Livres
528 293
Membres
548 306

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Danielle Guisiano

Auteur

504 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Demoiselle-Lys 2013-11-24T15:23:34+01:00

Biographie

Née en 1966 à Marseille, Danielle grandit dans les collines d’Allauch, bercée par les contes fantastiques provençaux (elle fut longtemps persuadée qu’à chaque pleine lune, un loup-garou rôdait dans le village endormi…).

De ces années, elle a gardé le goût des mythes et des légendes qu’elle transpose au-travers de ses écrits dans un environnement plus moderne et urbain.

A l’âge où les autres noircissent leur journal intime, Danielle se lance dans un premier roman, jamais finalisé, égaré au fonds du grenier familial. Cependant, l’amour de l’écriture reste ancré au plus profond d’elle. C’est le Concours Hachette Black Moon (11/2011), qui sort sa nouvelle « La Robe Rouge d’Helen » de l’anonymat primée par le jury et le vote des internautes.

Sa victoire lui permet de faire une rencontre inoubliable et décisive dans son parcours d’écrivain : la connaissance de Meg Cabot qui l’encouragera fortement à poursuivre ses rêves.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
82 lecteurs
Or
173 lecteurs
Argent
199 lecteurs
Bronze
150 lecteurs
Lu aussi
112 lecteurs
Envies
688 lecteurs
En train de lire
6 lecteurs
Pas apprécié
33 lecteurs
PAL
615 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.39/10
Nombre d'évaluations : 259

0 Citations 168 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Danielle Guisiano

Sortie Poche France/Français : 2019-02-14

Les derniers commentaires sur ses livres

Où que tu sois, Tome 2 : Je t'attendrai

http://lire-une-passion.weebly.com/romance/ou-que-tu-sois-danielle-guisiano

"​En résumé, un second et dernier tome que j'ai adoré découvrir. Une fois commencé, il m'a été difficile de la lâcher. J'ai adoré retrouver les personnages qui m'avaient beaucoup touchée dans le tome précédent et de voir cette nouvelle intrigue arriver et très bien menée. Bref, un diptyque que je vous conseille fortement de découvrir à votre tour !"

Afficher en entier
Où que tu sois, Tome 1 : Je t'entendrai

Lecture assez simple, uniquement basé sur la romance. J'aurais aimée avoir des chapitres centrés sur leurs vies, sans forcement toujours ramener leurs pensées à l'autre. Leur histoire d'amour est très rapide et cela gâche un peu notre attachement à Zoé et Angel.

Afficher en entier
Où que tu sois, Tome 2 : Je t'attendrai

Ce tome-ci est mieux que le précédent, je trouve que les émotions sont mieux décrites et plus réalistes. Cependant, je ne me suis pas assez attachée aux personnages pour avoir un pincement au coeur en refermant ce livre...

Afficher en entier
Les papillons se cachent pendant la pluie

Que dire sur Les papillons se cachent pendant la pluie ? Une histoire de seconde chance ? Oui, certainement elle l’est. Elle nous livre un message fort et poignant sur des thèmes d’actualités qu’on n’aborde pas assez souvent. Probablement par pudeur. Un message fort sur la reconstruction après un traumatisme fatal.

Là où se trouve la persévérance, survient le miracle comme le dit si bien le proverbe. Les traumatismes que certains subissent dans le passé les modèlent de telle façon qu’ils se reconstruisent soit positivement ou négativement. Certains, s’en servent pour qu’ils deviennent une force et malheureusement pour d’autres, ils deviennent une faiblesse, un fardeau lourd qu’ils portent jusqu’à leurs derniers souffles. Les papillons se cachent pendant la pluie est une histoire d’espoir, une romance qui nous fait sentir mieux, voire, elle ouvre une parenthèse positive et efface les ardoises déjà trop noircies et cela malgré la souffrance jusqu’aux larmes qui suinte entre ses lignes.

Blanche, l’héroïne de ce roman, est cassée. Sous les vêtements BCBG, une tonne de maquillage et ses airs assurés, se cache un être fragilisé par un mal-être qui ronge ses entrailles. Depuis son enfance, on lui a fait comprendre qu’elle doit tripler d’efforts pour obtenir ce qu’elle voudrait. Et aujourd’hui, elle n’a toujours pas arrêté. Avoir la reconnaissance de sa hiérarchie et rendre son père fier d’elle, c’est tout ce qu’elle demande… Mais les obtient-elle pour autant ? Non, loin de là. Ses chefs s’octroient ses réussites, ses sacrifices au détriment de sa santé morale et physique et son père est un éternel insatisfait, rien n’est encore assez bien pour lui.

Aujourd’hui, rien ne tourne rond dans sa tête et encore moins dans son corps. Blanche est au bord du burn-out. Aucun moyen de contrôler ses émotions à fleur de peau. Peut-être qu’un séjour forcé à La Tarasque, la maison que lui a léguée une tante inconnue, la guérira de ses maux. Peut-être… Mais à croire que le destin se ligue lui aussi contre elle. Un fantôme revenu de son passé ne fera qu’accentuer son mal-être. Le seul recours qu’elle a trouvé pour s’en défaire, c’est se cloîtrer en elle-même et rejeter tourtes les mains tendues de ceux qui l’aiment. Car Blanche, malgré ce qu’elle croit, elle est aimée. Par ceux qui sont présents dans la joie autant que dans les peines et même par ceux qui sont partis… La preuve, elle l’aura quand elle pourra se remettre du tourbillon des déceptions, du rejet qui l’aveugle, ce mal qui est devenu son compagnon de jeu jour et nuit. Des années de maltraitances, pas physiques non, ces blessures sont visibles à l’œil nu et cicatrisent avec le temps. Mais celles de l’âme sont les pires car, elles sont indétectables et leurs cicatrices nous façonnent peut-être pas de la meilleure façon. Blanche croit avoir le contrôle sur sa destinée mais, elle ne sait pas qu’elle est en train de perdre celui de son corps et celui de son cœur. Blanche doit se relever, se prouver que tout ce qu’elle a vécu n’est un accident de parcours. Se réconcilier avec elle-même, se pardonner et pardonner. Il sera temps de renouer avec l’amour, celui qui la complète, la rend belle, confiante en elle et en l’avenir. D’ailleurs, elle n’a pas le choix, si elle veut vivre et pas seulement survivre. Soit elle prend son destin en main et laisser l’amour des siens la guérir ou sombrer jusqu’à ne plus pouvoir se relever !

Quant au personnage principal, lui, ne se met pas beaucoup au devant de la scène. Malgré que sa vie pue le mal-être autant que celle de Blanche. Il cède la place à l’héroïne pour qu’elle extériorise sa douleur, ses peines, ses doutes et ses incertitudes. Et ne nous lâche que quelques bribes sur lui, sur sa vie et sur son vécu… Aujourd’hui, il a occulté le passé, la douleur, la colère car il a eu la chance de croiser de belle personnes qui l’ont aidé à se retrouver, à retrouver sa sérénité, à faire la paix avec lui-même et voir ce qu’il y a de beau dans le monde. Aujourd’hui, il est arrivé à se pardonner, à pardonner et avancer sans penser à l’avenir et ses incertitudes, se contenter de ce que le destin lui réserve. Mais Blanche n’a pas eu cette chance ou pas assez de temps pour qu’elle reçoive le même traitement qui l’aidera à redresser la barre de son navire en plein naufrage. Ces belles âmes l’ont remise sur son chemin et il pourrait enfin prouver sa reconnaissance en lui donnant à son tour ce qu’il a reçu. Mais le laissera-t-elle faire ? Connaissant Blanche et son entêtement à avancer dans une carrière qui la détruit à petit feu, pas vraiment sûr !

Laisseront-ils l’amour les guider vers le bonheur dont ils ont été privé jusqu’à présent ?

Ils s’aiment tendrement, sauvagement, audacieusement, infiniment pour reprendre les mots de l’auteure que je trouve magnifiques et justes.

Une belle et émouvante histoire d’amour à thèmes qui nous vrillent le cœur et nous touchent à l’âme. Un amour qui se laisse lire et se déguster, né en pleine Provence, dans un milieu rural, rustique et dont les magnifiques paysages que l’auteure nous décrit avec réalisme, émotion et amour, nous donnant l’impression de faire partie du casting, car on vit l’histoire et on vibre en direct. Un vrai plaisir de voir autant de solidarité et de soutien, de convivialité entre ses braves gens. Dans leurs moments de partages, dans la joie mais, aussi dans la peine, présents les uns pour les autres. Des moments qui embellissent les lèvres de moult sourires.

Et je ne vous parle même pas des émotions intenses que dégage la plume de l’auteure. Je ne saurais les décrire à leur juste valeur alors, je vous laisse le plaisir de la découverte. On ressent son investissement total et une implication très personnelle, ce qui infuse une véracité, un impact et une haute sensibilité à ses mots. On a autant envie de rire que de pleurer. Et il n’y a pas de règle, on peut passer autant à l’un qu’à l’autre entre deux ou quatre pages. Bref, vous l’aurez compris, Les papillons se cachent pendant la pluie a été un coup de cœur et mille coups au cœur. J’ai eu le cœur brisé par autant de douleur, de peine mais aussitôt pansé par des petits trucs qu’on pense anodins mais qui se révèlent de vrais petits bonheurs. Une amitié, une main tendue, une gentillesse, un mot, une pensée ou juste une expression sur le visage et le sourire revient effaçant la boule qui monte dans la gorge.

Merci à Danielle Guisiano pour cette magnifique romance feel-good qui m’a conquise par ses messages subliminaux, son clin d’œil à l’espoir, à l’amitié, par ses mots et aussi par ses personnages tellement attachants et surtout par toutes ses émotions exacerbées !

Mya

Afficher en entier
Où que tu sois, Tome 1 : Je t'entendrai

Un livre sympa, mais je m'attendais à autre chose...

Afficher en entier
Les papillons se cachent pendant la pluie

Bouleversant est le premier mot qui me vient à l’esprit. Danielle Guisiano a fait battre mon cœur pendant ces quelques heures de lecture d’une manière déraisonné. Une magnifique histoire toute en émotion.

Dès son plus jeune âge, Blanche a dû faire face aux moqueries, notamment sur son poids. Portée par un père exigeant, très vite, elle apprend à se protéger de toutes remarques acerbes. Son objectif principal est d’atteindre la première place dans tout ce qu’elle entreprend. Bien des années plus tard, cette manière de vivre est devenue un mantra qu’elle met en œuvre au quotidien. Sa vie se résume à son boulot et à son meilleur copain. Elle y trouve entière satisfaction. Si touts ses faits et gestes sont en accord avec ses principes, son corps lâche peu à peu. Repos forcé, elle se rend dans le Luberon où elle a hérité de la maison de sa tante Elvira dont elle en connaît très peu. Sivergues, petit village isolé au charme désuet, accueille une petite communauté d’une quarantaine de personnes où l’entre aide est primordial. La jovialité est le moteur essentiel à ce groupe de personnes isolées. Blanche déteste la solitude et l’isolement. Elle aime quand la vie trépigne autour d’elle, elle se sent vivre. Ici, rien ! Le silence, une amie en devenir, Constance, des moutons, des soirées loin des bars branchés et un voisin un tantinet taciturne. Les premiers jours sont terribles pour la citadine et puis suite à de regrettables rebondissements, Blanche va prendre goût à cette atmosphère doucereuse. Peut-être qu’Eddy y est pour quelque chose ?!

Eddy n’est pas un berger ordinaire. Sa mélancolie, sa morosité et cette manière dont il repousse les gens est désarmante. Cet homme est aussi mystérieux qu’attirant. L’apprivoiser semble une aventure épineuse et pourtant Blanche y mettra toute sa conviction et sa force pour parvenir à le séduire.

Un parcours qui semblait tout tracé si ce n’est que les aléas de la vie viennent le pimenter d’une manière effroyable.

Un sacré coup de cœur pour cette romance hors norme portée par des personnages terriblement et profondément blessés. Danielle Guisiano les mène sur un chemin ardu vers la résilience et l’acceptation de soi et du bonheur. Sous couvert de la dépression et grâce à l’amitié et à l’amour, ce combat se révèle être une nécessité absolue. Il véhicule l’espérance face au désespoir sournois et latent. LES PAPILLONS SE CACHENT PENDANT LA PLUIE bouleverse et chamboule. La tristesse côtoie la solitude, les moments de questionnements et la joie simple. Portée par une plume sublime et émouvante qui crescendo m’a faite pleurer et rire. Cette romance demeure une des plus belles que j’ai pu lire. L’ambiance, les tenants, les personnages, le scénario, tout m’a conquis. C’est une explosion de sentiments ambivalents. Tour à tour je me suis sentie submergée par ces vagues d’une force incommensurable.

A découvrir de toute urgence !

Afficher en entier
Les papillons se cachent pendant la pluie

A l’image de sa couverture aux couleurs douces et tendres, ce roman nous transporte en plein cœur d’une histoire pleine de sensibilité, de délicatesse et de poésie. L’écriture est fluide, accrocheuse et émouvante. On le laisse emporter par nos émotions. Des émotions intenses, riches et aussi variées que contradictoires. On passe du sourire bienheureux aux larmes de tristesse en quelques pages.

Blanche est une jeune femme mal dans sa peau. Poussée par un père exigeant, elle s’est oubliée en chemin. Elle n’a plus qu’un seul objectif, être la meilleure dans tout ce qu’elle entreprend. Mais à vouloir toujours être sur la première marche du podium, elle a oublié ce que c’est d’être heureuse et le plaisir des choses simples. Elle donne l’image d’un bonheur factice alors que son désarroi est bien réel. Elle oscille entre ces deux états en permanence ce qui lui a fait perdre une partie d’elle. On s’attache très vite à cette jeune femme.

Un autre personnage auquel on se lie très vite, c’est Eddy, le voisin taciturne de Blanche. Mais il est bien plus que ça : il est avant tout un survivant d’un drame qui a détruit son existence et l’a conduit à Sivergues quelques années plus tôt. Tantôt renfermé, morose et amer, tantôt bienveillant, protecteur et attentionné, Eddy est un personnage complexe. Mystérieux et attirant à la fois, il nous interpelle et nous touche.

Si j’ai beaucoup aimé les deux héros principaux, j’ai également apprécié les personnages secondaires de cette histoire, les habitants de Sivergues et notamment Constance, un vieille dame pleine de sagesse et de vitalité qui sera d’un précieux soutien pour nos deux héros. Ou encore Kenza pour sa franchise parfois un peu brute et sa fragilité.

En résumé, l’autrice nous dresse le portrait de personnages blessés et fragiles et pourtant plein de force et de résilience. Il faut juste qu’il la trouve derrière leur souffrance. Les papillons se cachent pendant la pluie est une très belle histoire sur la reconstruction de soi, l’entraide et la quête du bonheur. Un récit émouvant que je vous invite à découvrir sans hésiter.

https://misscroqbook.wixsite.com/misscroqbook/post/les-papillons-se-cachent-pendant-la-pluie-danielle-guisiano

Afficher en entier
Les papillons se cachent pendant la pluie

Il n’est jamais facile de donner son avis sur un roman tel que « Les papillons se cachent pendant la pluie » sous la plume, tellement pleine de simplicité et de vérité dans les émotions de Danielle GUISIANO. Une couverture tellement romantique, un titre plus qu'énigmatique et un résumé qui donne tout de suite le ton de ce qu’on pourra ressentir.

Lorsque Blanche, jeune working woman lyonnaise de 28 ans au bord.du burn-out physique et mental, débarque, accompagnée de son meilleur ami et collègue Simon, dans le village de Sivergues, en Lubéron, le paysage et l'isolement de l'endroit sont à mille lieues de son quotidien trépidant de citadine moderne. Mais elle n'a pas le choix : la voilà partie pour un mois de solitude, dans une maison, La Tarasque, au charme désuet, héritée d'une tante, Elvira, qu'elle n'a jamais vue.

Heureusement - ou pas - pour elle, ce village perdu n'est pas seulement "ravitaillé par les corbeaux" : elle a un accès internet grâce à son voisin le plus proche, Eddy, mystérieux éleveur de biquettes, qui était très proche d'Elvira. Et elle est aussi attendue de pied ferme par des habitants toujours heureux que leur communauté puisse s'agrandir ; notamment par Constance, meilleure amie de sa défunte tante.

Mais, dans l'esprit de Blanche, tout est clair dès le départ : la Tarasque ne sera qu'une parenthèse dans sa vie. Sa seule ambition étant professionnelle, avec à la clé un poste depuis si longtemps convoité, pour une reconnaissance enfin méritée.

Un mois, c'est long et court à la fois, et même un changement de vie, aussi minime soit-il peut bouleverser une (ou plusieurs) vie(s) à jamais. Avec des secrets bien cachés et un puzzle à reconstituer, Blanche pourrait bien partir sur un chemin inconnu à la rencontre d'elle-même mais aussi de l'âme d'Eddy, aussi brisée que la sienne si ce n'est plus.

Et si c'était cette tante inconnue qui détenait la clé du bonheur mérité de sa nièce ?

Entre ambition et renaissance, lequel des deux arrivera, finalement, à s'imposer ?

Dans ce roman aux connotations vraiment émouvantes, Danielle aborde, sans jamais se perdre, des thèmes vrais et tellement forts qui se développent et évoluent au fil des presque 300 pages que compte cette histoire. Thèmes d’actualités, thèmes tabous dont tout le monde a conscience mais préfère ne pas en parler, des thèmes qui nous font voir notre vie autrement.

Tout commence par un prologue où l'on découvre un épisode marquant de la vie de Blanche à 7 ans, comme pour poser l'histoire et comprendre, tout au long de la lecture, ses angoisses, ses choix et motivations futur(e)s et ses besoins irrépressibles.

Elle bouleverse la vie et l'esprit d'une jeune femme 100% citadine, en grande souffrance physique et morale, en l'immergeant dans un univers qui lui est totalement étranger et qu'elle n'aurait pas choisi d'elle-même, s'il ne s'était pas imposé à elle.

"Qui aurait cru que les klaxons et les bruits de la ville me manqueraient à ce point ? Le camion poubelle de 5h du matin avait finalement un côté rassurant"

Blanche est une jeune femme ambitieuse à l'extrême, forte et fragile à la fois. Elle sait ce qu'elle vaut, elle sait prouver ses compétences mais malgré tout, par manque de confiance, elle est en attente constante d'une reconnaissance paternelle et professionnelle. Et surtout, elle attache beaucoup d'importance aux regards et aux jugements des autres avec une vision d'elle-même totalement faussée.

« Je frictionne encore les zones qui me font horreur – mon ventre, mes cuisses, mes fesses -, en fermant les yeux. Je veux fuir cette réalité : celle où je dois admettre que je ne suis pas parfaite »

Orpheline d'une mère aimante, toute sa vie d'enfant et d'adulte a été rythmée par l'exigence d'un père autoritaire, dont elle n'arrive pas s'affranchir. Ce père qui a toute son importance au fil de l'évolution de Blanche. Mais aussi par l'exigence d'un monde professionnel dans les codes esthétiques duquel elle ne semble pas rentrer, lui demandant de constants efforts quitte à la mettre en danger.

Boulimique de travail, de sucrerie et de reconnaissance, sa vie est faite d'excès ; jusqu'au jour où le fil fragile qui la maintient, se rompt. La seule solution : quitter un monde de futilités et de faux-semblants pour apaiser son âme et son corps si durement meurtris.

« Ne pas se laisser influencer par le regard des autres, car il n’a que le poids qu’on veut bien lui accorder »

C'est en Provence, région chère à l'auteure, que Blanche va tenter de se reconstruire. Je dis bien tenter car quitter Lyon et une vie à 100 à l'heure pour le Lubéron et son calme paisible, on imagine que ce n'est pas une mince affaire : « Koh Lanta au fin fond du Lubéron ». Dans une société de technologies et de réseaux sociaux, on se plaît à penser que rien de tout ça n'existe là-bas pour une déconnection totale et bénéfique.

Ce décor idyllique abrite une toute autre population qui n'a rien de commun avec la froideur et l'anonymat des grandes villes. Tout le monde se connaît et surtout chacun est là pour l'autre. L'art de vivre et la bienveillance y sont cultivés de manière vraie et touchante. Une belle image qu'on peut se faire de l'accueil des gens du Sud.

Même Eddy, qui est un personnage assez secret et discret voire un peu rustre, est parfaitement intégré à ce monde rural, depuis 4 ans, notamment grâce à Elvira, Constance et son métier d'éleveurs de chèvre et fabriquant de fromages. J'ai apprécié de le voir intervenir en alternance et de découvrir un tel modèle de simplicité et d'empathie au masculin. On sent qu’il est attaché à cette nouvelle vie et à la terre.

« Cet homme a un cœur d’or. C’est dommage qu’il ne l’ait donné à personne »

L'auteure a créé un homme apprécié de tous mais qui cache, des blessures et des douleurs physiques et psychologiques. Et un secret que Danielle ne nous cache pas longtemps ; qui nous permet, au contraire, de mieux appréhender les sentiments, les paroles et les actes de celui dont je me suis finalement sentie le plus proche. Peut-être est-ce dû au fait que son entourage est composé de plus de personnages secondaires que celui de Blanche. Ou que la manière dont il a touché un terrible fond est d'un degré supérieur en terme d'atrocité mais qu'il apparaît comme guéri.

Parmi les personnages qui comptent, dans cette histoire, il y a Simon, le fidèle ami de Blanche. J'avoue qu'il m'a laissé un peu dubitative car même s'il est son meilleur ami, il n'en reste pas moins un collègue ; donc trop impliqué dans ce monde dont Blanche doit à tout prix s'éloigner. Et qui, du coup, la maintient en liaison indirecte avec un univers toxique pour elle. Ses motivations semblent sincères mais j'ai eu comme l'impression qu'il ne mesurait pas l'étendue du mal qui ronge son amie alors que c'est lui qui l'a incité à s'éloigner. Bien sûr, c'est ma vision, mon ressenti.

Et impossible de ne pas parler d'Elvira et de Constance. La première, Elvira, n'est plus là physiquement mais belle et bien omniprésente tout au long de l'histoire ; tant on apprend beaucoup sur elle aux travers des souvenirs des uns et des autres. Ce qui permet à Blanche, de connaitre, trop tardivement, une tante qui méritait à être connue tant ses qualités semblaient grandes. La seconde, Constance, est un magnifique personnage, lumineuse et plein de bienveillance, qui va faire perdurer la mémoire de son amie et en qui Blanche va trouver, elle aussi, une amie. J'ai vraiment adoré ce personnage.

« L’argent est un moyen, pas une fin. Il ne doit pas nous forcer à nous résigner »

Cette histoire émouvante ne donne pas dans la précipitation. Elle est construite de manière logique selon un processus qui semble parfaitement cohérent. L'auteure joue avec les démons intérieurs et les démons du passé pour que ses personnages traversent des étapes similaires à des montagnes russes, alternant la joie, la tristesse, l'espoir et la déception voire la désillusion. Le chemin vers l'apaisement et la reconstruction est souvent jalonné d'embûches. Danielle l'a parfaitement illustré tout en ne tombant pas dans le mélo et en mettant en opposition famille de sang et famille de cœur. Elle n'a pas enjolivé son histoire pour en faire une simple romance. Elle l'a écrite comme il se devait, à mon sens. Tout est parfaitement dosé pour amener de l’espoir dans la noirceur émotionnelle de deux êtres faits pour s’envoler ensemble vers une reconstruction nécessaire et méritée.

« La liberté c’est aussi d’avoir le choix, même si certains choix ressemblent à un sacrifice »

Ce roman c'est un peu l'illustration de "on sait ce qu'on perd mais pas ce que l'on gagne" où la peur de l'inconnu est tellement présente. Nous incitant, cette fois, à nous projeter dans un avenir plus positif qu'une vie acquise et idéalisée grâce à des chimères. Et à envisager à un retour à des choses simples mais des choses vraies. Comme un retour aux bases du "savoir s'accepter tel que l'on est et pas comme la société voudrait que l'on soit". C’est bien tout là le problème de Blanche : elle ne s’assume pas telle qu’elle est et fuis en permanence en se plongeant, corps et âme, dans son travail.

Cette romance « provençale » dans un univers on ne peut plus réaliste, est un joli coup de ♥ de par tout ce qu’elle contient et de ce qu’elle m’a fait vivre et ressentir. On sent que Danielle a mis beaucoup d’amour et de passion dans cette écriture. Et c’est typiquement le genre de lecture pour laquelle une simple chronique ne suffit ; il y a tant à dire et en bien seulement. Bien sûr, je ne peux que la conseiller à toute personne qui aime les histoires pleines d’émotions et de messages forts. C’est un vrai bon moment de lecture !

« Les méandres de la destinée restent incompréhensibles à chacun de nous. La seule chose qui soit limpide, c’est que rien n’est un hasard »

Afficher en entier
Les papillons se cachent pendant la pluie

J' ai trouvé dans ce livre des petits airs de lugand (je ne sais pas si cela sera un compliment pour l'auteur mais pour moi s'en est un). Une histoire de deux êtres fauchés par la vie qu'une bonne fée mets sur la route l'un de l'autre. Chacun apprendra à l'autre comment revivre et se reconstruire. Une très belle lecture , aussitôt commencé aussitôt terminés car on a hâte de savoir où la vie va les mener .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cleooo 2020-08-27T22:04:35+02:00
De Ronces et d'Écume

Ce qui m'a attirée de prime abord sur ce livre et m'a incitée à le lire c'est la couverture que je trouve magnifique. J'ai bien aimé l'histoire où les sentiments sont arrivés tout en douceur des deux côtés. Les personnages sont bons surtout Evy qui m'a beaucoup plu mais que j'ai trouvé un peu "molle" sur sa combativité pour garder son mari. J'ai trouvé des longueurs sur la fin qui a mon sens était un peu longue et inutile. Bon livre quand même

Afficher en entier

Dédicaces de Danielle Guisiano
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Rebelle Editions : 6 livres

Hachette : 2 livres

Hugo Poche : 2 livres

L'ivre-Book : 1 livre

Lulu.com : 1 livre

Independently published : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array