Livres
458 392
Membres
411 634

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Livres - Bibliographie

Anne Calife


Ajouter un livre manquant

Tous les livres de Anne Calife

1 notes
1 lecteurs

" D'une ville, on croit tout savoir, connaître, comprendre du haut de sa fenêtre. Pourtant, existent d'autres êtres mal connus : ni rats, ni algues mais humains, ils vivent à mi-chemin entre l'algue, le rat et le vol du canard sauvage. Ce sont eux. Ceux de la rue. " Lorsque Pierrette se retrouve à la rue, elle n'a en poche que le fragment d'une assiette brisée. Ce souvenir d'une autre vie, sur lequel sont dessinés les personnages de Perrault, va l'accompagner dans sa descente aux enfers, avec les sans-abri, à travers le désespoir et la misère. Pendant un an, Anne Calife a délibérément choisi la rue. Nourri de cette expérience, son roman transcende la réalité et choisit la force du rêve, seul rempart contre la barbarie. Traité sur le mode du conte moderne et poétique, il dévoile l'imaginaire et le talent littéraire d'un auteur hors norme.

1 lecteurs

Une écrivaine tombe amoureuse d'un journaliste rencontré lors d'un salon du livre. L'homme ne lui accorde que son adresse électronique à laquelle la femme s'accroche avidemment. Petit à petit la narratrice se retrouve prisonnière de cette relation précaire basée sur un échange de courriers électroniques.

1 lecteurs

Comme mère de Paul et des jumeaux, elle est parfaite. Comme épouse, comblée. Comme soignante, irréprochable. Mais un matin d'hiver, alors qu'elle travaille à l'infirmerie de la pénitentiaire, une senteur masculine puissante et familière vient couvrir les exhalaisons médicinales. Derrière elle se tient le captif Ivan R. Il la bouleverse. Emportée par un tourbillon aromatique et charnel, elle va s'abandonner au vertige d'un amour fou et accepter de livrer son existence à une passion toute olfactive. Lascif et voluptueux récit de la sensualité au féminin, Fleur de peau est un roman d'une poésie renversante où l'érotisme consumé le dispute à une délicate pudeur.

Auteur(e) = Anne Calife, de son vrai nom Anne Colmerauer.

"Lucile a dix-huit ans quand elle décide de tout quitter, sa famille, sa ville natale, Marseille, pour prendre le train, direction "hasard". Elle échoue à Nancy où elle rencontre son futur mari et père de son enfant. Elle n'est pourtant pas au bout de ses peines : des émotions et des impressions de plus en plus fortes la hantent. Pour tenter de les canaliser, Lucile se jette à corps perdu dans la sculpture. Mais rien n'y fait. Elle se sent vaciller, et le monde autour d'elle basculer. Elle préfère disparaître. Du même auteur : Meurs la faim."

2 notes
8 lecteurs

Des déménagements successifs, un père universitaire glacial, une mère féministe envahissante. Pas de repères, pas de vigilance, pas d’autorité. A 13 ans, Maud est tellement perdue qu’elle s’auto punit : elle s’envoie des lettres contenant des instructions draconiennes : se lever à 5 h du matin, être la première de la classe, ne plus manger de pain. Sournoisement, elle plonge dans une drogue tolérée par son entourage : la nourriture. « C’est normal qu’elle ait faim, elle grandit.» Boulimique de reconnaissance et de tendresse, Maud s’avale cinquante biscottes au goûter, fait les poubelles après l’école. Elle devient énorme, suicidaire…

2 lecteurs

Paris, Berlin, Moscou étaient contre. Certains avaient posé leur veto, Paul faisait " da-da ". Dans ce conflit, comme dans cette maison, les mots ne servaient plus à grand-chose. Seul Paul semblait indifférent à cette lourde attente. Du haut de deux joues magnifiques, il tendait ses bras ronds et nus au Printemps. Aux extrémités des branches luisaient des bourgeons à carapaces vertes comme les chars. Il commença à faire très chaud. Même divisés, les continents se rapprochaient peu à peu du soleil. En silence. Quelque chose allait nous tomber dessus. Quelque part entre les branches noires de l'hiver, la mort nous fixait. Le Printemps allait pouvoir commencer. Paul, neuf mois, un Chat, la Guerre, ses images, et le Printemps : voici les seuls personnages. Entre eux, une relation fusionnelle dans un silence absolu. Pas un humain qui ne vaille la peine hormis les cadavres de la Guerre. Pas une parole, pas un son hormis celui des bourgeons et des bombes. Qui éclatent.

3 notes
5 lecteurs

Je m'appelle Lucille.

Je me sens souvent seule.

On dit de moi que je suis différente des autres.

Alors tant pis.

Pour monter, il faut aussi savoir chuter.

Tant mieux si je tombe.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode