Livres
424 384
Membres
343 708

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

David Vann

Activité et points forts

ajouté par 21la 2013-03-12T11:07:27+01:00

Biographie

David Vann est né en 1966 sur l'île Adak, en Alaska. Il est l'auteur de Sukkwan Island, prix Médicis étranger 2010, traduit en quinze langues dans plus de cinquante pays, et de Désolations. David Vann partage désormais son temps entre l'Europe et la Nouvelle-Zélande. Impurs est son troisième roman

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
38 ajouts
Or
73 ajouts
Argent
80 ajouts
Bronze
57 ajouts
Lu aussi
62 ajouts
Envies
155 ajouts
Pas apprécié
35 ajouts
PAL
123 ajouts

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.78/10
Nombre d'évaluations : 100

0 Citations 81 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de David Vann

Sortie Poche France/Français : 2018-04-05

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par carroue 2018-02-19T16:46:57+01:00

Difficile de parler de ce livre. Est-ce un très bon roman, ou juste un livre que l’on aura lu parmi tant d’autres ? On peut s’ennuyer à certains passages de l’ouvrage, tant de nature (pourtant n’est-ce pas normal pour un roman de Nature Writing), le tour d’une île qui ne semble jamais finir, une forêt parfois hostile… Puis, puis on se surprend à vouloir connaître la suite…

Mais ce récit dérange. Une atmosphère pesante. Parfois irréaliste… Voir même insoutenable.

Un mal être qui se dégage des personnages. Jusqu’à cette fameuse page 113 ou tout bascule. La vie des protagonistes, le récit. Mais, toujours cette nature omniprésente.

Puis on découvre après quelques recherches, que cette histoire l’auteur ne l’a pas complètement imaginé. Plutôt un exutoire. On comprend cet univers noir.

Alors là, on est époustouflé.

Il faut découvrir David Vann…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par annick69 2018-03-27T10:11:19+02:00

Un roman choc, noir, de désespoir. Deux personnages, une île, tout devrait pouvoir les rassembler. On pourrait croire à un complexe d'Œdipe mais l'auteur nous le fait à l'envers. J'ai été déstabilisée par ce récit. J'ai été littéralement emprisonnée par cette histoire que je ne me suis même pas rendue compte que je le lirais en une demi journée. On est avalé par la folie d'un père. Terrible, dérangeant, bouleversant. Je remercie tous mes amis qui avaient parlé de cet auteur, c'était mon premier et ce ne sera pas le dernier.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dory57 2018-04-11T14:37:28+02:00

Un huit clos trop étouffant il ne se passe pas grand chose. Desolé je n'ai pas pu entré dans l'histoire j'ai arrêté ma lecture

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Christele-1 2018-04-18T12:12:28+02:00

En lisant le pitch d’Aquarium, je ne peux pas dire que je me suis sentie très à l’aise ? Une petite fille de 12 ans qui passe tout son temps libre à L’Aquarium en compagnie d’un vieux monsieur qu’elle croise là-bas. Brrrrr cela me donnait déjà le frisson… Pas vous ? Dieu merci l’histoire n’a pas suivi le chemin que je tentais désespérément d’éviter mais pour autant c’est resté extrêmement sombre, juste comme j’aime en fait. Des secrets de famille, des non-dits, des blessures psychiques, bon c’est du lourd on est quand même en train de lire du David Vann. Mais je ne rechigne jamais à savoir combien de temps je tiendrai la tête dans le four ou si ma piscine est assez profonde pour m’y noyer. Je ne vais absolument pas entrer dans les détails de l’intrigue parce que c’est juste un livre que vous devez lire sans arrière pensée de ce qui pourrait arriver et que de toute façon je ne serai pas à la hauteur du talent de l’auteur. Ce que je peux vous dévoiler en revanche c’est que c’est pas mal déprimant mais … pendant que vous êtes dans le noir le plus profond celui que l’on trouve au fond de l’océan, il y a des éclats de lumière si douce et si magnifique comme vous n’en n’avez jamais lu. Alors je ne veux pas forcément retourner dans un David Vann tout de suite et pourtant que j’ai aimé ce livre. Je ne peux que vous encourager à sortir de cette fameuse zone de confort dont tout le monde parle pour aller explorer vos profondeurs. Ok j’avoue que vous pourriez avoir besoin de vos kleenex ou d’un verre de cabernet ou tout simplement de solitude pour vous remettre du grand huit émotionnel que vous venez de vivre… dans l’Aquarium. Bonne lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fabricegrossi 2018-05-04T12:53:22+02:00

Ça n'est pas l’œuvre de David Vann que je préfère, mais elle reste, comme beaucoup d'autres de ses romans, très dérangeante. Il est difficile de penser avec l'auteur, lui-même dérouté par son sujet d'étude, d'autant qu'il y est, comme narrateur, en quête de lui-même. Les armes, la violence et l'enfance sont toujours au cœur des introspections de David Vann, et il est un écho douloureux à nos pensées profondément enfouies dans les limbes de l'enfance.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par malow 2018-05-13T00:00:46+02:00

Ce livre est une pépite. Il vous prend et vous emporte dans les profondeurs de l'océan pour vous raconter une histoire, celle de Caitlin et de sa mère. Un jour, la pluie, puis le lendemain, un beau temps. Nous sommes emportés dans un tourbillon de sentiments, de nostalgie; nous ressentons tout ce que ressent Caitlin. Des fois nous lui crions des ordres, nous essayons de communiquer avec elle comme si elle était une petite fille réelle, et d'autre fois nous avons peur de ce qui va suivre, croyant toujours au pire.

Mais ce roman n'a pas pour but de laisser une trace pessimiste, loin de là. Il raconte juste une histoire, qui peut être la votre.

Pour la première fois, je n'ai ressenti aucune frustration à la fin de ma lecture. David Vann a su doser cela, ce qui est, selon moi, très dur à maîtriser.

Je conseille vivement ce livre, surtout si on aime observer les poissons!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juliette84 2018-06-06T23:36:43+02:00

J'avoue ne pas savoir quoi penser de ce livre je ne peux pas dire que j'ai aimé mais je sais que je n'ai pas détesté non plus. Cette histoire me laisse sans mots.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-06-12T23:00:58+02:00

J'ai eu envie de lire ce roman après avoir lu beaucoup d'avis l'année dernière. Je ne regrette pas du tout, mais j'ai du mal à savoir qu'en penser, qu'en retirer.

Jim entraîne son fils de 13 ans au fin fond de l'Alaska, pour y (sur)vivre quelques mois, un an. Le fils, Roy, accepte, en grande partie pour lui faire plaisir, parce qu'il voit que son père ne va pas bien.

Vous avez ici une partie du malaise du roman : Roy qui n'est pas tout à fait là « de son plein gré » et son père qui déraille, qui n'est pas un roc sûr, ce qui est d'autant plus grave quand vous êtes seul avec lui loin de tout, sauf des dangers de la nature.

J'ai beaucoup aimé Roy, sa psychologie est super bien abordée : ses remords, ses doutes, sa relation avec son père... La première partie fut un régal à lire.

La deuxième partie... quel écœurement. Jim devient le narrateur. Il a sans nul doute des problèmes psychologiques, mais je n'ai pas pu m'empêcher de le mépriser, jusqu'au bout incapable de penser aux autres plutôt qu'à son petit nombril.

Mais je suis en colère contre TOUS les adultes de cette histoire - notamment la mère -, comment ont-ils pu laisser cet ado quasi tout seul ?!

Je ne sais pas comment interpréter cette histoire. J'avais envie de nature et j'ai été servie, j'aime les histoires de survie et les romans psychologiques... Peut-être que c'est allé un peu trop loin pour moi, je n'ai pas su comprendre Jim, ce monstre d'égoïsme.

C'est un excellent roman, bien écrit et bien mené. On ressent bien le malaise ambiant. Il me laisse simplement un peu déroutée, moi qui aime bien où les auteurs veulent en venir avec leurs histoires !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HubrisLibris 2018-07-13T11:37:01+02:00

David Vann. Un auteur dont je croise les romans chaque jour à la librairie. Parfois quelques clients qui me parlent de ces livres, me recommandant d’en dévorer immédiatement les pages. Finalement, c’est par un hasard que je me lance dans la lecture. Un ouvrage dans une étagère lors des vacances. Un format poche. Lecture plus aisée. Du roman, je n’en ai entendu que des échos positifs, des avis évoquant la noirceur du récit ; de quoi me plaire.

SOCIETY, I HOPE YOU'RE NOT LONELY WITHOUT ME

Alaska.

Une cabane isolée sur une île.

Vivre en autarcie.

Se croire survivants.

Un père (Jim) passe des vacances avec son fils (Roy) sur une île en Alaska. Tout débute comme sur une carte postale. Rêve de trappeur. Retourner à l’état sauvage. Ne plus se soucier de la civilisation qui n’apparaît qu’avec un avion venant déposer les vivres mensuellement. Construire un logement, trouver de la nourriture. Besoins basiques à satisfaire. Des les premières pages, on s’imagine un voyage. Une balade au cœur de la Nature.

AND YOU THINK YOU HAVE TO WANT MORE THAN YOU NEED, UNTIL YOU HABE IT ALL, YOU WON'T BE FREE

Alaska. Terre oscillant entre hostilité et accueil des valeureux. L’île est bordée d’une forêt, habitée. Ours, cerfs, élans et autres bestiaux occupent les terres, s’insurgent d’une présence sur leur territoire. Pourtant, la forêt, il faut l’affronter, oser y pénétrer, savoir se faire accueillir des centenaires hérissés. Chaque excursion est synonyme de crainte. Peur d’une chute. Terreur de croiser un ours. Nécessité d’abattre un animal pour se nourrir.

AND WHEN YOU THINK MORE THANT YOU WANT, YOUR THOUGHTS BEGIN TO BLEED

Roy et Jim sont les uniques personnages. Deux voix. Deux chemins de pensées qui diffèrent. Huis clos en pleine nature. Du père, on ne comprend pas son absence de préparation à la survie. Lui qui croit pouvoir s’en sortir, aider son fils, mener une vie durant l’hiver. Manuel du castor junior qu’il semble avoir égaré dans une malle. On ne s’improvise pas survivant sur une île, entre les murs d’une cabane branlante. Le danger souffle à chaque erreur. La terreur égratigne lentement les espoirs des personnages. Des avertissements qu’ils semblent recevoir à chaque pas de côté. Rentrez chez vous. Eloignez-vous. Descente aux enfers. Chute vertigineuse.

« Il commençait à se demander si son père n'avait pas échoué à trouver une meilleure façon de vivre. Si tout cela n'était qu'un plan de secours et si Roy, lui aussi ne faisait pas partie d'un immense désespoir qui collait à son père partout où il allait. »

Un huit clos haletant où le danger n’est pas la nature mais les deux personnages. Leur violence. Leur incapacité à s’entraider. Haine et sentiments épars mènent à la déclinaison de leur voyage idyllique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par julisa 2018-08-07T18:00:32+02:00

Je n'ai pas aimé le côté dérangeant de ce livre... Dommage tout le monde n'en disait que du bien, mais cela ne l'a pas fait pour moi !

Afficher en entier

On parle de David Vann ici :

Maylis de Kerangal prix Médicis 2010
2010-11-03T15:24:00+01:00

Dédicaces de David Vann
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallmeister : 17 livres

Alfabia : 1 livre

Bompiani : 1 livre

À vue d'œil : 1 livre

Audiolib : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode