Livres
477 849
Membres
458 909

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Antonio Muñoz Molina

27 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Antonio Muñoz Molina (né le 10 janvier 1956 à Úbeda en Andalousie) est un écrivain espagnol, membre depuis 1995 de la Real Academia Española fondée en 1713. Il réside à Madrid et à New York, où il a dirigé l'Institut Cervantes jusqu'en 2006.

Après des études d'histoire de l'art à l'université de Grenade et de journalisme à l'université de Madrid, Antonio Muñoz Molina travaille comme fonctionnaire à Grenade et écrit des articles dans le quotidien Ideal qui seront réunis et publiés sous le titre El Robinson urbano en 1984.

Il publie en 1986 son premier récit, Beatus Ille, entamant une carrière brillante d'écrivain couronné par de nombreuses récompenses littéraires. Son deuxième roman, Un hiver à Lisbonne, reçoit le Prix de la Critique et le Prix national du roman, et est un hommage aux romans noirs américains, à ses héros et au jazz. Ce roman policier aux personnages forts et typés conte l'histoire de Santiago Biralbo, un pianiste de jazz, emporté dans une histoire dangereuse de tableau d'une valeur inestimable volé par la femme de sa vie et qu'on cherche à récupérer par tous les moyens. La fin du roman suggère que Biralbo surmontera sa solitude finale " dans la certitude obscure qu'il n'y a ni souffrance ni bonheur mais un destin inscrit dans la douceur sauvage et âpre de la musique, et qu'il importe peu, dès lors, d'être mort ou vivant." (Éditions du Seuil, octobre 2001, quatrième de couverture).

Le Royaume des voix reçoit le Prix Planeta et Pleine Lune le Prix Femina étranger en 1998.

Dans un court roman, En l'absence de Blanca, hommage à Flaubert et fine analyse des ressorts profonds de l'amour passion, Antonio Muñoz Molina montre l'amour fou fait de renoncement de soi et de dépendance d'un homme simple, Mario, fonctionnaire dans une petite ville d'Andalousie, pour Blanca, sa femme, sorte de madame Bovary entichée d'art contemporain. Après une fugue fugitive et ratée de Blanca, Mario reconnaîtra-t-il la femme qu'il aimait ? et même la voix de Blanca ? "... plus chaude que jamais,dépourvue de cette pointe subtile d'éloignement et de froideur dont il s'était toujours refusé à accepter l'existence, tout comme il s'était refusé à voir, à entendre et à comprendre tant de choses, tant de mensonge infime, tant d'infidélité passée sous silence." Son amour n'a-t-il pas disparu avec sa souffrance ?

Antonio Muñoz Molina est marié à Elvira Lindo, écrivain et journaliste espagnole. Il est père de trois enfants : deux garçons et une fille.

wikipédia.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
0 lecteurs
Or
12 lecteurs
Argent
4 lecteurs
Bronze
1 lecteurs
Lu aussi
7 lecteurs
Envies
10 lecteurs
En train de lire
4 lecteurs
Pas apprécié
2 lecteurs
PAL
23 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.14/10
Nombre d'évaluations : 7

1 Citations 4 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Antonio Muñoz Molina

Sortie France/Français : 2016-08-18

Les derniers commentaires sur ses livres

Dans la grande nuit des temps

OUI !!! Oui je suis allé jusqu'au bout de ce livre, de ce pavé littéraire (près de 1000 pages en édition poche). Le contraire aurait été dommage. Mais que ce fut difficile, parfois laborieux. Monsieur Munoz Molina écrit très bien, envoûte le lecteur, mais son style est à mon sens bien trop ardu parfois. J'ai lu auparavant le roman "Pleine Lune" dont la structure m'avait particulièrement ravi. Mais déjà, à la lecture dudit roman, j'avais été confronté à des "décrochages" : phrases un peu longues, descriptions trop denses. Mais, comme je l'ai avancé plus haut : dommage de passer à côté ! l'histoire est belle. Attention cependant ! s'attaquer à ce bloc romantico-historique ou historico-romantique, l'un des thèmes prenant autant de place que l'autre, nécessite un certain besoin ou une certaine envie de découvrir un fragment fondamental (l'année 1936 !) de l'histoire de la nation espagnole. Pour vous représenter cet effort de plongée, imaginez-vous être espagnol(e) ou d'une autre nationalité, et lire plusieurs centaines de pages d'un roman ayant pour cadre la France de Vichy avec toutes les personnalités qui étaient à sa tête... Pas aisé, n'est-ce pas ? Sachez également lecteurs potentiels, que cette longue balade que vous vous apprêtez à faire risque, à vos yeux, de se faire dans une brume légère mais tenace, sans oublier ces nuages de plus en plus menaçants que représentent la terreur de la guerre civile qui enserre progressivement Madrid. Heureusement ! l'amour est là avec ses joies (et ses désillusions).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Henri-1 2017-12-04T16:39:32+01:00
L'hiver à Lisbonne

Ce livre réveille de vieilles et confuses réminiscences de films noirs (en noir et blanc). Un bar enfume, une morne chambre d’hôtel ou traînent des bouteilles, une arme délicatement caressée, un rideau qu' entrouvre a peine, un homme poste dehors dans le crachin, et des voyages. Des voyages de fuite, des voyages de retrouvailles. Des voyages de peur, des voyages d'espoir. Des trains fusant dans la nuit. le tout dans une constante musique de jazz. C'est une jam-session. Munoz Molina écrit comme un musicien de jazz, qui abandonne la mélodie, improvise, et revient a elle pour finir en beauté.

Dans cette ambiance noire et jazzy, c'est une histoire d'amour qui nous est contée. Un amour impossible. Un amour poursuivi d’année en année, de bar en bar, de ville en ville. Jusqu’à Lisbonne, ultime rêve, ultime espoir, la ville ou nous sera donne une sorte de dénouement. Ou tout sera –définitivement? – rate. Un dernier accord de jazz désabusé. Mais Lisbonne est peu décrite. d’ailleurs dans son dernier roman Molina raconte entre autres la genèse de ce roman. Et effectivement à l'époque il n'était jamais allé à Lisbonne. Il y a aussi Madrid et ses rafales de vent qui s'engouffrent dans les portails des vieux hôtels de la Gran Via, et surtout San Sebastian. Pas le San Sebastian d’été bourre de touristes se dorant au soleil. le San Sebastian d'hiver, dans la bruine, au ciel de plomb surplombant bas une mer vert fonce qui s'acharne contre l’île de sa baie, avec pour seule défense les tenailles de fer que le sculpteur Chillida planta dans ses rochers. Une ville esseulée ou les taxis roulent vite dans des rues vides de piétons. Ou des autochtones transis se retrouvent dans des bars mal éclaires pour écouter un pianiste et se chauffer au bourbon, ou a la bière ou aux deux. Un San Sebastian parfait pour l’atmosphère ou veut nous plonger Munoz Molina.

Il faut dire que l'auteur n'a surement pas choisi San Sebastian par hasard. Les amateurs de musique se rappellent que ça a été la première ville a créer un festival de jazz en Espagne (en 1966! Franco dormait?), suivie de Vitoria, autre ville basque. Les basques aiment le jazz, et Munoz Molina aussi, bien qu'il ne soit pas basque. San Sebastian est le berceau du jazz espagnol,

Je reviens au livre. Une histoire d'amour désespéré, une histoire d'amour sans avenir et avec un passe brumeux. Dans une atmosphère oppressante de vieux film noir, racontée en un rythme jazzy casse, nourri des élancements douloureux d'un saxo.

Munoz Molina n'a pas l'habitude d’écrire des thrillers, des romans noirs, mais la il montre qu'il aurait pu s'y consacrer brillamment. Tous ceux qui aiment les romans obscurs et humides, ancres dans les poursuites, les tirs dans la nuit, les larges verres de whisky et les cigarettes entamées jonchant le sol, seront happes par ce livre. Une grande réussite du genre. Et pourquoi seulement du genre? Une grande réussite de Munoz Molina. Il y en aura beaucoup d'autres.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biquet 2018-07-11T16:12:06+02:00
Le Sceau du secret

No me recuerdo porque compré este libro pero temo que no compre otro del mismo autor.

Describe el ambiente engañoso al final del régimen franquista. Es presentado como los recuerdos del autor cuando en 1974, de estudiante de 20 años llegó en Madrid para estudiar periodismo. Describe sus relaciones con dos personas. La primera era su paisano Ramonazo, maoista que se le unió en Madrid, la segunda era el abogado Ataúlfo, secretario General de la federación Anarquista Ibérica.

Me parece que hable con frecuenccia de su verjiga y de los pocos bocadillos que comía

Come he dicho antés pensaba que no leería otro libro de este escritor hasta un comentario encontrado en el WEB. Este aconsejaba que no empezara con este título del escritor. Razón: no es su mejor obra. Sea qué sea, es posible que cambie de opinión

Afficher en entier

Dédicaces de Antonio Muñoz Molina
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Seuil : 15 livres

Points : 8 livres

Actes Sud : 3 livres

Seix Barral : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array