Livres
511 509
Membres
522 140

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bill Willingham

313 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lilinie 2010-12-03T21:19:22+01:00

Biographie

Bill Willingham n'a jamais pris part à un combat désespéré et perdu d'avance pour la bonne cause. Mais l'aventure l'a déjà frôlé. Une fois, dans la jungle du Yucatan, un léopard ne l'a pas dévoré, et une autre fois, dans l'Idaho, il n'a pas affronté le gros ours noir qui roupillait sur le seul chemin menant à la civilisation. Quand Bill a appris qu'il était possible de se faire payer pour raconter de scandaleux mensonges, il en a fait son métier. Steve Leialoha a débuté sa carrière d'encreur et dessinateur dans les années 1970. Parmi ses multiples collaborations, citons Batman, Doctor Strange, Spider-Man et Sandman (avec Neil Gaiman). Mais il est tout particulièrement connu pour son travail sur la série de comics Fables, dont est issu ce roman.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
495 lecteurs
Or
539 lecteurs
Argent
389 lecteurs
Bronze
173 lecteurs
Lu aussi
328 lecteurs
Envies
439 lecteurs
En train de lire
5 lecteurs
Pas apprécié
2 lecteurs
PAL
200 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.05/10
Nombre d'évaluations : 479

0 Citations 153 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Bill Willingham

Sortie France/Français : 2020-04-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Fables, Tome 1 : Légendes en exil

Le concept était intéressant mais l’exécution ne m’a pas emballé. Le dessin est trop fonctionnel pour une histoire de conte, même modernisé, et l’histoire de même. Les références étaient intelligentes et intelligemment faites mais il y avait trop d’incohérences par rapport à cette histoire d’amnistie.

Par ailleurs, le mélange de présentation à la conte traditionnel et d’entrée en matière in medias res ne fonctionne pas ici, j’étais confus pendant les premiers chapitres et l’univers ne m’a pas suffisamment émerveillé pour me faire rentrer dans l’histoire (un comble pour une adaptation de contes de fées).

En résumé, je ne comprends pas pourquoi c’est un tel classique, j’imagine que ça doit s’améliorer avec le temps mais pour l’instant je suis pas du tout emballé, je ne sais même pas si j’aurai l’envie de continuer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tenebra 2019-08-11T10:24:30+02:00
Fables, intégrale 1

Ayant joué au jeu The Wolf Among Us, inspiré de la série de comic Fables, j'ai été très tentée de le découvrir après le petit coup de cœur qu'a été l'interprétation en jeu-vidéo. Et bien qu'un début un peu fastidieux avec le style très Old-school et une colorisation qui ne rend pas service à l'oeuvre, j'ai fini par être happée par l'histoire de ces Fables qui ont perdu leur royaume et par l'histoire de ce comic. J'ai été agréablement surprise que bien que les histoires soient différentes, il y a quand même un fil rouge et les histoires se suivent, on ne se perd pas. On aborde le point de vu de plusieurs protagonistes, ce qui permet d'aérer notre lecture et de souffler un peu. Même si, je préfère de loin les aventures de notre cher Bigby ♥.

Aussi, le petit plus, c'est cette couverture juste absolument divine !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kymmy38 2019-10-13T15:03:00+02:00
Fables : Intégrale 2

j'adore tout simplement cette série qui reprend sous un nouveau jour, tous les héros de conte de fées.

Afficher en entier
Fables, Tome 1 : Légendes en exil

C'est parti pour une relecture de cette série dont je n'ai lu que les 11 premiers tomes sur 23, et encore, en mode gruyère, car c'était à l'époque où ils étaient estampillés Panini Comics et qu'il y en avait certains qui étaient rupture chez l'éditeur. Heureusement, la réédition s'est faite chez Urban Comics dans la collection Vertigo qui est bien plus qualitative et sympa à lire que l'édition en volumes souples que je possédais auparavant, et je peux à présent combler les trous du gruyère (à moi le décisif tome 3 !) et même reconstituer toute la meule !

J'ai cet avantage de déjà connaître l'univers, les personnages, leurs statuts et l'histoire jusqu'à un certain stade, alors ce premier tome ne me fait évidemment pas le même effet que la première fois que je l'ai lu. Je me rappelle que j'avais été un peu désappointée car il se contente d'introduire vaguement les Fables et Fableville, les raisons de leur présence dans notre monde et la fracture au sein de leur communauté avec ceux qui ont la chance de pouvoir se mélanger aux humains normaux appelés les "Communs" et ceux qui en sont cachés au sein d'une ferme éloignée et secrète. A ce stade, on ne peut pas vraiment parler d'une entrée, mais plutôt d'une bouchée apéritive.

Mais c'est une bouchée aux saveurs intrigantes, notamment du côté du remaniement des contes et de leur aspect désenchanté. Oui parce que le Prince Charmant qui court les jupons après s'être successivement tapé la Belle au bois dormant, Cendrillon et Blanche Neige, tout de suite, ça détruit un mythe. Celui de l'amour parfait et du "ils vécurent heureux pour toujours".

Malheureusement, ces petits clins d'oeil ironiques ne sont qu'un minuscule aspect de ce premier tome, pas assez présents à mon goût. Ce qui sert de fil conducteur et de prétexte à ces maigres découvertes, c'est une enquête menée par Bigby "Le Grand Méchant Loup" Wolf devenu sherif pour le service de sécurité de la communauté de Fableville. Elle n'est pas d'un grand intérêt, mais elle a le mérite de présenter des personnages importants tels que Blanche Neige et sa soeur Rose Rouge, Jack de Jack et les géants, le Roi Cole qui dirige la communauté, le Prince Charmant ou Barbe Bleue, et d'ébaucher les dynamiques relationnelles.

Je me rappelle aussi que les graphismes m'avaient fait mauvaise impression mais sans que je prenne le temps de vraiment analyser pourquoi. C'est une chose sur laquelle j'ai été très attentive lors de cette relecture, car en tant que personne qui aime le dessin, c'est un critère important à mes yeux. C'est le même dessinateur qui s'est occupé de toutes les planches (mais pas les couvertures qui sont le fait de l'illustrateur James Jean) sur les 5 numéros que couvre ce tome, mais ce sont deux encreurs différents qui les ont retravaillées, dont le premier qui a l'air de tout le temps faire des tests de rendu. Résultat, il y a une base commune à chaque chapitre, avec un dessin plutôt standard pour du comics et pas désagréable, mais on a l'impression de raideur sur la première moitié, ce qui se corrige sur la seconde avec le nouvel encreur. Malheureusement, certains personnages comme Bigby pâtissent de ces changements continuels en n'étant pas tenus et semblent toujours différents, ce que trouve vraiment très désagréable. Du point de vue couleur, c'est fonctionnel, à savoir fade et plat. Pas de quoi réhausser le reste.

La bonne surprise de cette relecture vient de la nouvelle bonus propre à cette édition, consacrée au Grand Méchant Loup, dont l'action se situe durant la période où les Fables se sont retrouvés chassés de leur monde par « l'Adversaire ». On y glane bien plus d'informations de valeur en 4 pages que dans tout le tome.

Et pour bien assimiler qui est issu de quelle fable/conte et mettre en évidence toute l'ironie de certaines situations, une sorte de trombinoscope explicatif complète la lecture. Une belle occasion de découvrir des contes moins connus ou moins populaires.

Bref, ce n'est pas sur ce tome qu'il faut juger cette série qui peut paraître moyenne de prime abord avec son dessin assez quelconque et son enquête pas extraordinaire. Elle ne dévoile encore rien de sa trame principale mais elle a un sérieux potentiel d'ironie qui ne demande qu'à s'exprimer.

Afficher en entier
Fables, tome 2 : La Ferme des animaux

Pour ce second tome, qui comprend les numéros 6 à 10, nous avons droit à un petit tour du côté de la Ferme, l'endroit où vivent cachés tous les Fables d'apparence non-humaine qui n'ont pas la possibilité ou les moyens financiers,de se transformer ou de se masquer pour se fondre dans le décor des Communs sans se faire remarquer.

On a droit à un pastiche de La ferme des animaux de Orwell, puisque cette partie de la population Fables, obligée de vivre en prisonnière de son domaine, est en plein projet de soulèvement contre la partie d'apparence humaine. Autant dire que Blanche-Neige et Rose-Rouge qui débarquent inopinément sur les lieux, arrivent comme des cheveux sur une soupe de nitroglycérine. Ça dépote !

Ce tome est dans la parfaite continuité du premier en achevant de nous introduire les deux factions Fables qui peuplent notre monde en tout discrétion et de les situer les unes par rapport aux autres dans cette nouvelle société qu'ils forment. Ainsi nous avons pu comprendre que les plus privilégiés étaient ceux d'apparence humaine qui avaient pu préserver leur fortune ou s'enrichir sur le dos des autres lors de l'exile, que les autres Fables d'apparence humaine devant trimer parmi les Communs pour subvenir à leurs besoins étaient une sorte de classe moyenne, et que, tout en bas de l'échelle, limités dans leurs libertés et leurs possibilités, se trouvaient les Fables non-humains relégués à la Ferme.

Bien sûr, toutes ces inégalités sont sources de tensions entre toutes les « classes » et quand ça se crêpe le chignon et s'envoie des piques à tous va par envie ou jalousie, c'est un pur bonheur pour le lecteur.

Du fait de l'aventure en tête à tête entre les deux sœurs, qui se transforme en grosse mésaventure, on a tout le loisir d'étudier leur relation compliquée et leurs façons très opposées d'aborder les problèmes. Il y a une friction permanente entre elles qui semble s'apaiser à la fin, mais il y a fort à parier qu'un malaise enraciné d'aussi longue date finira bien par repointer le bout de son nez. Surtout que les voilà à présent toutes deux à la tête d'une faction de Fables. L'une ne montrant que des velléités de retrouver son monde quand l'autre est d'une volonté plus ferme.

Côté dessin on a encore baissé en qualité avec la relève par Mark Buckingham. J'aimais bien la représentation un peu à la Roy Lichtenstein du premier tome. Résultat, moins de glamour pour ces dames, encore moins de maintien des caracter-designs humains et un dessinateur qui a l'air de bien mieux gérer tout ce qui est animal. Pour ce qui est de l'encrage, on est revenu au tout premier artiste du tome 1 qui nous propose encore quelque chose de différent. Décidément, je ne sais pas si cette série sera stable un jour et si elle trouvera grâce à mes yeux sur ce point.

Bref, tout est en place, il n'y a plus qu'à voir ce qu'il va advenir, si l'histoire va enfin décoller et si les relations qui se dessinent depuis deux tomes se confirment dans le suivant. Comme il s'appelle Romance, c'est plutôt prometteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jukebox_fr 2020-04-28T16:29:34+02:00
Fables, tome 3 : Romance

Me voici au troisième tome de la série, celui qui regroupe les numéros 11 à 17, et qui par son titre "Romance" est assez intrigant. On nous a plus d'une fois fait part du penchant de notre cher Bigby Wolf pour la belle mais glaciale Blanche-Neige, serait-ce d'eux dont il serait question ?

Les spéculations vont bon train, James Jean ayant l'art et la manière de laisser des indices sur ses cover arts, mais avant d'avoir notre réponse, il faut attendre d'avoir passé deux histoires courtes.

Une met en scène Jack dans un de ses nombreux anciens plans foireux (pas étonnant qu'il ait une telle réputation de loser et de malchanceux !) et l'autre mobilise les personnages masculins autour de la Belle au bois dormant dans une mission de la plus haute importance pour la sécurité et la perennité de Fableville.

Dans la première on retrouve l'humour trash dont sait faire preuve la série à l'occasion, avec la progression et la morale finale propre à l'univers des contes et des fables.

Dans la seconde on s'attarde surtout sur les personnalités, caractères et relations de Bigby, Barbe Bleue et Prince Charmant. Si le loup nous est apparu charismatique et sympathique dès le premier tome (un bon feeling à son encontre, bien qu'on ne doute pas qu'il soit féroce et cruel quand le besoin s'en fait sentir), le second nous confirme une nature fourbe et pleutre dont il faut se méfier (en même temps, quand on assassine ses épouses le soir de la nuit de noce...). Les relations entre eux deux sont très tendues, ils s'ont indubitablement dans le colimateur l'un de l'autre.

Quant au troisième larron, je trouve qu'il prend beaucoup d'ampleur au fil des tomes et qu'il fait montre d'un sens de la manipulation de plus en plus aiguisé en plus d'une certaine froideur inquiètante dans les sentiments, qui sont loins de le rendre charmant à mes yeux.

Cette histoire sert d'amorce à la tant attendue "Romance", puisque les inimitiés affichées de Barbe Bleue et Bigby en sont à l'origine. Il n'est pas question de romance au sens traditionnel du terme, bien que Le Grand Méchant Loup fasse une très belle déclaration, mais le résultat a de quoi faire sourire et donner très envie de lire la suite !

Côté graphismes, j'ai été heureuse de retrouver pour un temps l'association Lan Medina au dessin, Craig Hamilton à l'encrage et Daniel Vozzo aux couleurs, c'est celle qui fonctionne le mieux pour le moment et m'écorche le moins les yeux. Les autres, malheureusement, ne sont pas à la hauteur du contenu, ce qui a tendance a franchement m'agacer pour un comics de cette ampleur.

Bref, c'est un tome plus dynamique et captivant qui approfondit la psychologie et le relationnel des personnages pour faire émerger des enjeux majeurs pour la suite, achevant de nous dessiner un aperçu global d'une communauté tout sauf soudée, qu'un rien pourrait faire imploser. Et il se pourrait que ce rien, sous couvert d'un sourire colgate et d'une mise impeccable, soit déjà en train de s'y employer. A suivre avec beaucoup d'intérêt.

Afficher en entier
Fables, tome 4 : Le Dernier Bastion

Ah et ben voilà, ça commence à bouger un peu en dehors de la communauté de Fableville ! Tandis que Prince Charmant s'attèle à la fragiliser de l'intérieur par ses manigances politiques, d'autres Fables récemment issus des Royaumes l'ont rejointe. Véritables transfuges ou bien espions de l'Adversaire ? Bigby, lui, semble avoir tranché sur le sujet, mais sera-t-il assez rapide à le prouver ?

Quant à la grande surprise de fin de tome précédent, se pose à présent la question de l'importance des enfants à naître et de leur sort. La mère ne semble pas très enthousiasmée par cette perspective de maternité, pourtant tout laisse à penser que leur naissance est cruciale, bien que compromettante pour les deux futurs parents aux statuts en vue.

Bref, si graphiquement je baisse les bras sur cette série, je suis bien heureuse de voir enfin des signes de l'Adversaire dont on entend tant parler mais dont on ignore l'identité, autrement que dans des récits souvenirs de rescapés. L'histoire va enfin décoller !

Afficher en entier
Fables, tome 5 : La Marche des soldats de bois

Un tome qui se dévorre tant il est bien mené et bourré de détails intrigants. On y retrouve la première confrontation dans le monde des Communs avec les soldats de l'adversaire venus en avant garde tâter le terrain et faire un maximum de dégats parmi les exilés.

Mais surtout on a une meilleure vue des doubles-jeux de plusieurs personnages renforçant le sentiment de plusieurs clans, plusieurs intérêts au sein de la communauté.

Il ressort plus que jamais de ce tome que l'Adversaire est l'ennemi commun de tous les Fables exilés, mais peut-être pas son plus dangereux pour le moment, car tant qu'ils sont unis et dirigés par des personnes comme Blanche, capables d'une grande abnégation pour le bien de la communauté, il peut être repoussé. Mais à partir du moment où un personnage comme Prince Charmant, qui ramène tout par pur égoïsme au pouvoir personnel et à l'argent, accède à l'autorité, l'unité risque fort de voler en éclat...

Les enjeux sont donc d'une importance capitale pour la survie de Fableville.

Graphiquement, mon estime a encore baissé d'un cran. Suis-je la seule à m'indigner qu'on touche autant et subitement au character-design d'un personnage juste pour le faire coller à des détails de la suite de l'histoire ? Ne pouvait-on pas le faire en amont ?

Bref, il est évident que la série a pris un cap majeur avec ce tome et qu'elle nous réserve bien des surprises dans les prochains. Le suspense est enfin là et durablement de la partie, et les spéculations vont bon train. Après cinq volumes, c'était la moindre des choses.

Afficher en entier
Fables, Tome 12 : Le Bon Prince

Fableville et l'Empire entrent "officiellement" en guerre dans ce tome... Sur plusieurs mois, on voit les stratégies se mettre en place de part et d'autre. Gobe-mouche trouve un nouveau sens à sa vie grâce à l'aide du chevalier parjure, tandis que Blanche et Bigby confient aux louveteaux leur plus grand secret...

On passe d'un lieu, d'une époque à l'autre sans être perdus grâce au talent de Willingham & Buckingham. Un tome charnière avant des jours plus sombres ?

Afficher en entier
Jack of Fables, tome 2 : Jack Vegas

Le "mauvais garçon" de Fables continue ses aventures, entre souvenirs dans les Royaumes (où l'on en apprend un peu plus sur Lumi, la Reine des Neiges) et arnaques à Las Vegas.

Jack est terriblement énervant, mais le talent des auteurs fait que l'on suit ses péripéties avec plaisir, et j'ai même failli le plaindre un peu en voyant sa malchance... Mais goujat il est, goujat il restera ! XD

Afficher en entier

Dédicaces de Bill Willingham
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Urban Comics : 52 livres

Panini : 5 livres

panini comics : 4 livres

IDW Publishing : 1 livre

H&H Books : 1 livre

Graph Zeppelin : 1 livre

Semic : 1 livre

Bragelonne : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array