Livres
554 906
Membres
600 166

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Graham McNeill

Auteur

170 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par x-Key 2011-01-04T22:58:09+01:00

Biographie

Graham McNeill est un auteur de science-fiction et développeur de jeu pour la société Games Workshop. Cet architecte de formation est connu des amateurs de wargames et de science-fiction pour ses nombreuses contributions au jeu de figurines futuriste Warhammer 40.000 et pour ses livres et comics dérivés de cet univers.

Né en 1971 à Glasgow (Écosse), il a étudié l'architecture à la Glasgow Caledonian University (1989-1996) et a commencé sa carrière professionnelle comme architecte, avant de proposer sa candidature comme écrivain auprès de Games Workshop. En février 2000, il commence sa nouvelle carrière dans l'équipe de développement des jeux de cette société. En plus d'articles parus dans le magazine White Dwarf, ses premières contributions concernent les Codex (livres d'armée) Tau (2001) et Nécrons (2002), sous la direction d'Andy Chambers.

Graham NcNeill est un écrivain régulier de la Bibliothèque Interdite, maison d'édition de Games Workshop. Il y publie dès 2002 Nightbringer, puis en 2003 Déluge d'acier. Il contribue également à la série "L'Hérésie d'Horus", dans laquelle les événements à l'origine de l'univers de Warhammer 40.000 sont décrits. Il y a déjà publié Les Faux Dieux (2006), Fulgrim (2007) et Mechanicum (2008). Ses contributions à l'univers Warhammer (univers de fantasy) chez le même éditeur sont Les Chroniques de l'Ambassadeur (2005) et Gardiens de la Forêt (2005).

Il a également prêté dernièrement sa plume pour l'écriture d'un roman dans l'univers du jeu vidéo Starcraft chez l'éditeur Simon & Schuster.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
208 lecteurs
Or
240 lecteurs
Argent
178 lecteurs
Bronze
84 lecteurs
Lu aussi
96 lecteurs
Envies
149 lecteurs
En train de lire
16 lecteurs
Pas apprécié
1 lecteurs
PAL
173 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.44/10
Nombre d'évaluations : 106

0 Citations 57 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Graham McNeill

Sortie France/Français : 2015-07-15

Les derniers commentaires sur ses livres

L'Hérésie d'Horus, tome 5 : Fulgrim

Décadence et folie pour ce cinquième épisode de l'hérésie d'Horus. Il revient sur la quadrilogie de départ, du point de vue des Emperor's Children.

Fulgrim est le primarque de cette légion. A travers de multiples combats contre des races extraterrestres (Laers, eldars, peaux-vertes), ses interactions avec la légion des Irons Hands (et de son primarque Ferrus Manus), on suit sa lente déchéance et son basculement vers la folie qui lui fera suivre le maître de guerre dans sa trahison jusqu'à la bataille de Isstvan V qui scelle le sort de la trahison si Isstvan III n'avait pas suffit.

Dans sa suite, les commémorateurs associés à sa flotte basculent également progressivement dans le chaos.

Un épais bouquin qui fait la part belle aux exactions et conséquences du chaos. McNeil excelle dans sa présentation, noire, dégradante, la débauche et les plus vils instincts de la chair corrompue. Pour les adeptes des ultramarines, on retrouve un peu l'ambiance de Ciel mort, soleil noir qu'il a écrit trois ans plus tôt.

L'atmosphère du livre est lourde, extrêmement sombre, glauque, sanglante (c'est une constante des livres W40k pour cette dernière), mais puissante, envoûtante.

On pourra regretter quelques longueurs mais le sujet est parfaitement maîtrisé.

Il est vrai que le tome 4 ( La fuite de l'Eisenstein) fait pâle figure à côté de cet opus, plus complexe et violent, plus abouti.

La suite : le retour des anges - Loyauté et Honneur.

Afficher en entier
L'hérésie d'Horus, tome 9 : Mechanicum

Je sais et je peux.

Dans la chronologie de l'hérésie, le massacre d'Istvaan III a eu lieu. Horus a envoyé Regulus vers Mars pour les rallier à sa cause et trouve rapidement du soutien.

Dans un Mechanicum figé empêtré dans les dogmes, la tradition et les répétitions des technoprêtres, Horus propose l'accès à un nouveau savoir. Mais la compréhension profonde, l'expérimentation, l'invention et la recherche n'est pas l'apanage du Chaos et l'adepte Zeth et sa nouvelle protégée Dalia avides de savoir ne sont pas prêtes à basculer dans le chaos. Les légions titaniques feront peut être la différence.

Il faut à nouveau être familier de l'univers Wh40k et de l'hérésie en particulier pour bien appréhender ce roman.

Un langage souvent technique où les termes propres aux machines de Mars se rajoutent à ceux de l'univers Warhammer.

Mc Neill est un auteur récurent de la licence et désormais bien habitué à la sous-section de l'hérésie.

Mais nous avons ici un tome qui s'éloigne totalement de l'Astarte (quasi absent) mais qui nous amène un pan de compréhension supplémentaire du fonctionnement du Mechanicum, du moins celui d'avant l'hérésie.

Le livre peut se diviser en deux parties. La première, un peu nébuleuse et pas franchement enthousiasmante centrée sur Zeth et Dalia dans leur recherche du savoir universel et une seconde beaucoup plus rythmée qui voient s'affronter les légions de Titans pour le contrôle de Mars.

Distrayant mais sans plus.

Afficher en entier
Uriel Ventris, tome 1 : Nightbringer

Premier tome du cycle des Ultramarines qui en compte à ce jour 6 avec : Les guerriers d'Ultramar, Ciel mort, soleil noir, Champ de mort, Courage et honneur et La part du chapitre.

Il s'agit du premier roman de l'auteur dans la licence warhammer 40.000, publié en 2002 en VO.

Les ultramarines est un chapitre (1000 hommes divisés en 10 compagnies) issu des spaces marines. Des soldats de 210cm et 200 kg, génétiquement améliorés et suréquipés. Des soldats légendaires, symboles de la puissance de l'Imperium. Mais ils restent humains et meurent comme tout soldat trop gravement touché.

Nous suivons l'histoire de Uriel Ventris, capitaine fraîchement promu de la 4ième compagnie surnommée « les défenseurs de l'ultramar ». Il est envoyé avec sa compagnie, sur Pavonis, planète souffrant de la piraterie des Eldars (une race extraterrestre décadente refusant de reconnaître le droit divin de l'humanité à régner sur la galaxie) et de désordres internes (terrorisme et complot pour la prise du pouvoir). Ventris est chargé d'escorter et de protéger Ario Barzano, un adepte de l'Administratum, chargé de remettre de l'ordre sur la planète.

Nightbringer est une histoire bien construite, le décor est bien décrit et bien imagé pour une bonne immersion dans l'univers de WH 40K. Les personnages ont un passé, une histoire les rendant crédibles. le dosage entre la mise en place, les explications, le contexte et les combats est correct ce qui fait que l'on ne s'ennuie pas.

C'est un premier roman. On ne retrouve pas la même ferveur, les mêmes frissons que l'on pouvait avoir avec les Fantômes de Gaunt mais l'atmosphère reste suffisamment consistante pour passer un bon moment.

A suivre...

Afficher en entier
Uriel Ventris, tome 2 : Les Guerriers d'Ultramar

Second tome du cycle Uriel Ventris - Ultramarines, écrit en 2003 (2009 en VF) publié un an après Nightbringer.

Après avoir fait connaissance avec le chapitre des Ultramarines dans le tome précédent, Uriel Ventris, Capitaine de la quatrième compagnie va demander de l'aide aux Mortifactors. Un chapitre avec quelques divergences "théologiques" sur les enseignements de leur primarque commun, versant notamment dans des cérémonies plus communément associées aux puissance de la déchéance (ce qui ne les empêchera pas d'être efficace).

Les space marines vont devoir prêter main forte aux forces de défense planétaire de Tarsis Ultra menacées par une vrille de Flotte ruche tyranides : Léviathan.

Les Tyranides, une monstrueuse espèce nomade de prédateurs,vaguement insectoïdes, originaires des confins de notre galaxie, parcourant les profondeurs de l'espace, consommant les planètes à la manière des sauterelles, s'adaptant génétiquement à chaque nouvelle génération pour mieux attaquer la proie suivante. Armées d'un arsenal symbiotique redoutable, de jets d'acide, de bio-plasma et pics d'os en tout genre. Bref un adversaire à la hauteur pour nos héros.

La défense d'une planète contre un envahisseur extraterrestre. de savoureux combats spatiaux et terrestres. Une histoire plus primaire que le tome précédent. McNeill se disperse moins et du coup, c'est plus efficace. S'il prend le temps de poser son récit, ses personnages et d'expliquer aux néophytes son univers et les forces qui le compose, une fois l'histoire lancée, elle roule toute seule. Avec un vocabulaire très imagé et très immersif pour la description des tyranides et des combats, on assiste à de beaux morceaux de bravoure bien écrit et bien tournés.

En conclusion, un très bon tome, meilleur que le premier et qui appelle à la lecture du suivant : Ciel mort, soleil noir.

Afficher en entier
Uriel Ventris, tome 3 : Ciel Mort, Soleil Noir

Courage et honneur, haine, torture et sang.

Troisième tome du cycle Uriel Ventris Ultramarines après Nightbringer et Les guerriers d'Ultramar.

Publié en 2004 en VO (2010 en VF), on pourra lire éventuellement Déluge d'acier avant, puisque ce dernier roman a été publié un an avant (en 2006 en VF). Ciel mort soleil noir reprend quelques figures du chaos, les Iron Warriors et une de leur précédente campagne.

Uriel Ventris et son fidèle sergent Pasasnius sont bannis du chapitre pour infractions au codex Astartes dans le tome précédent. Au lieu d'encourir la mort, ils sont désormais liés par un serment de mort. Ils se doivent de détruire les daemonculaba. Matrices servant de mère aux Iron Warriors, les space marines du Chaos. Mission suicide ?

Dans le même temps, l'omphalos daemonium, démon mécanique tout puissant charge nos héros de récupérer le coeur de sang dans la forteresse de Kholan-ghol, dirigé par Honsu sur la planète Medrengard.

Les missions sont-elles liées ? Ventris ira-t-il jusqu'à se compromettre avec les forces obscures ? En sortira-t-il indemne ?

La dimension religieuse est bien plus développée dans cette série que dans les récits des Fantômes de Gaunt.

Ce tome est énormément tourné vers les démons et les forces du chaos. Particulièrement glauque, voire "gerbique", il pourra réjouir certains lecteurs comme en rebuter d'autre. Je n'ai jamais rien eu contre les océans d'hémoglobine, mais là, l'horreur est poussée à son paroxysme et je ne l'ai pas trouvé particulièrement plaisant à lire. Trop de viscères, de tortures et de barils de boyaux à mon goût.

Néanmoins l'action reste omniprésente avec force de rebondissements et combats particulièrement féroces. Les dialogues ne m'ont pas paru inadapté, mais au contraire en adéquation avec le monde particulièrement torturé sur lequel ont échoués nos héros, parfois pris de doutes bien légitimes sur le succès de leur mission.

Afficher en entier
Uriel Ventris, tome 4 : Champ de Mort

Quatrième tome de la série Uriel Ventris des Ultramarines et suite directe de Ciel mort, soleil noir.

Le capitaine Uriel Ventris et son fidèle sergent Pasanius sont de retour de Medrengard, l'oeil de la terreur, en compagnie d'une petite unité des Décharnés, fruit d'expériences ratées, rebus rebelles surpuissant, ayant pris fait et cause pour nos deux héros.

Ils atterrissent sur une planète que l'Achaman Falcatas a reçu en récompense de son action de pacification. Mais à quel prix ?

Les exactions qui y ont été commises ont crée une brèche dans le warp et nos héros vont devoir à nouveau affronter les forces du chaos.

Beaucoup moins d'action dans ce tome, mais du coup un background plus développé et l'on prend conscience de l'envers du décor de la guerre de l'Empereur. Exactions et injustices de certaines conquêtes. Les forces en présence sont puissantes et d'une rage que seule la mort peut apaiser. La mort est en chasse et elle emportera quiconque appellera son nom.

Un bon tome où l'on découvre que les space marines ne sont pas les guerriers ultimes des armées de l'Empereur et qu'ils ont des faiblesses.

Afficher en entier
Uriel Ventris, tome 5 : Courage et Honneur

Il s'agit du cinquième tome de la licence Uriel Ventris des Ultramarines.

Après une épopée en double et un retour difficile à la civilisation dans le tome précédent (Champ de mort), nous somme en présence d'un retour à la normale. Uriel a été lavé de tout soupçon par les chevaliers gris, même s'il reste mis à l'épreuve par ses propres compagnons d'arme.

La quatrième compagnie s'oppose cette fois, sur Pavonis, dans le cadre d'un retour aux sources (voir Nightbringer), aux Tau. Ils ne ressemblent pas aux peaux-vertes ou aux flottes-ruches. Ils ne ravagent pas des mondes ni ne cherchent la destruction pour le plaisir de détruire. Ils travaillent pour le bien de leur espèce et c'est même assez admirable.

Dans ce tome, on entre directement dans le vif du sujet avec une petite escarmouche. le récit est habilement construit pour éviter les temps morts et la concentration en début d'oeuvre des chapitres explicatifs et en fin, l'action (utilisation du flashback bien sûr).

Pour ceux qui ce sont un peu perdu dans l'histoire, il y aura des rappels historiques des tomes un à quatre.

Un ennemi organisé, intelligent et moins bestial que ce qu'ont du affronter jusqu'à présent les Ultramarines.

Une histoire classique, une trame classique, un dénouement habituel. Pas mémorable donc, mais divertissant.

Afficher en entier
Uriel Ventris, tome 6 : La Part du Chapitre

Une fin de cycle.

Dernier roman en date de la licence Uriel Ventris Ultramarines.

L'Imperium compte plus d'un million de mondes. Qui peut se soucier de la perte d'un seul d'entre eux ? Tout dépend de quel monde il s'agit.

Honsou est de retour. Vouant une haine éternelle à Ventris, il compte assouvir sa vengeance sur les mondes de l'Ultramar, aidé en cela de quelques puissances démoniaques pluri- millénaires et une armée en conséquence.

Les Ultramarines vont devoir se dresser contre l'agression de leurs mondes natals, mais leur attachement au Codex, les rendant prévisibles pour un ennemi intelligent signera-t-il leur perte ?

Ce roman se veut une synthèse. On avait découvert Honsou dans Déluge d'acier, un ennemi retors, intelligent et compétent pour le retrouver ensuite face à Ventris dans Ciel mort, soleil noir, le tome 3 de la série. le combat final aura bien lieu.

On retrouve dans ce tome le même type d'ennemis. C'est tellement plus glorieux d'avoir à se battre et triompher face à un ennemi capable.

Les descriptions des différents protagonistes sont précises, directes, chirurgicales (ce qui explique peut-être ces océans d'hémoglobine...). L'action est omniprésente et on trouve ce qu'on est venu chercher dans cette série.

Par contre j'ai trouvé ce dernier tome un peu brouillon. On passe sans arrêt d'un fil à un autre de la narration, Ventris devenant presque un personnage secondaire de sa propre histoire. C'est un peu déroutant.

Au final et malgré tout, un bon roman d'action.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-12T12:36:47+01:00
Déluge d'Acier

Une défense héroïque et une attaque implacable.

Ecrit en 2003 (publié en 2006 en VF), ce roman est le second de l'auteur après Nightbringer, mais il n'appartient pas à la série Uriel Ventris Ultramarines, bien que McNeill en reprendra des éléments pour son troisième tome de la série : Ciel mort, soleil noir.

L'histoire est extrêmement simple. le siège d'une forteresse très bien défendue (20.000 hommes, 900 blindés et 11 titans) par les forces du chaos qui ne sont pas venues pour faire de la figuration et dont la composante principale est les Iron Warriors.

D'entrée de jeu, l'auteur annonce la couleur : Les méchants seront les principaux protagonistes de l'histoire et ils ne sont pas là pour faire un truc stupide au dernier moment pour permettre aux gentils de gagner. Se donner du mal pour finir irrémédiablement vaincus. Les Iron Warriors sont des Space marines du Chaos et ils sont égaux en force et puissance aux Space marines loyalistes. Les forces du chaos n'ont pas réussi à combattre pendant 10.000 ans sans un minimum de compétence.

L'auteur a parfaitement réussi son pari, le roman est une réussite du genre. On ne s'ennuie pas une seconde, passant régulièrement des défenseurs aux attaquants, le récit est bien équilibré et vivant. Les moments épiques sont légions et digne des plus grand sièges des maîtres du genre (Gemmell David) dont l'auteur dit s'être inspiré.

Afficher en entier
L'Hérésie d'Horus, tome 2 : Les Faux Dieux

Grand fan de l'univers, j'ai à ce jour presque lus l'entièreté de la série de l'hérésie d'horus. Apportant une couche de background ENORME a l'univers déjà bien dense de Warhammer 40K, ces bouquins sont tous plus ou moins intéressant et intrigant, à lire, surtout quand on est déjà familier et qu'on aime cet univers. On accusera tout de même un ordre de lecture complètement chaotique ! Et une qualité d'écriture qui ne sera pas constante tant le nombre d'auteur travaillant sur la série est conséquente. En effet il n'est pas aisé de savoir quel est le meilleur ordre de lecture des bouquins donc même si il font parti d'un tout ne prêtez pas trop attention à ça (libre à vous de faire votre propre ordre de lecture)

La trilogie de Loken (ou l'arc de Loken) dont fait parti cet opus est de loin ma préféré de toute la série de bouquin. Elle est qui plus est le point de départ de ce qui donnera le nom à la série. On s'attachera vite à la petite fratrie dont fait parti le héros et j'ai pris un plaisir de suivre leur aventures à travers ces trois bouquins.

A conseiller aux amateur de SF qui plus est étant un arc de 3 livres vous êtes pas obligé de lire les 30 autres tomes restant pour avoir une fin car elle se suffit à elle même.

Ce commentaire deviens trop long ! Sur ce bonne lecture !

Afficher en entier

Dédicaces de Graham McNeill
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Black Library France : 20 livres

Bibliothèque interdite : 13 livres

Black Library : 3 livres

La Bibliothèque Interdite : 1 livre

Soleil : 1 livre

Games Workshop Ltd : 1 livre

Éditions Perrin : 1 livre

Marvel : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array