Livres
558 058
Membres
606 015

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Guillermo Del Toro

Auteur

741 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Lilou 2009-09-02T23:12:10+02:00

Biographie

Réalisateur, scénariste, producteur et acteur mexicain

[Cinéma (réalisation)]

Né à Guadalajara le 09 octobre 1964

Etudiant en effets spéciaux, Guillermo del Toro crée sa société Necropia et consacre dix années de sa vie à la réalisation d'effets pour des productions mexicaines. Il passe à la réalisation en 1993 avec 'Cronos', qui d'emblée rencontre un grand succès : il obtient neuf arieles - les césars mexicains - et glane plusieurs prix internationaux. Il se fait remarquer à Hollywood où il tourne son deuxième long métrage, 'Mimic' (1997), un film fantastique avec Mira Sorvino. Dès lors, le cinéaste impose son style et un goût particulier pour l'épouvante, le fantastique et l'horreur. En 2001, il part en Espagne tourner 'L' Echine du diable', produit par Pedro Almodovar et sélectionné au Festival de Gerardmer. Il poursuit ensuite la saga 'Blade' dont il signe le second opus en 2002 avec le chasseur de vampires Wesley Snipes. Jouissant d'une belle cote auprès des Américains, il se voit proposer 'Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban' et 'Blade : Trinity', qu'il refuse pour tourner l'adaptation du comic book 'Hellboy' en 2004. Deux ans plus tard, il présente à Cannes le très remarqué 'Labyrinthe de Pan', conte fantastique et inquiétant, avant de signer en 2008 'Hellboy 2'. Peter Jackson lui lègue le flambeau des Terres du Milieu puisqu'il se voit confier la réalisation du diptyque sur Bilbon Sacquet, célèbre héros du 'Hobbit' de J. R. R. Tolkien. Guillermo del Toro n'a de cesse de laisser s'exprimer dans ses films toute sa créativité et son talent.

Evene.fr

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
194 lecteurs
Or
358 lecteurs
Argent
259 lecteurs
Bronze
174 lecteurs
Lu aussi
168 lecteurs
Envies
651 lecteurs
En train de lire
30 lecteurs
Pas apprécié
57 lecteurs
PAL
589 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.73/10
Nombre d'évaluations : 358

0 Citations 238 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Guillermo Del Toro

Sortie France/Français : 2021-02-03

Les derniers commentaires sur ses livres

Les Dossiers Blackwood, tome 1 : Les Avides

Les Avides, c’est un premier tome qui pose les bases d’un univers absolument passionnant, aussi sombre, que fascinant, il nous ouvre les portes d’un monde extrêmement riche, qui est très loin de nous avoir révélé toutes ses facettes et qui nous fera vivre une aventure intense à tout point de vue !

Avis complet : https://elodit.fr/2021/02/05/les-dossiers-blackwood-tome-1-les-avides-guillermo-del-toro-et-chuck-hogan/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ParadisDLivres 2021-02-08T11:38:36+01:00
Les Avides

À nouveau j'ai littéralement succombé au duo de choc Guillermo Del Toro & Chuck Hogan. Ce premier opus aussi bien palpitant que glaçant annonce une nouvelle série des plus prometteuses. Une fois plongée dans ce monde fort captivant, il m'a été impossible de m'arrêter. Un rythme divinement soutenu. Des personnages uniques et intéressants. Et une ambiance électrique et angoissante. C'est tout ce qu'il faut pour passer un excellent moment. Vous êtes amateurs de sensations fortes, de thrillers/policier sombres, de frayeurs et de surnaturel, alors laissez-vous tenter par "Les avides". Croyez-moi, vous n'allez pas le regretter...

••••••

Mon avis complet sur le blog ici ⇢ https://wp.me/p5AuT9-8bA

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mademoisellewho 2021-02-12T14:53:30+01:00
Le Labyrinthe de Pan

Une fois que l'on a vu le film, le livre ne nous apporte as grand chose si ce n'est ces petits contes qu'on rencontre au fil de l'histoire. Par ailleurs, la plume des auteurs était très belle et poétique.

Si je devais le recommander à quelqu'un ce serait à une jeunesse qui n'a pas encore vu la version filmographique et qui ne s'attend aps à plonger dans un texte très poussé.

Afficher en entier
La Lignée, Tome 3 : La Nuit éternelle

Ma chronique est sur la trilogie: La Lignée, La Chute, Une nuit éternelle.

En 2 lignes

Thriller fantastique voire horrifique suivant un petit groupe de personnes luttant contre Le Maître, responsable d’une pandémie vampirique.

Ce que j’en pense

Je ne le savais pas avant d’entamer la trilogie, le mythe du vampire a été revu, la contamination se fait par infection virale et vire à la pandémie… lecture d’actualité donc!

Dans le premier tome on découvre la menace, on suit un petit groupe qui se forme rapidement afin de contrecarrer les plans du Maître.

Dans le second tome le même groupe se rend compte que malgré leurs efforts, l’invasion, oui à ce stade on peut parler d’invasion, a eu lieu à un niveau mondial, même si on ne suit que ce groupe situé à New York.

Dans le troisième tome, on retrouve nos personnages deux ans après ce que qu’on peut qualifier d’apocalypse, reste encore à en détruire son responsable…

J’ai beaucoup aimé la première partie du premier livre, quand certains vont trouver ça long moi j’ai aimé ce moment où on a compris que ce qui se passe n’est ni normal ni naturel ça vire au fantastique, on se doute on sait ce qui va arriver. Et ça va relativement vite, les personnages ne s’enferment pas dans le déni. Ensuite j’ai trouvé ça long, vraiment long, c’est bien écrit et malgré tout pas fluide, je ne lis pas très vite, mais là s’en était presque laborieux… j’étais vraiment contente, soulagée? d’arriver au bout des trois tomes. Le style est lourd, parce que très très descriptif, j’ai eu l’impression de regarder un film en lisant, enfin une série, puisqu’il y en a une adaptation, The Strain. Je vais peut être tenter de la regarder, mais j’ai un peu peur de retrouver ces longueurs. Vous l’aurez compris, lecture très visuelle, encore plus que la lecture d’un scenario.

J’ai quand même été contente de retrouver un univers vampirique et découvrir une variante (tiens, on reste dans l’actualité) du thème qui se veut cohérente scientifiquement dans le récit. Il y a beaucoup de rapport au mythe du vampire, je me réfère au livre de Bram Stocker, les mythes et légendes vampiriques existaient avant, je ne vais pas vous faire l’historique. Je me réfère à Stocker qui selon moi avec son roman gothique a popularisé cette forme de non-mort. Il ne faut pas hésiter à creuser le sujet, c’est hyper intéressant. D’ailleurs je viens de lire le bel article de Goran, Dracula, De l’empaleur vlad III à l’empereur des vampires, de Matei Cazacu , ce livre est parfait pour qui veut en apprendre un peu plus. Les deux auteurs de la trilogie La Lignée, ont conservé les éléments principaux, un être sombre, ancien voire antique, qui vit la nuit ou dans l’ombre, les UV étant néfastes aux vampires, bien sûr l’absorption de sang de préférence humain, quelques contraintes de transport notamment sur les étendues d’eau, etc… malgré ces éléments, j’ai plus ressenti une « ambiance » zombies, que vampirique.

Les personnages ne sont pas tous aussi riches mais restent denses, le contraire aurait été surprenant vu les petits pavés formants la trilogie. L’équipe est composée du Dr Ephraïm « Eph » Goodweather, pas hyper charismatique, je ne me suis pas spécialement attachée à ce personnage, Abraham Setrakian bien plus intéressant, et complexe. Nora Martinez la collègue de « Eph », seul personnage féminin (si on met de côté l’ex femme de « Eph » à qui il va arriver des bricoles) et qui malheureusement fait potiche, Vasilyi Fet le dératiseur, personnage plutôt sympathique, et Augustin « Gus » Elizalde, un poil caricatural. On a le temps d’entrer dans leur histoire, passée, présente. Il y a des chapitres interludes racontant le passé de Setrakian, l’histoire du livre qui pourrait tout changer, ou l’origine des vampires version La Lignée.

Je suis peut être un peu dure avec les personnages et dans l’ensemble, c’est dû aux longueurs ressenties, les romans sont rythmés mais ce n’était pas haletant. Par exemple dans le premier tome, on suit une flopée de personnages tous dans des étapes du processus de contamination et transformation, dans un film ça aurai été une succession de plans rapides mais là comme tout est décrit, c’est long, rythmé, mais long!

Voilà peut être la limite réalisateur/auteur, en ce qui me concerne pour Guillermo Del Toro, pour ceux qui ne le connaissent pas Guillermo Del Toro est un réalisateur oscarisé, j’aime son univers visuel, au demeurant très particulier, j’ai adoré Le labyrinthe de Pan et La forme de l’eau, mais je ne suis pas sûre de poursuivre avec ses livres.

En conclusion

Vous l’aurez compris j’ai trouvé ça long, pas mauvais, mais long (ça je crois que vous avez compris), et bien sûr il faut aimer les histoires de vampires, de celles qui ne sont pas des romances!

Afficher en entier
La Lignée, Tome 2 : La Chute

Ma chronique est sur la trilogie: La Lignée, La Chute, Une nuit éternelle.

En 2 lignes

Thriller fantastique voire horrifique suivant un petit groupe de personnes luttant contre Le Maître, responsable d’une pandémie vampirique.

Ce que j’en pense

Je ne le savais pas avant d’entamer la trilogie, le mythe du vampire a été revu, la contamination se fait par infection virale et vire à la pandémie… lecture d’actualité donc!

Dans le premier tome on découvre la menace, on suit un petit groupe qui se forme rapidement afin de contrecarrer les plans du Maître.

Dans le second tome le même groupe se rend compte que malgré leurs efforts, l’invasion, oui à ce stade on peut parler d’invasion, a eu lieu à un niveau mondial, même si on ne suit que ce groupe situé à New York.

Dans le troisième tome, on retrouve nos personnages deux ans après ce que qu’on peut qualifier d’apocalypse, reste encore à en détruire son responsable…

J’ai beaucoup aimé la première partie du premier livre, quand certains vont trouver ça long moi j’ai aimé ce moment où on a compris que ce qui se passe n’est ni normal ni naturel ça vire au fantastique, on se doute on sait ce qui va arriver. Et ça va relativement vite, les personnages ne s’enferment pas dans le déni. Ensuite j’ai trouvé ça long, vraiment long, c’est bien écrit et malgré tout pas fluide, je ne lis pas très vite, mais là s’en était presque laborieux… j’étais vraiment contente, soulagée? d’arriver au bout des trois tomes. Le style est lourd, parce que très très descriptif, j’ai eu l’impression de regarder un film en lisant, enfin une série, puisqu’il y en a une adaptation, The Strain. Je vais peut être tenter de la regarder, mais j’ai un peu peur de retrouver ces longueurs. Vous l’aurez compris, lecture très visuelle, encore plus que la lecture d’un scenario.

J’ai quand même été contente de retrouver un univers vampirique et découvrir une variante (tiens, on reste dans l’actualité) du thème qui se veut cohérente scientifiquement dans le récit. Il y a beaucoup de rapport au mythe du vampire, je me réfère au livre de Bram Stocker, les mythes et légendes vampiriques existaient avant, je ne vais pas vous faire l’historique. Je me réfère à Stocker qui selon moi avec son roman gothique a popularisé cette forme de non-mort. Il ne faut pas hésiter à creuser le sujet, c’est hyper intéressant. D’ailleurs je viens de lire le bel article de Goran, Dracula, De l’empaleur vlad III à l’empereur des vampires, de Matei Cazacu , ce livre est parfait pour qui veut en apprendre un peu plus. Les deux auteurs de la trilogie La Lignée, ont conservé les éléments principaux, un être sombre, ancien voire antique, qui vit la nuit ou dans l’ombre, les UV étant néfastes aux vampires, bien sûr l’absorption de sang de préférence humain, quelques contraintes de transport notamment sur les étendues d’eau, etc… malgré ces éléments, j’ai plus ressenti une « ambiance » zombies, que vampirique.

Les personnages ne sont pas tous aussi riches mais restent denses, le contraire aurait été surprenant vu les petits pavés formants la trilogie. L’équipe est composée du Dr Ephraïm « Eph » Goodweather, pas hyper charismatique, je ne me suis pas spécialement attachée à ce personnage, Abraham Setrakian bien plus intéressant, et complexe. Nora Martinez la collègue de « Eph », seul personnage féminin (si on met de côté l’ex femme de « Eph » à qui il va arriver des bricoles) et qui malheureusement fait potiche, Vasilyi Fet le dératiseur, personnage plutôt sympathique, et Augustin « Gus » Elizalde, un poil caricatural. On a le temps d’entrer dans leur histoire, passée, présente. Il y a des chapitres interludes racontant le passé de Setrakian, l’histoire du livre qui pourrait tout changer, ou l’origine des vampires version La Lignée.

Je suis peut être un peu dure avec les personnages et dans l’ensemble, c’est dû aux longueurs ressenties, les romans sont rythmés mais ce n’était pas haletant. Par exemple dans le premier tome, on suit une flopée de personnages tous dans des étapes du processus de contamination et transformation, dans un film ça aurai été une succession de plans rapides mais là comme tout est décrit, c’est long, rythmé, mais long!

Voilà peut être la limite réalisateur/auteur, en ce qui me concerne pour Guillermo Del Toro, pour ceux qui ne le connaissent pas Guillermo Del Toro est un réalisateur oscarisé, j’aime son univers visuel, au demeurant très particulier, j’ai adoré Le labyrinthe de Pan et La forme de l’eau, mais je ne suis pas sûre de poursuivre avec ses livres.

En conclusion

Vous l’aurez compris j’ai trouvé ça long, pas mauvais, mais long (ça je crois que vous avez compris), et bien sûr il faut aimer les histoires de vampires, de celles qui ne sont pas des romances!

Afficher en entier
La Lignée, Tome 1 : La Lignée

Ma chronique est sur la trilogie: La Lignée, La Chute, Une nuit éternelle.

En 2 lignes

Thriller fantastique voire horrifique suivant un petit groupe de personnes luttant contre Le Maître, responsable d’une pandémie vampirique.

Ce que j’en pense

Je ne le savais pas avant d’entamer la trilogie, le mythe du vampire a été revu, la contamination se fait par infection virale et vire à la pandémie… lecture d’actualité donc!

Dans le premier tome on découvre la menace, on suit un petit groupe qui se forme rapidement afin de contrecarrer les plans du Maître.

Dans le second tome le même groupe se rend compte que malgré leurs efforts, l’invasion, oui à ce stade on peut parler d’invasion, a eu lieu à un niveau mondial, même si on ne suit que ce groupe situé à New York.

Dans le troisième tome, on retrouve nos personnages deux ans après ce que qu’on peut qualifier d’apocalypse, reste encore à en détruire son responsable…

J’ai beaucoup aimé la première partie du premier livre, quand certains vont trouver ça long moi j’ai aimé ce moment où on a compris que ce qui se passe n’est ni normal ni naturel ça vire au fantastique, on se doute on sait ce qui va arriver. Et ça va relativement vite, les personnages ne s’enferment pas dans le déni. Ensuite j’ai trouvé ça long, vraiment long, c’est bien écrit et malgré tout pas fluide, je ne lis pas très vite, mais là s’en était presque laborieux… j’étais vraiment contente, soulagée? d’arriver au bout des trois tomes. Le style est lourd, parce que très très descriptif, j’ai eu l’impression de regarder un film en lisant, enfin une série, puisqu’il y en a une adaptation, The Strain. Je vais peut être tenter de la regarder, mais j’ai un peu peur de retrouver ces longueurs. Vous l’aurez compris, lecture très visuelle, encore plus que la lecture d’un scenario.

J’ai quand même été contente de retrouver un univers vampirique et découvrir une variante (tiens, on reste dans l’actualité) du thème qui se veut cohérente scientifiquement dans le récit. Il y a beaucoup de rapport au mythe du vampire, je me réfère au livre de Bram Stocker, les mythes et légendes vampiriques existaient avant, je ne vais pas vous faire l’historique. Je me réfère à Stocker qui selon moi avec son roman gothique a popularisé cette forme de non-mort. Il ne faut pas hésiter à creuser le sujet, c’est hyper intéressant. D’ailleurs je viens de lire le bel article de Goran, Dracula, De l’empaleur vlad III à l’empereur des vampires, de Matei Cazacu , ce livre est parfait pour qui veut en apprendre un peu plus. Les deux auteurs de la trilogie La Lignée, ont conservé les éléments principaux, un être sombre, ancien voire antique, qui vit la nuit ou dans l’ombre, les UV étant néfastes aux vampires, bien sûr l’absorption de sang de préférence humain, quelques contraintes de transport notamment sur les étendues d’eau, etc… malgré ces éléments, j’ai plus ressenti une « ambiance » zombies, que vampirique.

Les personnages ne sont pas tous aussi riches mais restent denses, le contraire aurait été surprenant vu les petits pavés formants la trilogie. L’équipe est composée du Dr Ephraïm « Eph » Goodweather, pas hyper charismatique, je ne me suis pas spécialement attachée à ce personnage, Abraham Setrakian bien plus intéressant, et complexe. Nora Martinez la collègue de « Eph », seul personnage féminin (si on met de côté l’ex femme de « Eph » à qui il va arriver des bricoles) et qui malheureusement fait potiche, Vasilyi Fet le dératiseur, personnage plutôt sympathique, et Augustin « Gus » Elizalde, un poil caricatural. On a le temps d’entrer dans leur histoire, passée, présente. Il y a des chapitres interludes racontant le passé de Setrakian, l’histoire du livre qui pourrait tout changer, ou l’origine des vampires version La Lignée.

Je suis peut être un peu dure avec les personnages et dans l’ensemble, c’est dû aux longueurs ressenties, les romans sont rythmés mais ce n’était pas haletant. Par exemple dans le premier tome, on suit une flopée de personnages tous dans des étapes du processus de contamination et transformation, dans un film ça aurai été une succession de plans rapides mais là comme tout est décrit, c’est long, rythmé, mais long!

Voilà peut être la limite réalisateur/auteur, en ce qui me concerne pour Guillermo Del Toro, pour ceux qui ne le connaissent pas Guillermo Del Toro est un réalisateur oscarisé, j’aime son univers visuel, au demeurant très particulier, j’ai adoré Le labyrinthe de Pan et La forme de l’eau, mais je ne suis pas sûre de poursuivre avec ses livres.

En conclusion

Vous l’aurez compris j’ai trouvé ça long, pas mauvais, mais long (ça je crois que vous avez compris), et bien sûr il faut aimer les histoires de vampires, de celles qui ne sont pas des romances!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Heirs 2021-03-28T18:22:42+02:00
La Forme de l'eau

Mon avis de ce livre sera très certainement biaisé en raison de mon amour pour le film, mais je dois le dire, j'ai adoré ce livre et surtout les détails et précisions qu'il apporte par rapport à la version cinématographique.

Certes, ce livre n'est pas parfait. Je rejoins l'avis général : l'écriture est très lourde, il faut vraiment s'accrocher pour ne pas abandonner. J'ai vraiment eu le sentiment que l'histoire était écrite au couteau tellement c'était parfois haché, maladroit, avec des phrases ou des paragraphes qui n'avaient aucun sens (je ne sais pas si c'est dû à la traduction ou si l'oeuvre originale présente les mêmes défauts mais c'est un point que je trouve hautement dommageable).

Excepté ce désagrément, qui est tout de même important étant donné qu'il affecte l'immersion dans l'oeuvre, j'ai adoré ma lecture. Retrouver les personnages, retrouver ce côté onirique, magique et spirituel, découvrir des secrets et détails que le film ne nous révèle pas, et surtout les différentes morales que nous délivre le livre tout comme le film sont profondes. Cette oeuvre nous montre véritablement comment certaines catégories de personnes (les handicapés, les personnes de couleur, les homosexuels, et même les femmes en général considérées exclusivement par la société comme des mères au foyer) ne sont pas considérés comme des êtres humains, on leur refuse la dignité humaine, ils sont considérés comme des animaux (et encore, certains animaux reçoivent plus de considération), seul l'homme blanc hétérosexuel se considère comme un être supérieur à tous les autres car il serait à l'image de dieu. Et au final l'oeuvre veut nous montrer que nous ne faisons qu'un, nous sommes un nous, il n'y a pas de supériorité ou d'infériorité, et c'est l'homme qui dans son désir d'être supérieur crée le mal, le malheur, la haine. Et ce n'est qu'en comprenant que nous ne faisons qu'un, qu'en refusant la haine et les discriminations que nous trouverons vraiment la paix (ce n'est que mon interprétation).

Concernant les personnages, je suis toujours aussi fan. Par contre, j'ai été agréablement surprise par les pensées de Strickland. Certes je ne l'ai jamais aimé dans le film, mais avoir accés à ses pensées m'a permis de mieux comprendre cet homme, qui certes mérite toutes les insultes imaginables en raison de son caractère raciste et misogyne, mais qui est aussi et surtout un homme brisé par la guerre. Et un énorme coup de coeur pour Elaine qui est une femme qui veut être libre, indépendante, qui veut travailler et ne pas être enfermée dans le carcan de la mère au foyer. Cela fait quelques années que j'ai vu le film ce qui fait que je me souviens seulement des scènes principales, et je n'avais pas souvenir que l'on suivait Mme Strickland. En tout cas, j'ai été heureuse de (re)découvrir ce personnage, et sa conclusion est belle et pleine d'espoir.

Un coup de coeur, même si l'écriture, son principal défaut, rend la lecture parfois délicate.

Afficher en entier
Les Dossiers Blackwood, tome 1 : Les Avides

Autant vous dire que lorsque j’ai lu ce résumé, j’ai commandé ce livre! Ces auteurs qui m’étaient totalement inconnus, ont réussi à marquer mon esprit…(joli jeu de mots que comprendront ceux qui le liront ou l’ont lu)

Odessa Harwicke est une jeune agent du FBI, elle a un petit-ami, Linus. Je la vois avec une silhouette svelte, vu ce qu’elle va vivre, il vaut mieux ne pas avoir de kilos en trop, bref, pas comme moi, hahaha. Je me suis quand même vite mise à sa place, dans sa tête, en me posant 1000 et une questions.

Hugo Blackwood a des yeux et cheveux sombres, peau albâtre, fin, élégant muni d’un air très mystérieux. Toujours en costume complet du style anglais, il ne se déplace jamais sans ses sachets de thé. Je ne suis pas certaine que cela soit judicieux de boire ces derniers. Ce personnage est des plus loufoques, je l’ai adoré, oui sûrement pour tout ce qui me paraît bizarre et ce qu’il inspire. J’ai parlé énormément de ce personnage à mes copines de lecture, c’est vous dire à quel point il m’a envoûté!

Entre Odessa et Hugo, leur rencontre va être des plus étranges. Il est très secret ce qui va la mettre en colère aux premiers abords, même si ça m’a semblé plus de la frustration. Puis, il a commencé à l’intriguer fortement, moi aussi d’ailleurs! Une relation va se créer doucement jusqu'à une certaine confiance finale. Comme dirait Blackwood: “ Pas de coïncidence. Tout est lié.” , ça les résume assez bien je trouve.

Une histoire de folie! Ce premier tome est impressionnant et m’a entièrement captivé! Imaginez, une enquête, un appel et toute sa vie et ses croyances vont s’effondrer. Laissez-vous tenter par le mystérieux Blackwood, quant à moi j’ai hâte de pouvoir découvrir ce que nous réservera le prochain tome.

Afficher en entier
Le Labyrinthe de Pan

Un conte de fée pour adulte tellement captivant. On s’attache facilement aux personnages principales et secondaires. Nous ne pouvons que détester le protagoniste méchant tellement cette histoire est bien écrit. Un conte à lire et relire encore et encore et que je conseil avec plaisir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RazKiss 2021-04-09T17:42:39+02:00
Les Avides

Un homme complètement déchaîné sème la terreur et la mort sur son passage, avant de se rendre au domicile de son ex-femme et de ses enfants. Odessa Hardwicke, agent du FBI, accompagne un collègue plus expérimenté sur les lieux du drame. Le spectacle est triste à voir, mais le pire reste à venir : le collègue d'Odessa change brutalement de comportement et se transforme à son tour en tueur fou. Elle n'a d'autre choix que d'intervenir... Traumatisée, elle cherche des explications. Et elle les trouvera auprès d'un certain Hugo Blackwood, un homme que l'on convoque uniquement en se servant d'une vieille boîte aux lettres située à Wall Street.

Quand on aime à la fois les enquêtes et le surnaturel, on ne peut que tourner avec avidité les pages de ce roman. On suit pas à pas l'évolution d'Odessa, qui abandonne son esprit cartésien face aux révélations de Blackwood et aux souvenirs d'Earl Solomon, agent du FBI tout comme elle. J'ai apprécié ces allers-retours entre le passé (les passés, devrais-je dire) et le présent. En plus, les mystères autour de Blackwood ne sont révélés que petit à petit, nous tenant en haleine. Et l'action monte crescendo. La fin est peut-être un peu rapide et facile, mais l'épilogue est prometteur. L'univers m'a en tout cas happé, on retrouve bien là la patte de Guillermo del Toro.

Ce n'est que l'introduction d'un univers fascinant, j'ai hâte d'en lire plus dans un second tome !

Afficher en entier

On parle de Guillermo Del Toro ici :

Que lisez-vous en ce moment ?
2015-01-05T12:02:31+01:00

Dédicaces de Guillermo Del Toro
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

France Loisirs : 3 livres

Pocket : 3 livres

Presses de la Cité : 3 livres

Insight Editions : 2 livres

Bragelonne : 2 livres

Michel Lafon : 1 livre

Katherine Tegen Books : 1 livre

Bloomsbury : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array