Livres
546 446
Membres
582 594

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Guy De Maupassant

Auteur

France Né(e) le 1850-08-05
France 1893-07-06 ( 42 ans )
13 830 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par ninanina 2010-01-20T21:02:56+01:00

Biographie

Guy de Maupassant, (1850-1893)

Ecrivain français, auteur de romans et de nouvelles situées entre réalisme et fantastique, où il met en scène la méchanceté et l’horreur ordinaires.

Né à Fécamp, et non au château de Miromesnil, comme sa mère voulut le laisser croire par snobisme, Guy de Maupassant développa précocement une sensibilité particulière à la violence dans ses manifestations quotidiennes.

À douze ans, il entra au collège religieux d’Yvetot, et termina ses études secondaires au lycée de Rouen. En 1870, il fut mobilisé lors de la guerre contre la Prusse et, après la défaite, commença une carrière médiocre de fonctionnaire à Paris. Parallèlement, il se mit à écrire, sous l’influence de Flaubert, (qui était un ami d’enfance de sa mère), qui lui servit de père spirituel. Par l’intermédiaire du maître, il rencontra les écrivains de son temps, Zola, Huysmans, Daudet et les frères Goncourt.

Maupassant fit aussi une école de naturalisme et participa à l’élaboration du recueil collectif des Soirées de Médan (1880), manifeste de l’école naturaliste.

Il y publia son tout premier récit, Boule-de-Suif, qui remporta un très vif succès et le fit connaître des milieux littéraires parisiens.

Maupassant était un très grand romancier et il avait beaucoup de succès. Il abandonna son poste au ministère de l’Instruction publique pour se lancer dans l’écriture. En une douzaine d’années, il publia environ quinze recueils de contes et de nouvelles, six romans et de très nombreux articles de journaux.

Maupassant écrivit d’abord des nouvelles telles la Maison Tellier (1881), les Contes de la bécasse (1883) et les Contes du jour et de la nuit (1885).

Il montre le plus souvent dans ces oeuvres la cruauté, l’égoïsme qui règne en l’homme. Le style des nouvelles de Maupassant reprend quelques-uns des traits typiques de l’écriture réaliste et de l’école naturaliste.

Maupassant a essayé presque tous les styles d’écriture tel le fantastique qui est mélangé avec le réalisme ce qui a cette époque était très rare.

Les thèmes de la peur, du double et de la folie sont également privilégiés dans cet univers où choses et êtres sont présents.

Il a aussi écrit des oeuvres romanesques comme par exemple Bel–Ami qui est devenu un roman très connu si ce n’est un des plus connus.

Le 27 février 1883 : Naissance du premier enfant de Joséphine, qui était sa maîtresse, déclaré de père inconnu.

Maupassant serait sans doute son père.

En 1892 Maupassant essaye de se donner la mort mais cet acte échoue.

Il est admis à la maison de santé du docteur Blanche, à Passy d’où il n’en sortira plus.

Le 6 juillet 1893 Maupassant décède ; il sera inhumé au cimetière du Montparnasse à Paris.

Afficher en entier

Livres de Guy De Maupassant

Classement dans les bibliothèques

Diamant
1 448 lecteurs
Or
3 539 lecteurs
Argent
3 926 lecteurs
Bronze
4 066 lecteurs
Lu aussi
10 696 lecteurs
Envies
1 776 lecteurs
En train de lire
288 lecteurs
Pas apprécié
1 476 lecteurs
PAL
2 765 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.84/10
Nombre d'évaluations : 5 676

10 Citations 3 319 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Guy De Maupassant

Sortie France/Français : 2019-09-25

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Laetitia-452 2021-03-03T12:50:27+01:00
Boule de suif

Superbe !

Tant au niveau de l'écriture que du scénario.

Maupassant est le maître pour décrire l'âme humaine et ses travers sordides.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laetitia-452 2021-03-14T17:42:53+01:00
Une vie

Cette vie !

On cesserait presque d'être féministe vu l'évolution qui s'est déroulée dans le statut de la femme !

On baisserait presque les bras pour profiter de la vie ...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Celola 2021-03-15T13:07:53+01:00
Une vie

Un classique à lire absolument !!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aureane 2021-03-24T17:30:31+01:00
La Parure

Une nouvelle de Maupassant que j'avais lu dans le cadre scolaire.

Assez courte, cette nouvelle très connue du célèbre auteur m'avait pourtant surprise avec sa chute pas très joyeuse.

C'est une des nouvelles réalistes que j'avais le plus aimé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-61 2021-03-31T17:24:56+02:00
Une vie

Relecture de cette œuvre de Maupassant que tout le monde qualifie de livre "A LIRE". La vie d'une jeune fille noble, qui est éduquée au couvent, éduquée mais absolument pas préparée à gérer les multiples coups durs de la vie. Ce genre de personne idéalise la vie à la sortie du couvent, s'éprenne du premier beau monsieur qui pose les yeux sur elles, ce qui a donné très souvent des mariages ratés et des jeunes filles incapables d'assumer leurs désillusions, habituées comme elles sont d'être protégées par leur environnement. Pour peu qu'elle soit sans caractère, comme Jeanne dans le roman et c'est tout leur vie qui est ratée. J'ai préféré le personnage de Rosalie qui essaie tant bien que mal de lui mettre des coups de pied aux fesses.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par corinne18 2021-03-31T19:40:50+02:00
Le Horla

Cette "grande nouvelle" De Maupassant est un petit bijou. Elle respire la mesquinerie, la noirceur doucereuse qui peut animé des êtres qui aspirent à une certaine aisance. C'est presque sans méchanceté et malice. Et cette description du monde bureaucratique, c'est à la fois drôle et un peu pathétique. Et ce pauvre Lesable, on finit par avoir envie de lui fiche des claques nous aussi tellement il parait .... insipide et en même temps on le plaint de s'être fourvoyé dans une famille pareille :-)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par corinne18 2021-03-31T19:43:44+02:00
Correspondance

Pas question De Maupassant dans cet ouvrage. A part une lettre que Zola lui écrit. C'est tout.

Zola l'italien, Zola le passionné, Zola le généreux, le romantique tombé dans le chaudron du naturalisme et en avalant la potion. Cette correspondance éclaire la personnalité de Zola, son travail. Bien sûr ce sont des lettres choisies. Oui Zola est un enflammé, un garçon du Sud de la France qui monte à Paris pour "réussir". Il doute, il rame, ce grand garçon de 20 ans qui selon son propre aveu "ne connaît pas bien le français", il se trouve disons-le "nul", sans inspiration, tâcheron, laborieux, un avenir fermé comme la ligne d'horizon qu'il voit de sa fenêtre sous les toits. Il habite un taudis, il n'a pas le sou. C'est "la bohême". Et que fait-il ce grand garçon pas encore naturalisé français ? Il arpente Paris en long en large et en travers. Il marche, il marche... Il regarde, il absorbe, l'atmosphère, les gens, le peuple, la campagne. Il boit et il danse avec ses amis aussi fauchés que lui. Et il le reconnaît dans ses lettres, il a de grands découragements et de grands moment de flemme, il faut bien le dire. Dès ses lettres de jeunesse, on sent que Zola est un chercheur de l'âme, un lyrique, un sanguin. Attiré par la modernité, par les sciences, il veut donner un grand coup de pied dans l'angélisme aliénant de la bourgeoisie, dans l'académisme des arts et la conscience conservatrice qui englue tout. Mais comment faire ? A force de persévérance et d'une chance certaine (quand même) il devient journaliste. Et il devient polémiste. Plus à l'aise financièrement, le monde des lettres s'ouvrant peu à peu à lui, aiguisant sa plume à écrire des articles sans arrêt, Zola échafaude son mythe littéraire : les Rougon-Macquart. Il veut tout mettre dans cette saga, parler de tout et de tous, toutes les classes sociales, tous les sujets. Lentement le monde mute et Zola veut y mettre sa pierre. Premières publications, premières critiques, premiers ennemis, premiers admirateurs. Zola ne laisse pas indifférent. le premier coup de boutoir est donné avec "l'Assommoir". Jusque là 'Thérèse Raquin", et autres oeuvres (pièces ou nouvelles) ont fait grincer les dents. Mais L'Assommoir sidère. La bonne conscience et les bonnes moeurs françaises s'étouffent à sa lecture, "ordurier, choquant, dégoutant, avilissant, bestial," bref.... les critiques s'enflamment, les académies des lettres, les responsables politiques et institutionnels s'emportent. Qu'est-ce donc cette ignominie ? Ça n'existe pas ! Attaqué (il se sera toute sa vie) Zola répond peu aux critiques et aux insultes. Dans le désordre, "La Conquête de Plassans, L'Argent, L'Assommoir, Nana, La curée, la Fortune des Rougon, ...." tous ses livres feront polémique. Car Zola outre d'être une plume libre, est une plume qui sonne la charge. Lucques le représentera en mineur. Oui, Zola est le mineur du roman français de cette fin du 19e siècle. Ca creuse, ça sonde, ça cogne, ça extrait. Il creuse la veine du réalisme et du naturalisme. Tout ceci enrobé de burlesque et de tragique. Profondément républicain, Zola se fait le radiographe d'une France qui peine à se défaire de son passé pour entrer de plein pied dans la modernité et dans la conscience sociale. Germinal balaye tout. Germinal est le séisme. Si l'on en croit certains critiques de l'époque, Germinal est le tournant. Car ce n'est plus le peuple ordurier, alcoolique, violent et dépravé de l'Assommoir", c'est le peuple qui revendique, qui se soulève, qui réclame la justice sociale, le peuple qui secoue son joug. C'est le "best-seller" de Zola. On ne peut parler de cette correspondance sans parler des romans de Zola, de sa passion pour son travail, pour les autres, de sa passion pour la vérité, pour la justice. Tout est imbriqué, sa vie, son oeuvre, son époque. Cette correspondance montre aussi ses obsessions, ses doutes quand il écrit, cette impression de passer toujours à côté de ce qu'il veut dire, cette insatisfaction permanente de son travail. Et toujours dans ses lettres à ses amis, cette prévenance, cette sentimentalité touchante presque enfantine. Un autre tournant est bien sur "l'Affaire Dreyfus". Même ses amis s'effraient de sa charge contre le gouvernement de sa lettre ouverte à Clémenceau "J'accuse". Pour beaucoup il va trop loin. Zola accuse la France de bassesse, d''infamie, d'injustice, ce sont ses propres mots, il pleure la France pays des droits de l'homme, la France phare des nations, rayonnante par son savoir et sa renommée. Il crie au scandale et à la honte. Il s'agite tant et si bien qu'à l'issue de son procès il est condamné à un an de prison ferme et une forte amende. Il fuit. C'est l'exil en Angleterre. Les précautions prises pour sa correspondance avec les rares amis qui lui restent, sa femme, sa maitresse et ses enfants, sont dignes d'un roman d'espionnage. Faux nom, fausses adresses, postées à telle heure, à tel endroit. Zola protège les siens. Zola se protège mais continue à oeuvrer pour la vérité. Il écrit, il écrit, il écrit. L'épopée des Rougon Macquart est terminée depuis longtemps, son cycle des trois villes aussi ; il entame son cycle dit "des Quatres Evangiles". Il travaille et il se sent seul, terriblement seul. Haï, insulté, cloué au pilori, Zola endure tout sans broncher. Ce défenseur de juif est bon pour l'abattoir. Mais comme il l'écrivait lui-même "la vérité est en marche". Zola rentrera après un long, long exil, sans rien renié et toujours combatif. Cette correspondance s'achève sur une lettre à Alfred Bruneau le priant de venir le voir chez lui. Deux jour après Zola décède. Les mineurs l'accompagnent au cimetière Montmartre au cri de "Germinal, Germinal" sa disparition soudaine provoque une profond émoi en France et à l'étranger et soulève quelques questions vite écartées. Zola l'humaniste, le documentaliste d'une nation. L'écrivain boulimique et exalté. L'écriture de Zola m'a toujours fait penser au "Sacre du printemps" de Stravinsky, cette musique brute, primaire, presque dissonante parfois, arrachée aux tripes, au coeur, qu'on accusa aussi de bestialité. Zola l'instinctif, l'émotif, le sensitif, était un "infrarouge gras" pour reprendre une expression de René Char.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par phinou 2021-04-01T17:09:47+02:00
Bel-Ami

Maupassant nous offre une plongée en plein 19ème siècle dans la haute société parisienne de l'époque. On y découvre le monde de la presse, de la politique et la place des femmes d'influence. S'il ne m'a pas passionnée, c'est tout de même un classique qui se lit bien et qui est intéressant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par moonlightbae 2021-04-04T20:55:01+02:00
La Parure

une histoire courte mais sympa, je pense que ce que j'ai surtout aimé était l'écriture. la chute est une bonne morale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Louufoca 2021-04-07T14:50:48+02:00
Le Horla

Une nouvelle que j'ai lu et relue où l'on découvre la folie qui dévore les entrailles du personnage. Cette douce folie devient dangereuse, mettant la vie de l'individu en péril. L'écriture ainsi que le cadre fantastique mélangé au réel est impressionnant, nous laissant en apnée tout le long du récit.

Afficher en entier

Dédicaces de Guy De Maupassant
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

LGF - Le Livre de Poche : 47 livres

Gallimard : 45 livres

Flammarion : 38 livres

Larousse : 17 livres

Nouvelle Librairie de France : 17 livres

Pocket : 13 livres

Hatier : 13 livres

J'ai lu : 11 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array