Livres
472 463
Membres
445 030

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jack Vance

473 lecteurs

Activité et points forts

ajouté par lelette1610 2019-03-21T09:35:19+01:00

Biographie

Jack Vance (1916-2013), est l’un des écrivains de SF les plus importants, auteur de chefs-d’oeuvre comme Le Cycle de Tschaï ou Lyonesse. Avec Space Opéra, il nous propose un roman de SF dont il a le secret. En véritable magicien de l’imaginaire, il y combine ses ingrédients préférés : truculence et ironie douce-amère, imagination débordante, balade dans des mondes étonnants qui abritent des populations aux étranges coutumes, tout ceci pour notre plus grand plaisir.

source : éditions Mnémos - Hélios poche

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
312 lecteurs
Or
743 lecteurs
Argent
421 lecteurs
Bronze
323 lecteurs
Lu aussi
252 lecteurs
Envies
419 lecteurs
En train de lire
13 lecteurs
Pas apprécié
22 lecteurs
PAL
483 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 7.63/10
Nombre d'évaluations : 109

1 Citations 141 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Jack Vance

Sortie France/Français : 2019-04-01

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par FeyGirl 2019-06-09T22:45:36+02:00
Cycle de Tschaï, tome 3 : Le Dirdir

Dans ce troisième tome du cycle de Tschaï, Adam et ses compagnons mettent tout en œuvre pour construire un astronef afin de rejoindre la Terre. Mais pour le construire, il faut de l’argent, beaucoup d’argent.

Dans ce monde hostile à la fois archaïque et technologique, l’argent pousse et se cueille dans une zone qui est le terrain de chasse des Dirdirs, terribles aliens considérant les humains comme des gibiers.

Dans ce roman nous découvrons ce peuple cruel, mais nous explorons aussi Siviche, ville peuplée d’humains et d’hommes hybrides, sous la coupe des Dirdirs… Dans ce monde où chaque race a une place dans la société et où les hommes sont inférieurs, les traditions sont intériorisées, la culture et la religion justifient les pires inégalités. Comme dans le tome précédent, certains humains se révèlent parfois les plus grands ennemis du héros, en général par appât du gain.

De l’aventure, des chasses, des combats, des personnages peu recommandables, de la ruse, du danger… Avec un Adam Reith qui, de temps en temps, sème des graines visant à remettre en cause l’équilibre de cette société.

On sent qu’Adam approche de son but, mais s’il reste encore un tome à lire, c’est qu’il y aura - encore – de nombreux retournements de situation !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2019-06-10T23:34:01+02:00
Cycle de Tschaï, tome 4 : Le Pnume

Adam Reith est tout près de son but… Mais il se fait enlever par les Pnumekins, humains sous l’emprise des Pnumes.

Pour ce quatrième volet, nous découvrons les Pnumes, la race originelle de Tschaï, qui se cachent sous terre. Dans une ambiance étouffante et silencieuse, entourée de mystères, le héros se retrouve seul et force une jeune Pnumekin à l’aider. La civilisation Pnume est celle que j’ai trouvée la plus marquante dans cet univers.

J’ai parfois été mal à l’aise avec les relations entre Adam et la jeune Pnumekin, parce que son âge n’est pas clair, et l’auteur reste très évasif à son sujet. On sait seulement qu’ « elle était plus âgée que ses formes à peine ébauchées ne le suggéraient ». Et vers la fin du roman, l’auteur nous gratifie d’une perle, en écrivant qu’Adam pense que « elle était femme et fondamentalement irrationnelle, mais cette réalité élémentaire n’expliquait pas toute sa conduite ». Cependant, le héros a un comportement extrêmement protecteur envers la jeune fille.

Mon avis général sur ce cycle reste très positif, car elle dépeint une aventure très mouvementée et picaresque, sur une planète fascinante par la diversité de ses races, de ses cultures, et de ses paysages. A lire pour se détendre, sans trop être exigeant sur la construction des personnages et surtout la finesse des caractères féminins (euphémisme).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2019-06-10T23:37:42+02:00
Le Cycle de Tschaï, L'Intégrale

Une aventure très mouvementée et picaresque, sur une planète fascinante par la diversité de ses races, de ses cultures, et de ses paysages.

A lire pour se détendre, sans trop être exigeant sur la construction des personnages et surtout la finesse des caractères féminins (euphémisme).

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2019-06-26T13:45:57+02:00
La Planète géante

Le vaisseau d'une commission terrienne est victime d'un attentat et s'écrase sur la Planète Géante. Pour rejoindre l'Enclave Terrienne, les survivants doivent parcourir soixante-cinq mille kilomètres (eh oui, la planète est ... géante) en traversant des zones contrôlées par des peuplades souvent hostiles.

Ce roman, écrit une dizaine d'années avant le Cycle de Tschaï, en contient tous les prémisses, même si il n'est pas exempt de défauts qui seront atténués dans la saga la plus connue de l'auteur. La trame de fond est similaire : une aventure dans un environnement dangereux, au sein d'un univers aux multiples paysages, peuples, faunes et flores, couleurs... Cependant, les sociétés rencontrées sont généralement moins travaillées (et parfois pas du tout), les décors naturels sont trop rapidement esquissés, et à l'exception du héros principal les personnages sont peu ou pas approfondis, donc on se s'attache pas à eux. L'intrigue elle-même très linéaire.

Le récit ressemble à un prétexte pour présenter le monde imaginaire de l'auteur. La Planète Géante est peuplée de descendants d'humains qui ont quitté la zone d'influence terrienne pour leur "indépendance" car ils refusaient de vivre comme des robots obéissants et sans âme (selon eux), mais pour les Terriens les premiers colons étaient avant tout des inadaptés. Dans ce monde sans technologie car sans métal, l'auteur imagine qu'au fil des générations les colons ont inévitablement recréé des sociétés primitives et inégalitaires, ce qui est une idée intéressante. On y croise souvent des esclaves, les femmes sont méprisées et elles ne s'appartiennent pas, les enfants ne connaissent pas l'école et apprennent très jeunes un métier traditionnel. Il vaut mieux être armé et savoir se battre quand on entame un voyage. Quelques villes plus évoluées existent cependant, mais elles ont fondé des micro-sociétés parfois luxueuses mais peu attirantes. Et soyons clairs, la vie n'a pas de valeur sur la Planète Géante.

La méconnaissance des femmes qu'a l'auteur (si on veut exprimer les choses gentiment) transparaît, notamment avec deux adolescentes décrites comme très piailleuses et frivoles. Et des hommes soit-disant civilisés (car venant de la Terre) sont ravis de les prendre comme compagnes. Si on fait le lien avec un protagoniste apparaissant dans le dernier tome du Cycle de Tschaï, on ne peut pas s'empêcher de penser que l'auteur a un problème avec les adolescentes. C'est vraiment le sujet le plus gênant chez Jack Vance, au-delà d'une misogynie dans le traitement de ses personnages (fréquente dans les romans de SF écrits à cette époque).

En conclusion, un roman qui n'est pas le plus grand de l'auteur car il y a encore beaucoup d'éléments à travailler et approfondir, mais malgré tout le livre se laisse lire.

La suite a été écrite une vingtaine d'année plus tard, je vais découvrir si elle est meilleure.

Afficher en entier
La Geste des Princes-Démons, Tome 1 : Le Prince des étoiles

Un petit roman se révélant simple et efficace mais où l'auteur n'est pas à son plus haut niveau. L’intrigue se présente sous forme de la traque d'un assassin entre enquête et coïncidence, vengeance et justice, porté par un héros de science-fiction assez classique, astucieux, séducteur, intelligent et bon combattant bien qu'un peu plus prudent que ses homologues mais malheureusement manquant d'ampleur tout comme le reste du livre même l'auteur le peuple d'éléments vraiment original, comme son univers et l'histoire des planètes que le héros visite

Afficher en entier
La Geste des Princes-Démons, Tome 3 : Le Palais de l'amour

Ce tome n’est pas meilleur que les précédents ce qui m’a une fois de plus un peu déçu. L’intrigue est tout même un peu fois de plus complexe et l’enquête de héros pour débusquer sur ennemis est un peu plus développé. Sinon l’auteur continu à développer son univers et a donné vie à de nouvelle planète originales

Afficher en entier
La Geste des Princes-Démons, Tome 5 : Le Livre des Rêves

C’est le meilleur tome de la saga globalement moyenne et assez ennuyeuse. L’histoire a un pour plus d’action et l’intrigue a un peu plus de dynamisme mais le héros continue de traquer patiemment son ennemis quitte à ennuyer le lecteur par moment. On note tout de même la richesse de l’univers et multiples planètes qui le composent créer par l’auteur

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MMontel 2019-07-04T18:53:45+02:00
Un monde d'azur

J'ai été captivée par ce livre de science fiction..En un roman assez court, Vance produit un univers d'une atmosphère et d'une originalité époustouflantes. Planète lacustre, où le métal n'existe pas ou si peu, le Monde d'Azur, semble-t-il paradisiaque, subi une tyrannie aquatique! Une lutte s'engage et la résistance s'organise sur les îles d'ajoncs enchevêtrés...Non seulement, l'auteur nous entraine à travers un monde étrange et magnifique curieusement équivalent au notre, mais aussi il retrace une bonne partie de l'histoire de l'humanité avec ses choix et ses dilemmes. C'est joli, poétique, rafraichissant . J'ai bien aimé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2019-07-12T13:07:44+02:00
Les baladins de la planète géante

Sur le fleuve Vissel naviguent des troupes itinérantes, faisant escale de village en village pour jouer des pièces de théâtre ou amuser les spectateurs avec des farces. Apollon Zamp, patron du bateau L'Enchantement de Miraldra, est l'un des meilleurs et rivalise continuellement avec Garth Ashdale. Tous deux cherchent à être la troupe sélectionnée dans sa région pour avoir le droit de participer au grand concours de Mormune, où le vainqueur gagnera l'anoblissement et la richesse… Mais voilà, ils sont tous deux retors sous des dehors diplomates, et chacun est convaincu de sa supériorité artistique et de la vulgarité des pièces de son concurrent…

Zamp subira heurs et malheurs, et rencontrera lors de son périple Throdorus Gassom, directeur de musée encore plus fier et convaincu de sa culture voire un peu fat, ainsi que Dame Blanche-Aster, belle jeune femme distante et mystérieuse, intelligente et un brin manipulatrice. En réalité, dans ce microcosme de baladins, tout le monde est un peu roublard, tout le monde cherche à doubler l'autre. Il est souvent amusant de lire entre les lignes des conversations qui sont pleines de sous-entendus, et où les protagonistes mentent et insinuent que l'autre ment aussi… Et personne n'est dupe, les tromperies et les coups bas sont nombreux !

L'écriture est plus mature que les autres romans de l'auteur que j'ai lu jusqu'ici. Les personnages, hauts en couleur, sont beaucoup plus approfondis et réalistes dans leurs défauts si humains sous des airs théâtraux plutôt amusants, l'atmosphère est parfaitement évoquée au détour d'une phrase, et les retournements de situations sont nombreux. le plaisir de lecture est d'autant plus grand. Et comme nous sommes chez Jack Vance, chaque ville ou village traversé a ses coutumes et ses tabous que les baladins transgressent fréquemment sans le savoir, les obligeant à fuir précipitamment. le comique de situation est présent maintes fois dans cet ouvrage, contribuant à donner un ton pittoresque à ce voyage qui se déroule dans des décors et des paysages fruits de l'imagination débordante de l'auteur.

Dans ce contexte de comédie truculente, l'auteur n'hésite pas à se faire chamailler (il n'y a parfois pas d'autres mots) les protagonistes pour savoir quelle type de pièce présenter, entre la farce qui attire le tout-venant, et la pièce classique qui élève les esprits mais est moins commerciale. Question récurrente pour toute personne qui aimerait promouvoir la culture!

Ce roman fait « suite » à La Planète Géante, qui m'avait laissé un sentiment mitigé. En réalité Les Baladins raconte une histoire indépendante. L'auteur publie en guise de prologue un « extrait du guide des planètes habitées » qui lui permet de rappeler ce qu'il faut savoir sur la planète. Il n'est donc pas nécessaire d'avoir lu le premier roman pour apprécier Les Baladins, et c'est tant mieux car tous les éléments sont meilleurs : les personnages, la région traversée, et l'intrigue pleine de rebondissements, dans une atmosphère théâtrale au propre comme au figuré.

Un très bon Jack Vance !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ludwigjeansebastien 2019-07-21T23:18:45+02:00
Le prince des étoiles

En juillet 1524, Kirth Gersen se présente à la taverne de Smade, établissement fréquenté par les pirates et les flibustiers les plus notoires de l’Au-delà. Il faut dire que Smade est le seul propriétaire de la planète qui porte son nom. Il s’y est établi avec ses trois femmes et ses onze enfants et y fait régner sa loi. Gersen y rencontre un autre explorateur de l’espace, Lugo Teehalt, lequel a travaillé pour le compte d'Attel Malagate, dit « Le Monstre ». Teehalt a fait la découverte d’une planète aussi magnifique qu’hospitalière, habitée par des créatures fascinantes telles les dryades. Pour la préserver, il veut garder secret son emplacement. Mais, dans la nuit, il est assassiné par trois individus, au grand dam de Smade qui n’admet aucun désordre sur sa planète. Gersen repart avec le moniteur de la fusée de Teehalt. Il espère réussir à l’ouvrir et à le faire parler, car il contient de précieux renseignements et en particulier la position de la fameuse planète.

« Le prince des étoiles » est un roman de science-fiction, catégorie space-opera, consacré à une chasse à l’homme et à une vengeance à travers la galaxie. C’est le premier de cinq tomes d’une saga intitulée « La geste des princes-démons ». Chacun retrace la traque d’un grand criminel et peut se lire indépendamment des autres. Après Attel Malagate, suivront Kokor Hekkus, Viole Falushe, Lens Larque et Howard Alan Treesong. Présentée comme un grand classique de la science-fiction (si l’on en croit la quatrième de couverture), cette série est plutôt une œuvre de divertissement sans grande prétention ni profondeur. L’intrigue est assez basique, les personnages peu travaillés et les méchants très caricaturaux. Reste le style de qualité du grand Jack Vance dont la production assez énorme comporte des titres de bien meilleur niveau que celui-ci.

Afficher en entier

On parle de Jack Vance ici :

Guide de l'âge d'or : les maîtres
2017-02-18T18:35:11+01:00

Dédicaces de Jack Vance
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Pocket : 71 livres

J'ai lu : 52 livres

Le Bélial' : 13 livres

Gallimard : 12 livres

LGF - Le Livre de Poche : 10 livres

Denoël : 8 livres

Opta : 5 livres

Presses pocket : 4 livres

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode