Livres
472 784
Membres
445 795

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Georges Bernanos

148 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par camillel54 2010-07-01T02:58:58+02:00

Biographie

Georges Bernanos

Ecrivain français

[Littérature française]

Né à Paris le 20 février 1888

Décédé à Neuilly-sur-Seine le 05 juillet 1948

Après des études de droit et de lettres, Georges Bernanos milite chez 'Les Camelots du roi', ligue d'extrême-droite et collabore à divers journaux monarchistes, avant d'en diriger un à Rouen. Décoré après la Première Guerre mondiale, il se marie et devient inspecteur des assurances à La Nationale. Durant ses tournées, il rédige 'Sous le soleil de Satan' dont le succès est éclatant, et lui permet, au seuil de la quarantaine, de se consacrer entièrement à la littérature. Il obtient le Prix Femina en 1929 pour 'La Joie' puis connaît sa plus grande fécondité littéraire lors de son séjour à Majorque entre 1934 et 1937. Le Grand prix du roman de l'Académie française récompense 'Le Journal d'un curé de campagne' en 1936. Surpris par la guerre d'Espagne, il revient en France puis s'embarque pour le Paraguay et le Brésil, où il achève en 1940 'Monsieur Ouine'. Lorsque la guerre éclate en Europe, il multiplie les articles dans la presse brésilienne et devient l'un des plus grands animateurs spirituels de la Résistance française. En juin 1945, il vient poursuivre ce combat dans la France libérée, et écrit pour la presse de la Libération. Il passe ses dernières années en Tunisie où il compose l'un de ses chef-d' oeuvre 'Dialogues de Carmélites', qui depuis sont joués sur toutes les scènes de monde.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
21 lecteurs
Or
42 lecteurs
Argent
24 lecteurs
Bronze
40 lecteurs
Lu aussi
60 lecteurs
Envies
54 lecteurs
En train de lire
3 lecteurs
Pas apprécié
16 lecteurs
PAL
84 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.14/10
Nombre d'évaluations : 27

2 Citations 23 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Georges Bernanos

Sortie Poche France/Français : 2019-01-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Journal d'un curé de campagne

Un livre qui est aussi spirituellement profond que difficile à lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zelina 2016-09-19T10:02:44+02:00
Les enfants humiliés

Bof...

Réflexions de l'auteur sur la Guerre, les liens qui se tissent entre la 1ère Guerre Mondiale et la Seconde, la bêtise des citoyens qui ne réagissent pas, la société, l'opposition entre l'Avant et l'Arrière...

Réflexions sur les "imbéciles" sur Hitler, cet enfant humilié, sur l'Eglise et la "vrai" foi chrétienne...

Réflexions sur sa propre vie, son travail d'écriture, le destinataire de ses livres, sa vie au Brésil, la misère, la solitude...

Le tout sur un ton pathétiquement négatif et désespéré... Autant se suicider tout de suite ! =S

Bon, je sais, il faut replacer ces pensées dans leur contexte... Le début de la Seconde Guerre Mondiale, la montée des totalitarisme, l'angoisse face à tous ses événements...

Mais je n'aime pas tellement lire des choses autant négatives... Un peu de joie de vivre, ça ne fait pas de mal, non ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par feufeu 2017-03-03T16:19:04+01:00
Sous le soleil de Satan

Ecriture pas toujours facile

Ce livre manque d'action. Après que Mouchette ait tué son amant il ne se passe plus grand chose.

Intrigue bien imaginée, Le livre est quand même violent le combat entre"bien" et "mal" restera éternel.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chloe-Laraignee 2017-05-15T19:27:51+02:00
Les enfants humiliés

Un ensemble de réflexion dont la lecture me laisse perplexe : que penser de dires qui s'égarent, se confondent, se confrontent ? J'emploierais volontiers ce livre comme exemple au sujet de dissertation proposé aux classes préparatoires de cette année 2017.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vincepenny 2018-01-04T12:32:20+01:00
Dialogue des Carmélites

Un livre que je classe sans problème dans mon top 3 de lectures favorites ! Cette œuvre m'a beaucoup apportée, surtout dans une période de ma vie où je me sentais vide et seule. Les personnages principaux sont bouleversants, je me suis énormément identifiée à Blanche, la fragile héroïne de l'histoire.

Ce livre ne traite pas que de religion contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, il parle aussi de courage, de solitude, du combat qu'est la vie de tous les jours et du sens qu'on cherche à notre existence sur terre... Cet ouvrage est très court par ailleurs et se lit très facilement (il est présenté sous forme de scénario, car ce devait être un film à l'origine). Un livre vraiment beau.

Afficher en entier
Nouvelle histoire de Mouchette

C'est une nouvelle qui m'a bouleversé, je ne penserais au début en lisant qu'elle serait bouleversant mais malgré tout il y a des point négatif pour moi. Le suspense n'est pas tangible et l'histoire parait longue.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GwenaelBidault 2018-08-10T11:05:21+02:00
Monsieur Ouine

Le Dieu caché cher à Pascal n’est plus. C’est le Dieu mort de Nietzsche qui parcourt le roman de Bernanos, et Son absence se fait sentir. Le Mal prend forme dans l’absence, le vide. Le froid et l’immobilité en sont l’expression, et dans un monde livré à lui-même, faire le bien ou le mal, quelle importance ? Tout se vaut quand l’élan vers Dieu est perdu, quand on se considère par-delà le bien ou le mal. Sans le Souffle, le monde ne constitue qu’un amas de chairs guetté par la nécrose. La paroisse de Fenouille était déjà morte quand Ouine s’y est installé, tout au plus en a-t-il précipité la décomposition. Monsieur Ouine, lui qui n’est rien, sinon il serait « quelque chose, bonne ou mauvaise », ne corrompt pas les âmes mais se contente de révéler les habitants de Fenouille à eux-mêmes, de porter la lumière ("lux ferre") sur leur solitude.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par book-princess 2019-04-03T19:52:45+02:00
Sous le soleil de Satan

Un roman qui me laisse plus ou moins perplexe, mais une chose est sûre : maintenant que j'ai refermé la couverture, je laisse le livre derrière moi sans regret.

J'ai trouvé la narration très, trop lourde ; le récit n'est qu'un long soliloque plaintif et tortueux dans lequel les évènement et les conversations donnent l'impression de tourner en rond.

Si je devais tirer un thème du roman, c'est que la lutte entre Dieu et le Diable, le bien et le mal se fait à l'intérieur de soi ; nous sommes les seuls juges de notre du foi. Mais la manière dont l'auteur aborde le sujet est un peu trop métaphysique (grandiloquente ?) pour moi. D'ailleurs, si ça se trouve, je n'ai rien compris au livre et je raconte des âneries plus grosses que moi. C'est fort possible...

Ce qui m'a le plus embêté dans ma lecture, ce sont les personnages. Ils donnent l'impression d'être inconsistants ; un coup ils pensent ceci, puis l'exacte opposé, trop émotifs, trop dramatiques, en particulier l'abbé Dornissan. Mouchette m'a plu, grâce à elle le début du roman a un peu de pep's, mais ensuite on ne parle plus d'elle, donc bon... Et puis, on introduit un nouveau personnage qui devient central à la toute fin du roman, Saint-Marin : là, j'étais plus ou moins perdue et franchement, j'ai fini le bouquin en diagonale.

Bref, une lecture assez fastidieuse et pas vraiment passionnante.

Afficher en entier
Les Grands Cimetières sous la Lune

Le pamphlet, c'est bien quand on est énervé. Et Bernanos l'était visiblement, puisque ça l'a tenu non-stop pendant les 300 pages de son long plaidoyer pour un peu plus d'humanité en politique. Le propos est noble, et l'homme savait de quoi il parlait, après avoir bouffé de la guerre des tranchées et soupé des agissements des Nationaux aux Baléares pendant la guerre civile espagnole. Il y avait franchement de quoi être dégoûté de la politique, de l’Église et de ses contemporains. Après, lire sa longue diatribe autant de temps après, ça lui fait perdre un peu de sa fraîcheur, il faut en convenir. Bien des noms cités n'ont plus guère d'écho aujourd'hui. Malgré tout, on peut tirer un certain nombre de ficelles pour établir des parallèles avec le marasme actuel, et l'insondable bêtise des déclarations politiques dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée, et il n'est guère difficile d'adhérer aux railleries que Bernanos, qu'on ne peut pas soupçonner de sympathies de gauche, réserve tant aux partis révolutionnaires qu'aux nationalistes bêlants. Il a particulièrement eu l'occasion de souffrir de l'abus de pouvoir exercé par les novices en politique qui répètent à l'envi et en s'égosillant les slogans pré-mâchés qu'ils viennent tout juste d'ingurgiter. Du coup, on ne peut que sourire narquoisement à ses coups de fleuret non moucheté qui les égratignent salement. Mais ça s'arrête là, son acharnement finit par être pesant et plomber lourdement un moral déjà mis à mal par nos difficultés à sortir de l'enfance, en tant qu'espèce.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SkeletonGirl 2019-04-24T17:50:47+02:00
Sous le soleil de Satan

Un livre assez cryptique du à son écriture assez lourde mais qui traite d'un bon sujet : celui de la fine ligne entre le bien et le mal. Les personnages sont pas très intéressants mais l'intrigue en elle-même à son intérêt.

Afficher en entier

Dédicaces de Georges Bernanos
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Le Castor Astral : 7 livres

LGF - Le Livre de Poche : 7 livres

Plon : 5 livres

Seuil : 4 livres

Gallimard : 3 livres

Pocket : 3 livres

Points : 1 livre

Phébus : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode