Livres
472 909
Membres
446 212

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Emmanuel Guibert

254 lecteurs

Activité et points forts

Biographie

Emmanuel Guibert a 43 ans. Vit à Paris. Après ses études, Emmanuel Guibert devient illustrateur. Il travaille dans la presse et le cinéma. Au milieu des années 80, Emmanuel Guibert rencontre Tanino Liberatore, qui le prend sous son aile et le présente aux Éditions Albin Michel. Il faudra six ans pour que sorte son premier album, Brune en 1992.

1994 : Rencontre avec David B., Tronchet, Christophe Blain, Joann Sfar... avec qui il partagera un atelier.

1995 : Poum Tiya et le Roi-Soleil, avec Béatrix Saule. Livre pour enfants aux Éditions Bayard.

1997 : La Fille du professeur, aux Éditions Dupuis, reçoit le Prix Goscinny et l'Alph'Art Coup de C ur.

2000: Début de La Guerre d Alan, livre sur la Seconde Guerre mondiale, recueil des mémoires d Alan Cope à l'Association.

2000 : Début de la série pour enfants Les Sardines de l'espace, scénario de Emmanuel Guibert et dessins de Joann Sfar, aux Éditions Bayard.

2001 : Début de la série Les Olives noires, scénario de Joann Sfar, aux Éditions Dupuis.

2002 : Début de la série pour enfants Ariol, scénario d'Emmanuel Guibert et dessins de Marc Boutavant, aux Éditions Bayard.

2003 : Premier des trois volumes du Photographe, avec Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier aux Éditions Dupuis. Ce livre lui apporte la reconnaissance tant auprès du public que des professionnels.

2007 : Le Photographe est récompensé par un «Essentiel» au festival d'Angoulême.

2007 : réédition du Pavé de Paris et de La campagne à la mer, initialement parus aux Éditions Ouest France chez Futuropolis.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
67 lecteurs
Or
265 lecteurs
Argent
135 lecteurs
Bronze
134 lecteurs
Lu aussi
383 lecteurs
Envies
52 lecteurs
En train de lire
7 lecteurs
Pas apprécié
4 lecteurs
PAL
17 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.68/10
Nombre d'évaluations : 46

1 Citations 72 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Emmanuel Guibert

Sortie Poche France/Français : 2017-11-08

Les derniers commentaires sur ses livres

Ariol, tome 3 : Copain comme cochon

Un livre qui m'avait assez fait rire à l'époque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clemflor 2018-09-23T11:53:14+02:00
Le Photographe, tome 1

On suit dans le tome 1 de cette trilogie de BDs le photographe Didier Lefèvre, au début de son aventure MSF, au Pakistan puis en voyage clandestin en Afghanistan.

Grâce à ses clichés et aux dessins d'Emmanuel Guibert, le photographe nous présente les conditions effroyables dans lesquels vivaient le peuple afghan lors du conflit URSS-Moudjahidines Afghans, ainsi que le combat d'MSF pour soutenir les civils.

On découvre de vraies personnes, auxquelles on s'attache, qui nous transmettent au travers de leurs dialogues parfois drôles (touche d'humour ayant dû leur être indispensable pour rendre vivables les événements) une réalité du quotidien des civils de pays en guerre et des engagés humanitaires.

Le concept du récit est inédit, avec un mélange de dessins, de textes à la première personne, de dialogues, de photos... Il permet un rendu fort et exceptionnel, où tous les différents procédés se complètent parfaitement et aboutissent à un puissant reportage journalistique sur l'atrocité des hostilités.

Ce beau premier tome nous laisse en suspens vers la fin du voyage, mais où, finalement, l'aventure ne fait que commencer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clemflor 2018-09-24T20:30:59+02:00
Le Photographe, tome 2

Un second tome poignant où on rentre vraiment en immersion dans l'horreur de cette guerre. La réalité du récit, toujours exacerbée par le cocktail de dessins, de textes, de dialogues et de photo, m'a saisie et émue profondément.

La cause des médecins humanitaires, qui soignent tout avec rien, m'a profondément affectée. Elle m'a même - moi qui n'ai pourtant aucun penchant scientifique - donné envie de le devenir !

Quant à la monstruosité des blessures, elle m'a choquée, mais l'endurance des Afghans, elle, m'a soufflé. Ce petit enfant, qui a un trou (qu'on peut nettement voir !) dans le bras, ne pleure même pas.

C'est surtout là que l'apport des photos m'a été très précieux. Avec un livre, des mots, on saisit l'idée, mais on ne peut pas la concevoir, se l'imaginer, nous occidentaux n'ayant jamais connu la guerre. Avec un dessin, cela paraît imaginé, exagéré. Avec une photo, la réalité, aussi dure soit-elle, nous est imposée.

Les visages, si proches et pourtant si loin, nous parlent à travers les planches de la BD. Les panoramas, magnifiques, nous émerveillent et nous mortifient à la pensée qu'un tel paysage ait pu être ravagé. Le reste, selon l'image, nous émeut d'une manière ou d'une autre.

J'ai préféré ce deuxième tome au premier. On connaît mieux les personnes (et non pas personnages, ce sont de vrais gens), et on est vraiment au coeur de l'action humanitaire.

Je pense que cette BD est une oeuvre unique en son genre, une perle du reportage journalistique, que tout citoyen en âge de voir de telles images devrait voir. Eh oui, il existe de beaux pays indépendamment de la France ou de l'Europe, mesdames messieurs ! Eux aussi méritent toute notre attention. Une belle leçon de vie, indispensable pour faire ouvrir les yeux dans ce contexte où de plus en plus de gens s'opposent à l'immigration.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clemflor 2018-09-29T12:30:29+02:00
Le Photographe, tome 3

Et voilà le dernier volet de cette trilogie, définitivement le plus sombre. Il est vrai que le deuxième tome était dur dans ses images et dans sa réalité en période de guerre, mais l'horreur n'étant pas directement adressée au personnage principal et l'espoir n'était jamais perdu, on n'avait pas la même impression de désolation.

Alors que jusqu'ici tout s'était déroulé globalement comme prévu, le photographe se retrouve seul et tout va de travers, dans le pire des scénarios (ou presque).

Je ne peux m'empêcher de penser que le destin a essayé maintes et maintes fois de faire comprendre à Didier Lefèvre qu'il devait rester avec ses camarades : Spoiler(cliquez pour révéler) sa maladie le jour de son départ, l'attente au village et son furoncle, les nombreuses fois où il a rencontré des gens de son groupe mais est reparti seul...

Mais en même temps, ce besoin urgent de rentrer est si compréhensible... On ne peut pas le blâmer.

On découvre à la lecture de ce dernier tome poignant l'extrême difficulté psychologique qu'entraînent les voyages humanitaires, les conditions de voyage très pénibles, les mauvaises rencontres... Une autre facette que cette série devait bien aborder pour être conforme à la réalité. J'ai été à la fois horrifiée et admirative de Didier Lefèvre, de sa force d'âme et de sa lutte pour sa survie. Spoiler(cliquez pour révéler)Le passage où il bat le cheval m'a profondément marquée, témoignage d'un intense et profond craquage psychologique malheureusement inévitable.

Les portraits de fin concluent en beauté la série, Spoiler(cliquez pour révéler)bien que j'aie été triste de voir qu'on était sans nouvelles de beaucoup de connaissances afghanes. Les conséquences de ce voyage sur la santé du photographe m'ont également bluffée, sachant en plus qu'il est retourné en Afghanistan de nombreuses fois par la suite.

Ayant seulement emprunté la BD en bibliothèque, je n'ai pas eu accès au film de Juliette (personne que j'ai énormément admiré à travers le récit du Photographe) et je regrette de ne pas pouvoir commenter l'oeuvre dans son intégralité - puisque le DVD est associé à la BD.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2018-10-22T11:45:01+02:00
Le Photographe, tome 1

Une BD reportage ! Un format pour le moins surprenant, et pourtant, ça marche complètement. Le mélange des photos et des dessins est très réussi, même si je regrette personnellement l'abondance de photos format planche-contact (Oui, je sais, je parle de quelque chose que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. C'est aussi un des aspects intéressants du "photographe", ce témoignage d'un passé pas si lointain sans appareil-photo numérique, sans portable et avec des caméras dites légères de 30 cm de long !) Mais bon, on passe aisément sur ces petits détails surtout que c'est rattrapé par trois photos grands format dont on sent que l'auteur n'est pas peu fier, et il a bien raison ! Il y a aussi quelques portraits de toute beauté.

L'histoire se lit facilement. On est fascinés par la froide détermination de ces héros du XXème siècle plongés dans un monde inconnu pour sauver des vies, ou du moins en alléger les peines. On est touché par le regard de Candide que pose Didier Lefèvre sur ce peuple afghan qu'il découvre et qu'il se met très vite à aimer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2018-10-23T11:49:56+02:00
Le Photographe, tome 2

Cette fois, on est vraiment dans le vif du sujet... La confrontation des photos et du dessin place le lecteur dans une étrange ambivalence. On passe sans cesse d'un récit qui pourrait être fictif (le dessin) à la réalité brutale du conflit. Impossible de ne pas considérer ces médecins de M.S.F. comme les héros du XXème siècle. Mais le dessin permet aussi de dédramatiser un peu, de rester dans le récit sans que le ton devienne pontifiant ou moralisateur. C'est vraiment un grand bouquin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2018-10-24T15:01:29+02:00
Le Photographe, tome 3

Autant les deux tomes précédents concentraient leur attention sur les membres de M.S.F. et sur leurs comparses afghans, autant celui-ci est entièrement tourné vers l'auteur. Celui-ci entame un voyage solitaire suite à une décision un peu considérée de sa part. Plus encore que l'aspect graphique, toujours aussi réussi, l'intérêt de cette dernière partie réside dans la façon dont Didier Lefèvre fait face aux différents déboires qui l'accablent durant son périple. Les photos ont du coup moins d'importance même si certaines sont poignantes (celle du cheval prises lors de la nuit passée au sommet du col !)

On reste fascinés par ces personnages hors du communs et par les territoires tellement peu familiers qu'ils arpentent. Une conclusion de la série parfaitement à la hauteur de l'ensemble.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MissBidule 2019-02-12T07:36:08+01:00
Ariol, Tome 4 : Jolie vache

Une BD très agréable à lire et aussi très amusante ! C'est très bien !

Afficher en entier
Sardine de l'espace, tome 1 : Platine Laser

Un monde remplit d'imagination, d'humour, une très bonne BD pour ceux qui veulent une petite lecture détente !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SMichel 2019-03-13T08:58:33+01:00
Ariol tome 13 Le canard calé

Je ne connaissais pas Ariol, et j'ai fait connaissance à travers ce volume... pas cucul, pas vulgaire, c'est un petit personnage très attachant, et les auteurs ont le don de raconter de belles petites histoires à partir du quotidien que vit tout-un-chacun. C'est frais, agréable, plein de réalisme... j'ai adoré lorsque les enfants Ariol et Ramono joue dans leur vieille barque, et s'imagine tout un tas d'aventures. J'y ai retrouvé mes enfants.

Afficher en entier

On parle de Emmanuel Guibert ici :

Dédicaces de Emmanuel Guibert
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Dupuis : 13 livres

Dargaud : 10 livres

Bayard Jeunesse : 6 livres

L'Association : 5 livres

Bayard : 4 livres

BD KIDS : 2 livres

Delcourt : 1 livre

Ouest-France : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode