Livres
443 577
Membres
379 285

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Gabriel Tallent

129 lecteurs

Activité et points forts

Classement dans les bibliothèques

Quelques chiffres

Note moyenne : 8.15/10
Nombre d'évaluations : 55

0 Citations 32 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Gabriel Tallent

Sortie France/Français : 2018-03-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Milie_Baker 2018-11-15T16:22:05+01:00
My Absolute Darling

Tellement de pression sur ce roman, qui est considéré comme un véritable chef d'œuvre pour énormément de personne.

C'est un vrai bon roman c'est sûr. L'écriture est sublime, le thème est violent, cruel et horrible, mais il prend aux tripes. Turtle est une des personnages les plus fortes que j'ai pu voir dans des romans. Après tout ce qu'elle subit, après toutes les traumatismes, et ce quelle doit affronter tous les jours, Turle se relève et se bat constamment. Ce n'est pas toujours de façon verbal ou physique, mais dans son esprit elle se bat contre elle-même, contre la situation et ses réactions.

Turtle a une très très mauvaise opinion d'elle-même. C'est effarant de voir à quel point cette jeune fille se déteste et se méprise. Quand on connaît le climat dans lequel elle vit, on comprend cette haine. Mais punaise, ça me révolte de voir à quel point une adolescente peut éprouver tant d'horreur envers elle-même.

Turtle est une jeune fille audacieuse, très forte et surtout réelle. Je pense que ces réactions sont celles qu'aurait vraiment une adolescente face à ces situations. Elle n'est pas soudainement héroïque, elle ne prend pas que les bonnes décisions et elle n'est certainement pas parfaite. Elle apprend, elle se bat, elle doute et elle ne sait surtout pas comment réagir face à son père. Malgré tout, il est son père. Et malgré son comportement affreux, il est certain qu'il éprouve de l'amour pour sa fille. Un amour malsain, répugnant, abusif et violent, mais il aime sa fille. Cela ne lui donne par contre aucune excuse pour tout ce qu'il fait endurer à Turtle.

Mais on peut comprendre qu'elle ne lui veuille pas de mal et qu'elle le protège.

Une bonne lecture donc, avec des personnages puissants, forts et révoltants. Je ne dirais pas que c'est un chef d'œuvre ni un coup de cœur, mais il restera dans mon esprit.

J'ai eu un peu de mal avec le style de l'auteur, parfois les phrases ne se suivent pas et j'ai eu des difficultés à suivre la time-line parfois (une action se déroule le soir d'un jour et la phrase en dessous, on est déjà à l'après-midi d'un autre jour, sans aucune transition).

Je le recommande.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par julie84 2018-11-18T01:07:02+01:00
My Absolute Darling

comme lu ci-dessous j'attendais beaucoup de ce livre et certes il est tres bon, poignant, violent etc. oui mais voilà comme toujours lorsque l'on est trop dans l'attente malheureusement souvent suis la déception. cela ne m'empêchera pas de le conseiller .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par loulou-84 2018-11-21T21:42:34+01:00
My Absolute Darling

Que dire.

J’ai acheté ce livre en ayant lu le résumé vite fait et en ayant vu que c’était le meilleur livre 2017 en Amérique.

J’ai trouvé le début assez long, j’ai fait plusieurs pauses durant ma lecture. Mais une fois que j’ai commencé à me mettre dans l’histoire je l’ai lu très rapidement.

C’est une histoire prenante et dure.

Une pauvre adolescente qui a une vie difficile mais qui pense qu’elle le mérite. Elle a un père qui l’aime mais qui est mauvais pour elle.

La rencontre avec Jacob et Brett lui change un peu sa vision des choses et commence à comprendre que son père lui fait du mal.

En bref ce livre m’a marqué et si vous avez le courage de le lire je vous souhaite une bonne lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Armony22 2018-11-22T18:02:12+01:00
My Absolute Darling

Turtle est une jeune fille de 14 ans qui vit seule avec son père dans une vieille bicoque délabrée, au milieu des rats, araignées et autres charmantes bestioles. Elle n'a pas de vie sociale, pas d'amis. Sa vie se cantonne au collège, où elle n'excelle pas vraiment, et à démonter, nettoyer, remonter des armes à feu et apprendre à les manier. Elle se ressource dans la nature, dans les bois et sur les plages qu'elle parcourt inlassablement.

"La tristesse a trouvé des recoins entiers d’elle-même dont elle ne soupçonnait pas l’existence. "

Son père est un être ignoble, manipulateur, violent et abusif. Une sorte de survivaliste écolo, cultivé et séducteur. Il exerce un contrôle total sur sa fille, la harcèle, la maltraite, aussi bien physiquement que psychologiquement. Les petits mots doux et gentils sont aussi courants que les insultes.

"— C’est à ça que se résume ton ambition ? À devenir une pauvre petite moule illettrée ? "

Père et fille entretiennent une relation exclusive, malsaine et destructrice jusqu'au jour où Turtle rencontre Brett et Jacob, deux lycéens drôles et attachants. Elle va réaliser qu'il existe une vie différente et son regard sur la sienne va peu à peu changer.

Ce roman comporte très peu d'action, c'est surtout de très belles descriptions et des personnages profonds dont la psychologie est très travaillée. Ce roman c'est un personnage, Turtle.

Si au début on peut la trouver peu sympathique, on ne peut que s'attacher à cette ado. Elle est fragile, en manque de repères. Elle voue à son père un amour inconditionnel et une loyauté à toute épreuve. Mais elle a aussi une grande force en elle. Une résistance incroyable et une volonté de s'en sortir.

"Elle le scrute. Il y a quelque chose en elle d’aussi dur que les galets de l’océan, et elle pense, Il existe une part de moi-même que tu n’atteindras jamais, jamais."

Il faudra la rencontre avec Jacob pour que le déclic se fasse et qu'elle lutte enfin pour son indépendance.

"C’est ça, le courage. Prendre ta putain de vie en main, quand ça semble la chose la plus difficile à faire."

La nature est omniprésente dans ce livre, de nombreuses descriptions vantant la beauté de la faune et la flore du coin. Avec également des scènes superbes et violentes, comme celle de l'océan. Le combo parfait entre le roman noir et le nature writing.

Une petite bouffée d'oxygène dans l'atmosphère très anxiogène qui règne tout au long du roman. J'ai lu ce livre en apnée, le coeur serré, peinant à reprendre mon souffle même dans ces moments-là.

Il y a des scènes insoutenables et pourtant l'auteur ne fait pas dans le voyeurisme et la surenchère. La tension monte en puissance et soumet nos nerfs à rude épreuve.

J'ai beaucoup aimé l'écriture de l'auteur. Changeante, dure et ciselée et beaucoup plus douce quand il nous parle de la nature par exemple.

Une lecture éprouvante et douloureuse, mais dont je ressors ravie. Sonnée, mais ravie. Je vais m'en souvenir longtemps et Turtle restera parmi les personnages les plus marquants que j'ai rencontrés dans mes lectures. Je ne sais pas si on peut parler de coup de coeur pour ce genre de livre, quand l'histoire est si dure, ça fait bizarre. Pour moi c'est sans conteste la lecture la plus marquante et mémorable, avec Entre deux mondes, que j'ai lue cette année.

Un livre qui vous bouscule et que l'on n'oublie pas. Un livre dont on ne ressort pas indemne. Un livre comme j'aimerais en lire plus souvent. Lisez-le !!!

https://www.facebook.com/lecturesnoirespournuitsblanches/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dacotine 2018-11-26T19:58:00+01:00
My Absolute Darling

Waouh ! une claque !

on est dans la tête de Turtle ( oui et ce surnom n'est pas anodin) et on essaie de comprendre comment elle a pu survivre, comment elle peut endurer ce que son père lui fait subir : l'isolement, l'attente, la méfiance, la relation incestueuse, la relation perverse...l'horreur.

En fait tout est dit sans l'être, on assiste à l'horreur dans une langue imagée, dans un vocable presque bucolique.

C'est un roman glaçant, qui illustre toutes les complexités des Hommes, toute la folie de certains.

Par contre j'ai été gênée par le vocabulaire grossier et ordurier qu'utilise les personnages, les "putain !" répétitifs, les "connasses"...mais je me demande si ce n'est pas typique de la littérature américaine. En fait cela m'a fait penser à L'accroche coeur de Salinger.

C'estaussi ce qui constitue l'atmosphère pesante, stressante de ce roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Virginy 2018-11-27T13:51:13+01:00
My Absolute Darling

Julia Alveston, alias Turtle, pourrait être une adolescente comme les autres. Mais c’est une solitaire, par choix. Elle ne veut pas que qui que ce soit devine quelle est sa vie en dehors du collège. Elle vit seule dans une grande cabane de bois avec son père, un homme qui l’éduque à sa manière. En dehors de son grand-père qui vit dans un mobil home près de chez eux, elle n’a que lui, ce père abusif et violent, malin et beau parleur, et elle l’aime. Pourtant, elle sait que ce qu’elle subit n’est pas normal, et face à ce dilemme, elle tente de survivre seule, d’échapper aux foudres paternelles tout en prenant son indépendance. Il a une telle emprise sur elle qu’elle se mure dans son silence et affronte la situation, avec une forme de résignation qui prend aux tripes. Sa rencontre avec Jacob, un lycéen qu’elle a suivi dans les bois et aidé alors que lui et son ami Bret étaient perdus, va changer quelque peu la donne. Jacob est intrigué par cette adolescente qui semble capable de survivre dans les bois sans peine, tirant de la nature de quoi subsister. Peu à peu, Jacob parvient à découvrir ce qui se cache sous la carapace de Turtle, cette dernière découvrant une amitié qui pourrait bien lui être salutaire.

Au delà du roman d’apprentissage, du roman initiatique, ce récit est aussi une ode à la nature. Malgré l’atmosphère dérangeante, incestueuse et violente qui règne chez Turtle, la nature joue le rôle de refuge apaisant, réconfortant. Tout y est calme, on y trouve des joies simples. Elle est la mère que Julia n’a pas eu et auprès de qui la jeune fille tente de trouver une solution, c’est l’endroit où elle ne se sent pas jugée.

C’est un beau roman, un magnifique roman, émouvant et dérangeant, doux et violent, sombre et plein d’espoir. Un roman choquant qui met à nu une relation père-fille extrême. Impossible de rester indifférente face à la puissance de ce récit d’une grande justesse. La prestation de Marie Bouvet, qui donne sa voix à ce roman dans sa version audio française, est absolument remarquable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fabie67 2018-12-01T21:26:53+01:00
My Absolute Darling

Je regrette que la 4è de couverture n'est pas été plus précise quant aux personnages. Parler d'un père charismatique me semble inapproprié.

Ce livre raconte l'histoire de la vie très dure d'une adolescente livrée en pâture à un père pédophile et incestueux , élevée à l'écart de tout.

Turtle sauve le livre. Une gamine admirable.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2018-12-18T10:58:54+01:00
My Absolute Darling

Si vous cherchez un roman qui vous laissera groggy durant votre lecture, celui-ci est tout trouvé !

Ce roman noir prouve ce que j’ai toujours su au fond de moi : on peut être instruit, connaître des mots de vocabulaire compliqués, être un grand lecteur (et pas de roman de gare ou à l’eau de rose), avoir une vision claire de l’état de la planète et être le dernier des salopards d’enculé de pute de fils !

Cette constatation, je l’ai surtout comprise il y a quelques années, avant, j’aurais soutenu mordicus qu’une personne instruite et grand lecteur ne pouvait pas être aussi crétin.

Pourtant, c’est vrai, je l’ai comprise avec les réseaux sociaux et les commentaires à l’emporte-pièce en provenance de gens que je pensais instruit puisque lecteurs. Mais, tel le père de Turtle, seul leur opinion, leur vérité, comptent.

Martin veut le meilleur pour sa fille qu’il élève seule, la mère étant décédée et finalement, il ne lui montre que le pire, lui fait vivre le pire, la coule au lieu de l’élever vers le haut, reproche à son père son désordre dans son camping-car alors que chez lui-même, c’est une porcherie, un taudis invivable…

Ce roman prend à la gorge directement, comme un pitt-bull sournois (je n’ai rien contre la race, mais ça fait plus d’effet que si je choisis un caniche) qui vous attraperait à la gorge et commencerait à vous la secouer doucement, avant de vous l’arracher.

Afin d’être moins traumatisée par cette lecture (je savais ce qu’il s’y passait), j’ai tenté le bon vieux coup de la lectrice qui regarde tout ça de haut, qui ne s’implique pas émotionnellement afin de ne pas être touchée trop fort par le récit dur comme la lame d’un couteau.

Bon sang, j’ai failli réussir !! Turtle (Julia) est un personnage assez froid qui n’appelle pas vraiment à l’empathie et j’ai réussi à ne pas trop m’attacher à elle au départ. Mais peine perdue, après, plus moyen de faire comme si je ne ressentais rien vu ce qui se déroulait sous mes yeux.

L’auteur a créé des personnages réalistes, humains ou salauds, des gens qui, comme nous, voient qu’il y a un problème dans l’entourage de Turtle mais ne savent pas trop comment faire pour le résoudre, pour l’aider, sans compter que Turtle ne donne pas l’impression de vouloir être sauvée.

Et c’est de là que provient mon malaise… Elle aime son père, elle le défend, lui trouve des excuses, lui obéit en tout point, même lorsque l’ordre donné va à l’encontre de tout, même lorsqu’il la prend de force…

La scène avec le révolver et la pièce est insoutenable tant elle est d’une horreur absolue, d’un illogisme pur, d’un sadisme sans nom.

Martin, le père, est un personnage noir, qui aime mais qui aime mal, qui pense que sa fille lui appartient et que ce qu’il fait pour elle, c’est bien, c’est juste, c’est normal.

Je pourrais aussi vous parler du danger des armes à feu, mais je pense que je vais m’arrêter là car la lecture de ce roman était difficile, prenante, horrible et qu’il ne laisse pas intact tant on a bouffé des horreurs durant toutes ces pages, sans qu’elle soit exagérée ou gratuite.

Un roman tellement noir qu’on a envie de se mettre à lire Oui-Oui au pays des licornes gentilles et des Bisounours tant on a besoin de se libérer l’esprit après une telle lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elycya 2018-12-27T15:13:17+01:00
My Absolute Darling

Un roman assez dur avec une ambiance glauque.

Turtle une jeune fille de 14 ans est maltraitée par son père.

Une personne destructrice, abusive, incestueuse et pédophile par dessus le marché.

Turtle est enfermée dans cette routine depuis si longtemps qu'elle ne se rend pas compte que ce qu'elle vit n'est pas normal. La rencontre avec Jacob et Brett va amorcer un déclic mais le combat vers la liberté s'annonce difficile.

Je pense que ce livre n'est pas à mettre dans toutes les mains tant certaines scènes sont insoutenables à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fredmerck 2018-12-29T15:53:17+01:00
My Absolute Darling

Ça y est je l’ai enfin lu !

Au nord de la Californie, loin du clinquant hollywoodien, Julia, dite "Turtle", vit seule avec son père Martin. Leur maison est isolée, spartiate. Le grand-père paternel, alcoolique et reclus, habite un mobil-home un peu plus loin sur le terrain. Les voisins les plus proches sont à un quart d'heure de là. Julia-Turtle n'a pas d'amis, pas de vie sociale. Elle est sous la coupe de son père, charismatique, violent, abusif. Autour, certaines personnes s'inquiètent pour elle, subodorent quelque chose. Turtle, cependant, rejette les mains tendues. Il ne faut pas trahir Martin, de toute façon, elle n'est qu'une petite conne. Un jour, lors d'une balade, d'ailleurs plus une sorte de fugue non verbalisée comme telle, Turtle rencontre Brett et Jacob, deux lycéens en quête d'aventure mais passablement perdus. Les trois adolescents sympathisent et une brêche s'ouvre doucement dans la carapace de Turtle.

J'ai lu My Absolute Darling en deux jours. Autant dire que c'est un excellent roman qu'il est difficile de refermer. Et en plus je suis en congé donc alléluia j’ai un peu de temps pour lire !

My Absolute Darling est un livre éprouvant. Les scènes sordides d'inceste, néanmoins m'ont moins marquée que la description, lente, insidieuse et méthodique, de l'emprise de Martin sur Turtle, que j'essayais de comprendre, d'analyser. Ces viols, en somme, ne sont "que" la face émergée du terrifiant fonctionnement familial dont personne ne saisit le sens et l'atroce conséquence sur l'enfant. Après tout, Martin donne le change, aime sa fille, à sa façon, destructrice, anihilante, égoïste. J’ai trouvé que d’autres scènes étaient bien plus insupportables, même si Gabriel Tallent ne fait preuve d’aucun voyeurisme, notamment celle du couteau et des tractions sur la poutre, celle de l'opération improvisée d'un doigt et celle où Martin promet à sa fille qu'il l'égorgera et égorgera Jacob si elle venait à lui échapper. Quelques personnes sont néanmoins interpellées : Anna, Caroline et le grand-père, mais personne n'arrive à vraiment savoir. Quand Turtle ose demander de l'aide à un ami de son père, celui-ci n'y croit pas, ne veut pas y croire et surtout ne veut pas avoir de problème.

Turtle apparaît donc bien seule, livrée à elle-même dans le huis clos tissé par son père. Je ne dévoile volontairement pas la fin car il faut lire ce livre, à condition d'avoir quand même le coeur bien accroché et le ventre solide. J'ai cependant toujours pensé qu'une lecture qui ne remue pas les tripes et qui ne nous change pas n'est pas une vraie lecture. C'est bien ce qui différencie des Gabriel Tallent d'un Marc Levy, ce qui différencie un roman d'un texte de gare. Turtle, en tout cas, retrouve sa dignité, se reconstruit, difficilement mais inexorablement.

Afficher en entier

Dédicaces de Gabriel Tallent
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Gallmeister : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode