Livres
469 680
Membres
437 262

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Livres - Bibliographie

Hervé Carn


Ajouter un livre manquant

Tous les livres de Hervé Carn

2 lecteurs

LA PRESENTATION DE L'OUVRAGE : Après avoir traîné un moment au Fort Saint-Louis pour regarder les jeux lents des iguanes, je traverse la Savane. Je m'assieds sur la souche d'un palmier abattu. Je suis à l'ombre. Je déplie un journal. Il fait très bon. Rapidement, mon attention se dilue. D'anciennes images se cristallisent devant moi. Je ne peux rien en dire sinon qu'elles sont vues sans être visibles. Elles m'oppressent. Elles me paralysent. Tout à coup, une jeune famille s'avance devant moi rapidement. Les deux petites filles noires sont habillées de couleurs vives, la mère est très belle et sa robe de tissu jaune colorie l'ombre, le père mène la troupe d'un pas vif. Il rebrousse chemin et me dit à voix basse : "Partez, Monsieur, l'Haïtien arrive. Il est très méchant !"

Sommaire

- Un petit coin d'infini (Guy Goffette)

- Attigny : André Dhôtel, le géographe de l'Ardenne pouilleuse (Patrick Reumaux)

- Bogny sur Meuse :La forêt des Ardennes ou l'âge d'or des légendes (Pierre Dubois)

- Boult aux bois : La Hulotte de Pierre Déom ( Marie Noelle Craissati)

- Boulzicourt : René Daumal ou l'ascension intérieure (Zéno Bianu)

- Charleville Mézières : Arthur Rimbaud et le "cosmorama Arduan" (Pierre Brunel)

- Fagnon : Au château de Sept Fontaines : Charles De Gaulle et Jacques Vendroux (Michel Marcq)

- Gespunsart : Yanny Hureaux, un écrivain dans sa clairière (André Mauprat)

- Launois sur Vence : Jules Mary, le grand oublié de l'Ardenne (Marcel Ludwiczac)

- Monthermé: Une journée d'automne (Hervé Carn)

- Nouzonville : Jean Rogissart, instituteur et romancier ardennais (Jacques Lambert)

- Nouzonville : Malicet : des mots sur l'enclume (Jacques Théret)

- Nouzonville : Nulle part, mais en Ardennes (Alain Bertrand)

- Renwez : Jules Michelet et l'Histoire, une rencontre ardennaise (Gérald Dardart)

- Rethel : Verlaine, passeur d'Ardennes (Guy Goffette)

- Rethel : Le monde comme une bulle d'air (Guy Féquant)

- Saulces Monclin : L'ardenne chantée de Jean Paul Vaillant (Philippe Vaillant)

- Signy l'Abbaye : Velter ou l'Ardennaute (Alain Borer)

- Ville sur Lumes : L'Ardenne chinoise de Frédérick Tristan (Jean Luc Moreau)

- Villers Semeuse : Jules Leroux , le paysan-instituteur (Camille Lecrique)

- Vouziers : Un enfant de Vouziers : Hippolyte Taine (Denis Tatinclaux)

- Vouziers : Paul Drouot, un Orphée dans l'enfer des tranchées (Gérard Martin)

1 lecteurs

Après les évènements de 1968, un militant déçu trouve un poste de maître-auxiliaire et entreprend une recherche universitaire pour se raccrocher à la vie...

Issek, le cinquième roman de Hervé Carn, fait entrer le lecteur dans les arcanes d’une cité imaginaire dont l’Histoire s’ouvre grâce aux destins croisés de deux vieux camarades et d’un peuple étrange et attachant, les Isseks.

Avec la lente remontée de leur mémoire tout au long d’un fleuve, l’Alyse, leur paysage psychique – l’enfance, l’apparition inattendue de l’amour, l’insoumission, la vision fulgurante - se recompose avec le foisonnement d’une légende. Surgit aussi l’enquêteur qui sonde la trame invisible…

Ce roman à l’écriture élégante et à la rare puissance suggestive construit un univers qu n’est pas sans éclairer le monde d’aujourd’hui.

1 lecteurs

Propose une étude sur Julien Gracq et son oeuvre, ainsi qu'un entretien entre les deux écrivains. Complété par une série de portraits de J. Gracq à différentes époques de sa vie et de paysages fortement présents dans ses romans.

1 lecteurs

Est-ce une enquête policière ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un roman poétique ? À la fin, de quelles identités est-il question ici, dont on sent qu’elles s’opposent jusqu’à la haine, quand bien même certains des personnages en ont euxmêmes plusieurs en propre ?

Le secret des familles est lourd partout. Il l’est aussi en Bretagne, où l’on a parlé majoritairement le breton, il y a peu encore, en même temps qu’on commençait de parler aussi le français. Il est arrivé même que l’on parle, en Bretagne, le breton et le français durant cette période trouble entre toutes que fut celle de l’occupation allemande ; occupation avec laquelle certains Bretons parmi les plus déterminés (des autonomistes) passèrent une funeste alliance : celle de l’Europe des régions contre le jacobinisme de Paris.

Ce texte est un “roman-quête” des identités, en même temps que des culpabilités. Il nous mène, au long d’un récit en spirale qui fait du début la fin et peut-être de la fin un début, de l’Allemagne (le narrateur a la double nationalité française et allemande) au Pays de Galle, de la Bretagne au midi de la France.

Hervé Carn est connu essentiellement pour sa poésie. Si "La Procession d’Echternach" est incontestablement un roman, nul doute que la très grande beauté de sa langue (splendeur ici rendue des paysages maritimes) doit au poète qu’il est avant toute chose.

L'une des douleurs de l'écriture vient du sentiment de vacuité qui envahit celui qui, quelques mois, voire quelques heures auparavant, était plein de souveraineté. Alors l'écrivain tue le temps quand le temps le tue lui-même.

Deux sœurs se retrouvent dans la maison familiale après une longue absence.

C’est la cadette Hélène qui se confie – se confesse ? – et l’histoire se construit ainsi par la voix et la présence charnelle de cette unique locutrice. Les deux femmes aux sens aiguisés, observatrices à fleur de peau, affrontent leurs vérités respectives dans cet interminable « jour d’obscurité et de nuage », « de tourbillon et de tempête ». Dans ce roman intense, l’éclaircissement savamment progressif des mystères familiaux nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne.

Henri Baker fait étape à Porvent, ville qui emprunte beaucoup à un grand port océanique. Très vite, cette escale est pour lui un moment d'arrêt, et vont alors scintiller d'autres vies qui lui feront découvrir la nuit et la lumière, dans le plaisir et la souffrance, ce qu'il ne pouvait plus voir, ce qu'il aurait vécu.

Découvrez les plus belles plages de Bretagne grâce à ce magnifique ouvrages.

En 1994, il a écrit ses Tableaux fumaciens, souvenirs d'enfance à Fumay.

2 lecteurs

Alaina aime Cole mais c'est un Yankee, un ennemi...

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode