Livres
505 857
Membres
513 698

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Dan Abnett

339 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

Biographie

Dan Abnett vit et travaille à Maidstone, dans le Kent, en Angleterre, et a touché à tout durant la dernière décennie, des X-Men à Batman, aux Monsieur Bonhomme. Plus connu pour ses travaux dans le milieu du comics américain, il scénarise actuellement la Légion des Super-héros et Superman pour DC Comics, ainsi que Sinister Dexter et les VCs pour 2000 AD. Ses œuvres pour la Bibliothèque Interdite incluent la série à succès des Fantômes de Gaunt, Les Cavaliers de la Mort, Malus Darkblade, L’Ascension d’Horus, Eisenhorn et la trilogie Ravenor. Rien ne semble pouvoir l’arrêter.

source: http://www.bibliothequeinterdite.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=78&Itemid=79&8dde91cb307fd43a8a7ce6dafcb9721f=5388d4bd64cddd0f91ab1bb6ea657306

Afficher en entier

Livres de Dan Abnett

Classement dans les bibliothèques

Diamant
305 lecteurs
Or
440 lecteurs
Argent
311 lecteurs
Bronze
91 lecteurs
Lu aussi
195 lecteurs
Envies
367 lecteurs
En train de lire
24 lecteurs
Pas apprécié
6 lecteurs
PAL
303 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.5/10
Nombre d'évaluations : 241

0 Citations 123 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Dan Abnett

Sortie Poche France/Français : 2018-09-20

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T13:52:05+01:00
Titanicus

Après s'être attaqué aux hommes de l'univers WH40K (Les Fantômes de Gaunt depuis 1999), aux machines volantes (Double eagle en 2004) puis aux Space Marines, surhommes génétiquement modifiés (Les Frères du Serpent en 2007), Abnett s'intéresse aux plus puissantes machines terrestres du Mechanicus : les titans. Gigantesques machines bipèdes de 25 à 200 mètres de haut selon la classe et armées en conséquence.

49 machines de la légion Invicta vont se joindre à la guerre sur le monde forge d'Oreste, en renfort d'une légio tempestus mise à mal par les titans du chaos et les légions d'Urlock Gaur. Une guerre titanesque, une collaboration pluri-millénaires entre l'Imperium et les adeptes de Mars qui risque d'être mise à mal à cause de "révélations" sur L'Empereur Dieu.

On notera comme petite originalité, les numéros de chapitres en binaire.

On en apprend beaucoup dans ce roman sur les titans que l'on retrouve un peu partout dans les oeuvres de WH40K (notamment Déluge d'acier de McNeill) et Abnett n'a pas fait l'erreur de concentrer son propos uniquement sur les machines et les hommes modifiés mécaniquement et informatiquement qui les contrôlent. C'est aussi une histoire d'hommes et de femmes qui se battent.

Mais hélas, à mon sens, l'auteur est beaucoup plus habile avec les hommes qu'avec les machines (à l'exception faite de Double Eagle, mais là encore, c'était le pilote et donc l'Homme le sujet). Beaucoup de passages techniques, des serviteurs qui loguent en binaire, cela fait très mécanique, mais cela perd en fluidité.

De plus le roman fait près de 600 pages contre environ 400 dans le format habituel des oeuvres Warhammer et je lui ai trouvé des longueurs.

Je suis un grand fan d'Abnett et sa série Les Fantômes de Gaunt et ses romans dérivés que j'adore n'a plus de secret pour moi, mais j'avoue avoir été un peu déçu par cet opus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T13:53:07+01:00
Les Frères du Serpent

Premier roman et one shot sur les Space Marines de l'auteur, plus habitué à la garde impériale avec Les Fantômes de Gaunt.

Le roman consiste en une réutilisation de quelques nouvelles (que l'auteur a remanié pour cette compilation) déjà parues dans la presse spécialisée de l'univers WH 40K. Il met en scène les Iron Snakes et tout particulièrement l'escouade Damocles dont le chef est le sergent Priad.

L'oeuvre est composée des nouvelles suivantes :

1) Aube grise, mission sur Baal Solock : Les primuls (les eldars noirs) ont débarqué sur Baal Solock et les habitants appellent les Iron Snakes à l'aide. Seul Priad est envoyé et il fera rapidement montre de ses qualités exceptionnelles sur cette planète un peu arriérée.

2) Or noir, mission sur Rosetta où toute l'escouade (10 hommes) est envoyée pour rétablir l'approvisionnement défectueux d'une centrale à pétrole. En treize minutes ils auront tués 311 ennemis sans compter quelques Space Marines du Chaos contre seulement trois des leurs. Une victoire qui leur aura coûté cher.

3) Fièvre immaculée, mission sur Eidon où 300.000 hommes de la garde ont failli à la reconquête de la planète contre les Eldars noirs. Six escouades (60 hommes) sont envoyées en renfort, dont Damoclès, qui aura fort à faire.

4) Déluge écarlate, mission sur Cérès où l'escouade Damoclès se trouve confrontée aux forces du Chaos, trop forte partie ?

5) Sillage pourpre Ithaka, retour sur la planète mère des Iron Snakes. Moins de combat et un faux air de Dune et ses fameux vers.

6) Sang bleu sur Iorgu, un remake pur et simple de Nightbringer de G. Mc Neill.

Et enfin la septième et dernière nouvelle (peaux-vertes, mission sur Ganahearak) qui est presque aussi volumineuse que les six autres réunies où pas moins de 25 escouades (presque du jamais vu) d'Iron Snakes sont envoyées combattre les Orks. Mais ces derniers sont des millions. Est-ce que cette fois-ci , la seule force brute des Space Marines sera suffisante ? Faudra-t-il ajouter un peu de cervelle aux combats ?

L'ensemble forme un tout cohérent. Certaines nouvelles manquent un peu de profondeur, voire sont très lapidaires, mais cette cohérence, sur l'évolution de carrière de Priad, les références à ce qui s'est passé dans les précédentes aventures en font une oeuvre aboutie.

L'avantage du format nouvelle est que l'on est rapidement dans l'action, avec force de descriptions détaillées qui nous donnent l'impression d'y être.

Dan Abnett reste, sans conteste, mon auteur préféré dans la collection Warhammer 40.000.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T13:54:56+01:00
Eisenhorn, tome 3 : Hereticus

Un final explosif pour cet ultime tome de la série Gregor Eisenhorn Inquisiteur de l'Empereur-Dieu de l'humanité.

Des années ont passé depuis la disgrâce et la réhabilitation d'Eisenhorn. Ce dernier est devenu un radical pur jus, n'hésitant plus à se servir des forces du Chaos pour parvenir à ses fins, qui restent encore, faut-il s'en convaincre, la sauvegarde de l'humanité.

Mais quand la quasi-totalité de son équipe est annihilée par un ennemi des plus redoutable surgi du passé, Gregor devra aller jusqu'au bout de lui-même, et la frontière est mince entre son salut et la dangereuse tentation de l'hérésie.

Chocs, retournement de situation, rebondissements et pas de quartier prévient l'auteur dans sa préface.

Dans ce retour aux sources, le chasseur devient gibier. Mais quoi de plus dangereux qu'un animal traqué qui n'a plus rien à perdre. Poursuivi, mais poursuivant son but ultime, notre Inquisiteur ira jusqu'à sacrifier ses amis pour l'atteindre.

Abnett déroule son histoire pour notre plus grand plaisir, dans son style toujours aussi précis et incisif. Ses scènes d'action sont un régal et il n'en n'oublie pas pour autant la dimension psychologique des ses personnages.

Oui, la fin justifie les moyens.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T13:56:10+01:00
Eisenhorn, tome 2 : Malleus

On prend le même et on recommence pour ce second tome de la trilogie d'Eisenhorn, inquisiteur de l'Empereur-Dieu de l'humanité.

Près d'un siècle après le premier tome (les hommes peuvent vivre longtemps dans l'univers Wh40k s'ils ne se font pas buter par leurs nombreux ennemis ). Notre héros repart en chasse. Sa proie, sa Némésis, Chérubaël le possédé et son maître qui l'a invoqué. Mais histoire de corser l'affaire, Gregor est taxé d'hérésie et est poursuivi par son propre ordre.

Que dire de ce tome si ce n'est on prend le même et on recommence. Peut être un peu plus sombre et plus lent que le premier, il reste toujours saupoudré d'une bonne dose d'action et rempli parfaitement sa fonction de divertissement musclé malgré des personnages toujours monolithiques.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T13:57:21+01:00
Triumff, Héros de Sa Majesté

Abracadabrantesquement réussi.

Dans une uchronie un peu particulière où le monde a, à la renaissance, découvert ou redécouvert la magye, une croix sur laquelle cette civilisation semble avoir sacrifié son progrès culturel et technologique, bloquée à l'époque élisabéthaine dans une alliance anglo-espagnole qui domine le monde, mais où l'on vient juste de découvrir l'Australie.

Triumff héros de sa majesté, se retrouve mêlé à un complot visant à déstabiliser le monde tel qu'il est. D'autres acteurs viendront mettre leur grain de sel, avec plus ou moins de bonheur.

De la truculence, de la dérision et un humour à la limite du loufoque, dans l'excès et la démesure tout en réussissant l'exploit de la maîtrise de son texte et de ses personnages, le tout sans sacrifier la dimension épique de l'histoire.

C'est original, puissant, drôle, distrayant au possible, mais néanmoins non exempt de défauts, comme un début un peu nébuleux ou des pans de l'histoire insuffisamment exploités (Australie, régime politique).

Mais ne boudons pas notre plaisir. Une fantasy à lire impérativement.

Afficher en entier
L'hérésie d'Horus, tome 7 : Légion

Alpha Légion et Chiliade 52 pour ce septième roman de L'Hérésie d'Horus et retour de l'auteur vedette de la licence.

La garde impériale et notamment la chiliade 52 est engluée dans une campagne de pacification sur Nurth qui utilise les pouvoirs du Chaos pour résister. L'Alpha Légion arrive à la rescousse, une légion jeune mais retorse, utilisant l'espionnage et autres tactiques barbouzardes y compris au sein de la garde. Mais qui a réellement appelé L'Alpha Légion ? La Cabale, un groupement Xénos plus ancien même que l'humanité, possédant lui aussi des espions, capable de monter des plans sur des décennies et dont l'objectif final est l'anéantissement de l'annihilateur primordial (le Chaos).

L'action se situe un peu avant L'Hérésie d'Horus et on y découvrira le pourquoi du ralliement de l'Alpha Légion au chaos. Pour la première fois dans la série, ce ne sont pas les Marines qui sont au centre du roman mais la garde impériale (Abnett aime bien les hommes (voir les fantômes de Gaunt) et moi aussi).

La structure de la Chiliade est très intéressante, même si, comme à son habitude, Abnett nous plonge dans son univers, directement dans le grand bain et sans brassards, et il faut avouer qu'on rame (on coule presque même) les 50 premières pages.

Quelques personnages comme John Grammaticus, espion de la Cabale, sont soignés, mais d'autres auraient mérité un développement plus complet, notamment au sein de la Chiliade.

Il faut aimer le style d'Abnett dans l'univers Wh 40k, souvent un peu aride, pas avare de détails mais parfois brouillon et pour connaisseurs. D'un autre côté, arriver au tome 7 de la série permet de se forger une petite culture Warhammerienne non ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T14:12:21+01:00
Zone de guerre

La colonie 86 est un monde perdu dans l'espace.

Lex Falk, reporter de guerre fraîchement débarqué, cherche à dénicher un scoop capable de relancer sa carrière. Il décide donc d'expérimenter une nouvelle technologie qui lui permet d'être directement connecté au cerveau d'un soldat sur la ligne de front. Là, il découvre toute la vérité sur le conflit... Et ce n'est pas la version officielle. Jusqu'où ira Falk pour dévoiler l'affaire au grand jour ?

J'ai connu Dan abnett grâce à l'univers WH40K et Un Omnibus des Fantômes de Gaunt, Cycle 1 : la Fondation (Intégrale T1 à T3). Un style précis, fouillé, réaliste.

Zone de guerre n'échappe pas à cette précision.

Un début un peu long (mais plaisant), d'une centaine de pages ou tout commence par un journaliste dont on ne sait rien, sauf que c'est un bon, débarqué sur une planète dirigée par des entreprises et/ou des organismes officiels dont on ne connaît que le nom.

Une trouvaille : le patch linguistique bipeur qui remplace les mots orduriers par un nom de marque déposée (assez original).

Puis le rythme s'accélère après l'immersion de Falk et son départ sur le TOE. Un premier engagement criant de réalité, très immersif, on s'y croirait. Si l'univers dans lequel évoluent les personnages n'est pas ou peu évoqué, Dan Abnett n'est pas avare dans les descriptions des scènes jouées.

Au final, un roman, qu'on aurait presque pu situer sur terre dans un futur proche (pour la technologie de transfert de conscience), simple, facile à lire mais assez prenant et immersif.

Un bon moment de distraction...

Afficher en entier
Les fantômes de Gaunt, Anthologie : Les Mondes de Sabbat

Une plongée dans l'univers WH40K à la sauce Abnett.

Avant toute chose, rendons à César ce qui appartient à César. Les Mondes de Sabbat est un recueil de 8 nouvelles écrites par 7 auteurs différents dont Dan Abnett qui préface l'ouvrage et présente rapidement chaque nouvelle et auteur.

Bien que paru avant Seule la mort (En France pour des problèmes de droit), il devrait être lu après.

On notera que Gaunt n'apparaît que dans les nouvelles d'Abnett. Les autres, sans rapport entre elles font intervenir d'autres personnages. Les mondes de sabbat (inventés par Dan Abnett dans l'univers de WH40K pour Gaunt et ses fantômes) se compose donc de :

Le credo de l'apôtre par Graham McNeill où l'on suit une escadrille d'élite tirée de Double eagle. Excellent. Abnett n'avait pas fait mieux dans son livre.

La pierre tombale et les rois de pierre de Matthew Farrer, où l'auteur s'intéresse aux machines de malheur employées par Asphodel l'Héritier dans nombre d'histoires des Fantômes de Gaunt et notamment dans Necropolis. Une nouvelle un peu brouillonne que je n'ai pas aimée.

Régicide de Aaron Dembski-Bowden, un addendum passionnant à l'histoire du maître de guerre Slaydo et aux révélations qui doivent être faites dans « le pacte du sang » (dernier fantôme de Gaunt devant paraître en france en avril 2013).

L'étoile de fer d'Abnett où ce qui arrive après le dernier carré de Seule la mort (d'où l'intérêt de le lire avant). Un bon moment.

Cellule par Nik Vincent où le thème de l'occupation (notamment développé dans le cycle des égarés et son premier tome : le traître. On n'est pas sur Géréon et j'ai trouvé cette nouvelle sans intérêt.

Sang bleu par Nikc Kyme où l'on retrouve le 50ième Volponiens, fameuse épine dans le pied de Gaunt dans les premiers tomes de la sage. Un très bon moment passé avec ces hommes.

Quelqu'un de bien par Sandy Mitchell où l'altrisme soumis à condition. Une petite et sympathique enquête policière dans les ruines de vervun après l'attaque des Ferrozoïcan (voire Necropolis).

Et enfin : de Leur Vie Dans les Ruines de Leur Cité par Abnett. Une histoire dans la continuité des Fantômes de Gaunt dont L'auteur lui-même n'a rien voulu dire dans sa préface. J'en ferai donc de même sauf pour vous dire qu'elle est de qualité.

6 nouvelles appréciées sur 8. Un bon score pour ce recueil qui mérite toute notre attention.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jukebox_fr 2020-02-10T14:09:28+01:00
Eisenhorn, tome 2 : Malleus

Un second tome qui est dans la lignée du premier avec sa surenchère de vocabulaire inventé très science-fiction, qui ponctue chaque phrase et n'apporte pas grand chose, si ce n'est un peu plus de lourdeur à un style qui n'est pas franchement agréable de base (longues descriptions barbantes, écriture de type compte rendu/rapport de mission).

Je ne me suis pas attachée aux personnages. Alors qu'ils meurent, soient mutilés ou virent carrément méchants, ne m'a fait ni chaud ni froid.

En plus, l'auteur a le bon goût de nous dire dans la préface ce qu'il va faire dans son tome. Au temps pour la surprise et le suspense !

Bref, je me demande activement si ça vaut la peine de pousser jusqu'au troisième et dernier tome de cette trilogie qui tente d'endormir le cerveau de son lecteur à coup d'action effrennée et d'abus de pisto-laser...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-03-29T09:41:34+02:00
Les Cavaliers de la Mort

Violent, sanglant, prenant

Deux soldats de l'Empire. Deux destins. Après une première bataille, que dis-je, un premier massacre. L'un est fait prisonnier et s'élève parmi les forces du Chaos, le second rejoint les forces locales kislevsites, des cavaliers émérites.

L'univers de Warhammer. (Pas celui de Wh 40K). Un univers qu'on devine dense et riche. Mélange de High, Dark et Flintock Fantasy. Où Humains, elfes, nains côtoient allègrement orques gobelins et forces du Chaos.

L'auteur ne nous fait pas l'histoire de l'univers, censé être connu, mais qu'importe. L'immersion se fait très facilement. Au plus simple : les barbares du Nord, les forces du Chaos, attaquent l'Empire, au sud. (C'est marrant, comme c'est toujours le nord les méchants hein ? ).

Le roman est assez dense, (car court) et alterne la vie au sein des forces barbares et celle des cavaliers de la mort.

D'un personnage un peu pénible au début, on fera un guerrier. D'un personnage plus sympathique, on fera une descente aux enfers.

Aucun temps mort. de l'action savamment distillée et un excellent moment de lecture.

Afficher en entier

Dédicaces de Dan Abnett
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Black Library France : 35 livres

Bibliothèque interdite : 24 livres

panini comics : 12 livres

Urban Comics : 11 livres

Soleil : 2 livres

Panini : 1 livre

Hachette Romans : 1 livre

Black Library : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array