Livres
478 106
Membres
459 439

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Antoine Bello

Etats-Unis Né(e) le 1970-03-25 ( 49 ans )
206 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par newmoon 2010-07-25T10:58:17+02:00

Biographie

Antoine Bello est un écrivain français (bénéficiant aussi par sa naissance d'un passeport américain), né le 25 mars 1970 à Boston (dans le Massachusetts).

Arrière-petit neveu de Marcel Aymé, Antoine Bello publie son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé Les Funambules, en 1996. Deux ans plus tard, il signe Éloge de la pièce manquante, un roman policier abstrait qui se déroule dans le monde fictif du puzzle de vitesse. Les Falsificateurs (2007) et Les Éclaireurs (2009) narrent l'ascension d'un jeune Islandais prénommé Sliv dans les rangs d'une organisation secrète internationale, le Consortium de falsification du réel (CFR).

Depuis 2002, il vit en famille à New York, avec sa femme et leurs quatre enfants.

En 2007, Bello crée le site Internet Rankopedia, qui affiche des classements sur tous les sujets possibles. Cette même année, il soutient la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
57 lecteurs
Or
97 lecteurs
Argent
72 lecteurs
Bronze
34 lecteurs
Lu aussi
47 lecteurs
Envies
91 lecteurs
En train de lire
4 lecteurs
Pas apprécié
14 lecteurs
PAL
87 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.81/10
Nombre d'évaluations : 109

0 Citations 64 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Antoine Bello

Sortie France/Français : 2018-05-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Phil_33 2019-01-21T19:54:58+01:00
L'homme qui s'envola

Désolé je ne partage pas l’enthousiasme général sur ce récit !

J'ai téléchargé ce livre car les échos étaient dithyrambiques… cela me parait très exagéré, sur tous les plans.

Sur le plan des personnages… Ce cher Walker qui a tout pour être heureux… une belle femme (fidèle) qui lui a apporté une entreprise (tous frais payés) où il se réalise un max ! Trois enfants magnifiques, beaux, intelligents, qui bossent bien dans leurs études et lui procurent un minimum de problèmes… Et bien NON, ça ne va pas ! Il ne supporte plus sa vie de chien ! Il le dit lui-même : « Entre le boulot, ma femme et les enfants, je n’ai plus de temps à MOI ! ... » Il aurait dit encore : « Le travail m’accapare complètement, je n’ai plus une minute à consacrer à ma femme et à mes enfants ! ... » passe encore, mais l’égoïsme, l’égocentrisme du bonhomme me stupéfie… faire passer son nombril avant la femme que l’on aime et ses enfants que l’on chérit (et qui vous aiment) au point de se faire passer pour mort… se foutre complètement du chagrin que l’on inflige à ses enfants (dont un petit dernier d’une dizaine d’années) pour assouvir un plaisir personnel ? Et on voudrait en faire un Héros ?

Quant au Super-héros, Nic Shepherd, le chasseur de prime ! Il est tellement bouffi d’orgueil qu’il a publié un livre dans lequel il a développé toutes les ficelles du métier afin que peut-être, un jour, une « cible » l’aura suffisamment assimilé pour se hisser à SON niveau et que la chasse vaille la peine !

Sur le plan de la narration… c’est d’une platitude désolante ! Comme on pouvait s’y attendre le « héros » s’est élevé au niveau du Super-héros ! On se retrouve dans la situation classique des chasseurs de prime de Western du cinéma de papa, on pourrait espérer quelques affrontements homériques… Et bien non, tout est feutré, le Super-héros ne se mouille jamais, il fait intervenir ses sbires, c’est une partie de "au chat et à la souris", en douceur, sans éclat, sans bravoure. On veut juste savoir la fin et là encore rien de très captivant !

Je n’ai pas aimé ce livre car, pour moi, le « héros » est un salopard qui abandonne femme et enfants sans autres raisons que celles de satisfaire son égoïsme hypertrophié. Sans doute ne doit-on pas rejeter un livre parce qu’un personnage est antipathique, mais je ne peux pas approuver le fait d’en faire une sorte de génie exemplaire. Quant à couronner l’ouvrage par un prix littéraire… j’en reste rêveur, je ne me souviens pas avoir été ébloui par le style, j’ai même en mémoire une construction assez plate !

Revenons au personnage central. Ce n’est qu’un personnage de roman, me direz-vous, tout ce qu’il y a de plus fictif… Il ne faut pas se mettre dans des états pareils !

J’ai un petit-fils de 14 ans, en classe de 3e, cette année il a un nouvel ami (toutes les classes de son collège sont en huit exemplaires avec chaque année un grand brassage des élèves) qu’on appellera Jean. A l’occasion des vacances de février Jean à été invité par ma fille à passer une journée avec mon petit-fils et un autre copain. Ce fut l’occasion pour ma fille de faire plus ample connaissance avec la maman de Jean, son histoire est pratiquement celle du livre : alors que Jean a douze ans, son père disparait, abandonnant compagne et enfant, emportant avec lui tout ce qui peut lui être utile et ne donnant absolument plus aucun signe de vie… seule différence, il ne met pas sa mort en scène…

Lorsque ma fille nous conte les péripéties de ce roman bien réel, aux conséquences bien réelles elles aussi (ex. : difficulté pour Jean de suivre ses camarades en voyage scolaire en Espagne car la seule signature de sa mère ne suffit pas pour lui permettre de quitter le territoire français… dans l’impossibilité de joindre le père, c’est au juge de décider !), j’ai pu juger par la qualité des noms d’oiseaux dont ma fille et ma femme gratifiaient le « héros » de ce roman-là que je n’avais pas fait fausse route et que ce roman-là était un mauvais roman !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Malloue 2019-02-22T22:23:26+01:00
Ada

Ce livre m’a plu, et j’ai été surprise de son dénouement final. Le sujet est plutôt commun, un roman policier mais finalement, on apprend que le fond de l’historie repose plus sur les intelligences artificielles et leur impact sur notre quotidien. Cependant, l’histoire en elle-même, avec Ada et son objectif d’écrire un roman est plutôt drôle. La fin ainsi que les notes de l’auteur, toujours dans l’esprit de l’histoire était très intéressante, j’ai beaucoup aimé.

Je m’identifie beaucoup à Franck qui est réticent au progrès des machines et au danger potentiel qu’elles peuvent représenter. Au fil du roman on finit par s’attacher à Ada, à ses réflexions et à ses plaisanteries. On finit par même oublier que c’est une machine qui a été programmée selon des objectifs clairs. A la fin du roman,Spoiler(cliquez pour révéler) on finit par se faire avoir comme Franck puisqu’il s’avère qu’elle préparait son nouveau roman, sur elle-même.

Le style est plutôt simple mais m’a fait souvent rire.

En conclusion, j’ai plutôt bien apprécié ce roman original.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2019-05-08T21:09:32+02:00
Les falsificateurs

Bello se penche avec adresse sur les mystères de l'écriture en inventant un mystérieux organisme ayant pour vocation de refaçonner la réalité. Sur une trame improbable, l'auteur construit un récit palpitant peuplé de personnages intrigants et attachants. En plus, il est bien documenté et on apprend plein de choses. Mais j'aurais bien voulu qu'on me prévienne avant qu'il y avait deux autres tomes derrière !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2019-05-26T16:47:25+02:00
Les éclaireurs

L'effet de surprise ne joue plus, et j'ai un peu regretté que ce deuxième épisode soit à ce point centré sur les attentats du 11 septembre. Mais les personnages sont toujours aussi attachants et l'écriture de Bello bien enlevé, si bien qu'on dévore le bouquin sans pouvoir s'arrêter. Plus qu'à passer au dernier tome.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par greggio_fiona 2019-06-11T17:47:04+02:00
Scherbius (et moi)

Quand vous refermez la dernière page de ce livre, après en avoir lu le dernier mot de la dernière phrase, vous savez que vous ne savez rien. Cette antithèse prend ici tout son sens. Durant tout le livre nous sommes menés en bateau et bien que cela puisse paraître énervant, on continue de le lire car ça ne l'est pas du tout. On se prend au jeu tant la plume de Antoine Bello est remarquable (j'ai bien failli croire qu'il s'agissait d'une histoire réelle et non d'une fiction). Nous sommes plongé dans ce tourbillon d'informations erronées et de fausses preuves. Tout se contredit et on aime ça.

Une histoire déroutante qui nous amène pourtant sur le chemin de l'incompréhension humaine.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sscavuto 2019-06-16T11:34:11+02:00
L'homme qui s'envola

Pour moi, c'est une déception. Je n'arrive pas à le finir. D'abord, l'absence de style : ce n'est pas écrit (j'ai pensé que c'était pour rire, mais pas du tout). Et puis les personnages n'ont pas de réalité, pas de chair, comme s'ils étaient vus de loin. Résultat : on ne s'attache pas à eux. Reste un scénario probablement intéressant, je n'en sais rien puisque je n'arrive pas à avancer...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miney 2019-06-24T14:00:50+02:00
Ada

Impression mitigée sur ce roman.

Pourtant, j'étais très enthousiasmée : une intelligence artificielle programmée pour écrire des romans d'amour qui se fait la belle, c'est quand même original ! J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié tous les passages développant la personnalité d'Ada, toutes la problématique concernant les IA, de même que toutes les analyses du marché de la romance (que j'ai trouvé pointues et passionnantes, moi qui m'intéresse peu à ce genre littéraire)

Mais tout le reste, l'enrobage... J'ai trouvé tellement creux et peu vivant le développement des autres personnages, Franck, sa famille et sa patronne en tête. J'ai failli abandonner le roman plusieurs fois, morte d'ennui devant ce qui me paraissait comme une succession de clichés et de digressions sans intérêt sur le sport, ne reprenant goût à la lecture que lorsqu'Ada revenait sur scène. Sans compter l'illogisme total : « Tiens, on a volé une haute technologie très lucrative. Et si on mettait sur le coup l'espèce de dinosaure qui vient de découvrir l'existence de Google images ? ». Bien vu les gars, ça me paraît totalement productif comme raisonnement...

Arrivée à la fin du roman, j'ai fini par me demander si ce côté un peu fade et prémâché n'était pas voulu pour Spoiler(cliquez pour révéler)appuyer le twist final, dans lequel Ada aurait elle-même écrit le roman, puisqu'elle puise dans ce qui a déjà été écrit et qu'elle n'a d'expérience de la vie qu'à travers ses lectures. Mais ça n'a pas suffit à me convaincre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Granny-1 2019-07-25T08:01:59+02:00
L'homme qui s'envola

" L'homme qui s'envola " d'Antoine Bello (318p).

Ed; Gallimard;

Bonjour les fous de lectures....

ATTENTION... voici une BELLE DECOUVERTE !!!!!!!!!

Un très bon " page turner " pour votre été

Walker a tout pour être heureux comme on dit ... chef d'entreprise hors paire, mari et père comblé.

Et pourtant Walker étouffe et rêve d'autre chose. Il a l'impression que le temps lui échappe. Il veut du temps!

Petit à petit, ses rêves de liberté se concrétisent dans son esprit et un beau jour il disparaît...

Walker a tout planifié avec minutie mais .. peut-on s'effacer aussi facilement? ....

Un jeu du " chat et de la souris " débute.

Ne sommes nous pas tous, un peu au fond de nous même, des "Walker"?

Ne rêvons nous pas tous de liberté? de maîtriser le temps ?

Aurions-nous le couage de Walker ?

Voici un livre entraînant, on avance à du 100 à l'heure avec Walker mais aussi avec ceux restés de l'autre côtéde sa vie.

Antoine Bello se révèle être un excellent conteur.

J'ai passé un très bon moment de lecture et vous le conseille vivement si vous avez envie de vous envoler ....

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2019-08-14T11:28:19+02:00
Les producteurs

Peut-être pas tout à fait à la hauteur des deux tomes précédents, mais néanmoins très prenant dans la résolution de l'intrigue centrale, menée comme une scène de braquage haletante. L'arc narratif de la mallette volée est curieusement exploité et se termine un peu en queue de boudin, même s'il permet de poser quelques questions intéressantes sur l'impact réel des activités du CFR. J'ai particulièrement apprécié l'épilogue...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LicorneEnChaussettes 2019-09-16T12:02:28+02:00
Scherbius (et moi)

Scherbius et moi, c'est le genre de livre qui nous laisse sans voix. Parce qu'on ne s'y attendait pas, parce qu'on a l'impression que c'est réel, parce que l'auteur nous a aussi bien embobiné que son personnage, parce que la fin laisse tant d'ouvertures.

Afficher en entier

On parle de Antoine Bello ici :

Dédicaces de Antoine Bello
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallimard : 13 livres

Amazon Publishing : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array