Livres
464 038
Membres
424 120

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Catherine Robertson

19 lecteurs

Activité et points forts

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 lecteurs
Or
3 lecteurs
Argent
4 lecteurs
Bronze
0 lecteurs
Lu aussi
6 lecteurs
Envies
28 lecteurs
En train de lire
4 lecteurs
Pas apprécié
1 lecteurs
PAL
21 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 5.5/10
Nombre d'évaluations : 8

0 Citations 8 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Catherine Robertson

Sortie France/Français : 2017-02-07

Sortie Poche France/Français : 2018-02-22

Les derniers commentaires sur ses livres

La maison aux secrets

Un grand merci aux éditions Charleston pour m'avoir envoyé ce manuscrit en avant-première dans le cadre de l'aventure Lectrice Charleston 2017.

« La maison aux secrets » de Catherine Robertson met en scène April, une femme qui décide de vivre une vie austère et sans plaisir suite au décès de son fils.

Cependant, son quotidien va être chamboulé lorsqu’elle va hériter, d'un lointain parent, d’une propriété en Angleterre. Elle va alors quitter la Nouvelle-Zélande pour se charger de la vente de cette maison, ne plus jamais en entendre parler et retrouver son quotidien gris et morne, loin de toute joie et plaisir.

Mais ce qu'April ne sait pas encore c'est que les nombreux secrets autour de cet héritage vont, petit-à-petit, transformer sa vie.

Dès le début, nous savons que ce récit aura une saveur particulière.

J'ai d'abord été un peu sceptique face aux choix de vie qu'April fait et son quotidien est vraiment particulier.

Cependant, passées ces premières pages et dès son arrivée en Angleterre, le texte devient subitement plus addictif, plus vivant.

J'ai été séduite par les paysages, par les personnages et par la propriété, l'Empyrean, qui est également un protagoniste à part entière de ce récit. La plume de Catherine Robertson est touchante, bouleversante et l'on tourne les pages à une vitesse folle : on est vraiment happé par ce récit poignant.

Chaque personnage, comme la propriété, connaissent une évolution frappante et émouvante. C'est comme si, en redonnant ses lettres de noblesse à l'Empyrean, tous les personnages se voyaient transformés également.

J'ai été tout autant séduite par les passages mettant en scène April que par les chapitres qui nous font retourner dans le passé, à l'époque de cette chère Sunny et de James. Petit-à-petit, nous découvrons chaque secret ou nous les devinons. Tel un bourgeon de fleur, le récit s'ouvre et nous révèle tout son potentiel, nous laissant vraiment pantois face à cette complexité insoupçonnée.

Il y a énormément de messages cachés dans cette histoire et beaucoup de choses inexplicables.

Jack, un homme que va rencontrer April, est-il une personne à part entière ou un fantôme ? On peut se poser cette question puisqu’elle est la seule, pendant tout le livre, à le connaître et même à le voir.

Le rouge-gorge et la couleur rouge sont aussi très présents du début jusqu’à la fin. Symbolisant le renouveau, l’évolution, l’égarement, ils apparaissent de manière anodine, mais sont porteurs de messages.

Enfin, que dire du dernier chapitre avec cette fameuse cabine téléphonique ? April reçoit un appel de qui ? Pourquoi ? Est-ce James ? Jack ou Ben ? Ou les trois ?

Cette fin ne m’a pas laissée indifférente et je suis curieuse de savoir quel sens vous donnez à ce dernier chapitre et de pouvoir tout simplement échanger avec vous là-dessus.

En conclusion, « La maison aux secrets » m'a vraiment séduite par son univers riche en couleurs et en émotions. Catherine Robertson nous fait rire, pleurer, détester, aimer, rêver. Plus qu'un roman, c'est une vraie ode à l'espoir, à l'amitié et à l'amour qui ne laissera personne indifférent.

Un livre à lire, à savourer.

( http://lectrice-lambda.blogspot.fr/2017/02/la-maison-aux-secrets-catherine.html )

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LadyRomance 2017-05-03T10:33:24+02:00
La maison aux secrets

La maison aux secrets est un roman qui ne m'a pas vraiment emballé. Malgré de nombreuses choses qui m'ont portant apparu intéressantes et valables, je me suis toujours sentie en retrait comme si j'observais tout cela sans jamais vraiment entrer dans l'histoire. Aucun des personnages ne m'a réellement touchée. Je ne me suis attachée à aucun d'eux, même pas à Sunny, la vielle dame.

Franchement, je ne comprends pas ce qui s'est passé avec ce roman. Il y a beaucoup de choses et de personnages que je n'ai pas compris ou qui ne m'ont pas convaincu, surtout April, l'héroïne, James, son ancêtre et Jack, l'homme mystérieux de la forêt... Je suis plutôt restée avec des questions : comment est mort James finalement ? J'ai peut-être loupé un passage !!? Pourquoi son attitude envers Lily ? Pourquoi cette fin avec Jack ? Quel est le sens de l'épilogue à votre avis, pour celles qui ont lu le roman ? Est-ce juste une façon d'annoncer une suite ? Si vous avez les réponses, je suis preneuse. Par ailleurs, c'est la première fois que j'entends parler de ce genre de réaction face à la perte d'un être cher dont on se sent responsable, sans raison formelle, qui consiste à éprouver tant de culpabilité que l'on refuse volontairement tout plaisir, toute joie et tout réconfort. La mort de son propre enfant en bas âge est une abomination à vivre, c'est certain. La plupart du temps, cela mène à un grand chagrin, c'est bien normal, sûrement l'un des deuils les plus difficiles à faire, on est d'accord. Cela peut aller jusqu'à la dépression lorsque l'on ne s'en remet pas avec la perte du goût de vivre. Mais ici, et c'est nouveau pour moi, la réaction est celle d'un rejet de toutes tentations pour se punir. Refuser toute joie et plaisir parce que celui qui est mort ne peut plus les vivre, je peux le concevoir dans un comportement inconscient car la personne ne s'en rend pas compte. Il me semble que dans un cas pareil, le parent perd plutôt le goût des choses et que plus rien n'a de sens. Mais ici, l'héroïne semble tout à fait consciente de ses choix, à refuser tout ce qui peut lui faire du bien ou lui faire plaisir même lorsqu'elle en a envie. J'ai trouvé ça plutôt agaçant et pénible à la longue, je m'en suis lassée au bout d'un moment, et du coup, je ne me suis pas attachée à elle.

Pour résumé, l'histoire est celle d'un couple vivant en Nouvelle-Zélande un grand bonheur jusqu'à la perte accidentelle de leur fils âgé de cinq ans. April, la mère, se sent coupable à tort de cette mort. Depuis, elle se punit en se refermant sur elle-même, en ayant une vie diamétralement opposée à celle qu'elle vivait jusqu'au drame, une vie faite de morosité, sans plaisir et sans joie, son mari ayant refait la sienne. Cinq ans après le décès de son fils, April apprend qu'elle a hérité d'une grande et vieille maison d'époque abandonnée au coeur de la campagne anglaise. Sa décision fut celle de vendre et les événements la mène à rester en Angleterre lors de sa visite pour voir la maison et commencer avec de l'aide la restauration de quelques pièces pour pouvoir la vendre plus facilement. C'est dans ce contexte que, peu à peu, elle réapprend à vivre et à partager, notamment avec la pétillante Sunny, la vieille dame qui sera le lien dans cette histoire entre le présent et l'époque de sa jeunesse passée dans cette maison dans les années 1930-1940. L'histoire est donc celle aussi de la famille propriétaire de cette maison à cette époque dont les membres sont les ancêtres d'April, mais aussi de plusieurs personnages qui transitent autour.

Alors, il y a des divers personnages très intéressants, aussi bien dans le passé que dans le présent, qui laissent présager une histoire comme je les aime. Sauf que pour toutes les raisons qui ont été évoquées ci-dessus, ce ne fut pas le cas. Je me suis même parfois ennuyée. C'est dommage car je trouve à cette histoire quelque chose de vraiment singulier mais pourtant la mayonnaise n'a pas pris pour moi, si je puis dire ! Ceci dit, il ne s'agit là que de mon ressenti et de mon avis ! Peut-être que pour vous le charme agirait vous permettant de mieux l'apprécier !!!

www.ladyromance.over-blog.com

Afficher en entier
La maison aux secrets

Difficile d'accrocher à cette histoire. J'ai eu du mal à me plonger dedans, surtout les chapitres où l'auteur fait un retour dans le passé que je n'ai pas lu d'ailleurs. Je suis déçue par ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jazzmen 2017-08-31T00:57:11+02:00
La maison aux secrets

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre avec ce livre. Mais l’ayant choisi chez Charleston, je ne doutais pas que j’allais apprécier et je n’ai pas été déçue.

Nous suivons donc l’histoire d’April, trente-cinq ans, habitant en Nouvelle-Zélande, dévastée par la mort de son petit garçon cinq ans plutôt. Se culpabilisant pour le drame, elle décide que puisque son petit ne peut plus vivre, elle ne vivra plus non plus. Et pas dans le sens où elle se donne la mort, non, dans le sens où elle arrête de vivre, elle ne fait plus que survivre. Elle coupe tous les ponts avec sa famille, ses amis, son mari, elle démarre une nouvelle vie sans joie, sans plaisirs, sans rien qui puisse la rendre heureuse, surtout pas. Elle a donc sa voie bien tracée quand soudain, un événement imprévu survient : elle apprend qu’elle est l’héritière d’une maison en Angleterre. Je n’en dirai pas plus, notamment parce que le résumé du livre en dit assez et surtout parce que c’est cette héroïne qui est intéressante. April est donc morne et monotone, et on a très (très) souvent envie de la secouer, de lui dire que ce n’est pas de sa faute et qu’elle doit se remettre à vivre… c’est pas comme si tout le monde autour d’elle l’avait déjà fait ces cinq dernières années. Malgré tout, elle est très attachante, on souffre pour ou avec elle et on veut vraiment qu’elle s’éveille de nouveau à la vie. J’ai beaucoup aimé le contraste entre l’héroïne… et tout le reste. L’écriture, les autres personnages, le contexte : tout est plein de vie ! Pratiquement tous les personnages secondaires autour d’elle sont très drôles, soit parce qu’ils ont de l’humour soit parce qu’ils sont complètement loufoques, l’écriture est un peu ironique, pleine d’humour aussi. Et le contexte est tellement vivant comparé à April : on a la nature autour de nous, les animaux, les odeurs de cuisine sont décrites, les décors autour d’elle. Tout est fait pour être en opposition à l’héroïne.

Bon, vous l’aurez compris : j’ai beaucoup apprécié l’écriture. Elle est par moments très poétique, les dialogues sont bien dosés, ils ne sont jamais trop longs et ils disent juste ce qu’il faut. L’auteure (que je ne connaissais pas) a aussi une façon de décrire les personnages et leurs réactions qui les rend tellement vivants, tellement réels… on a l’impression de les avoir en face de nous. Sa façon de décrire les paysages ou les odeurs de cuisine aussi, on s’y croirait !

L’histoire est très belle et pleine de mystères… Même si on devine assez aisément le dénouement d’une des intrigues, elle reste prenante jusqu’au bout. Il y a un petit côté mystique aussi à ce livre, qui le rend encore plus mystérieux.

Bref, de nouveau un livre des éditions Charleston à ajouter dans mes livres préférés !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chrichrilecture 2017-10-06T04:45:49+02:00
Le joli mois de mai

Vite lue

Une nouvelle très vite lue en même pas 1 heure mais qui s'oublie tout aussi vite sans intérêt l'histoire n'a ni queue ni tête Dommage car l'idée de départ était bonne. Heureusement que c'est gratuit sur kindle

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Camads 2018-11-03T17:05:54+01:00
Le joli mois de mai

C'est une nouvelle qui se lit très rapidement. J'ai pas énormément de souvenir de cette histoire, il faut dire que même si elle est bien, elle n'est pas extraordinaire et ne marque pas les mémoires. Ce fut une assez bonne découverte quand même, mais sans réel intérêt

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2019-03-24T21:29:06+01:00
La maison aux secrets

https://leslecturesdelietcyrlight.blogspot.com/2019/03/la-maison-aux-secrets.html

La maison aux secrets est un roman de Catherine Robertson, qui raconte l’histoire d’April, une femme qui s’efforce de vivre dans le dénuement depuis la mort tragique de son fils, dont elle se sent responsable. Elle apprend néanmoins un jour qu’elle est l’héritière d’une maison en Angleterre, et découvre progressivement le passé de son lointain parent, James.

Mon avis sur cette lecture est plutôt partagé. Il y a des points positifs, comme la plume de l’auteur, qui se lit vite et bien. Je l’ai trouvée un peu trop imagée au début, et j’ignore si je m’y suis habituée au fil des pages ou si cela s’est simplement estompé après quelques chapitres, mais en tout cas, cela ne m’a plus dérangée par la suite.

Les personnages secondaires sont également très agréables, très attachants, qu’il s’agisse de la pétillante Sunny, un tourbillon d’énergie de quatre-vingt dix ans, du cynique Edward ou encore du sympathique Oran. Tout comme April, on passe un excellent moment avec eux. En revanche, je n’en dirais pas autant de cette dernière.

Elle fait tout pour éviter que l’on s’attache à elle, qu’on la remarque, et cela fonctionne. Malgré le deuil par lequel elle a été frappée, je n’ai pas réussi à ressentir de l’empathie pour elle. Pire, je l’ai trouvée égoïste. Persuadée que la mort de son fils est de son fait, elle s’obstine depuis ce jour à mener une vie d’ascète. Pour cela, elle se coupe de toute relation : amis, proches... Elle a même quitté son mari, ce qui me semble assez cruel, car cela implique de tourner le dos à une personne qui traverse la même épreuve qu’elle, et qui aurait peut-être eu besoin du soutien de son épouse.

Qui plus est, je n’ai pas compris l’intérêt de se flageller à sa manière en se privant de tous les plaisirs de la vie. Certes, elle refuse de jouir d’un bonheur auquel son fils n’aura plus accès, mais à quoi cela rime ? Pourquoi ne s’est-elle pas suicidée, dans ce cas ? Une vie pour une vie, cela aurait presque paru plus cohérent. Elle aurait également pu se mettre au service d’autrui, accomplir de bonnes actions, au lieu de quoi, elle ne fait rien du tout. Sa punition, dans le fond, s’apparente surtout à un incommensurable gâchis, et les autres personnages semblent d’ailleurs plutôt de cet avis, au point de parvenir progressivement à l’arracher à sa coquille.

C’est surtout l’œuvre de Jack, un personnage énigmatique qui, parvenue à la fin du livre, m’a fait froncer les sourcils. Je pense avoir percé le mystère qui l’entoure, mais c’est si irrationnel que je n’en comprends pas l’intérêt, et encore moins ce que l’auteur a cherché à faire avec lui. A-t-elle tenté de distiller une goutte de magie dans son œuvre ?

La mort de James est également très trouble. Même une fois son histoire dévoilée, le prologue reste flou, et il n’est pas totalement possible de lui donner un sens. Qui plus est, même si James n’a jamais été particulièrement sympathique, j’ai trouvé son attitude vis-à-vis de Lily, puis de Rowan, absolument ignoble et inexcusable. Je ne me l’explique d’ailleurs pas.

La maison aux secrets est donc un roman avec du bon, du moins bon, et surtout des éléments très vagues qui ne sont pas toujours faciles à interpréter. Le meilleur moyen de vous faire une opinion est encore de le lire par vous-même.

Afficher en entier

Dédicaces de Catherine Robertson
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 1 livre

Charleston : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode