Livres
472 831
Membres
445 895

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Cristina Rodríguez

74 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Julii 2012-11-18T11:27:27+01:00
de

Biographie

Cristina Rodriguez est scénariste et romancière. Historienne spécialiste du Haut-Empire, biographe de Caligula et de Néron, elle est l’auteur d’une centaine de nouvelles et d’une dizaine de romans dont une série policière aux éditions du Masque, Les Mystères de Pompéï, Meurtres sur le Palatin et L’Aphrodite profanée ; et de la série Les Feux d’Héphaïstos publiée sous le pseudonyme de Frédéric Neuwald chez Flammarion.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
31 lecteurs
Or
26 lecteurs
Argent
16 lecteurs
Bronze
9 lecteurs
Lu aussi
20 lecteurs
Envies
86 lecteurs
En train de lire
1 lecteurs
Pas apprécié
3 lecteurs
PAL
64 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.31/10
Nombre d'évaluations : 27

0 Citations 40 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Cristina Rodríguez

Sortie Poche France/Français : 2018-06-06

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Louisev 2016-03-13T17:17:01+01:00
L'Amazone du Taygète

Je ne peux pas dire que j'ai apprécié, ni détesté. J'ai bien aimé les personnages, en particulier Thyia. Le milieu historique m'a plu. Mais j'ai trouvé ça long, vraiment long. On se perd un peu avec le surplus de personnage et vers la dernière partie du livre, je ne cherchais qu'à terminer ce livre et à le refermer. Ce que j'ai réussi à faire en bâclant quelques passages.

Ce n'est pas un livre que je conseillerai, à part aux grands passionnés de Sparte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Louisev 2016-03-13T17:29:29+01:00
Thyia de Sparte

Je ne peux pas dire que j'ai apprécié, ni détesté. J'ai bien aimé les personnages, en particulier Thyia. Le milieu historique m'a plu. On apprend beaucoup sur le mode de vie des spartiates. Mais j'ai trouvé ça long, vraiment long. On se perd un peu avec le surplus de personnage et vers la dernière partie du livre, je ne cherchais qu'à terminer ce livre et à le refermer. Ce que j'ai réussi à faire en bâclant quelques passages.

Pourtant l'histoire était bien pensée, je pense qu'à partir de Spoiler(cliquez pour révéler)la disparition d'Anaxagore et Thyia qui le recherche partout je me suis lassée de l'histoire qui ne m'avait déjà pas tant transporté que ça.

Ce n'est pas un livre que je conseillerai, à part aux grands passionnés de Sparte.

Afficher en entier
L'Amazone du Taygète

Eh bien je n'ai pas aimé. Soporifique, lourd et...gonflant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PtitLoupe 2016-09-03T15:31:15+02:00
Le baiser du banni

Très bon roman sous la magnifique plume de Cristina Rodriguez.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Parthenia 2017-01-31T22:36:44+01:00
Meurtres sur le Palatin

J'ai été ravie de retrouver Kaeso et sa panthère Io, même si j'ai mis plus de temps que prévu pour me procurer ce 2ème tome, d'autant que le fait de savoir que mon chouchou serait quasi - voire totalement - absent ne m'y avait pas plus encouragé que cela !!^^

Or donc, après la chute de Séjan, Kaeso a retrouvé sa place au sein de la garde prétorienne dans la Ville éternelle. Adieu douce Campanie et milice dissipée...

Malgré sa réhabilitation, les ennemis de Kaeso n'ont pas pour autant disparu et les survivants des purges impériales œuvrent dans l'ombre pour se venger de lui... Mais l'attention du fringant centurion est bientôt accaparée par le meurtre d'un gladiateur. Son cadavre, retrouvé devant la demeure palatine du mystérieux oracle d'Apollon fraîchement débarqué de sa province, Apollonius, est affreusement mutilé, cependant, le meurtrier a pris le soin pieux de cacher sous sa langue l'obole à Charon. Peu après, un deuxième crime est commis selon le même mode opératoire mais sur la personne d'un sénateur romain, Publius, joueur invétéré et couvert de dettes. Les deux meurtres semblent liés et les investigations de notre prétorien préféré vont le conduire des riches demeures patriciennes aux tavernes de Subure et maisons de gladiateurs où des combats clandestins ont lieu, malgré l'interdiction qu'en a faite l'empereur Tibère...

Nous retrouvons ici certains personnages du tome 1 : Concordia, la cousine de Kaeso, toujours aussi éprise de lui et envahissante, Hildr, la mère du héros, princesse bructère méprisée par l'aristocratie romaine, Hod, le bel officier de la garde germanique, Ludius, le jeune aveugle dévoué de Pompéi qui a suivi Concordia jusqu'à Rome pour entrer à son service et Caligula, bien sûr, qui est devenu questeur et dont le nom est indirectement associé au réseau de paris clandestins...

Et ô joie ! ô surprise, Donar apparaît au tiers du livre, et le chapitre 5 lui est presque entièrement consacré... moi qui croyais que j'aurais dû attendre le tome 3 pour le retrouver... En outre, on en apprend davantage sur ses états d'âme et sa relation avec Néron, le frère de Caligula, dont il a reçu les derniers mots au moment de sa mort... autant vous dire que j'étais aux anges... Bref, poursuivons la présentation des protagonistes...

De nouveaux personnages apparaissent dont on devine que certains joueront un rôle au tome suivant : le mystérieux et séduisant oracle d'Apollon, Apollonius, et son impressionnant serviteur nubien Malah, Mnester, le touchant mime amant de Ludius, les parents de Concordia, Torquatus le père bienveillant et Marcia l'insupportable matrone affligée de snobisme...

Comme pour le tome précédent, j'ai trouvé que, même si l'enquête est au cœur de l'intrigue, sa résolution arrive finalement assez abruptement, avec des événements qui se précipitent vers la fin... Par contre, je ne m'attendais pas du tout à la scène finale qui semble appeler une suite...

Ce que j'ai le plus apprécié, c'est que l'auteure nous présente sans complaisance la société romaine et ses mœurs. D'ordinaire, les romans se déroulant dans la Rome antique traitent soit des gentils chrétiens persécutés sous le règne du méchant Néron (et franchement j'ai eu ma dose, même si ces dits romans étaient de qualité) soit à Pompéi durant l'éruption du Vésuve (et là aussi j'ai eu ma dose), et à chaque dans la soie et le confort des familles patriciennes ou impériales !!! Mais là, nous pénétrons également dans le quartier mal-famé de Subure où les conditions de vie sont très difficiles voire cruelles, que ce soit pour le petit peuple ou (et surtout) pour les esclaves, dont certains sont poussés à se prostituer par leur maître... C'était très appréciable que la voix soit donnée aux laissés-pour-compte ou parias de la société romaine. En outre, j'ai trouvé très intéressant le thème de ce tome, à savoir la corruption et les combats clandestins de gladiateurs avec leurs paris truqués...

Par contre, j'aurais quelque réserve à émettre : à de rares moments, l'abondance de dialogues m'a un peu gênée dans ma lecture, et parfois je ne savais plus qui parlait...

Pour conclure, une enquête captivante menée avec brio par notre fringant prétorien ! Le monde décrit par Cristina Rodríguez est violent (et pas seulement à cause des meurtres), mais les passages saupoudrés d'humour apportent une bienheureuse légèreté à la cruauté de certaines situations (la punition que Kaeso inflige à sa cousine et la déconvenue de l'artiste infatué dont il requiert les services m'ont fait mourir de rire) ! Encore une immersion très agréable et bien documentée dans cette Rome du Ier siècle de notre ère... J'en redemande !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Parthenia 2017-01-31T22:40:03+01:00
Les mystères de Pompéi

J'avais découvert l'auteure en 2004 avec Thyia de Sparte (que j'avais adoré), puis j'avais dévoré dans la foulée Moi, Sporus, prêtre et putain ainsi que Le César aux pieds nus. Malheureusement, j'avais un peu perdu de vue l'actualité littéraire de Cristina Rodríguez, et c'est Cassie qui m'a donné envie de me replonger dans son univers à travers son billet sur le couple inoubliable formé par Kaeso et sa panthère Io !

Or donc, Kaeso Concordianus Licinus vient de passer onze mois dans les geôles de Rome suite aux manigances de Séjan, préfet du prétoire. Spolié de ses biens, il est obligé d'accepter la charge de centurion de la milice à Pompéi grâce à l'intervention de Nerva, un ami de son défunt père. Ayant perdu tous ses appuis au sénat et à la cour en étant condamné, Kaeso ne peut faire la fine bouche, même si cette mutation est vécue comme une rétrogradation : non seulement, Pompéi est une ville réputée pour sa tranquillité (horreur absolue pour ce jeune officier de 30 ans impétueux !), mais les hommes qui composent sa troupe apparaissent comme un ramassis d'incapables, indisciplinés et crasseux !

A peine a-t-il installé sa mère Hildr chez dame Olconia, une amie de sa cousine Concordia (jeune mondaine romaine amoureuse de lui et décidée à l'épouser), qu'il est appelé sur les lieux d' un 1er meurtre, commis sur la personne de Syagros, un artisan talentueux mais alcoolique ; quelques heures plus tard un 2è corps est retrouvé dans la crypte du temple d'Isis.

Septimus, préfet de la ville, est convaincu qu'aucun lien ne réunit ces deux meurtres, mais lorsque Kaeso exhume une affaire de fausse monnaie de grande envergure survenant au moment où l'empire souffre de manque de liquidités, il ne fait plus aucun doute qu'un complot, mouillant de hauts personnages de l'empire, ne vise à déstabiliser le pouvoir.

Les meurtres s'enchaînent à un rythme effréné, une rumeur calomnieuse est répandue sur Kaeso visant à le décrédibiliser, sa mère, prêtresse et guérisseuse barbare, est jetée en prison sur une accusation de sorcellerie.

Bref, le ou les comploteurs mettent tout en oeuvre pour empêcher Kaeso de remonter jusqu'au cerveau de la conjuration !

Je dois avouer que ce n'est pas l'intrigue en elle-même qui m'a intéressée, n'étant pas familière du genre, mais cette immersion totale dans la Rome du Ier siècle de notre ère. L'auteure nous entraîne aussi bien dans les quartiers mal-famés de Pompéi que dans les villas des riches patriciens en des tableaux extrêmement vivants et réalistes, nous restituant non seulement les couleurs mais aussi les odeurs (et même les tics nerveux de démangeaison quand le héros a la malchance de croiser un personnage mangé par la vermine !^^).

En outre, Cristina Rodríguez nous offre une galerie de personnages variés et suffisamment caractérisés pour éveiller notre intérêt (voire notre attachement !).

Kaeso est un officier déchu et offensé dont la droiture et la loyauté lui ont attiré de puissants ennemis, et comme si cela ne suffisait pas, il doit tenir à distance sa jeune cousine Concordia aussi entreprenante à son égard qu'envahissante.

Sa mère Hildr est une princesse barbare méprisée par l'aristocratie pour ses origines mais d'une grande force de caractère.

Sa panthère apprivoisée Io se prend pour un chien quand elle ne fait pas fuir ses conquêtes potentielles par accès de jalousie !

Et même la milice dissipée nous révèle des personnages attachants dans leur genre : Marcus, le quadragénaire bedonnant mais fidèle, Ludius, le jeune aveugle dévoué, Castor et Pollux les jumeaux que leur nouveau chef n'arrive pas à différencier, le discret Aulus, le jeune esclave Alexis tombé sous le charme de son maître....

Mais personnellement, celui qui m'a le plus touchée est indéniablement Donar, le garde germain (que voulez-vous, je ne pouvais résister à un beau barbare chevelu) qui ne cesse pourtant durant tout le livre d'être malmené et ridiculisé par son maître Caligula ; le futur empereur est désormais menacé à cause son statut de dernier héritier potentiel de Tibère, son frère aîné Néro, qui était le meilleur ami de Kaeso, ayant été assassiné et son frère Drusus emprisonné. Dans ce tome, Caligula prête main forte à Kaeso pour déjouer le complot, et son caractère instable et dangereux commence à émerger.

J'aurais tout de même quelques réserves à émettre : je n'ai pas été convaincue par le rôle de médecin légiste endossé par Hildr, trop anachronique à mes yeux ; en outre, j'aurais aimé que certains éléments de l'intrigue afférents aux divers meurtres soient plus développés et expliqués.

Mais fait plus qu'appréciable, le lecteur est entraîné dans une Pompéi antique qui échappe à l'éruption du Vésuve (le dieu forgeron Vulcain qui loge en ses entrailles en soit remercié !)

Pour conclure, une enquête haletante menée tambour battant par un très fringant et très séduisant héros (même si mon coeur a craqué pour son alter ego germain, que j'espère d'ailleurs voir apparaître dans le prochain tome et d'une manière plus assidue), le tout saupoudré d'humour. Je suivrai les suites de ses aventures avec beaucoup de plaisir !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lunedy 2017-02-21T19:32:12+01:00
Accès refusé Erreur 403

Efficace et rythmé.

On ne s'ennuie pas devant, l'intrigue est bien développé et construite. L'auteur m'a surpris à plusieurs reprises même si je m'attendais à certains rebondissement. Les personnages sont très ambigu, bien construit et on entre facilement dans ce livre. Sans être un des " grands " du genre il fait parti de ceux qu'on lit avec plaisir.

Un bon moment en perspective.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Parthenia 2017-05-02T16:16:07+02:00
Thyia de Sparte

J'avais découvert Thyia de Sparte à sa sortie, en 2004. La première et la quatrième de couverture m'avaient enthousiasmée, aussi, avais-je aussitôt acheté le bouquin que j'avais dévoré en deux jours. Quand on est fan d'histoire ancienne, difficile de résister à une telle tentation, surtout quand l'intrigue se déroule dans la Grèce ancienne du Vème siècle avant notre ère, période pas très souvent abordée en littérature à l'époque de mon achat... L'immersion avait été totale et le personnage d'Anaxagore juste "Rhââ lovely" !!!( En plus c'est un chevelu, que demander de plus ?...).

Du coup, quand ma binômette Cassie m'a proposée une lecture commune ai-je accepté avec un immense plaisir... d'autant que cela faisait des années que je ne l'avais pas relu (oui, j'adore lire et relire et re-relire les livres qui m'ont marquée, et celui-ci faisait parti de mes livres-doudou, avec Les Enfants de la Terre d' Auel).

J'ai donc savouré cette relecture. J'adore toujours autant le foisonnement de détails historiques qui s'intègrent parfaitement à l'histoire, nous immergeant complètement à cette époque lointaine, et ce, sans aucune lourdeur...

Et j'ai bien sûr à nouveau succombé pour la belle brute blonde ! Comment résister à ce personnage fascinant et mystérieux ? Et pourtant, au début, le portrait qu'en donne l'héroïne n'est pas vraiment flatteur. Le lecteur est en effet tributaire de la vision toute personnelle que Thyia porte sur l'orgueilleux guerrier spartiate, qu'elle juge arriviste, violent et auquel elle ne pardonne pas l'influence néfaste qu'il semble exercer sur Brasidas, son frère chéri.

Des circonstances dramatiques vont pousser la jeune fille à entrer sous une fausse identité au service d'Anaxagore pour mieux l'approcher et s'en venger. Or, au contact de son nouveau maître et de ses familiers, elle va aller de cruelles désillusions en révélations fracassantes, qui vont ébranler profondément ses préjugés.

C'était absolument passionnant de découvrir la personnalité du Spartiate en même temps que sa plus fervente ennemie. Des pans de son passé et de ses rêves brisés nous sont révélés, le rendant terriblement attachant.

Par contre, j'ai trouvé quelques longueurs dans la deuxième partie du roman, quand Anaxagore est enlevé et que ses amis se lancent à sa recherche. J'avais l'impression que tout s'enchaînait trop vite, rendant invraisemblables certaines situations !

Pour conclure, un roman palpitant qui nous transporte littéralement dans cette Sparte de l'Antiquité. A condition d'accepter le postulat de départ : une jeune fille travestie en homme arrive à vivre parmi des guerriers en jupette sans se faire démasquer (cela aurait été plus logique, vu l'époque et l'éducation spartiate, que le rôle de Thyia soit tenu par un jeune homme !). Personnellement, j'y ai adhéré sans conteste. Les personnages principaux comme secondaires ont tous quelque chose d'intéressant à montrer. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié Herpys et Méandre, deux protagonistes atypiques et attachants.

Bref, une relecture délicieuse. Et franchement, cet Anaxagore, quel homme !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par choupie-s 2017-07-25T19:18:00+02:00
Le baiser du banni

http://www.bookkyuden.com/pages/la-bibliotheque/les-livres/titre/a-d/a-b/le-baiser-du-banni.html

Le Baiser du banni est une belle déception. Le sympathique style de l’auteur sert davantage à montrer une richesse culturelle indéniable qu’à servir une intrigue digne de ce nom. L’histoire possède des fondements plus qu’intéressants, mais qui sont négligés au profit de différents départs de feu, dispatchés un peu partout dans le livre. La cohérence n’est due qu’au fait de servir une histoire qui doit avoir une fin. Mais, répondre à toutes les questions ne suffit pas à rattraper les trop nombreux faux pas.

L’univers n’encadre aucunement l’intrigue à la dérive, ses éléments ayant été soudés avec un ciment de mauvaise qualité.

Les personnages, avec un grand potentiel attractif, ne peuvent pas tout rattraper non plus. D’autant qu’on ne leur donne pas toutes les cartes pour qu’ils puissent s’épanouir pleinement.

Les bases étaient très bonnes ; mais, mal construites, elles ont fait pencher l’ouvrage aussi surement que la tour de Pise n’est pas perpendiculaire au sol sur lequel elle a été construite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Carine28 2018-06-11T20:38:55+02:00
Accès refusé Erreur 403

J'ai tout simplement adoré. L'intrigue va crescendo, les rebondissements rythment la lecture et à aucun moment on ne s'ennuie. Dire que ce livre dormait dans ma PAL depuis plus d'un an. Livre à recommander sans problème.

Afficher en entier

Dédicaces de Cristina Rodríguez
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Éditions du Masque : 5 livres

Flammarion : 2 livres

Convergence : 1 livre

Le Pré aux Clercs : 1 livre

CN éditions : 1 livre

Independently published : 1 livre

Amazon Publishing : 1 livre

Calmann-Lévy : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode