Livres
515 290
Membres
528 671

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Glen Cook

630 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par bombassou 2010-01-07T21:29:05+01:00

Biographie

Né en 1944 à New-York, Etats-Unis. Il a grandi au nord de la Californie et a fait ses études en psychologie dans l'Université du Missouri. Il a commencé à écrire quelques nouvelles au collège puis pris part dans la rédaction du journal de son lycée mais a cessé d'écrire lors de ses études à l'université et dans l'US Navy, ou il y passera quelques années.

Il a réellement commencé sa carrière d'écrivain en 1970 (son premier travail d'écriture rémunéré). Il travaille alors dans une usine d'assemblage de General Motors dans laquelle il va rester plus de trente ans. Selon Glenn Cook lui-même, il aurait écrit nombre de ses livres durant son travail. Il se passionne pour l'histoire militaire et la philatélie. Il a récemment pris sa retraite et vis désormais à Saint Louis (Missouri).

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
986 lecteurs
Or
1 128 lecteurs
Argent
572 lecteurs
Bronze
301 lecteurs
Lu aussi
286 lecteurs
Envies
790 lecteurs
En train de lire
50 lecteurs
Pas apprécié
31 lecteurs
PAL
1 050 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.96/10
Nombre d'évaluations : 435

0 Citations 162 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Glen Cook

Sortie Poche France/Français : 2016-09-07

Les derniers commentaires sur ses livres

La Compagnie noire, Tome 2 : Le Château noir

Glauque mais prenant ;

Second round avec la compagnie noire. Ni bonne ni mauvaise, juste des soldats et des épées à louer dans une atmosphère de fantasy moyenâgeuse. le quatrième de couv fait référence à Sergio leone pour sa façon de revisiter les Western. Juste analogie. On patauge dans la boue, la fange, on en a jusqu'aux genoux...

Dix ans déjà au service de la Dame, la compagnie s'est forgée une fameuse réputation de nettoyeur de pestilence rebelle, où qu'elle se mette à sentir. Pas si vicieuse qu'on le prétend, mais la terreur la précède où qu'elle aille et les rebelles flanchent et démissionnent à la simple évocation de son arrivée.

La compagnie est envoyée dans la province de Tally, pour mater une énième rébellion avant que la Dame ne l'envoie à Génépi où un très énigmatique château noir attire son attention.

Génépi : Une sale petite bourgade où l'on crève de froid dans la rue, et où les cadavres disparaissent. Corbeau, déserteur avec Chérie (voir Les Annales de la Compagnie noire tome 1) y joue d'ailleurs un rôle primordial.

Mais quel secret recèle ce château noir ? quel secret poursuit la compagnie noire ? la promesse de son anéantissement ?

Ce second tome nous plonge plus profondément encore dans les noirceurs de l'univers crée par l'auteur. Notamment à travers un nouveau personnage "guest star" : Marron Shed, un être veule, poltron, naïf et mesquin mais qui se découvre au fur et à mesure des ressources noires, des résidus insoupçonnés de courage qui font que finalement on va finir par s'intéresser à son devenir.

Il y a moins d'action dans ce tome, où la dimension épique est quasi totalement absente. Il n'y a pas de héros au grand coeur, mais du sale type à la pelle, menteur, tueur. Digne de la compagnie noire quoi...

Cette compagnie noire justement, assez discrète finalement dans ce second tome, presque un personnage secondaire au profit d'individus comme Shed et quelques incontournables comme Toubib.

Une histoire très lente. A ce stade (début de l'action page 280) on ne parle plus d'histoire longue à démarrer. C'est noir certes, mais toujours un peu mou. Dommage.

Un second tome qui marque un tournant dans le devenir de la compagnie noire. La suite à voir : La Rose blanche.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-08T19:54:03+01:00
Le Dragon ne dort jamais

e ne suis visiblement pas un dragon.

Les Vaisseaux sont les gardiens du réseau et de la civilisation humaine. A son corps défendant parfois. Une grande maison cherche à s'emparer d'un vaisseau pour augmenter son pouvoir et des ET cherchent à mettre à mal l'hégémonie des vaisseaux.

En voilà un pitch intéressant (c'est du moins ce que j'en ai compris). Car tout le problème de cette oeuvre est là. La compréhension. Un univers flou et complexe, mais surtout flou. Des personnages flous, des enjeux flous.

J'ai passé toute ma lecture dans un brouillard intellectuel. Mettant un temps fou et du coup un temps flou à intégrer ma lecture.

Bref, malgré une ambiance et souvent du vocabulaire militaire que j'affectionne pourtant, car on est indéniablement dans la catégorie SF militaire, je me suis profondément ennuyé dans cette lecture que je ne recommande à personne. D'une complexité inutile, personnages, action, ligne narrative… Tout concourt à noyer le lecteur dans le verbiage de l'auteur.

Si j'osais.. Eh ben tiens, j'ose, ce livre, c'est de la branlette littéraire où l'auteur se regarde écrire plutôt qu'écrire pour son lectorat et lui plaire.

Afficher en entier
La Compagnie noire - Les livres du Nord

Une bonne découverte. Je ne connaissait pas du tout l'existence de ce livre avant qu'il ne me soit suggéré par le site.

J'ai eu du mal a apprécié le premier des 3 livres de cette intégrale, je me perdais dans les dates, dans leur histoire. Mais ce problème n'est plus apparu dans les 2 livres suivants, et je me suis bien attaché à cette compagnie et à leurs aventures, et surtout à Corbeaux et Toubib.

Afficher en entier
Les annales de la Compagnie Noire, intégrale 2

Un peu de mal à rentrer dans cette intégrale mais au final bien accroché. On retrouve la Compagnie Noire qui tente de retourner à ses origines et la rencontre de sa mémoire perdue à des milliers de kilomètres au Sud dans des contrées oubliées depuis des centaines d'années. Une nouvelle guerre passionnante bourrée de rebondissements mais qui s'arrête brutalement au deuxième livre. Le troisième reprenant le cours du temps au Nord juste après la défaite du dominateur. On retrouve la Rose Blanche, Casier, Corbeau et Bomanz dans la ville d'aviron en proie au chaos à la recherche de la pointe d'argent contenant l'âme du dominateur qui a été dérobée. Un livre beaucoup plus noir et finalement le meilleur de cette intégrale pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par theyoubot 2020-02-26T02:46:22+01:00
La Compagnie noire, Tome 1

J'ai abandonné au bout de 100 pages

- le personnage principal ne ressent presque pas d'émotion. Les rares fois où il en ressent une, elle est dite (expédiée en deux mots !) et non montrée. L'auteur ne sait pas écrire une intrigue émotionnelle. Je ne parle pas ici de personnages avec une vie émotionnelle réduite (Clive Cussler, Lee Child, Carolyn Cherryh, Kim S. Robinson). Ici, le defaut est poussé à son extrême : le héros est juste une caméra sur pattes qui se balade dans l'action et nous permet d'y assister par ses yeux.. Cook est totalement incapable de créer une empathie entre le lecteur et le personnage.

.

- idem pour les persos secondaires. Par exemple, Corbeau, portant porté par un désir de vengeance.

On dirait que le roman est écrit par un ordinateur froid incapable de comprendre ce qu'est une émotion.

.

- l'auteur ne sait pas non plus animer une scène d'action. Une émeute, la traque d'un monstre, une escarmouche, l'auteur est incapable de décrire ça de façon prenante. Zéro suspense et il y manque le minimum de détails clé permettant l'immersion. Le lecteur est aveugle. Je n'ai jamais lu des scènes d'action aussi insipides de ma vie. On dirait que ce sont des résumés succincts qu'il comptait reprendre plus tard pour écrire les scènes

.

Cette écriture médiocre m'a fait douter. Peut être que ça s'améliore ensuite ? Non. J''ai lu une dizaine de pages vers la fin : mêmes défauts.

.

Qualités

- l'univers sombre, dépaysant et tragique, les horreurs de la guerre.

.

- le début du récit est clair, linéaire et bien rythmé, contrairement à un reproche fréquent des fans du cycle. Je trouve qu'on repère vite les deux camps, les noms des camarades, alliés et employeurs de Toubib ainsi que les tenants et aboutissants du contrat de la Compagnie. L'immersion est aisée et immédiate. C'est réussi. C'est probablement le mieux qu'un auteur puisse faire sans personnage digne de ce nom ni personnage qui fonctionne.

.

.

PS : aux 90 booknoteurs qui ont mis entre 7 et 10 à ce roman, je dis que nous ne vivons pas sur la même planète littéraire, eux et moi.

Afficher en entier
Les Instrumentalités de la Nuit, Tome 1 : La tyrannie de la nuit

Un livre plus complexe que La Compagnie Noire. Il y a foison de personnages, de factions, de pays, de religions et d'allégeances, et qui se chevauchent. Il faut assurément prendre son cerveau avec soi quand on lit ce livre. Je pense qu'il faudra que je le relise pour préciser les détails, géographiques notamment, qui restent pour moi un peu confus.

J'ai retrouvé l'humour subtil et pince sans rire de Glen Cook, en moins prononcé que dans La Compagnie Noire et les Garrett, détective privé.

L'intrigue est un peu longue à se mettre en place, mais au fil des pages l'histoire se précise. J'adore le personnage d'Else, trop compétent pour son bien et un peu cynique, Spoiler(cliquez pour révéler)et qui va se retrouver devant un dilemme difficile à résoudre.

Je vais certainement lire la suite, car le tome 1 me fait un peu l'effet d'une entrée en matière de six cents pages, et l'intrigue est loin d'être dénouée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par z_anis 2020-05-05T22:11:12+02:00
La Compagnie noire, Tome 1

Accrochez-vous. Oui, il vous faudra lutter pendant les cent premières pages. Pleins de personnages, de lieux... Ne retenez rien, n'essayez pas de comprendre plus qu'il ne faut, accrochez-vous et continuez. Ensuite, le bonheur total. Rafraichissant, bien écrit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vance 2020-05-30T09:00:58+02:00
La Compagnie noire, Tome 1

Ce premier tome ménage le chaud et le froid. D'abord, il intrigue, entrant dans le vif du sujet sans préparation ni présentation : pas de carte, pas de glossaire, on essaie de s'accrocher aux noms et aux situations pour tenter de comprendre le contexte géopolitique dans lequel se débat Toubib, le narrateur, et ses compagnons mercenaires. Le style direct, parfois narquois, ne ménage pas ses ellipses, s'étendant sur des détails et en occultant d'autres. C'est parfois rageant tant on manque de support pour se plonger dans ce monde violent, rongé par une guerre entre des empires mal définis et baigné d'une magie puissante quoique très difficile à maîtriser. Nul doute que l'auteur s'appuie sur notre connaissance intrinsèque d'un univers basique d'heroic fantasy tant il choisit de ne pas s'étendre sur les descriptions.

Du coup, la première mission de la Compagnie avortée, la fuite d'une ville mise à sac par des rebelles, leur nouvelle assignation au service d'un individu mystérieux lui-même travaillant pour la Dame dont on ne sait pas grand chose, tout cela passe sans qu'on parvienne à vraiment se passionner pour les tribulations de ces guerriers roulant leur bosse parfois depuis des décennies.

Puis vient un moment où l'on finit par s'y faire : suffisamment de détails semés ici et là nous permettent de nous habituer à ces personnages francs du collier, héritiers d'une histoire souvent sanglante ou tragique, et on commence même à s'amuse avec le narrateur des perpétuelles blagues qu'ils se font entre eux afin de tromper leur ennui et d'oublier qu'ils risquent leur vie pour des causes qui leur échappent. La description des duels de mages demeure cependant souvent trop floue - sans doute volontairement - et on s'accroche aux relations complexes qui se nouent entre quelques personnages se détachant du lot.

Puis vient le dernier tiers : la tension accumulée jusque lors est à son paroxysme, et on sait que la Compagnie se dirige vers une bataille finale aussi désespérée que décisive. Le narrateur cette fois est de plus en plus intégré à l'histoire, au point d'en devenir bien plus qu'un témoin privilégié : n'est-il pas invité au palais où règne cette Dame qui hante ses pensées ? Mais le sort du monde dépend de la manière dont lui et quelques-uns de ses pairs parviendront à gérer les stratégies mises en place pour empêcher une défaite annoncée, alors que les hordes de rebelles affluent pour ce qui s'annonce être une bataille homérique où les cadavres vont s'amonceler. Le style se modifie et le narrateur se permet de s'étendre, de s'épancher afin de nous faire vivre de l'intérieur tout en conservant un peu de recul les différentes phases de cette confrontation titanesque. Plus possible de s'arrêter dans la lecture alors que le destin d'un monde se joue et que l'écheveau de nombreux mystères se dénoue : les alliances et mésalliances se font et défont et l'ennemi d'hier pourrait bien être l'allié de demain.

Un roman assez déroutant mais qui finit par emporter l'adhésion par sa fougue et les nombreuses pistes à développer.

Afficher en entier
Les annales de la compagnie noire, intégrale 3

Mention particulière pour les Livres de Murgen même si en général ils sont moins appréciés des lecteurs car plus sombres et "oniriques".

Globalement un tome 3 de l'intégrale très bon dans la lignée du deuxième.

Afficher en entier
Les annales de la Compagnie Noire, intégrale 4

Une fin en demi teinte. J'ai bien aimé le tome "L'eau dort" avec Roupille en analyste, mais le dernier tome où l'on retrouver Toubib et tous les anciens de la compagnie noire est plus pesant, avec plus de longueur.

On retiendra de cette saga sa créativité, son originalité et son humour noir. Une belle découverte.

Afficher en entier

Dédicaces de Glen Cook
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

L'Atalante : 32 livres

J'ai lu : 24 livres

Night shade books : 12 livres

Roc : 8 livres

Tor Books : 4 livres

Ace Books : 2 livres

ActuSF : 1 livre

Subterranean Press : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array