Livres
541 686
Membres
573 304

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

J.H. Rosny Aîné

Auteur

241 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par Julii 2012-05-17T11:18:34+02:00

Biographie

J.-H. Rosny aîné (1856-1940) participa à la création de l’académie Goncourt dont il devint par la suite le président. On lui doit l’invention du roman préhistorique et les premiers chefs-d’œuvre de la science-fiction moderne, dans la lignée d’un H.G. Wells dont il anticipa parfois les thèmes.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
28 lecteurs
Or
121 lecteurs
Argent
37 lecteurs
Bronze
41 lecteurs
Lu aussi
98 lecteurs
Envies
95 lecteurs
En train de lire
2 lecteurs
Pas apprécié
12 lecteurs
PAL
109 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.38/10
Nombre d'évaluations : 82

0 Citations 42 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de J.H. Rosny Aîné

Sortie France/Français : 2016-05-20

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Parthenia 2019-01-25T12:29:59+01:00
Le Félin géant

Le Félin géant est tout d'abord le roman d'une belle amitié, celle qui lie Aoûn, le fils de Naoh (eh oui, vous ne rêvez pas, enfin pour ceux qui connaissent, mais Aoûn est le rejeton de l'inoubliable héros de La guerre du feu ! ) à Zoûhr le Wah, dernier représentant de la race des Hommes-sans-Epaules.

”Leur amitié était profonde. Il n’y avait jamais entre eux aucune cause de colère ni de rancune : chacun trouvait chez l’autre des ressources qui lui manquaient. La force d’Aoûn rassurait Zoûhr et l’émerveillait ; Aoûn aimait la ruse de Zoûhr et les secrets qu’il tenait des Hommes-sans-Épaules." (page27-28)

Ils partagent également le même goût pour l'aventure, ce qui les conduit à quitter leur tribu, les Oulhamr, pour explorer de nouveaux territoires de chasse. Ils découvrent une région giboyeuse où les félins de toutes sortes règnent en maîtres. Blessés par un machairodus (si ce terme vous paraît abscons, c'est normal, il désigne une race de tigres à dents de sabre aujourd'hui disparus !^^), ils trouvent refuge dans une caverne où ils ne tardent pas à s'apercevoir qu'un lion des cavernes a élu domicile dans la deuxième partie de la grotte. Une fente infranchissable les en protège tandis qu'au fil des jours, hommes et bête s'habituent à leur présence respective... jusqu'à ce que l'impensable se produise !

Roman d'amitié, roman d'aventures, l'histoire retrace la lutte impitoyable pour la survie de ces hommes primitifs dans un environnement hostile, le développement des sentiments nobles comme l'amour, l'amitié, la pitié. Les descriptions sont d'une rares justesse, servies par une plume magnifique au vocabulaire riche et très évocateur : on ressent toute la puissance de cette animalité qui menace l'humanité à son aube, la fragilité de ces hommes qui évoluent dans une nature intacte où le danger rôde sans répit, leur humilité mêlée d'orgueil face à ce décor grandiose et terrifiant.

” Aoûn et Zoûhr entendaient le battement de leurs poitrines. Une vie sans borne était là, d’où ruisselait toute la fécondité de la terre ; le sort des hommes tenait aux flancs noirs des basaltes, aux pics de granit, aux coulées de porphyre, aux gorges où hurlait le torrent et aux vallées douces où la source chantait d’une voix tendre ; il tenait aux armées du sapin et aux légions du hêtre, aux pacages apparus dans les crénelures, aux glaciers perdus parmi les cimes, aux moraines désertiques..." (page 5-6)

L'auteur dépeint à merveille la vie nocturne et diurne, les rumeurs de la savane, les sens toujours en éveil des "bêtes verticales" pour échapper aux prédateurs plus puissants qu'elles, même sous la protection du feu.

” L’inquiétude assiégeait Aoûn. Il observait les mâchoires béantes, les dents aiguës, toutes ces prunelles dont le feu faisait des flammeroles d’escarboucles. La mort planait." (page 11-12)

Comme dans La guerre du feu, l'auteur fait coexister des espèces humaines à des stades différents d'évolution. Aoûn, fils de l'Urus, et Zoûhr, fils de la Terre, s'allient tour à tour aux Hommes-Lémuriens (tribu pacifique dont les membres ont encore une apparence simiesque, condamnée à disparaître) et aux Femmes-Louves (dont le mode de vie fait penser à celui des Amazones) contre leurs ennemis communs, les Hommes-du-Feu (encore appelés les Chelléens), tribu belliciste et anthropophage (faisant penser dans leur description physique aux Néandertaliens) !

Zoûhr lui-même est le dernier représentant de sa race, celle qui a domestiqué le feu et qui disparaîtra avec lui...

Pour conclure, l'auteur nous invite à une véritable épopée préhistorique qui nous transporte littéralement sur cette terre sauvage et indomptée. Grâce au fabuleux talent de conteur de Rosny Aîné, le lecteur a l'impression de vivre aux côtés des deux guerriers Oulhamr, luttant au jour le jour pour leur survie. Certains passages, d'une très grande poésie, se dégustent avec ses sens. Bref, j'ai adoré et je compte me plonger dans l'intégrale de ses oeuvres préhistoriques !

En plus, j'ai appris une parole d'intimidation, qu'il me tarde de pouvoir recaser :

"« Parthenia ouvrira vos poitrines. Il Elle donnera vos chairs aux hyènes.»" (page 73)

Alors, on fait moins les malins, hein ?!?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zelina 2019-02-23T20:23:58+01:00
La Mort de la Terre

Intéressant comme livre de SF, même si ce ne sera pas un coup de coeur.

A la fin de la Terre, les hommes vivent en petite colonies restreintes et strictement contrôlées, au bord des oasis. Le minéral a acquis une forme de vie et devient la nouvelle "espèce" dominante. Quand des cataclysmes se déclarent et font disparaître les colonies ou leurs oasis, tout espoir semble perdu pour les humains. Un petit groupe, qui croit encore qu'il est possible de sauver l'espèce humaine, tentent de survivre le plus longtemps possible... Spoiler(cliquez pour révéler)Jusqu'à leur mort inévitable, alors qu'ils sont les derniers survivants humains de la Terre

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zelina 2019-02-23T20:29:33+01:00
La guerre du feu

L'histoire se passe pendant la Préhistoire. Après une guerre, le feu a été dérobé à une tribu. Le chef promet qu'il donnera sa fille à celui qui ramènera le feu. Naoh part conquérir le feu. Il apprivoise des mammouths, combat des tribus ennemies, dont des dévoreurs d'hommes Spoiler(cliquez pour révéler)et rencontre une tribu capable de produire du feu avec des pierres, avant de revenir victorieux dans sa tribu

J'ai trouvé intéressant la manière dont l'importance du feu est mise en valeur dans ce roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Illuminati_s 2019-03-23T10:32:06+01:00
La guerre du feu

J'ai braucoup aimé le fait que ça se passe à la Préhistoire, ça donne un côté mystérieux et spécial au livre. L'histoire est plutôt bien, j'aime bien comment Naoh et ses compagnons sont plus réfléchis que les trois frères, qui foncent dans le tas pour passer au lieu de le contourner.

J'aime bien aussi le fait que l'auteur a du inventer l'histoire parce qu'il n'y a pas de traces écrites à la Préhistoire.

Je le conseille parce qu'il m'a beaucoup plu !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BleuennMoana 2019-05-26T17:30:02+02:00
La jeune vampire

Une nouvelle qui se lit vite, fort bien écrite et plaisante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ledesignerdu29 2019-06-06T20:12:35+02:00
La guerre du feu

Le récit d'une tribu qui découvre cette chose devenue nécessaire par la suite : le feu. A l'époque synonyme de survie, il est aujourd'hui perçut différemment.

Une rencontre entre images que nous avons de la préhistoire et réalité historique (ou du moins d'après les recherches archéologiques).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AuFildelaPlume 2020-02-06T12:33:52+01:00
La Mort de la Terre

Rédigé en 1912, il y a donc plus d’un siècle, « La Mort de la Terre » est un récit d’anticipation très original pour son époque et mérite d’être (re)lu pour ses résonances actuelles. Il s’agit du destin de l’espèce humaine qui a dominé la planète durant des millénaires. Le récit débute après que les survivants de terribles cataclysmes se sont regroupés dans des points épargnés du globe. Un ultime fléau les menace : la planète n’est plus qu’un désert, l’eau disparaît. Nous suivons alors le jeune Targ dans sa quête désespérée d’une source souterraine. Mais, même soutenu par sa sœur Arva et surtout par son amour pour la radieuse Éré, Targ réussira-t-il à sauver cette humanité qui s’est elle-même condamnée ? Un roman visionnaire, impressionnant et prenant.

À noter : La Mort de la Terre est précédé de 2 autres récits : « Les Xipéhuz » et « Le Cataclysme ».

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MisterMistake 2020-12-06T14:38:09+01:00
La Mort de la Terre

Quelle déception.

Il ne se passe quasiment rien pour les trois quarts du livre, le peu de fois où il se passe des trucs c’est incompréhensible tellement c’est mal écrit, les dialogues sont absurdement artificiels et les personnages sont si fades que j’ai très rapidement été impatient de tous les voir mourir. Surtout Targ, héros romantique à deux balles insupportable.

Heureusement, pour une fois on a cette satisfaction ! Mais ça valait pas la peine de lire 150 pages juste pour ça.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lost-library 2020-12-26T21:26:12+01:00
La jeune vampire

Un peu d'accord avec Charlie18... La manque de trame, surtout dans cette nouvelle très courte est un peu décevant. On suit Evelyn, qui se fait posséder par une vampire, avant de redevenir elle-même...

Afficher en entier

Dédicaces de J.H. Rosny Aîné
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Bragelonne : 16 livres

Plon : 5 livres

Flammarion : 5 livres

Marabout : 5 livres

LGF - Le Livre de Poche : 4 livres

Milady : 4 livres

Robert Laffont : 4 livres

G.P. : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array