Livres
521 233
Membres
537 493

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Éric-Emmanuel Schmitt

Auteur

France Né(e) le 1960-03-28 ( 60 ans )
9 025 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Lyli 2011-02-28T18:02:39+01:00

Biographie

Eric-Emmanuel Schmitt est né à Lyon en 1960, de parents d'origine alsacienne. Interrogé par un journaliste, il se peint comme un adolescent rebelle, ne supportant pas les idées reçues et parfois victime d'accès de violence. Mais la philosophie, pense-t-il, l'a sauvé en lui apprenant à être lui-même et à se sentir libre. Ses études l'ont mené à l'École normale supérieure, à l'agrégation et au professorat de philosophie, comme maître de conférences.

Sa carrière de dramaturge semble être née à l'âge de huit ans, d'une expérience théâtrale fortement intériorisée. Un jour, sa mère l'emmène voir une représentation de Cyrano de Bergerac avec Jean Marais. L'enfant est bouleversé jusqu'aux larmes et le théâtre devient sa passion. Il se met à écrire: "A seize ans, j'avais compris (ou décidé) que j'étais écrivain, et j'ai composé, mis en scène et joué mes premières pièces au lycée." Pour améliorer son style, il se livre avec fougue et ferveur à des exercices de réécriture et de pastiche, en particulier de Molière. La nuit de Valognes, œuvre écrite à 29 ans, témoigne encore de ce goût et des réminiscences culturelles emmagasinées par la mémoire. Cette première pièce de l'auteur, préparée par les exercices littéraires qui l'ont précédée, sera rédigée finalement d'un seul jet. Grâce à l'actrice Edwige Feuillère qui la recommanda à plusieurs metteurs en scène, la pièce fut jouée à la Comédie des Champs-Élysée en 1991.La carrière de l'auteur dramaturge commençait. D'autres œuvres suivirent, parfois couronnées par des prix littéraires au pouvoir médiatique. Certaines entrèrent dans la carrière audiovisuelle ou cinématographique comme Le Visiteur, crée en 1993, Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, crée en 1999.

L'auteur, mélomane passionné d'art lyrique, a également traduit le livret du Don Giovanni de Mozart en 2001. De son goût de la philosophie et de sa thèse sur Diderot, il a tiré un essai: Diderot ou la philosophie de la séduction (1997). Cette séduction est la fois celle qu'éprouve Diderot devant la multitude des idées qui s'offrent à lui et celle qui séduit, par contrecoup, le philosophe chercheur. L'auteur explore avec ferveur cette pensée dynamique qui refuse de s'enfermer dans un système ou dans un genre. Schmitt fait sienne la démarche de Diderot. Il est conduit à examiner, au fil de ses propres œuvres, la relation de l'homme et de sa conscience, dans un monde en quête de valeurs où chacun pourrait se reconnaître, en dehors de tout dogmatisme et de tout fanatisme.

Plus inattendue, la référence à Jules Barbey d'Aurevilly s'impose quand on aborde La Nuit de Valognes. Le romancier normand était né à Saint-Sauveur le Vicmte le 2 novembre 1808, mais Valognes était la ville de ses ancêtres et d'un oncle chez lequel il venait souvent. "Le plus bel amour de Don Juan" et "Le Bonheur dans le crime", dans le recueil de nouvelles Les Diaboliques (1874) ont laissé des traces dans la pièce d'Eric-Emmanuel Schmitt qui se plaît à rappeler aussi qu'étant une année professeur au lycée de Cherbourg, il prenait un train qui stationnait en gare de Valognes. De là à rêver qu'une nuit...

Afficher en entier

Livres de Éric-Emmanuel Schmitt

Classement dans les bibliothèques

Diamant
2 049 lecteurs
Or
3 927 lecteurs
Argent
3 410 lecteurs
Bronze
2 575 lecteurs
Lu aussi
3 731 lecteurs
Envies
3 022 lecteurs
En train de lire
165 lecteurs
Pas apprécié
422 lecteurs
PAL
2 481 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.75/10
Nombre d'évaluations : 3 740

9 Citations 2 352 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Éric-Emmanuel Schmitt

Sortie France/Français : 2019-09-05

Les derniers commentaires sur ses livres

Le Sumo qui ne pouvait pas grossir

Un très beau livre qui se lit très, très rapidement.

L'écriture est génial et drôle, et le sujet abordé pour du moins intéressant. Personnellement, je n'y connais rien au sumo et je m'attendais à la naissance des arts martiaux, une histoire aux côtés un peu samouraï. Et bien pas du tout. Mais alors pas du tout.

Jun est assez influençable. Au début du livre, j'avais les mêmes principes que lui au sujet du sumo (oui... des grosses saucisses qui se tiennent la ceinture...), mais il change bien vite d'opinion.

Ce qu'il a vécu avec sa mère est triste aussi, moi je l'aime bien, sa mère.

Et puis il y a une autre culture, le Japon, c'est loin, on découvre une facette assez sombre de la vie à Tokyo...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Unvola 2020-08-16T22:56:48+02:00
Nous sommes Charlie

En réponse à l’horreur du massacre de l’équipe de la rédaction de Charlie Hebdo par des terroristes Islamistes, cette initiative littéraire spontanée pour la Liberté d’expression et la Liberté tout court, se veut Humaniste et salutaire.

Je considère donc nécessaire, voire indispensable cette démarche comprenant d’ailleurs quelques très beaux textes contre cette barbarie innommable, contre l’impensable qui consiste à abattre de sang froid des journalistes, des dessinateurs, des écrivains, des policiers, des Juifs, etc., bref, des innocents.

Malheureusement, certains textes sont d’une naïveté et/ou relèvent d’une ignorance (parfois par Idéologie), affligeantes, concernant le phénomène évoqué ici.

Moi aussi, je suis descendu dans la rue le dimanche 11 janvier 2015 et moi aussi, j’étais Charlie ; mais j’espérais enfin un sursaut de lucidité de la part de notre République Française. En vain…

Depuis, la France persiste inexorablement dans la voie de son entêtement totalement démagogique et suicidaire, qui est en train de nous conduire…, droit dans le mur !

Afficher en entier
Journal d'un amour perdu

La perte d'un être cher et adoré est toujours une phase difficile pour tout le monde.

Comment surmonter la peine, le chagrin, le doute, la colère, le déni, la peur, l'angoisse ?

Personne n'a de remède miracle, mais écrire tout cela sur un cahier pourrait-être une solution comme une autre.

C'est ce qu'à fait Eric-Emmanuel Schmitt après le décès de maman avec qui il était très proche.

Une fois de plus, je dois cette lecture à La Grande Librairie (émission du 18/09/2019). L'auteur était venu présenter son livre et j'avais été émue par ce qu'il disait, il avait su me toucher.

J'ai sauté sur l'occasion de découvrir cet auteur autrement que je ne l'avais fait, il y a des années et que, depuis, je refusais de lire alors qu'il n'était en rien responsable (je vous expliquerai plus bas le pourquoi du comment tout ça est arrivé).

Alternant les phases de dépression, de chagrin intense, on sent bien au travers des lignes que l'auteur a plongé fort bas au décès de cette mère qu'il adorait et si je m'attendais à trouver un texte de deuil et puis de remontée vers la lumière, j'ai aussi trouvé que l'auteur nous confiait plus que ça.

Ses pensées vont dans tous les sens, sur tous les sujets, passant de ses chiens à sa nièce, à ses spectacles, qu'il doit continuer, à ses amis, à sa famille, ses voyages, son chagrin, son envie de tout abandonner de la vie et ses réflexions sur bien d'autres sujets.

On pourrait penser que le récit est décousu, mais non, il suit le cheminement de la pensée, des actes d'une personne qui se retrouve plongée dans l'inévitable et qui doit y faire face en passant d'abord par les pompes funèbres et le cimetière.

Il est difficile de parler de ce livre à des gens qui ne l'ont pas lu mais j'ai trouvé que malgré tout, l'auteur restait pudique, même sur ses interrogations sur son père. Malgré le chagrin, il a su aussi offrir des bouffées d'oxygène à ses lecteurs en nous parlant de sa chienne, très majestueuse, et en nous livrant ses pensées canines.

C'est un récit bourré d'émotions, de tristesse aussi, car la mère de l'auteur était quelqu'un d'exceptionnel à ses yeux et même tout court. Une mère qui méritait son statut de mère, quand tant d'autres ne méritent même pas le nom.

C'est un roman que l'on dévore tranquillement, un sourire triste sur les lèvres, mais en se gorgeant de tous les bons mots qui parsèment cet ouvrage et lorsqu'on a terminé, même si on a ressenti une empathie profonde avec l'homme, on sait aussi qu'il a retrouvé le chemin vers le bonheur et vers l'acceptation.

Un roman profond, beau, tendre, triste, mais sans pour autant que l'on se mouche car le récit reste sobre et profond. Plus une mise à l'honneur de sa maman que d'un récit larmoyant. Malgré tout, on est ému, touché car un jour, ce sera à notre tour de dire au revoir à notre maman (là où d'autres l'ont déjà dit).

Une fois de plus, merci à l'émission de François Busnel de m'avoir fait découvrir un auteur qui m'a fait sortir de mes sentiers battus et qui m'a réconcilié avec Eric-Emmanuel Schmitt, ce pauvre auteur qui ne m'avait rien fait mais à qui j'en voulais pour de mauvaises raisons.

Pourquoi cette haine de l'auteur alors qu'il ne m'avait rien fait ? Tout simplement à cause d'un travail que ma petit soeur devait faire sur un de ses romans (Lorsque j'étais une oeuvre d'art).

Nous étions en 2007 (ou 2006), ma frangine me demande de l'aide pour cette fiche de lecture car elle ne savait pas comment la faire, par quel bout la prendre et vu sa dyslexie, il fallait ensuite corriger les fautes.

J'accepte, bien entendu. Mais, une fois de plus, ma soeur avait procrastiné et elle était charrette, comme on dit chez nous (à la limite de la dead line). Elle devait rendre le travail pour le lendemain (bordel de dieu), j'étais claquée de ma journée de travail et il fallait encore suer sur sa fiche de lecture d'un roman que je n'avais pas lu et qu'elle avait lu en diagonale. Bravo !

Laborieusement elle arrive à me donner quelques indications pour rédiger son travail (après que je lui aie sorti les vers hors du nez), je commence à pianoter mais elle m'arrête de suite car les phrases que j'utilisais n'étaient pas les siennes. le prof allait comprendre… Fallait que j'écrive comme elle ou du moins, pas comme moi !

On y a passé quelques heures, sur ce putain de travail, j'ai sué, elle aussi, je n'en pouvais plus, mais on a réussi à finaliser un brol qu'on a relu, ne tenant plus qu'à la caféine. Il était minuit.

Déjà là, je ne voulais plus entendre prononcer le nom de l'auteur (alors qu'il était innocent) mais lorsqu'elle a eu les résultats de son travail et qu'elle m'annonça que ses points étaient mauvais et que la prof en avait retiré encore à cause des fautes d'orthographes, c'est comme si c'était moi qui avait foiré à l'école.

J'étais fatiguée et ma relecture avait été merdique, laissant des fautes horribles dans le texte. Nous étions busée mais les mauvais points, c'est moi qui me les prenais.

Bref, depuis ce jour, le nom d'Eric-Emmanuel Schmitt me donnait des sueurs froides et des grognements de bêtes enragées. Tout ça pour une putain de fiche de lecture que j'ai dû faire pour ma frangine et dont l'auteur ne pouvait rien.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Powline18 2020-08-17T23:12:02+02:00
Oscar et la dame rose

Mon gros coup de cœur ! Je l’ai lu ado pour l’école et je l’ai relu plusieurs fois jusqu’à aujourd’hui (je le relierai sans doute encore, je ne m'en lasse pas).

Cette histoire est touchante et drôle à la fois. Elle raconte la façon dont un enfant, ses parents et le personnel hospitalier gère la maladie et l’inévitable…

C’est un petit livre (100 pages) écrit sous forme de lettres, il est facile à lire. Je ne peux que le recommander (avec un petit mouchoir à côté...).

Afficher en entier
Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

Quelle jolie histoire pleine de bon sens! De quoi remettre les pendules à l'heure chez certaines personnes!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aurelylie 2020-08-29T11:02:03+02:00
La Vengeance du pardon

Un très bon livre.

L'auteur nous propose 4 nouvelles sur le pardon, avec différents personnages en âge et de situation.

Quatre histoire poignante et touchante qui nous donne à réfléchir.

Afficher en entier
Concerto à la mémoire d'un ange

Premier EES de ma vie

Je ne sais pas quoi en penser....j’ai bien aimé mais je vais peut être en lire un autre d’une autre série

Elle ci était sur le pardon et la rédemption

J’aime bien le format de nouvelles ou l’essentiel est dit en quelques pages

Je vais lire l élixir de l’amour et je vous dirai

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Daniele34 2020-08-30T09:11:28+02:00
L'Élixir d'amour

Deuxième livre de EES que je lis que j’ai déjà mieux aimé que le 1er

Cet auteur restera je pense atypique dans mes goûts

J’y reviendrai parfois quand j’aurai envie de poésie de réflexion tout en lisant une écriture facile qui va à l’essentiel et non pas pompeuse

Ça se lie vite et bien et vous laisse un petit goût de réflexion oserais je dire de philosophie agréable

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cogite78 2020-08-31T14:40:46+02:00
La Part de l'autre

Sans doute l'un de mes livres préférés depuis une dizaine d'années. Entre fiction et réalité, entre histoire avec un grand H et imagination ! C'est du grand E-E Schmitt ici.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coucougi 2020-09-08T13:16:08+02:00
Ma vie avec Mozart

Premier livre que je lis de cet auteur. Je n'ai pas adoré mais le sujet était intéressant. Je n'ai pas eu le plaisir d'écouter en même temps car je l'ai lu en numérique. Bon moment de détente... malgré tout.

Afficher en entier

Dédicaces de Éric-Emmanuel Schmitt
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Albin Michel : 40 livres

LGF - Le Livre de Poche : 26 livres

Magnard : 10 livres

Audiolib : 4 livres

Znak Literanova : 3 livres

Dupuis : 2 livres

Pocket : 2 livres

Pathé : 2 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array