Livres
472 740
Membres
445 682

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Christian Guay-Poliquin

26 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par TERVERCHANTAL 2018-02-16T11:27:20+01:00
de

Biographie

Christian Guay-Poliquin, écrivain, est né à Saint-Armand (Canada) le 07/12/1982.

Ce québécois étudiant au doctorat depuis 2013, travaille sur une thèse ayant pour sujet les enjeux du récit de chasse dans les arts narratifs au XXe siècle. Il s'inscrit en 2015 à un stage doctoral de l'Université de Champagne.

Il publie un premier roman, "Le fil des kilomètres" (2013) qui retient l'attention de la critique. Il est finaliste pour le Grand prix littéraire Archambault en 2015.

En 2017 paraît "Le Poids de la neige", roman qui remporte le Prix France-Québec, le Prix littéraire des collégiens, le Prix Ringuet et le Prix littéraire du Gouverneur général.

Source/Babélio

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
5 lecteurs
Or
4 lecteurs
Argent
6 lecteurs
Bronze
6 lecteurs
Lu aussi
4 lecteurs
Envies
18 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
0 lecteurs
PAL
9 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.56/10
Nombre d'évaluations : 9

0 Citations 5 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Christian Guay-Poliquin

Sortie Poche France/Français : 2018-01-10

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Lu1399 2016-12-25T21:30:14+01:00
Le Poids de la neige

Le Poids de la Neige par Christian Guay-Poliquin

Décembre 2016

2,5/5

* Lu dans le cadre du concours du Prix Littéraire des Collégiens: http://prixlitterairedescollegiens.ca *

Alors, Le Poids de la Neige fait parti des meilleurs livres québécois de l’année selon le Devoir? Pardonnez-moi, mais j’en doute énormément. Le Poids de la Neige est un roman sans but ni histoire. Je déteste les histoires de survie et les environnements de huis-clos, en débutant j’avais donc un préjudice contre ce livre qui combine les deux. Le concept d’une personne se battant contre les éléments afin de survivre ne m’a jamais attiré, je trouve le concept trop simple et sans profondeur; une fois qu’on a lu une histoire du genre, on les a toutes lues. Le Poids de la Neige suivait cette tendance et n’avait rien de spécial, je pourrait même dire qu’il manquait beaucoup d’éléments afin de construire un récit satisfait. On ne connaissait rien des personnages, aucun passé sur lequel basé leur actions. Quelques vagues mentions à des événements, mais pas d’explications claires, on reste en surface. Nous n’en apprenons pas plus sur les personnages que ce qui est écrit sur la quatrième de couverture. De plus, l’élément dystopique n’était pas ressenti par les personnages. Ils vivent en marge de tout, donc rien d’intéressant se passe. Personne ne devient fou, il n’y a pas de «punch», les deux protagonistes restent dans leur petit monde isolé et attende le printemps faute de pouvoir faire autre chose. L’intrigue est fondamentalement ennuyante, les deux protagonistes sont contraints à rester chez eux à cause de la neige, les seuls moments d’«action» sont lorsqu’ils reçoivent de la visite de villageois qui leur amène de la nourriture ou du bois de chauffage. J’aimerais pouvoir dire que l’emprisonnement des personnages à créer une atmosphère pesante et angoissante, c’est probablement ce que les juges du concours ont perçus dans Le Poids de la Neige. Au début c’était le cas, le récit de l’accident d’auto qui paralyse le protagoniste est bien écrit et palpitant, cependant une fois avoir épuisée cette intrigue, le reste devient ennuyant et l’on cesse de ressentir l’atmosphère de survie. La psychologie des personnages ne changent pas vraiment à travers le roman: l’un veut retourner en ville, l’autre se remet d’une blessure grave. À force de lire l’histoire de personnages qui s’ennuie, on finit par s’ennuyer nous-même. J’ai même essayé de trouver un champs lexical de l’emprisonnement ou de la panique dans l’espoir de me tromper, sauf que je n’ai rien trouver de la sorte. Au moment ou j’écris cette chronique, j’ai fini le deuxième livre proposé dans le cadre du concours, Le Continent de Plastique, et je n’ai pas été impressionné. Il reste à voir pour les trois autres romans proposés, mais à date la selection de cette année manque de pertinence.

Si vous avez aimé (ou pas), vous aimerez:

Le Comte de Monte-Christo par Alexandre Dumas

Hatchet par Gary Paulsen

Mercure par Amélie Nothomb

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lilyanne 2018-02-17T21:06:58+01:00
Le Poids de la neige

Je suis perplexe face à ce livre. Je me demande ce que l'auteur cherche à transmettre.

Afficher en entier
Le Poids de la neige

Formidable lecture pleine de bijoux de références littéraires cachées. Avec une écriture tellement efficace, Guay-Poliquin signe ici un chef d'oeuvre où nous sommes prisonniers, en même temps que Matthias et que le narrateur, au creux de l'hiver.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NajaZi 2019-03-01T16:42:45+01:00
Le Poids de la neige

Apocalyptique et réaliste

De retour dans son village natale, un homme a un accident et se retrouve provisoirement handicapé.

Pendant ce temps, une chute de neige et une panne électrique coupe le village du reste du monde.

L'homme est confié à Matthias, un étranger également de passage qui désire repartir retrouver sa femme dès que possible.

Tous les deux sont prisonniers et isolés du village où il vont apprendre à cohabiter et se connaître.

Une histoire intemporelle d'amitié entre deux hommes que tout oppose.

A lire bien au chaud au coin du feu.

Afficher en entier

Dédicaces de Christian Guay-Poliquin
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Phébus : 1 livre

La peuplade : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode