Livres
485 742
Membres
475 283

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

David Vann

376 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

David Vann est né en 1966 sur l'île Adak, en Alaska. Il est l'auteur de Sukkwan Island, prix Médicis étranger 2010, traduit en quinze langues dans plus de cinquante pays, et de Désolations. David Vann partage désormais son temps entre l'Europe et la Nouvelle-Zélande. Impurs est son troisième roman

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
52 lecteurs
Or
101 lecteurs
Argent
98 lecteurs
Bronze
80 lecteurs
Lu aussi
77 lecteurs
Envies
191 lecteurs
En train de lire
6 lecteurs
Pas apprécié
37 lecteurs
PAL
149 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.86/10
Nombre d'évaluations : 154

0 Citations 100 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de David Vann

Sortie Poche France/Français : 2020-01-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Irene-Adler 2019-03-17T21:18:08+01:00
L'Obscure Clarté de l'air

Qui pourrait Médée à terminer ce livre ? Parce que là, je n'ai pas réussi à dépasser la fatidique page 30.

La panne… Non pas sexuelle mais textuelle ! La panne non pas de la chair (ni de la chaire), mais la panne littéraire.

Bloquée, comme si les rameurs de ma galère avaient tous décidé de partir en grève sans prévenir la direction.

Il est des livres dans lesquels on n'arrive pas à entrer.

Certains n'étaient sans doute pas fait pour nous, ou alors, ce n'était pas le bon moment pour le lire.

Vous serez tenté de me dire, afin de me rassurer « Ce n'est pas grave, pense à toutes les fois où tu y es arrivée sans problème, ça va passer », mais moi, je ne verrai que ce moment où je n'ai pas su alors que j'avais grande envie.

Avec des livres merdiques, on se venge en se déchaînant sur son clavier afin de pondre une chronique pas piquée des vers.

Mais dans ce cas-ci, l'écriture n'était pas merdique, le scénario n'était pas à chier et j'avais vraiment envie de lire la relecture moderne du mythe de Médée, celle qui a pour patronne la sombre Hécate (tout le monde sait que quatre Hécate font huit).

Médée, qui tomba amoureuse de Jason (pas Donovan !), celui qui a piqué la Toison d'Or (pas la station de métro bruxelloise !) au papounet de Médée, qui était Roi.

Cette Médée, qui veut ♫ être une femme libérée (tu sais, c'est pas si facile ♪), qui fichu le camp avec le bô Jason et qui, pour ralentir la barque de son père, jeta à l'eau les morceaux de son frère qu'elle avait démembré… Puzzle grandeur nature. Ludique occupation, non ?

Puis, paraît que le Jason va la trahir… J'aurais aimé lire la vengeance qu'elle lui avait réservée, à ce crétin qui osa défier cette femme qui était "Née pour détruire les rois, née pour remodeler le monde, née pour horrifier et briser et recréer, née pour endurer et n'être jamais effacée. Hécate-Médée, plus qu'une déesse et plus qu'une femme, désormais vivante, aux temps des origines". Ça en jette, non ?? Et moi je loupe tout ça.

M'est avis que ça a dû chier grave pour le Jason et que le gars en a bavé… Fini de mettre ses mains pleines de doigts dans la Toison d'Or de la Médée !

Vu le palmarès sanglant, on va éviter de signaler à cette Médée que je n'ai pas réussi à entrer dans son histoire et que j'ai abandonné ce livre en disant, à voix haute "Homère d'alors !".

Il y a des romans, comme ça…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2019-03-17T21:23:07+01:00
Un poisson sur la lune

Mes lectures avec cet auteur sont en dents de scie ! Si j'avais bien aimé "Dernier jour sur terre", j'avais abandonné en route "L'obscure clarté de l'air" et voilà que le problème se reproduit avec celui-ci !Suis-je condamnée à abandonner tous les autres romans de l'auteur que je souhaite lire tels que Aquarium, Désolations, Goat mountain, Impurs ou Sukkwan island ????Où aie-je coincé ? Un peu partout...L'histoire, très déprimante avec James Vann qui ne pense qu'au suicide et à sa famille qui ne sait pas trop comment faire pour lui changer les idées, ces gens qui voudraient que James parle mais quand il commence, ils souhaiteraient qu'ils se taise car ce qu'ils entendent ne leur plait pas.Bref, une lecture en demi-teinte que j'ai lue sans trop faire attention à ce que je lisais tant le sujet ne me bottait pas avant de le terminer plus qu'en diagonale et de l'oublier une fois ma lecture terminée.Tant pis pour celui-ci, il me reste les autres pour me faire oublier ces déceptions et, qui sait, inclure Vann dans mes auteurs préférés, malgré quelques ratés dans mes lectures.Comme disait une copinaute, ce livre n'était sans doute pas écrit pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fabricegrossi 2019-04-24T17:44:59+02:00
Désolations

Si vous vous reconnaissez dans l'un des personnages, ou dans l'un et l'autre, il est temps de vous questionner et de prendre un peu de recul. David Vann scrute les mouvements infimes de l'âme humaine, les plis et les replis, à la limite entre l'humour noir et la tragédie. Il met en scène les mécanismes qui nous mènent à prendre les mauvaises décisions, peut être en n'en prenant pas, au nom de mauvais prétextes qui nous aident à nous décharger de nos responsabilités... en vain.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Angel89 2019-05-01T10:38:19+02:00
L'Obscure Clarté de l'air

Une réécriture assez intéressante du mythe des Argonautes. J’adore la mythologie et j’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire de Médée, qui est vraiment un personnage complexe. J’ai passé un bon moment de lecture même si de temps en temps l’écriture de l’auteur m’a un peu dérangé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Armony22 2019-05-24T13:41:29+02:00
Dernier jour sur terre

"Acheter un Glock 19, quelques chargeurs supplémentaires, entrer dans une salle de classe et tirer sur les gens. Nous n'avons encore rien mis en place pour empêcher quelqu'un de commettre un tel acte. C'est un droit américain."

Le 14.02.2008 Steve Kazmierczak entre dans son université, abat 5 personnes, en blesse dix-huit autres et retourne son arme contre lui.

David Vann à travers une enquête journalistique ultra détaillée nous raconte l'histoire de Steve depuis son enfance jusqu'à ce jour fatidique. A l'aide du dossier de la police de plus de 1500 pages et des temoignages des proches, il va reconstituer le parcours de cet homme et essayer de comprendre pourquoi il en est arrivé là.

Il fait un parallèle avec sa propre vie. Son père se suicide lorqu'il a 13 ans et il hérite de toutes ses armes. Initié très jeune au maniement des armes, il reçoit sa première carabine à plomb à 6 ou 7 ans. A 11 ans il abat son premier cerf. Il y a eu plusieurs suicides par arme à feu dans son entourage. Il a baigné dans la violence depuis son tout jeune âge. Pourquoi son parcours à radicalement changé pour devenir l'écrivain que l'on connait et pas celui de Steve ?

"J’avais à peine treize ans, j’étais en 5e, mais c’était bien assez âgé pour comprendre l’élan d’une vie, assez âgé pour comprendre qu’il était possible de devenir celui qu’on n’avait pas envie d’être. "

Il en profite également pour pointer du doigt la société américaine et ce qui le dérange comme le lobby des armes, le système, etc... Il ne prend pas parti, il se contente d'énumérer les faits mais ça sonne comme une évidence. Steve est coupable, c'est sûr, mais est-il le seul responsable ?

Malgré quelques longueurs et répétitions, j'ai trouvé ce récit très intéressant. La plume froide et percutante de l'auteur m'a tenue en retrait. J'ai été simple spéctatrice et n'ai pas réussi à m'impliquer émotionnellement.

Je ressors de ce livre effrayée. Effrayée de constater que personne dans l'entourage de Steve, hormis sa soeur peut-être, n'a vu l'issue qu'il préparait. Il avait tout de même un parcours bien chargé.

Effrayée de voir que n'importe qui peut se procurer une arme aux USA. Effrayée de voir que l'on encourage même cela.

Effrayée de voir que malgré les statistiques sur les tueries de masse, les américains refusent d'y voir un lien.

Un livre dérangeant mais qui fait réfléchir. Un livre effrayant mais nécessaire. Un livre qui fait froid dans le dos.

https://www.facebook.com/lecturesnoirespournuitsblanches/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cuyckie 2019-05-25T09:58:41+02:00
Sukkwan Island

Pour sûr le livre surprant... Y a pas à dire.. Mais aucune intrigue. On ferme le livre avec un goût d'inachevé. On ne comprend pas les réactions du père. Ni l'entêtement du fils. Bref. Un roman qui se lit sans plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par annick69 2019-06-03T15:10:33+02:00
L'Obscure Clarté de l'air

Retour mitigé pour moi et pour cause, ne lisant pas les résumés de livre, je me suis surprise à lire ce roman qui retrace le destin de Médée en version Vann. Quelle aventure… Ce qui m'a gênée c'est que je me mélangeais avec les noms, les dieux, le mythe ou la réalité, j'étais un peu perdue et le fait que l'on se retrouve sur terre ou sur mer, je ne savais plus, par moment où les personnages se trouvaient. Sinon le destin de cette femme est juste incroyable. Elle ira jusqu'au bout de ce qu'elle pense et croit, au détriment de plusieurs vies et sacrifices. Et pas des moindres… Un roman bien noir, bien sanglant, une détermination à toutes épreuves. Le final est terrifiant. Voilà, dans sa globalité le récit m'a plu mais les détails étaient trop importants pour moi, ou alors il aurait fallu que je prenne plus de temps pour le lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2019-07-11T14:19:57+02:00
Aquarium

Ça faisait un moment que j'entendais parler de David Vann, je me suis dit qu'il fallait absolument que je saute le pas et le lise. C’est chose faite avec ce roman que j'ai emprunté à ma médiathèque. Je n'ai pas du tout été déçue par cette lecture qui m'a entraînée sur des chemins insoupçonnés. Par contre, pour parler tout de suite du point négatif, qui n'a rien à voir avec l'auteur, je m'attendais à de gros retournements de situation. Je m'explique. J'avais lu des avis sur ce roman, vu des vidéos de booktubeurs où ça parlait de gros cliffhangers, de grosses révélations. Et du coup, je m'attendais à plus que ce que j'ai eu dans l’histoire. Oui, il y a des révélations, mais j'en ai vu venir certaines, donc pas surprise plus que cela. Donc, je pensais que ça allait arriver avec le final, mais non, pas plus que ça aussi. Tout ceci m'a fait réfléchir. Car j'ai beaucoup aimé cette lecture, et si je n'avais pas eu ces avis dans la tête, je l'aurais peut-être appréhendée d'une autre façon. J'en conclue donc qu'il n'est pas toujours bon de lire des ressentis avant pour se faire sa propre opinion. Je ne prêche pas pour ma paroisse, car si on ne lit plus les avis, que vont devenir nos blogs… peut-être faut-il garder une certaine relativité dans les mots que l'on emploie, et ne pas en employer de trop forts…Je ferme donc cette parenthèse qui n'a rien à voir avec le contenu du livre mais qui explique la cause de ce que j'attendais de cette lecture.

À part ça, j’ai vraiment pris du plaisir à découvrir la plume de David Vann. Il ne mâche pas ses mots, s’exprime avec la réalité des mots et leur portée, peut aussi bien-être très poétique dans ses descriptions que beaucoup plus abrupt.

J'ai donc fait la connaissance de Caïtlin, une jeune adolescente de douze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle a une amie à l’école chez qui elle va passer parfois des soirées et des nuits. Caïtlin voue une passion pour les poissons. Chaque jour, après l’école, elle va vite à l’aquarium de sa ville où elle regarde toutes sortes de poissons évoluer dans leur bassin. Elle les aime tellement qu'elle veut en faire son métier. Depuis quelques temps, elle rencontre chaque soir à l’aquarium un vieux monsieur avec qui elle parle de ce qu'elle voit. Leurs rencontres se font en toute innocence, la jeune fille est contente de trouver quelqu’un à qui parler, sa mère étant bien souvent trop fatiguée en rentrant du travail pour le faire. Caïtlin n'a jamais parlé de ce monsieur à sa mère, le jour où elle va le faire va sonner le glas de sa tranquillité et de son innocence… la voilà partie vers des moments de pure galère…On va la suivre également dans ses premiers émois amoureux, une manière d’échapper à ce qu’elle vit en s'attachant à une autre personne. Seulement, elle va apprendre la cruauté du regard des autres.

J'ai très vite deviné l’identité du vieux monsieur avant même que ce ne soit révélé. Pourquoi, ça je ne saurais vous le dire, mais ça m'a paru comme une évidence. Je me suis tout de suite attachée à Caïtlin, à ce qu'elle vivait, elle a réveillé en moi mon instinct maternel, j'avais envie de la protéger. Elle va découvrir des secrets que sa mère voulait lui cacher. Les révélations que cette dernière va lui faire sont faites d'une manière très violente, sa mère ayant complètement pété les plombs comme on dit. Il va y avoir des scènes entre la mère et la fille d'une violence psychologique inouïe. Ce que la mère fait subir à sa fille est terrible, mais c’est aussi la conséquence de son propre vécu. Elle n'a pas réussi à chasser ses démons, elle n'en a pas fait son deuil, et revit à chaque fois toute la tragédie de son passé. De là à faire subir les mêmes choses à son enfant, c’est quand même très dur à imaginer quand tout va bien dans nos vies, et pourtant, cela reste compréhensible pour moi. Je pense sincèrement que tant qu'on a pas réussi à parler de son passé à quelqu’un, le mieux serait à une personne de la santé, il revient nous hanter et nous fait dire et faire des choses sans nom. Il faut de toute façon, pour moi, arriver à casser cette transmission, ne pas faire subir à nos enfants ce qu’on a subi nous-mêmes pour ne pas continuer ce cycle infernal. Il faut apprendre à se construire sur nos failles, c’est ce qu’on appelle alors la résilience…

Je me suis vite attachée aux différents personnages, même à la mère. J'ai ressenti toute sa souffrance et son mal-être. Caïtlin est une jeune fille qu'on a envie de protéger. J'ai pu mieux ressentir ses émotions grâce à la manière d’écrire de David Vann. En effet, tout le texte est écrit à la première personne du singulier, ce « je » permet d’être au plus près du personnage, donc de Caïtlin, de ressentir chacune de ses pensées et d’être au plus près de ses réactions. J'aime beaucoup ce procédé, c’est parfois très remuant surtout dans des histoires comme celles-ci.

Un autre personnage important du roman est tenu par l’aquarium. C'est un lieu, j'en conviens, mais il est tout aussi important que les autres personnages. Caïtlin y passe tellement de temps, regarde tellement de poissons évoluer, les détaillant, allant même jusqu’à faire des parallèles avec le monde des humains et certaines de leurs réactions. D’ailleurs, certains poissons sont dessinés dans le livre, donnant ainsi encore plus de réalité à l'histoire. Le monde des poissons sera aussi une des plus grandes métaphores de David Vann, n’hésitant pas à comparer leurs façons de vivre aux autres espèces. J'ai trouvé que cela apportait des touches de poésie dans des moments parfois violents.

J'ai vraiment beaucoup apprécié la plume de l'auteur. Il alterne moments durs et plus doux, mots cruels et plus tendres, il m'a entraînée dans un maelstrom d’émotions. Je pense que ce roman restera dans ma mémoire un petit moment.

Un autre point qui m'a un peu perturbée au début, c’est l'absence de marques pour montrer les conversations. Pas de tiret ici comme on a l'habitude de voir, la discussion se fait par un retour à la ligne et parfois même dans un fait. C’est déroutant au début, mais je m'y suis vite fait, on repère assez vite, et ça ne m'a pas gênée plus que cela. Je le souligne juste car je suis étonnée de cette façon de faire. Je ne sais pas si c’est un procédé propre à l'auteur ou à la maison d’édition, c’est le premier roman que je lis d'eux.

En tout cas, ce roman est très sombre, noir, psychologique. Il nous emmène dans ce que l'humain peut avoir de plus horrible, avec des réactions relevant par moment de la folie. C’est oppressant et pourtant l'auteur arrive à y mêler des petites bulles de lumière et de beauté qui peuvent ainsi la rendre belle et pour laquelle ça vaut le coup de se battre. Le final apporte d'ailleurs un peu d'espoir à tout cela. Des indices sur le futur nous sont donnés grâce au fait que Caïtlin raconte cette histoire alors qu'elle est adulte, on apprend ainsi ce qu'il va advenir de chacun d'eux.

Pour conclure, car j'ai été une nouvelle fois trop bavarde, j'ai beaucoup aimé cette lecture, elle m'a remuée, m'a renvoyée à certains pans de mon passé, j'ai malheureusement certains points communs avec Caïtlin, c’est peut-être pour ça aussi que je l'ai mieux comprise ou que je n'ai pas été trop choquée par certains faits, ayant vécu les mêmes. J'ai lu ce roman très vite, je me suis vite laissée emmener par la plume de l'auteur et par l’histoire de Caïtlin, les pages se sont tournées toute seules jusqu’à la fin. Un roman qui m'a donné envie de lire d'autres du même auteur, pour voir comment il travaille d'autres sujets et d'autres personnages. J’ai entendu parler de Sukkwan Island, je vais certainement regarder pour l’emprunter à ma médiathèque, mais cette fois-ci, je ne lirai aucun avis dessus pour partir avec la tête claire et sans apriori.

Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, et que vous aimez les romans sombres, psychologiques, n’hésitez pas à lire ce roman en particulier et ceux de David Vann en général.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rayonnante 2019-09-05T11:53:53+02:00
Aquarium

Comme prévu, j'ai beaucoup aimé le thème du milieu aquatique ainsi que la manière dont il est traité. C'est en grande partie ce qui m'avait donné envie de lire ce livre en plus du mystère de l'intrigue promettant de grosses révélations. Mais de ce côté-là, j'ai été un peu déçue par l'ampleur moindre de celles-ci qui ne sont pas si percutantes que cela. Ce n'est pas plus mal étant donné ma sensibilité et cela ne m'a pas empêchée d'aimer ma lecture même si je m'attendais à trouver plus de force dans le récit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Prunier 2019-11-10T10:16:18+01:00
Sukkwan Island

J'avais entendu parler de ce livre, je voulais tant le lire ! Mais quelle déception, déjà l'histoire est très courte (lue en une journée) et ce ne fut pas un plaisir de la lire. Les résumés du livres sont bien meilleurs, j'aurait dû m'en contenter. Je voulais un huis clos dans une nature sauvage , ça commence comme cela mais la nature est hostile et pas particulierement belle. Ce roman ne comporte pas le plus petite trace d'espoir et plus on avance dans la lecture plus cela devient glauque. Le personnage centrale est peu crédible tellement la situation est exagérée . Comment un père peut-il entrainer son fils dans un tel voyage avec la volonté de s'eloigner ainsi un an .Tout ce désespoir n'est pas expliqué et semble un peu gratuit.

Je suis sortie de cette lecture avec l'envie de n'y être jamais entrée

Afficher en entier

On parle de David Vann ici :

Maylis de Kerangal prix Médicis 2010
2010-11-03T15:24:00+01:00

Dédicaces de David Vann
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallmeister : 21 livres

À vue d'œil : 1 livre

Audiolib : 1 livre

Alfabia : 1 livre

Bompiani : 1 livre

Folio : 1 livre

Grove Press : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array