Livres
443 642
Membres
379 496

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Feldrik Rivat

152 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par ElCid 2011-10-19T09:54:59+02:00

Biographie

Né en Haute-Savoie en 1978, Feldrik vient au monde avec un but peu commun. Celui de donner corps à un prénom qui n'existe pas. Ici se trouve sans doute la source pie cet appétit sans fin pour le hors norme, le dépassement de soi. Il cherche les moyens de s'exprimer en suivant une formation d'illustrateur, peintre, sculpteur, bédéiste. Avec le paradoxe naissant d'avoir de plus en plus recours à l'écriture à mesure que la maîtrise des pinceaux le gagne. Ainsi sont nés Les Kerns de l'Oubli. Puis l'auteur poursuit sa quête de sens dans l'histoire des arts et l'archéologie. Aujourd'hui, il mêle les activités de peintre, d'écrivain et d'archéologue, avec l'ambition de vous embarquer pour les années à venir, dans de fabuleuses aventures.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.69/10
Nombre d'évaluations : 43

1 Citations 63 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Feldrik Rivat

Sortie France/Français : 2017-09-15

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Jononrus 2018-01-02T09:47:36+01:00
La 25ᵉ Heure

Un bon polar qui permet de se plonger dans les belles années 1888. Une belle immersion dans cette période de l'histoire que je ne connaissais que fort peu.

L’enquête se passe à mes yeux trop anecdotiquement par moment. Pour moi la trame principale est soutenue principalement par Eudes Lacassagne, un personnage énigmatique, curieux mais passionnant. C'est la grande force de ce roman, avec l'ambiance particulière d'époque.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maximousse24 2018-01-27T18:03:41+01:00
Paris-Capitale

Je regrettais le manque de "steampunk" dans les deux premiers tomes : on le retrouve un peu plus ici. Que ce soit l'architecture, les moyens de transports ou l'administration, tout est décrit en long en large et en travers. On découvre énormément de choses dans ce nouvel univers, sur les morts, leur lien avec les vivants, leur contrat... Presque un peu trop, ce qui fait énormément traîner le début de l'histoire et peut être compliqué à assimiler - je suis certaine de ne pas avoir tout compris.

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans cette histoire, mais cette fois-ci ce n'est pas dû au vocabulaire. Après deux premiers chapitres très intrigants, on traîne un peu avant de découvrir que l’on a affaire à un enlèvement. Il faut quand même attendre bien la moitié du roman avant que les choses n'avancent un peu plus vite.

Par ailleurs, certains "histoires secondaires", qui m'ont vraiment intéressées, n'ont pas été développées, et on peut s'interroger sur leur utilité. Ou alors je suis passée à côté de quelque chose...

La plume reste un gros point fort, avec de belles descriptions et des dialogues tranchants. Entre les jeux de mots et les clins d'oeil, j'ai beaucoup souri. J'ai adoré retrouver Bertillon, Clémence et Goron. Lacassagne, déjà un surhomme, devient encore plus que cela, même si en se sociabilisant, il perd pour moi beaucoup d'intérêt. D'ailleurs, à propos de sociabilitation, j'ai trouvé quelques éléments un peu tirés par les cheveux...

Mais cela reste une bonne lecture. Il faut juste s'accrocher au début.

Afficher en entier
Un Noël sans Nom, et autre contes

Comme pour tous les recueils de nouvelles, il y en a que l'on préfère mais ce livre est sympa à lire (surtout la première nouvelle).

Afficher en entier
Un Noël sans Nom, et autre contes

Un petit recueil de nouvelles rapidement lues. Une excellente manière de découvrir de nouveaux auteurs et d'apprécier (ou non ) leur style d'écriture. Personnellement, j'ai préféré la première mais cela n'engage que moi... Je pense que pour vraiment apprécier un auteur, je me dois de lire une oeuvre plus conséquente ! Par contre, c'est idéal quand on dispose de peu de temps ... Par ailleurs, ce recueil m'ayant été offert, je suis très heureuse d'avoir pu me frotter gratuitement à l'inconnu et déterminer exactement quel auteur je vais suivre ou pas !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nf23 2018-04-21T21:05:42+02:00
La 25ᵉ Heure

Une intrigue policière bien ficelée mais pas évidente à suivre. L'auteur a montré un énorme travail de documentation, notamment en ce qui concerne tous les grands hommes de notre Histoire française et a fait usage d'un vocabulaire assez difficile, plus soutenu en tout cas que dans mes lectures habituelles. De plus, certains passages sont assez sombres, glauques et l'écrivain ne nous épargne aucun détail. Cependant, la fin m'a laissée sur ma faim et j'attends avec impatience de lire la suite des événements

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LunarEclipse 2018-08-15T22:18:53+02:00
La 25ᵉ Heure

Pour commencer, l'ouvrage est magnifique. L'illustration, la présentation des pages de couverture, le vernis sélectif, tout attire l’œil. À l'intérieur, c'est aussi bien soigné, puisque les séparations entre les paragraphes et les différentes parties du récit sont illustrées. C'est beau, c'est tout.

Mais la mise en page est plutôt serrée, et comme les pages sont fines, l'ensemble est chargé. Selon mon état de fatigue, ce n'était donc pas un livre que je pouvais lire tous les soirs.

J'ai trouvé l'écriture régalante. L'ensemble est fluide, très plaisant, bien que ce ne soit pas nécessairement facile. En effet, les phrases sont parfois longues, et avec la mise en page serrée et l'intrigue à suivre (qui n'est pas des plus reposantes), la lecture me nécessitait quand même une certaine concentration. Quant aux expressions utilisées, je ne sais pas si elles sont authentiques de l'époque de la fin du XIXe siècle à Paris, mais j'ai adoré.

Nous suivons principalement deux personnages, relativement opposés. L'un est jeune, l'autre plus âgé (bien qu'on comprenne tardivement qu'il n'est pas si âgé que ça) ; l'un est sociable, l'autre très solitaire, etc... Comme j'aime les personnages lumineux, j'ai bien accroché avec Louis Bertillon, et j'aurais aimé passer davantage de temps avec sa compagne, Clémence, qui m'a très vite plu. L'autre personnage, Lacassagne, est plus ambivalent et gagne à ce qu'on s'intéresse à son vécu. Je l'ai beaucoup apprécié aussi, mais d'une autre façon, plus empathique.

Et que dire de la fin, si ce n'est que je ne l'ai pas vu venir du tout. Les deux dernières pages sont imprévisibles et tellement dramatiques qu'il m'a fallu les relire pour être certaine. Et pourtant...

J'ai donc beaucoup aimé ce roman, même si j'ai lu en travers quelques paragraphes, notamment au début. Je lirai la suite avec grand plaisir, d'autant plus que je l'ai déjà. C'était mon premier roman de cet auteur, et il en appelle d'autres, d'autant plus que je sais qu'il a écrit de la fantasy.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nacera-Aanor 2018-09-18T09:37:15+02:00
Paris-Capitale

Un livre que j'ai a-do-ré. Lorsque je l'ai lu, j'ignorais qu'il faisait suite au Chrysanthème Noir et à la 25e Heure, mais ça ne m'a pas du tout dérangée. L'auteur sait expliquer mine de rien les termes de son univers, très vivant (!) et captivant. J'ai adoré le personnage du Grand Khan et j'ai vraiment passé un agréable moment à ses côtés !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesFantasydAmanda 2018-11-06T10:56:11+01:00
La 25ᵉ Heure

Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

---------------------------------------------------------

--- Toujours au rendez-vous pour la masse critique ---

Ayant participé à la dernière masse critique Babelio spéciale mauvais genres, j’ai récemment reçu le premier volet de La 25e heure. Serait-ce un heureux hasard ? En effet, ma soeur ne cesse de me répéter que cette duologie est exceptionnelle, addictive et, surtout, non conventionnelle. J’ai donc eu la chance de pouvoir vérifier cela par moi-même… la nuit du passage à l’heure d’hiver ! Avouez, la coïncidence est amusante.

Bien entendu, je remercie Babelio et les éditions Libretto pour l’envoi de ce livre. S’il m’a donné du fil à retordre au début, j’en ressors globalement conquise.

--- Que de longueurs ! ---

Voilà ce que je me suis dit en lisant les premiers chapitres. En effet, l’auteur s’est volontairement perdu dans des descriptions de Paris au 19e siècle, version steampunk. Le hic, c’est que je n’ai jamais visité la capitale et, en réalité, ça ne me tente pas plus que ça. Or, le personnage principal effectue l’ensemble de ses déplacements à pied. Feldrik Rivat s’en est donc donné à coeur joie ! Nom des rues, commerces ou encore monuments importants : il n’a rien laissé au hasard.

En parallèle, l’enquête promise dans le synopsis n’avance pas d’un pouce ; l’inspecteur Laccassagne retrouve (ou perd) des cadavres à travers tout Paris, voire même des doigts amputés, mais ne distingue pas l’ombre d’une piste.

Bref, vous l’aurez compris, les débuts de La 25e heure ne m’ont pas franchement emballée.

--- Un style incisif ---

L’histoire se déroulant dans les années 1888-1889, l’auteur a pris soin d’adapter son vocabulaire à l’époque. Et, si je salue ses efforts, cela ne m’a pas vraiment aidée à me faire à sa plume, que je caractériserais de mordante.

Je reconnais néanmoins volontiers à Feldrik Rivat un certain talent de conteur, mais il m’a bien fallu une centaine de pages pour m’habituer à son écriture, soutenue et riche en anecdotes.

--- La persévérance paye toujours ---

Si je n’avais pas obtenu ce livre dans le cadre d’une masse critique Babelio, peut-être l’aurais-je abandonné en cours de route. J’y ai même sérieusement songé après l’épisode de l’abattoir. Mais cela me me paraissait inconcevable. Je suis donc allée au bout de ma lecture.

Et, après 200 pages, LA révélation. Enfin, je rentrais dans l’intrigue. Enfin, l’enquête devenait intéressante. Enfin, j’appréciais l’histoire, et pas qu’un peu ! Celle-ci est, pour ainsi dire, décapante. Résultat : j’ai dévoré la moitié du roman en deux jours à peine.

--- Des personnages atypiques ---

J’ai mis du temps – et des pages – à m’attacher aux personnages principaux. Au début, et il me semble que c’est là une volonté de l’auteur, Eudes Lacassagne m’apparaissait comme un homme froid, sans émotion, sans autre passion que son métier. Il m’a d’ailleurs fait penser au très célèbre Dr House.

Mais, sous sa carapace, sous ses dehors indifférents, Le Khan, comme se plait à l’appeler Feldrik Rivat, cache une personnalité sans pareille. Déjantée. Et, oui, touchante. C’est justement pour toutes ces raisons que j’ai fini par l’apprécier.

Quant à Bertillon, son second, on ne peut que le trouver niais au départ, mais là encore, l’auteur l’a souhaité ainsi. En vérité, je suis persuadée que ce dernier désirait imprimer une réelle évolution à ses personnages. Et c’est une véritable réussite, car je m’inquiétais autant du sort de Lacassagne que de celui de Bertillon à la fin du livre.

--- Une atmosphère digne d’Halloween ---

Depuis quelque temps, je m’intéresse de plus en plus au steampunk. Et ce livre, malgré un départ chaotique, ne fait que confirmer mon penchant pour ce sous-genre de la science-fiction. Néanmoins, l’ambiance steampunk n’est pas le seul atout de La 25e heure, puisque cette saga possède un côté assez décalé, loufoque même, entre fantômes et cimetières.

--- Et l’enquête, alors ? ---

J’allais justement y venir ! Durant le premiers tiers du roman, je la trouvais très floue et, surtout, sans grand intérêt, tant les indices manquaient. Toutefois, Lacassagne et Bertillon finissent par progresser dans leurs recherches, et heureusement !

Je me permettrais juste un conseil : ne lisez pas cette duologie si vous êtes fatigué, car elle exige beaucoup de concentration. Suivre les agissements de nos héros n’est pas toujours aisé, d’autant plus qu’ils ne tiennent pas en place. Par ailleurs, l’histoire regorge de personnages, et les noms peuvent facilement se confondre.

J’ai donc l’intention de me plonger dans la suite dès sa sortie en poche (prévue pour janvier 2019), en priant pour conserver en mémoire tous les éléments-clefs de l’intrigue !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par alovelychicken_ 2018-12-03T15:33:11+01:00
La 25ᵉ Heure

Ce livre fut une très bonne surprise. Ce que j'ai préféré, c'est la plume de l'auteur. Je ne pense pas qu'elle convienne à tout le monde car elle peut être un peu ambitieuse par moment et certains pourraient la trouver un peu "lourde" mais moi, elle m'a transporté. En plus, ce Paris sous la neige un tantinet steampunk était juste tellement agréable! Ce livre était très immersif, et j'ai beaucoup aimé me balader dans ce bouquin avec ces personnages. Les personnages ne sont pas le point fort, je pense, mais ils font leur boulot correctement: ils nous entraînent avec eux, on s'attache (surtout à Louis Bertillon selon moi) et on aime bien les suivre. Je pense que la chose qui m'a le moins plus, finalement, c'est l'intrigue. Attention, j'ai beaucoup aimé les trois premiers quarts, quand on ne sait pas encore grand chose, quand on fait découverte après découverte sans comprendre quoi que ce soit car j'adorais réfléchir sur cette histoire et élaborer des théories toutes aussi farfelues les unes que les autres. Mais à partir du moment où l'élément paranormal est entré en jeu, j'ai un peu moins adhérer. En tout cas ça ne m'a pas empêcher de beaucoup aimé ce livre, et je lirai la suite ainsi que les autres travaux de Feldrick Rivat sans hésiter!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AJCrime 2018-12-21T00:33:30+01:00
Le Chrysanthème noir

Plus j’avance dans cette histoire et moins je comprends. Difficile de me retrouver dans tous ces personnages, ça s’emmêle dans cet univers steampunk pourtant parfaitement maitrisé, point fort, et grandiloquent à souhait.

Il faut beaucoup de pages pour se sentir intime avec ces personnages, mais une fois cela surmonté, on est bien dans l’histoire. Par ailleurs, les références à des scientifiques connus sont peut-être trop nombreuses et les termes familiers / argotiques, s’ils piquent la curiosité au début finissent par peser.

En effet, voilà une fin bien étrange et qui m’a laissé dubitatif, dommage.

Afficher en entier

Dédicaces de Feldrik Rivat
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

éditions de l'Homme Sans Nom : 7 livres

J'ai lu : 2 livres

Libretto : 2 livres

Editions du Pierregord : 1 livre

Elenya éditions : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode