T20:04:48+02:00
de

Biographie

Anna Hope est une actrice et écrivaine.

Elle a fait ses études à la Royal Academy of Dramatic Art à Londres, au Wadham College de l'Université d'Oxford, et est titulaire d'un MA en écriture créative de Birkbeck College à Londres en 2001.

Elle est apparue dans plusieurs séries télévisée notamment "Doctor Who" (2006-2007), "Coronation Street" (2011-2012), "Meurtres en sommeil" (Waking the Dead, 2011).

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
22 lecteurs
Or
39 lecteurs
Argent
35 lecteurs
Bronze
17 lecteurs
Lu aussi
19 lecteurs
Envies
102 lecteurs
En train de lire
8 lecteurs
Pas apprécié
2 lecteurs
PAL
56 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.63/10
Nombre d'évaluations : 73

0 Citations 40 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Anna Hope

Sortie France/Français : 2017-08-17

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Malloue 2019-01-30T20:00:43+01:00
Le Chagrin des vivants

Très touchant, très interréssant, je recommande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par annielaro 2019-02-08T16:19:21+01:00
Le Chagrin des vivants

Ce fut très difficile d'embarquer dans l'histoire. Les personnages ne sont pas attachants, et l'ambiance est d'une lourdeur telle que j'avais besoin de déposer le livre pour m'aérer l'esprit. Néanmoins, j'ai persévéré. L'histoire n'est pas dénuée d'un certain intérêt historique. On vit l'après-guerre par la vie de trois femmes différentes, qui ont toutes perdu quelqu'un ou quelque chose durant le conflit. L'auteure fait un travail magnifique au niveau de décrire l'atmosphère émotionnelle de cette époque. Toutefois, tout au long de ma lecture, je n'avais qu'une hâte: refermer ce livre pour de bon.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Genou 2019-03-28T14:26:37+01:00
La Salle de bal

J'ai été rapidement prise par l'histoire. J'ai beaucoup aimé les personnages principaux, même si j'ai eu un peu de mal avec le changement de point de vue un peu trop fréquent dans le récit. Bon livre, mais c'est vrai que c'est un peu triste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sentikelt 2019-04-29T20:01:44+02:00
La Salle de bal

Une belle histoire d’amour assez atypique. J’ai tout de même préféré le chagrin des vivants.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cetsak 2019-05-09T09:51:35+02:00
La Salle de bal

Je quitte « La salle de bal », à pas feutrés ... je referme la porte de cette histoire, doucement, le cœur serré par tant d’émotions ...

Entraînée dans la danse, je le fut !

J’ai été, littéralement, happée chapitre après chapitre, valse après valse ...

Nous sommes au début du XXème siècle, dans le Yorkshire. La jeune Ella Fay est internée à l’asile de Sharston, pour la seule et unique raison d’avoir, dans un excès de colère, brisé une vitre de la filature où elle travaillait.

Seule distraction et lieu d’exutoire, cette fameuse salle de bal où chaque vendredi, hommes et femmes sont réunis le temps d’une valse ... temps d’une valse qui suffira à Ella pour s’éprendre de John ...

Alors oui, l’histoire d’amour est belle et bouleversante. Chacun prenant soin de l’autre, trouvant en l’autre la force nécessaire pour ne pas sombrer dans cet effroyable enfermement ... L’amour comme bouffée d’oxygène et espoir commun de retrouver la liberté ...

Bouleversante aussi la révélation de ce fait historique relativement peu connu : l’eugénisme. Un projet fou sensé aider à la guérison des malades, ou plutôt officieusement aider à développer la race dite « supérieure » par un moyen plus que radical ... un projet diabolique qui fait froid dans le dos !

Le personnage de Charles, docteur dans cet asile, y joue un rôle crucial. Il incarne le tableau glaçant du monde de la psychiatrie de l’époque où les raisons d’internement étaient, parfois, totalement injustifiées dont notamment l’internement du « faible misérable ».

Se pose, ainsi, plus amplement la question de la « folie » des hommes ... une folie qui n’est pas forcément là où on l’attendrait : insidieuse, perfide aux répercussions désastreuses.

Un grand coup de cœur donc ! Un de ces romans qui vous emporte dans l’émotion et la réflexion ... tout ce qui me fait vibrer.

Un récit écrit, c’est certain, avec le cœur ... à la mémoire de l’arrière-arrière-grand-père de l’auteure, patient d’un asile en 1909. Quel bel hommage !

Allez, il est temps, maintenant, pour moi de quitter cette salle de bal et de vous invitez, à votre tour, à en ouvrir les portes ...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rozine 2019-05-21T18:31:52+02:00
Le Chagrin des vivants

J'ai beaucoup aimé ce livre.

Comment réussi à faire son deuil après la première guerre mondiale, quand on a perdu un être cher ? Comment se reconstruire lorsqu'on est perdue ? L'histoire de ces trois femmes est bouleversante et attachante.

A lire absolument !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Angel89 2019-06-10T19:40:18+02:00
La Salle de bal

J’ai adoré suivre l’histoire d’Ella et John ! Leur quotidien à l’asile, leur rencontre et tout ce qui va suivre. Même si on ne les connaît pas plus que ça, on s’attache à eux, on a envie de les voir libre et ensemble. L’écriture est très belle, très poétique. Ce roman est une pépite et la fin est très touchante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Moii_xD 2019-06-22T09:18:39+02:00
La Salle de bal

Tout comme le Chagrin des vivants, La Salle de bal est un livre extrêmement touchant, bouleversant.

L’ouvrage est très bien ficelé et lourd de sens. Par exemple, le traitement du temps dans cette oeuvre est significatif: on remarque en effet une évolution selon les saisons de l’année.

Ella Fay arrive à l’asile durant l’hiver 1911: la période est marquée par une grande mélancolie et par une sensation d’oppression.

Avec les beaux jours, la situation semble s’améliorer pour les deux amants de l’histoire, cette partie du roman est plus joyeuse et moins sombre.

Mais cette “joie” est de courte durée, vous vous en doutez bien. La fin de l’été et l’automne 1912 nous plongent à nouveau dans une atmosphère pour le moins suffocante et bouleversante. Je vous conseille de sortir les mouchoirs pour lire la fin du roman (larmes de joie ou de tristesse? Je ne développerai pas, tu devras lire ce livre pour le découvrir…).

De même, cet ouvrage est quasiment un huit-clos, ce qui renforce cette impression d’oppression.

Commentaire détaillé et approfondi de l'oeuvre sur ce lien: http://despagespoursenvoler.fr/romans-historiques/la-salle-de-bal-anna-hope.htm

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lilicecilie 2019-10-24T15:21:41+02:00
Le Chagrin des vivants

Ce livre est touchant, nous plonge dans les aspects inconnus de la guerre, ses conséquences qu'on ne soupçonne même pas. Il n'est pas accrocheur en lui-même, mais mérite vraiment d'être lu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par autodidacte 2019-11-22T12:46:46+01:00
Le Chagrin des vivants

A la guerre, il n'y a qu'un seul vainqueur, c'est la guerre elle-même. Assoiffée de sang, affamée de chair humaine, elle est la seule à trouver son compte dans la grande faillite humaine. Aux belligérants, vainqueur ou vaincu, leur lot de dévastation, de chagrin et de larmes.

En 1920 en Angleterre, nous sommes dans le camp des vainqueurs de la grande boucherie qui a lacéré le nord de la France d'un incroyable dédale de tranchées glauques. Les troupes anglaises ont-elles aussi payé leur tribut à la victoire. Effroyable comptabilité qui se chiffre en milliers d'hommes fauchés dans la fleur de l'âge. Anna Hope nous en dit le prix.

Au sein des familles qu'elle implique dans son roman, les plaies ne se cicatriseront jamais. Un fils, un fiancé, tous deux disparus à jamais. Un frère hanté par ses cauchemars, enfermé dans le mutisme. Un autre rongé par le remords. Des mères, des épouses, des soeurs, des fiancées anéanties par le chagrin. C'est l'atmosphère de ce roman qui surnage sur le décor encore fumant de ce lendemain de cataclysme mondial.

En ce 11 novembre 1920, l'Angleterre organise la cérémonie d'inhumation du soldat inconnu. Dans trois familles qui apprendront que le destin les a réunies dans la douleur, des femmes éplorées s'interrogent sur la portée symbolique de pareille initiative. Les aidera-t-elles à faire le deuil de leurs chers disparus dont elles ne savent des circonstances de leur mort que ce que la lettre officielle a bien voulu rapporter avec une compassion froide, toute administrative. Douleur d'autant plus accablante que l'inconnu règne sur les circonstances de la mort de l'un ou de l'autre. Partis en fumée, souvenirs d'un au revoir sur le quai de la gare.

Chagrin des vivants, traumatisme des survivants, Anna Hope analyse avec pudeur et authenticité le désarroi de ces êtres simples, ceux-là mêmes qui ont nourri la goinfrerie de la grande faucheuse. Ils cherchent une porte de sortie à leur cauchemar et tentent de réaliser la mutation mentale qui leur épargnera le renouvellement de pareil cauchemar. Ils se disent plus jamais ça. Et pourtant !

Très beau roman d'Anna Hope, bien construit dans un subtil crescendo de l'intensité dramatique, où il est question de ces vies brisées, celles que la guerre a amputées de la promesse d'un bonheur modeste, sans autre exigence que celle de vivre ensemble. Bonheur volé par l'ogre de la guerre. Pas de responsable. C'est la guerre. Hébétude d'une société qui émerge du paroxysme de l'horreur. L'horreur de prendre conscience qu'une vie d'homme n'était devenue qu'une unité comptable dans la grande soustraction de la guerre. Guerre devenue d'usure, parce que justement il fallait consommer ce qui l'alimentait : les vies humaines.

Afficher en entier

On parle de Anna Hope ici :

Dédicaces de Anna Hope
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 3 livres

Black Swan : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array