Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Par MARQUISE66 le 28 Mai 2013 Editer
MARQUISE66
À 39 ans, Jean-Baptiste Leblanc publie chez Val Sombre « Le Cauchemar de Cassandre », premier volet d'une trilogie fantastique sur fond de polar palpitant. Rencontre avec un auteur un peu à part.
LOUIS DIEU> louis.dieu@nordeclair.fr
Le moins qu'on puisse dire c'est que Jean-Baptiste Leblanc est un auteur prolixe. Marié et père de deux enfants, l'homme publie à 39 ans Le Cauchemar de Cassandre, son deuxième roman chez Val Sombre, une jeune maison d'édition spécialisée dans le fantastique. 563 pages d'un thriller rythmé en 100 chapitres, tiré à 250 exemplaires et qui jette son lecteur sur les traces de Cassandre et de Kolber, son assassin.
Quatre mystérieuses créatures, un prêtre exorciste du Vatican ainsi qu'un flic aussi ambitieux qu'inexpérimenté vont progressivement se mêler à la narration pour dessiner une traque implacable enracinée dans un complot millénaire. Le lecteur l'aura compris, les sciences occultes ont une place de choix dans le roman. Tout une aventure ! D'autant que Le Cauchemar de Cassandre n'est que le premier tome d'une trilogie à venir. « Le deuxième volet est en phase de correction et doit passer en comité de lecture pour une éventuelle sortie fin 2013, précise Jean-Baptiste Leblanc. Le dernier tome est espéré pour fin 2014. »
L'écriture comme thérapie
Après un premier roman en partie inspiré de son expérience professionnelle, Jean-Baptiste Leblanc a pris le temps d'étoffer les caractères des personnages centraux de son polar et leur psychologie. « C'est un roman qui pose la question du destin et du déterminisme, dévoile le jeune auteur. Malgré une dimension fantastique, il a fallu se documenter en amont pour crédibiliser les personnages. » Contre toute attente, Jean-Baptiste Blanc est arrivé à l'écriture à la faveur d'un concours de circonstances pas forcément heureux : « Vers 13 ans, j'ai connu une période difficile et je me suis réfugié dans la lecture. C'est devenu un besoin et par la suite, ça a débloqué mon imagination » .
Écrire est ensuite devenu le prolongement presque naturel de cette adolescence passée à dévorer les rayons des bibliothèques. Pour autant, cet auteur autodidacte, qui s'astreint à un minimum de quatre heures d'écriture par jour (tôt le matin ou tard le soir) reconnaît qu'il s'agit là d'une « démarche très personnelle ». « Je me confie rarement, que ce soit au travail ou en famille, relève-t-il encore.
Je publie pour me confronter au regard des autres et savoir ce que ça vaut. » Ce qu'il recherche au travers de l'écriture ? « Le plaisir avant tout. Le monde des livres me passionne. Je n'écris pas pour être riche. » Ce qu'il espère ? Emporter le lecteur avec lui. Comme il a lui-même dérivé en créant ses propres personnages : « On ne maîtrise pas tout dans le roman. Des personnages prennent une épaisseur au fil des pages ». C'est là toute la magie de l'écrit.w L'ouvrage sera en vente à la librairie roubaisienne La porte des mondes.

Ajouter une citation

Ajouter une biographie

Ajouter un commentaire

Ajouter une information

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés