Livres
554 655
Membres
599 807

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Dan Abnett

Auteur

368 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

Biographie

Dan Abnett vit et travaille à Maidstone, dans le Kent, en Angleterre, et a touché à tout durant la dernière décennie, des X-Men à Batman, aux Monsieur Bonhomme. Plus connu pour ses travaux dans le milieu du comics américain, il scénarise actuellement la Légion des Super-héros et Superman pour DC Comics, ainsi que Sinister Dexter et les VCs pour 2000 AD. Ses œuvres pour la Bibliothèque Interdite incluent la série à succès des Fantômes de Gaunt, Les Cavaliers de la Mort, Malus Darkblade, L’Ascension d’Horus, Eisenhorn et la trilogie Ravenor. Rien ne semble pouvoir l’arrêter.

source: http://www.bibliothequeinterdite.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=78&Itemid=79&8dde91cb307fd43a8a7ce6dafcb9721f=5388d4bd64cddd0f91ab1bb6ea657306

Afficher en entier

Livres de Dan Abnett

Classement dans les bibliothèques

Diamant
330 lecteurs
Or
471 lecteurs
Argent
335 lecteurs
Bronze
96 lecteurs
Lu aussi
213 lecteurs
Envies
374 lecteurs
En train de lire
25 lecteurs
Pas apprécié
7 lecteurs
PAL
333 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.54/10
Nombre d'évaluations : 270

0 Citations 127 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Dan Abnett

Sortie France/Français : 2021-06-04

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T13:57:21+01:00
Triumff, Héros de Sa Majesté

Abracadabrantesquement réussi.

Dans une uchronie un peu particulière où le monde a, à la renaissance, découvert ou redécouvert la magye, une croix sur laquelle cette civilisation semble avoir sacrifié son progrès culturel et technologique, bloquée à l'époque élisabéthaine dans une alliance anglo-espagnole qui domine le monde, mais où l'on vient juste de découvrir l'Australie.

Triumff héros de sa majesté, se retrouve mêlé à un complot visant à déstabiliser le monde tel qu'il est. D'autres acteurs viendront mettre leur grain de sel, avec plus ou moins de bonheur.

De la truculence, de la dérision et un humour à la limite du loufoque, dans l'excès et la démesure tout en réussissant l'exploit de la maîtrise de son texte et de ses personnages, le tout sans sacrifier la dimension épique de l'histoire.

C'est original, puissant, drôle, distrayant au possible, mais néanmoins non exempt de défauts, comme un début un peu nébuleux ou des pans de l'histoire insuffisamment exploités (Australie, régime politique).

Mais ne boudons pas notre plaisir. Une fantasy à lire impérativement.

Afficher en entier
L'hérésie d'Horus, tome 7 : Légion

Alpha Légion et Chiliade 52 pour ce septième roman de L'Hérésie d'Horus et retour de l'auteur vedette de la licence.

La garde impériale et notamment la chiliade 52 est engluée dans une campagne de pacification sur Nurth qui utilise les pouvoirs du Chaos pour résister. L'Alpha Légion arrive à la rescousse, une légion jeune mais retorse, utilisant l'espionnage et autres tactiques barbouzardes y compris au sein de la garde. Mais qui a réellement appelé L'Alpha Légion ? La Cabale, un groupement Xénos plus ancien même que l'humanité, possédant lui aussi des espions, capable de monter des plans sur des décennies et dont l'objectif final est l'anéantissement de l'annihilateur primordial (le Chaos).

L'action se situe un peu avant L'Hérésie d'Horus et on y découvrira le pourquoi du ralliement de l'Alpha Légion au chaos. Pour la première fois dans la série, ce ne sont pas les Marines qui sont au centre du roman mais la garde impériale (Abnett aime bien les hommes (voir les fantômes de Gaunt) et moi aussi).

La structure de la Chiliade est très intéressante, même si, comme à son habitude, Abnett nous plonge dans son univers, directement dans le grand bain et sans brassards, et il faut avouer qu'on rame (on coule presque même) les 50 premières pages.

Quelques personnages comme John Grammaticus, espion de la Cabale, sont soignés, mais d'autres auraient mérité un développement plus complet, notamment au sein de la Chiliade.

Il faut aimer le style d'Abnett dans l'univers Wh 40k, souvent un peu aride, pas avare de détails mais parfois brouillon et pour connaisseurs. D'un autre côté, arriver au tome 7 de la série permet de se forger une petite culture Warhammerienne non ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-01T14:12:21+01:00
Zone de guerre

La colonie 86 est un monde perdu dans l'espace.

Lex Falk, reporter de guerre fraîchement débarqué, cherche à dénicher un scoop capable de relancer sa carrière. Il décide donc d'expérimenter une nouvelle technologie qui lui permet d'être directement connecté au cerveau d'un soldat sur la ligne de front. Là, il découvre toute la vérité sur le conflit... Et ce n'est pas la version officielle. Jusqu'où ira Falk pour dévoiler l'affaire au grand jour ?

J'ai connu Dan abnett grâce à l'univers WH40K et Un Omnibus des Fantômes de Gaunt, Cycle 1 : la Fondation (Intégrale T1 à T3). Un style précis, fouillé, réaliste.

Zone de guerre n'échappe pas à cette précision.

Un début un peu long (mais plaisant), d'une centaine de pages ou tout commence par un journaliste dont on ne sait rien, sauf que c'est un bon, débarqué sur une planète dirigée par des entreprises et/ou des organismes officiels dont on ne connaît que le nom.

Une trouvaille : le patch linguistique bipeur qui remplace les mots orduriers par un nom de marque déposée (assez original).

Puis le rythme s'accélère après l'immersion de Falk et son départ sur le TOE. Un premier engagement criant de réalité, très immersif, on s'y croirait. Si l'univers dans lequel évoluent les personnages n'est pas ou peu évoqué, Dan Abnett n'est pas avare dans les descriptions des scènes jouées.

Au final, un roman, qu'on aurait presque pu situer sur terre dans un futur proche (pour la technologie de transfert de conscience), simple, facile à lire mais assez prenant et immersif.

Un bon moment de distraction...

Afficher en entier
Les fantômes de Gaunt, Anthologie : Les Mondes de Sabbat

Une plongée dans l'univers WH40K à la sauce Abnett.

Avant toute chose, rendons à César ce qui appartient à César. Les Mondes de Sabbat est un recueil de 8 nouvelles écrites par 7 auteurs différents dont Dan Abnett qui préface l'ouvrage et présente rapidement chaque nouvelle et auteur.

Bien que paru avant Seule la mort (En France pour des problèmes de droit), il devrait être lu après.

On notera que Gaunt n'apparaît que dans les nouvelles d'Abnett. Les autres, sans rapport entre elles font intervenir d'autres personnages. Les mondes de sabbat (inventés par Dan Abnett dans l'univers de WH40K pour Gaunt et ses fantômes) se compose donc de :

Le credo de l'apôtre par Graham McNeill où l'on suit une escadrille d'élite tirée de Double eagle. Excellent. Abnett n'avait pas fait mieux dans son livre.

La pierre tombale et les rois de pierre de Matthew Farrer, où l'auteur s'intéresse aux machines de malheur employées par Asphodel l'Héritier dans nombre d'histoires des Fantômes de Gaunt et notamment dans Necropolis. Une nouvelle un peu brouillonne que je n'ai pas aimée.

Régicide de Aaron Dembski-Bowden, un addendum passionnant à l'histoire du maître de guerre Slaydo et aux révélations qui doivent être faites dans « le pacte du sang » (dernier fantôme de Gaunt devant paraître en france en avril 2013).

L'étoile de fer d'Abnett où ce qui arrive après le dernier carré de Seule la mort (d'où l'intérêt de le lire avant). Un bon moment.

Cellule par Nik Vincent où le thème de l'occupation (notamment développé dans le cycle des égarés et son premier tome : le traître. On n'est pas sur Géréon et j'ai trouvé cette nouvelle sans intérêt.

Sang bleu par Nikc Kyme où l'on retrouve le 50ième Volponiens, fameuse épine dans le pied de Gaunt dans les premiers tomes de la sage. Un très bon moment passé avec ces hommes.

Quelqu'un de bien par Sandy Mitchell où l'altrisme soumis à condition. Une petite et sympathique enquête policière dans les ruines de vervun après l'attaque des Ferrozoïcan (voire Necropolis).

Et enfin : de Leur Vie Dans les Ruines de Leur Cité par Abnett. Une histoire dans la continuité des Fantômes de Gaunt dont L'auteur lui-même n'a rien voulu dire dans sa préface. J'en ferai donc de même sauf pour vous dire qu'elle est de qualité.

6 nouvelles appréciées sur 8. Un bon score pour ce recueil qui mérite toute notre attention.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jukebox_fr 2020-02-10T14:09:28+01:00
Eisenhorn, tome 2 : Malleus

Un second tome qui est dans la lignée du premier avec sa surenchère de vocabulaire inventé très science-fiction, qui ponctue chaque phrase et n'apporte pas grand chose, si ce n'est un peu plus de lourdeur à un style qui n'est pas franchement agréable de base (longues descriptions barbantes, écriture de type compte rendu/rapport de mission).

Je ne me suis pas attachée aux personnages. Alors qu'ils meurent, soient mutilés ou virent carrément méchants, ne m'a fait ni chaud ni froid.

En plus, l'auteur a le bon goût de nous dire dans la préface ce qu'il va faire dans son tome. Au temps pour la surprise et le suspense !

Bref, je me demande activement si ça vaut la peine de pousser jusqu'au troisième et dernier tome de cette trilogie qui tente d'endormir le cerveau de son lecteur à coup d'action effrennée et d'abus de pisto-laser...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-03-29T09:41:34+02:00
Les Cavaliers de la Mort

Violent, sanglant, prenant

Deux soldats de l'Empire. Deux destins. Après une première bataille, que dis-je, un premier massacre. L'un est fait prisonnier et s'élève parmi les forces du Chaos, le second rejoint les forces locales kislevsites, des cavaliers émérites.

L'univers de Warhammer. (Pas celui de Wh 40K). Un univers qu'on devine dense et riche. Mélange de High, Dark et Flintock Fantasy. Où Humains, elfes, nains côtoient allègrement orques gobelins et forces du Chaos.

L'auteur ne nous fait pas l'histoire de l'univers, censé être connu, mais qu'importe. L'immersion se fait très facilement. Au plus simple : les barbares du Nord, les forces du Chaos, attaquent l'Empire, au sud. (C'est marrant, comme c'est toujours le nord les méchants hein ? ).

Le roman est assez dense, (car court) et alterne la vie au sein des forces barbares et celle des cavaliers de la mort.

D'un personnage un peu pénible au début, on fera un guerrier. D'un personnage plus sympathique, on fera une descente aux enfers.

Aucun temps mort. de l'action savamment distillée et un excellent moment de lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LSGI 2020-04-01T20:04:06+02:00
New Justice, Tome 2 : Terre Noyée

Tout comme précédemment j'ai été totalement happée par l'histoire. Les dessins sont magnifiques. Le scénario l'est tout autant. J'ai aimé qu'on se concentre sur Aquaman et Wonder Woman d'un côté et de l'autre les autres. Un superbe tome qui donne envie de lire le suivant !

Afficher en entier
Tomb raider : Les Dix Mille Immortels

Replaçons nous dans le contexte, Lara revient de l’île japonaise Yamatai avec ses amis Jonah et Sam (le reste de l’équipage étant décédé, notamment son père spirituel), détruite émotionnellement et psychologiquement par cette épreuve, qui commence à la changer, elle revient à Londres où elle loge désormais dans un appartement. Le livre démarre bien en résumant, au travers d’une crise d’anxiété de Lara, le premier jeu Tomb Raider et ses enjeux en 2 pages, de quoi ne pas dérouter les lecteurs n’ayant pas joué au jeu équivalent (même si cela reste recommander pour mieux saisir les événements qui vont suivre).

Encore une fois, Lara va devoir sauver son amie Sam, qui subie les séquelles de Yamatai, au travers d’une course folle à travers le monde et de trahison. Je ne veux pas vous spoiler donc je n’en dirais pas plus !

Chronique complète : https://sunread26.wordpress.com/2020/06/28/tomb-raider-les-dix-mille-immortels/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wyllialeviosa 2020-08-14T13:33:58+02:00
Ruines : Démons intérieurs

Ce fut globalement une bonne lecture, même si j'ai trouvé les épisodes de Tales of Marvels plutôt légers scénaristiquement parlant, l'écriture elle était agréable et les dessins élaborés et colorés.

Ce qui m'a fait complètement craquée en revanche, fut les deux épisodes de Ruins, l'écriture de Warren Ellis est sans contexte la plus belle qui soit, à mon sens, et le trait de Terese Nielsen est juste sublime, noir, arrogant, déroutant même, mais une chose est sûre vous n'en sortirez pas indemne !

Afficher en entier
L'Hérésie d'Horus, tome 1 : L'Ascension d'Horus

Une lecture mitigée, mais qui évolue bien. En fait le point qui m’a vraiment gêné au début de ce premier tome est le fait qu’on suivre un empire totalitaire. J’avais vraiment du mal à m’identifier aux personnages ou à avoir envie de les suivre, vu qu’ils sont en plein dedans et qu’ils sont la machinerie qui permet à l’empire de perdurer. Heureusement, plus on avance et plus les personnages remettent en cause de ces méthodes, du coup je pense que ça va changer dans le futur.

Je précise que je suis rentrée dedans sans rien connaitre de l’univers Warhammer. Ma seule incursion dans la franchise avant était le MMO Warhammer Online: Age of Reckoning vers 2008. Je ne connais rien au jeu de figurine ni à l’univers, je ne peux donc pas parler d’éléments n’étant pas présents dans le livre.

Très loin dans le futur, les humains se sont répartis de partout. Mais le Warp (on n’en sait pas beaucoup dessus, juste que c’est une force qui dépasse tout le monde et qui a tout chamboulé) les a dispersés et leur a fait perdre le contact, pendant de nombreux millénaires. Maintenant de très nombreuses anciennes colonies humaines se croient seules dans l’univers, ou attende qu’on reprenne contact avec elles.

Pour résumer très grossièrement, c’est un tome qui nous fait rentrer dans la la légion Astartes du Primarque Horus. Celui ci est le « fils » préféré de l’empereur, qui l’a nommé chef de guerre pour poursuivre son oeuvre : conquérir toute la galaxie pour la faire s’ouvrir à la Vérité et surtout rassembler tout les humains sous une même bannière.

les Astartes sont des humains suprêmes issu des expérimentations génétiques de l’Empereur. Ils sont bien plus grand d’un humain classique (au alentours de 3m), bien plus puissant pour leur masse, capable de se régénérer rapidement et pratiquement immortels (enfin éternels plutôt). Ils sont également sans peur (ils ne peuvent pas l’éprouver) et conditionnés pour suivre l’Empereur et leur Primarque jusqu’au bout.

En fait la seule façon de mourir d’un Astarte est au combat. Ils ne sont destinés qu’a ça, n’ont aucune retraite. Vu qu’ils ne vieillissent pas rien ne les empêche de continuer à combattre des centaines d’années.

Tout les Primarques sont des Astartes, et ils sont dispersés dans toute la galaxie pour continuer la conquête qu’a voulu l’empereur. Le plan est simple : toutes les espèces extraterrestres agressives sont exterminés, seuls les humains sont épargnés, mais seulement si ils jurent fidélité à l’empereur et abandonnent tout leurs cultes pour se soumettre à la Vérité

Cela fait quelques années seulement que l’empereur a quitté les forces expéditionnaires . Avant il était leur chef de guerre.

Mais d’un coup il a déclaré avoir une mission plus importante et a ordonné a ses légions de continuer sans lui. Ce premier tome nous plonge vraiment dans le fonctionnement des soldats.

On suit principalement Lopen, le capitaine de la 10ième compagnie Astarte d’Horus qui va monter en grade suite à la première erreur d’Horus : envoyer son capitaine préféré pour servir d’ambassadeur auprès d’un nouveau peuple, peuple qui n’a pas aimé sa façon de voir les choses et l’a assassiné. Du coup Lopen prend sa place et de simple soldat dans la masse va devenir l’un des 4 conseillers d’Horus. De par sa promotion on explore donc les coulisse du pouvoir de ce sur-homme considéré comme un dieu par la moitié de la galaxie.

J’ai l’impression qu’on n’en est qu’à l’introduction. En gros ce tome est la pour nous faire nous poser des questions. Questions importantes qui vont surement faire évoluer la situation globale dans le futur.

En gros l’empire repose sur une croyance absolue en l’empereur et en ses loi. Il demande à tout le monde d’abandonner leurs cultes païens pour ne plus croire qu’en l’avenir de l’humanité telle qu’il la voit lui. Et évidement c’est très noir ou blanc tout ça. Les forces sont remplis de fanatiques à tout les niveaux qui ont leur propre vision de ce qu’à dit l’Empereur. Au final ils ne sont pas différent d’un culte ou d’une quelconque religion, à discuter de points de détails sur toutes les phrases de l’empereur.

Résultat j’ai eu du mal à vraiment m’accrocher à eux au départ.

Mais comme je le pensais, c’est vraiment fait exprès.

Parce que justement, toute l’intrigue repose sur notre héros, Lopen, qui se pose des questions. Et pas que lui, même Horus trouve que l’empereur va trop loin des fois suivant les situations.

Pour ce qui est de l’intrigue concrètement, ont suit 3 étape ici. Trois parties différentes, qui suivent des événements différents.

La première est un exemple de colonisation par la force, d’un peuple humain réfractaire. Lopen prend son nouveau rôle, le lecteur de pose des question sur l’empire et n’aime pas trop ce qu’il voit. La seconde étape nous fait justement découvrir les coulisses et ce qu’il y a derrière le pouvoir.

Parce que oui, les forces d’Horus ne sont pas seulement des soldats. Il y a aussi de très nombreux stratèges, conseillers de toute sortes (ingénieurs, navigateurs …), rapporteurs (chargés d’écrire ou de visualiser les événements pour la postérité) ou artistes qui sont embarqués avec.

C’est vraiment une monstruosité avec de nombreux visages, une machine infernale qu’ils faut alimenter en permanence. Horus est toujours en lien avec les autres Primarques pour être au courant de la situation globale.

Bref, et du coup la troisième est celle qui justement force les protagonistes à se poser des questions.

Que fait-on quand on tombe sur un peuple qui ne rentre dans aucune des cases qu’on a déjà croisé?

C’est la que les distorsions commencent à se faire sentir, entre ceux qui sont partisans de la force et ceux de la paix, chacun interprétant les paroles de l’Empereur d’une façon différente …

Pour ce qui est du reste, on ne fait qu’entre apercevoir un point qui sera à mon avis le focus de pas mal de tomes dans le futur, à savoir le « Chaos/Warp ». On sait juste que ça existe, et on n’en a vu qu’une seule occurrence pour l’instant, on ne peux pas dire que ça soit un sujet important. Mais j’ai la sensation qu’on ne pourra plus l’ignorer ensuite.

Je dirais que pour l’instant ce tome a piqué mon intérêt. C’était pas une lecture très très profonde, même si on sentait les thèmes arriver. Mais j’ai suffisamment aimé pour avoir envie de tenter la suite pour voir comment ça va évoluer. Surtout que ce tome se termine sur un petit cliffhanger. Pas un gros mais une découverte extrêmement surprenante que je n’avais pas vu venir et qui pourrait changer les choses dans le futur.

https://delivreenlivres.home.blog/2021/02/16/lheresie-dhorus-tome-01-lascension-dhorus-de-dan-abnett/

Afficher en entier

Dédicaces de Dan Abnett
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Black Library France : 35 livres

Bibliothèque interdite : 24 livres

panini comics : 15 livres

Urban Comics : 11 livres

Soleil : 2 livres

Emmanuel Proust : 1 livre

Panini : 1 livre

Hachette Romans : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array